La Cour des comptes critique la politique numérique de Pôle emploi

 |   |  415  mots
(Crédits : Reuters/Eric Gaillard)
La Cour des comptes recommande à Pôle emploi "d'améliorer la détection" des personnes qui ont des difficultés numériques et préconise que l'opérateur public "centre" son offre numérique sur les outils "les plus efficaces en terme de recherche d'emploi", dans son rapport publié ce mardi 25 février.

Pôle emploi a beaucoup développé ses services numériques depuis quelques années. Une volonté de départ lors de la naissance de l'organisme, en 2009, qui avait notamment pour principale volonté de fusionner ANPE et Assedic. L'inscription par exemple est dématérialisée. "Les modalités de détection en amont des personnes en difficulté face au numérique gagneraient cependant à être renforcées", remarque la Cour. "Le cadre actuel repose très largement sur l'auto-évaluation des personnes concernées, qui ne sont pas toujours en mesure de faire elles-mêmes un diagnostic éclairé et peuvent parfois être dans une posture de déni", ajoute-t-elle.

Des personnes en service civique, dans les zones d'accueil des agences, aident des demandeurs d'emplois, que ce soit pour s'inscrire, pour accéder à des annonces ou encore pour mettre à jour leurs droits à l'indemnisation chômage. "L'approche que développe aujourd'hui l'opérateur comporte le risque de confondre autonomie dans l'usage du numérique et autonomie dans la recherche d'emploi. Or, beaucoup de personnes autonomes du point de vue numérique ne sont pas capables de définir elles-mêmes ce dont elles ont besoin pour leur parcours", critique aussi la Cour.

S'agissant du portail internet "emploi store" qui agrège services et applis utiles à la recherche d'emploi, il "reste aujourd'hui encore relativement peu utilisé", selon la Cour. "Pendant le mois de mai 2019, le nombre de visites ayant réellement donné lieu à l'utilisation autonome d'une application n'a été que de 206.630", à mettre en regard des "6,6 millions de demandeurs d'emplois" en 2018 (toutes catégories)

 Inclusion numérique

"Les cinq services les plus utilisés représentent à eux seuls 75% des visites, ce qui signifie que les 306 services restants ne bénéficient que d'une audience marginale, voire nulle", ajoute-t-elle. La ministre du Travail Muriel Pénicaud a entre autres répondu que le nouveau "pack de démarrage", c'est-à-dire le nouvel accueil des demandeurs d'emplois (deux demi-journées et plus 45 minutes d'entretien) "permettra de détecter plus efficacement les situations où les compétences numériques constituent un frein à l'accès à l'emploi des demandeurs d'emploi".

De son côté, le directeur général de Pôle emploi, Jean Bassères, a assuré de "l'attention constante" de Pôle emploi "à la question de l'inclusion numérique" et regrette que la Cour voie dans "l'emploi store" un bilan "décevant". L'Unédic, gestionnaire de l'assurance chômage, par la voix de sa présidente, "partage les constats de la Cour".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2020 à 19:30 :
Pole Emploi ne sert qu'à radier pour faire plaisir au pouvoir en place, le culte de la statistique.
Pour avoir experimenté Pole Emploi, lors de mon premier rdv avec un "conseiller" qui n'avait même pas lu mon CV pourtant envoyé 1 mois avant le RDV.
Bref déconnection totale, incompétence de la hierarchie qui doit se nourrir uniquement de stats quantitatives de radiation plutot que de qualitatif.
Sans oublier, les mails envoyés par des escrocs pour des jobs de remplissage d'enveloppes sous couvert d'etre employeurs references par Pole emploi...
Parlant couramment 4 langues, le conseiller m'avait proposé un emploi dans le BTP car selon lui "ca recrute bien dans ce secteur". CQFD
Réponse de le 25/02/2020 à 20:25 :
Pole emploi, c'est la mort des polyglottes!

Durant de nombreuses années pouvant faire la comparaison dans quatre monde linguistiques différents, Je dois dire que l'origine a joué sur l'expérience, mais c'est tellement a l'ouest qu'il n'y a pas grand chose a dire....
a écrit le 25/02/2020 à 17:02 :
Tout ça c'est du vent! la virtualisation a fait gagné de l'argent a pole emploi, et permet a ce qu'ils puissent choisir (l'algorithme) , mais dans la vacuité de création d'emploi, du coup il n'est pas difficile de constater que tout les capitaux reviennent vers le roi qui le donne a ses duc, barons et autres...
a écrit le 25/02/2020 à 16:12 :
"S'agissant du portail internet "emploi store" "

On peut rappeler que 13 millions de français demeurent éloignés du numérique et n'utilisent pas ou peu Internet.Est-ce la même population ?
a écrit le 25/02/2020 à 14:03 :
Quand on voit leur site internet qui est super simple d'utilisation, on comprend mieux pourquoi les demandeurs d'emplois se découragent.
a écrit le 25/02/2020 à 13:33 :
Pôle emploi est une vaste entreprise de détournement d'argent public, si la cours des comptes s'arrête juste au numérique c'est qu'elle n'est pas si crédible que ça elle non plus.

IL faudrait que des journalistes fassent tout le parcours afin de le montrer et nous en informer mais c'est sûr en oligarchie ça peut vous emmener en prison de dire la vérité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :