Intérim : Adecco confiant sur ses résultats malgré un bénéfice net en baisse

Malgré un bénéfice net en baisse en raison du rachat d'Akka Technologies pour basculer vers les services technologiques, le groupe suisse a vu son chiffre d'affaires progresser au deuxième trimestre, notamment en France où la pénurie de main-d'oeuvre fait rage.
(Crédits : STEPHANE MAHE)

Si le marché de l'emploi a montré des signes de résistance au deuxième trimestre, il est un indicateur à surveiller de près car révélateur du dynamisme : celui de l'intérim. Pour l'heure, celui-ci a tendance à rester aussi solide. Adecco a publié un chiffre d'affaires qui a grimpé de 13% par rapport au deuxième trimestre de l'an passé à 5,9 milliards d'euros.

Sa croissance organique, qui permet d'évaluer le rythme des embauches, s'est chiffrée à 4%, indique le groupe dans un communiqué.

Pour autant, le groupe suisse a publié un bénéfice net inférieur aux attentes pour le deuxième trimestre, en baisse de 47%, à 77 millions d'euros tandis que les analystes tablaient sur 120 millions de bénéfice pour 5,9 milliards de chiffre d'affaires. Il est principalement du aux frais liés au rachat d'Akka Technologies.

Le groupe zurichois a bouclé mi-mai le rachat d'Akka Technologies, une des plus grosses acquisitions de son histoire (2 milliards d'euros), en cours de fusion avec sa filiale Modis, spécialisée dans les métiers de l'ingénierie.

Avec 50.000 consultants et un chiffre d'affaires cumulé à 3,7 milliards d'euros (sur la base de l'exercice 2020), le tandem Akka-Modis se pose en challenger, à la deuxième place devant des grands noms comme Cap Gemini, HCL, Alten ou Accenture. Son ambition est de créer un nouveau géant des services technologiques.

La pénurie de main-d'oeuvre en France

"Le groupe a fait des progrès dans plusieurs domaines durant ce trimestre", a déclaré son nouveau directeur général, le Français Denis Machuel, cité dans le communiqué, à commencer par l'intégration d'Akka Technologies.

L'ancien patron du géant français de la restauration collective Sodexo a repris les commandes d'Adecco le 1er juillet.

En France, son plus gros marché, ses revenus se sont accrus de 4% durant le trimestre, portés par la demande de personnel dans l'hôtellerie et la restauration, l'industrie et la santé. La logistique et le bâtiment ont en revanche connu une évolution plus modérée.

En Amérique du Nord, ils ont reculé de 5%.

Dans un marché de l'emploi tendu, Adecco s'attend à une demande saine, les volumes de ventes en juillet se situant "modestement" au dessus du niveau du deuxième trimestre.

En Bourse, le groupe cédait 2,7% à l'ouverture jeudi sur la place suisse.

(Avec AFP)

Lire aussiAdecco poursuit sa croissance externe et rachète QAPA pour 65 millions d'euros

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.