Dette souveraine : pourquoi la note de la France a-t-elle été dégradée par une agence chinoise

 |   |  320  mots
Alors que les fondamentaux économiques ne vont pas s'améliorer à court terme, les réformes lancées par la France (CICE en tête) vont réduire l'impact des coupes fiscales, estime Dagong.
Alors que les "fondamentaux économiques ne vont pas s'améliorer à court terme", les réformes lancées par la France (CICE en tête) vont réduire l'impact des coupes fiscales, estime Dagong. (Crédits : REUTERS/Gonzalo Fuentes)
Dagong Global Credit Rating a abaissé de A+ à A la note de la France, estimant que le "processus de consolidation budgétaire" a été retardé. Elle voit le déficit budgétaire atteindre 4,5% du PIB en 2015, contre 4,1% d'après les estimations gouvernementales.

La France pourra-t-elle rembourser sa dette souveraine ? L'agence de notation chinoise Dagong a exprimé lundi 16 février dans un communiqué quelques doutes en abaissant de A+ à A la note de la dette du pays libellée en devises locales et internationales.

"La faiblesse de la croissance économique a retardé le processus de consolidation budgétaire", explique l'agence apparue au milieu des années '90 et connue pour avoir abaissé en novembre 2010 la note qu'elle attribue à la dette souveraine des Etats-Unis, évoquant des menaces de faillites.

Un déficit à 2,5% en 2015

Les difficultés du gouvernement à réformer sont un problème pour la France, pointe également du doigt l'agence de notation chinoise :

"[Les] contraintes politiques externes et la divergence politique interne du parti au pouvoir vont ralentir le processus des réformes structurelles."

Alors que les "fondamentaux économiques ne vont pas s'améliorer à court terme", les réformes lancées par la France (CICE en tête) vont réduire l'impact des coupes fiscales, estime Dagong qui s'attend ainsi à voir le déficit budgétaire s'élever à 4,5% en 2015 (contre 4,4% en 2014) alors que le gouvernement dans son estimation appuyée par Bruxelles table sur 4,1%.

     | Lire Déficit public : la Cour des comptes remet en cause les objectifs de Bercy

Par ailleurs, "l'écart croissant entre les sources de remboursement et la capacité à créer de la richesse ont réduit la viabilité de la dette publique, ce qui affaiblit la capacité de remboursement" du gouvernement, écrit-elle.

Profiter de l'euro bas

Toutefois pour l'agence de notation, la France devrait bénéficier d'un contexte économique positif avec la baisse de l'euro et la faiblesse des prix de l'énergie. Elle ajoute :

"L'assouplissement quantitatif de la BCE va continuer à garantir un soutien solide à la forte demande de financement du gouvernement français, ce qui va stabiliser son niveau de crédit souverain."

Aller plus loin >> Mario Draghi arrivera-t-il à relancer l'investissement des entreprises ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2015 à 12:01 :
Là , je donne à manger à mes Mustangs.
Comme vous le savez , je suis une fermière du Minnesota. J'ai un caractère trempé.
C'est pas les Chinooks qui vont me faire peur.
Je gère 5000 têtes. Et 600 poulets.
Bon , voulez savoir ?
Si je me rappelle de mes cours d'Agriculture , à la Fac , c'était où , déjà... Ha ouais , Princeton...les Chinooks se construisent une crédibilité financière qui leur fait défaut ( alors qu'ils disposent déjà d'une expertise économique certaine ) afin de se préparer à intervenir bientôt sur les marchés mondiaux.
Attachez vos ceintures...Et fermez les yeux... Lol !
a écrit le 16/02/2015 à 16:43 :
Elle devrait aussi recommander à la France de s'orienter vers un régime communiste fort et centralisé, ce qui lui conférerait certainement une solidité à toute épreuve !
Réponse de le 16/02/2015 à 17:28 :
Et quelques conseils sur la protection sociale
Réponse de le 16/02/2015 à 17:47 :
Pourquoi, la France n'est pas un pays communiste et centralisé? Je le croyais!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :