La note de la France est confirmée

 |   |  355  mots
L'agence maintient la note AA de la France, avec des perspectives stables
L'agence maintient la note AA de la France, avec des perspectives stables (Crédits : © Brendan McDermid / Reuters)
Vendredi, l'agence de notation Fitch a maintenu la note AA de la dette à long terme de la France, l'assortissant d'une perspective stable.

L'agence de notation Fitch a maintenu vendredi la note AA de la dette à long terme de la France, l'assortissant d'une perspective stable.

"L'économie s'est mieux comportée que prévu récemment et les risques quant aux perspectives sont plus équilibrés du fait du soutien apporté par la faiblesse de l'euro et les prix plus bas du pétrole", affirme Fitch.

L'agence ajoute toutefois qu'il demeure "une incertitude quant au potentiel de croissance économique à long terme de la France".

Fitch avait abaissé la note souveraine du pays en décembre dernier, la faisant passer de AA+ à AA, en raison du dérapage budgétaire notamment.

Un déficit qui ne baissera que lentement

Vendredi, l'agence relève que le déficit budgétaire de la France "est haut par rapport à ses pairs et ne régressera que lentement".

A propos de l'expansion à plus long terme, Fitch juge les réformes du projet de "loi Macron" sur la croissance et l'activité "vastes mais pas particulièrement profondes".

La loi Macron, des réformes peu profondes

"L'impact quantitatif de ce programme de réformes est incertain et du point de vue de Fitch, ne semble pas suffisant pour renverser les tendances défavorables qui pèsent sur la croissance à long terme et la compétitivité" du pays, ajoute encore le communiqué.

Evoquant la crise grecque, Fitch estime que la Grèce restera un membre de la zone euro même si elle reconnaît que le "Grexit" est "un risque important".

"Même si une sortie de la Grèce" de l'euro "représenterait un choc significatif pour la zone euro qui pourrait déclencher un accès de volatilité sur les marchés financiers et affaiblir la confiance", l'agence ne croit pas que cela "provoquerait une crise systémique comme celle de 2012 ni la sortie rapide d'un autre pays membre".

"L'effort budgétaire du gouvernement est plus faible que celui recommandé par la Commission européenne en mars mais avec une projection réaliste d'un déficit sous les 3% en 2017, Fitch ne s'attend pas à une autre action de la part de l'Europe", affirme l'agence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2015 à 14:14 :
Grâce aux Mistrals et la politique pro-atlantiste de Valls et Hollande. A l'inverse la GB qui se replie sur elle-même se voit dégradé.

Vive la Grèce qui se moque de ces agences.
Réponse de le 13/06/2015 à 18:33 :
@V_v: la Grèce ne se moque pas des agences de notation. Son problème, c'est qu'économiquement, la Grèce n'existe pas. Par conséquent, sa notation en peut être que négative moins, moins, moins et encore moins :-)
a écrit le 13/06/2015 à 12:56 :
Le fmi a preconise en urgence de reformer le versement des pensions base cnav:un groupe de travail propose au gouvernement un abattement lie au capital mobilier et immobilier des retraite du regime general 75000 euros abattement de 35 %, sup a 75000 abattement de 8% par tranche de 10000 euros, autre piste la prise en charge des soins medicauxc a partir de 75 ans par assurance prive a la charge du patient, le prix a payer pour sauver notre jeunesse
Réponse de le 13/06/2015 à 18:09 :
A PS décideur de "va je te pousse" : croyez-vous que tous les retraités de plus de 75 ans (et moins aussi) aient des pensions qui leur permettent de prendre une assurance privée ? Ceux qui ont le minimum vieillesse seraient certainement contents de pouvoir bénéficier d'une partie de vos revenus ! Je pense qu'il serait judicieux et vite de diminuer les salaires et autres avantages d'au moins 50 % de tous vos pairs et de redistribuer cet argent à ceux qui en ont vraiment besoin !!! Ainsi, ils pourraient payer l'assurance privée que vous leur demandez de prendre !
Réponse de le 14/06/2015 à 18:29 :
@puteps: si l'assurance doit être privée, elle doit l'être pour tous et pas uniquement pour les retraités qui, rappelons-le, ont cotisé toute leur vie contrairement aux jeunes qui n'ont pas ou peu cotisé. Mais bon, les socialos font de la démago en voulant sauver la veuve et l'orphelin. Nos socialos-communistes sont beaucoup plus dangereux que Staline en son temps !!!
a écrit le 13/06/2015 à 12:28 :
La note de la France est en perspectives négative dans certaines agences. Sur la croissance, la France n’est-elle pas sous performante avec une croissance sous la moyenne OCDE et des pertes de parts industrielles plus importantes que les autres pays ? Par exemple, en agriculture alors qu’on aurait un avantage comparatif, dans les parts dans l’Europe entre 1992 et 2002, la demande en Europe augmente en importations et la part de la France se réduit : volailles +100 -16 spiritueux +90 -13 eaux minérales +90 -10 céréales +70 -18 Fruits et légumes +70 -1 viens +20 -5 huiles +40 -2 oléagineux +50 -5. Entre 80 et 99 l’export agricole augmente de 3,3% par an et en 2004 il a baissé de 3,4% par an en volume. La part de marché de la France en 1960 est de 4%, 10% en 92 et 7% en 2004. Dans la coquille Saint Jacques, on trouve que l’import passe de 1977 à 87 de 2000 t à entre 88 et 93 5 à 8000 tonnes alors que la production passe dans les années 70 de 7 kt à 2,5 entre 85 et 90. La production baisse et l’import augmente avec la consommation. L’aquaculture représente 70% de l’offre, on ne sait pas faire, le comité fonctionnaire de filière de conchyliculture ne fait rien ou bien travailler c’est trop dur, ne fait-on pas dans la CONCULTURE avec des directeurs bêtes à l’ancienneté ? En 2007, la France est le premier importateur mondial… on préfère importer plutôt que produire et on affame la population par la pénurie d’offre ? On aurait une filière mollusque avec une compétitivité 32ème ? Pour les produits manufacturés, on trouve entre la période avant crise et après crise : la production en Fév 2000 à 120 un maximum, en Nov 02 à 110 puis Juin 07 à 120, en Avril 09 à 93 comme en Sept 93 à 95, en Fév 11 à 105 puis une baisse et en Nov 13 à 98… alors que les Allemands auraient rétabli leur niveau de production, que fait l’Etat ? Comme pour la croissance ne devrait-on pas relancer deux fois plus fonctionnairement parlant ? Les importations de bien manufacturés seraient en progression pour une production stagnante… la politique d’offre, le dégraissage administratif et la baisse d’impôt c’est pour 2025 ? Et le pib par habitant en baisse au sud Europe, c’est une bonne politique ? Ne fait-on pas des Mussolini pignolos de palais, fascistes sociaux d’Etat anti jeunes et anti croissance qui font du vieillissement européen ? Ne fait-on pas dans l’appauvrissement général avec des baisses de niveau de vie ? N’est-on pas à jobardland ou bumf économy ? Pour la viande on parle de manifestation dans les abattoirs, mais les prix sont au maximum alors que la consommation et la qualité alimentaires sont en baisse avec une augmentation des volailles et une baisse du porc et du bœuf. Alors que le marché chinois progresse à l’import, le cheptel se réduit. L’indicateur FAO des prix de la viande est de 90 en 2000, entre 2011 et 2014 de 190, un pic à 210 en 2014, et 170 en 2015… aura-t-on un équarissage électoral ou bien la roue pour un paon à la croissance en microns ? Question au lecteur, la crevette, le pétoncle et la coquille on ne sait pas faire ou bien c'est trop bien pour les français, on écrase l'offre et on importe?
a écrit le 13/06/2015 à 10:53 :
En résumé:
Loi Macron:des réformes peu profondes.
Déficit budgétaire: haut, ne baissera que faiblement.
Croissance: incertitude sur son potentiel.
D'où la note: médiocre, perspective stable.
a écrit le 13/06/2015 à 10:37 :
Ces notes ont perdu beaucoup de crédibilité depuis 2008 et surtout depuis les QE qui mettent les taux d'intérêt sous anabolisants.

Je note 2 choses:

La première, compte tenu de notre taux de croissance de 0,6% sur le T1 et des réformes mises en place, on pouvait s'attendre à une meilleure note.

La seconde, qui rejoint le manque de crédibilité, c'est que dans le même temps un pays qui se réforme en profondeur avec des indicateurs macro bien meilleurs que la France voit sa note dégradée. Je veux parler bien sûr du Royaume Uni.

Depuis le rachat de Fitch en 2014, les 3 agences de notation sont américaines, ce qui pose un vrai problème d'impartialité.
Réponse de le 13/06/2015 à 11:30 :
Le t1 a 0.6% Ca ne représente sûrement pas une reprise
Quand au réforme macron qui peux croire que ça fera augmenter la croissance de façon significative ?
Réponse de le 13/06/2015 à 14:12 :
@Livestrong: ben moi je me faisais la réflexion inverse vis-à-vis du Royaume Uni ! Un pays qui a la même dette publique que nous mais qui a en revanche un déficit budgétaire à 5,5% contre 4% pour nous...et bien ce pays a une meilleure note que nous sur sa dette souveraine. Plutôt étonnant.

Et qu'on ne me parle pas de croissance, premièrement ils rattrapent leur décrochage de 300 mia en 2008-2009, et deuxièmement cette croissance est basée sur...la dette élevée justement, ainsi qu'une monnaie dévaluée !
a écrit le 13/06/2015 à 9:18 :
Le moment où les Mistral seront démantelés ou coulés, la France en aura un triple A. Garanti sur facture.
a écrit le 13/06/2015 à 9:07 :
Note bien aimable compte tenu de la qualité de notre gouvernement. Tout cela ne tient que par la BCE et les facteurs externes. La France reste dans le fossé question croissance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :