La chute des prix du pétrole n'est "pas forcément une bonne nouvelle pour l'économie française", estime Le Maire

"Avoir un prix du pétrole qui baisse trop, ça inquiète les marchés", a déclaré le ministre des Finances sur France Inter, qui se dit inquiet des "répercussions sur le financement de nos entreprises et donc sur notre économie".

2 mn

J'aurai l'occasion d'appeler le ministre des finances saoudiens, a indiqué ce lundi Bruno Le Maire.
"J'aurai l'occasion d'appeler le ministre des finances saoudiens", a indiqué ce lundi Bruno Le Maire. (Crédits : Gonzalo Fuentes)

L'effondrement des prix du pétrole sur les marchés mondiaux est "une très bonne nouvelle" pour les consommateurs, mais "pas forcément pour l'économie française", a estimé ce lundi le ministre des Finances Bruno Le Maire.

La chute des cours survenue ce lundi en raison des craintes d'une propagation du coronavirus, "est une très bonne nouvelle pour tous ceux qui font leur plein", a déclaré sur France Inter M. Le Maire, en assurant que la baisse des prix allait "se répercuter à la pompe".

"Ils doivent se répercuter, j'ai déjà eu l'occasion de le dire aux compagnies pétrolières, le plus rapidement possible", a insisté le ministre, en estimant que "la répercussion" devait être "symétrique".

Au-delà du gain de pouvoir d'achat pour les consommateurs, l'effondrement du prix du baril "n'est pas forcément une bonne nouvelle", a toutefois prévenu Bruno Le Maire, regrettant un manque de "coordination entre les grandes économies de la planète".

Lire aussi : Pétrole: ton univers impitoyable !

Inquiétudes sur les marchés

En cause, selon lui: l'impact psychologique de cette baisse sur les marchés. "Avoir un prix du pétrole qui baisse trop, ça inquiète les marchés", ce qui a "des répercussions sur le financement de nos entreprises et donc sur notre économie", a-t-il détaillé.

Lire aussi : Pétrole, coronavirus... Les marchés boursiers cèdent à la panique

Les cours du pétrole se sont effondrés ce lundi, avec un baril de Brent à 33 dollars, après l'échec des négociations entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie sur des réductions de production pour soutenir les prix affectés par l'épidémie de nouveau coronavirus.

Lire aussi : Pétrole: Riyad déclenche une guerre des prix, les cours s'effondrent

Moscou, deuxième producteur mondial de pétrole, s'est en effet opposé à une nouvelle réduction de 1,5 million de barils par jour. En réponse, l'Arabie saoudite s'est lancée dans une vaste braderie en effectuant la plus importante réduction de ses prix pétroliers en 20 ans, selon Bloomberg News.

"J'aurai l'occasion d'appeler le ministre des finances saoudiens", a indiqué ce lundi Bruno Le Maire. "Je souhaite que l'Arabie saoudite, comme présidente du G20, entre dans une coordination sur cette question du prix du pétrole pour qu'on évite que ça secoue les marchés", a-t-il expliqué.

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 09/03/2020 à 20:15
Signaler
C'est pas un poil gênant d'avoir une économie qui serai perdante en cas de baisse mais aussi perdante en cas de hausse? Pas facile le métier de ministre des Finances.

à écrit le 09/03/2020 à 16:46
Signaler
parler de banalité disons que comme un économiste de constat, il parle de ce que nous savons tous ! Alors comme il s'est déjà engagé a faire financer les pertes des multinationales cotées, je pense qu'il n'a plus grand chose a dire. Il fait son jo...

à écrit le 09/03/2020 à 16:34
Signaler
Ne rèvons pas, 33 dollar le baril, on ne les retrouverons pas à la pompe car au contraire de tout ce que nous payons les taxes sont fixes, il y a une centaine d'années que nos gouvernements autophobes punissent les automobilistes et ont la haine des ...

à écrit le 09/03/2020 à 16:28
Signaler
Ouf, dans 2 mois on va enfin pouvoir faire "fumer le diesel" comme avant.

à écrit le 09/03/2020 à 15:43
Signaler
Nous devons à la hausse du prix du pétrole d'être entré en l'ère nucléaire, au moins pour la production d'électricité. Nous quittons l'ère nucléaire pour entrer dans l'ère éolienne, toujours pour la production d'électricité. La baisse du prix du pétr...

à écrit le 09/03/2020 à 13:45
Signaler
Hep l'UE appelez donc Poutine à la rescousse pour mettre au pas les pays arabes et leur or noir et en plus vous aurez l'avantage avec lui de briser les rêves d'un certain Erdogan qui se voit empereur turc ottoman

le 09/03/2020 à 19:59
Signaler
Il y a belle lurette que l'UE n’agit plus pour son intérêt. La piteuse affaire du North Stream 2 en est l'exemple frappant.

à écrit le 09/03/2020 à 12:27
Signaler
ha ! je vois poindre à l'horizon une taxe coronnavirus car la taxe verte personne n'y croit plus . Je vous le donne en mille !

le 09/03/2020 à 12:43
Signaler
Vous avez tort. Une nouvelle taxe ne ferait qu'aggraver la crise financière. Et ce n'est absolument pas le projet du gouvernement.

le 09/03/2020 à 13:53
Signaler
Il y a une pandémie plus grave que celle du coronavirus, c'est la pandémie de la rumeur.

le 09/03/2020 à 14:47
Signaler
On peut maintenir le prix des carburants actuels(pour lutter contre la pollution)et utiliser le surplus dégagé pour embaucher massivement du personnel soignant et relancer la production de médicaments sur le territoire.

le 09/03/2020 à 16:28
Signaler
Réponse @ élu ps: Votre idée serait bonne si le prix du pétrole restait ainsi pendant 40 ans; Et encore faudrait-il chiffrer les dépenses votre embauche massive. Or dans quelques mois tout reprendra comme avant. Après la pluie, il y a toujours le bea...

le 09/03/2020 à 16:49
Signaler
@Marc459 Ah bon, vous avez des tuyaux sur les projets du gouvernement, partagez les ! Merci.

à écrit le 09/03/2020 à 12:14
Signaler
Effondrement des prix du pétrole ! En tous cas à la pompe ça résiste très bien.

le 09/03/2020 à 13:54
Signaler
Certes, mais les stocks ont bien été achetés à l'ancien prix.

le 09/03/2020 à 18:20
Signaler
Je cite un autre média , le 5 mai 2019 : "Après la destruction de deux sites de production de pétrole saoudiens, "le prix des carburants sur le marché de Rotterdam a suivi l'augmentation du pétrole brut, il a augmenté de 10 %." Selon le spécialiste...

à écrit le 09/03/2020 à 11:56
Signaler
La simple vérité : les taxes et impots et soit disant malus sous tous basés sur la quantité consommée d énergie primaire (le CO2 est lié à la combustion) Supposant que nous consommons 100 en pétrole, l' état encaisse 80 aujourd'hui . Si nous ne co...

le 09/03/2020 à 12:46
Signaler
Votre calcul est faux. L'état ne perdra que sur la TVA mais pas sur la TIPP qui est fixe.

le 09/03/2020 à 14:02
Signaler
Effectivement il faudra en plus de cette baisse de revenus pour l'état,qu'il finance le chômage partiel et autres aides aux entreprises en difficultés. Comme le budget est déjà déficitaire, car même sans crise on vit toujours au-dessus de nos moyens ...

à écrit le 09/03/2020 à 11:36
Signaler
C'est bien fait et bien mérité...le Grand Capital tant loué boit la tasse !

à écrit le 09/03/2020 à 11:00
Signaler
Hahaha Bruno Le Maire qui se prend pour le boss une nouvelle fois. Un coup je montre les muscles face à Trump, l'autre coup je vais passer un coup de fil au ministre saoudien pour lui dire que c'est pas bien... Et entre temps je crée une pénurie de g...

à écrit le 09/03/2020 à 10:43
Signaler
"J'ai peur pour nos actionnaires milliardaires de chez TOTAL", aurait été sincère au moins. puisque cette chute, hélas amoindrie par leurs taxes, à la pompe devrait relancer un peu le pouvoir d'achat même si on ne peut que déplorer du coup ces si des...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.