La revanche des pouvoirs locaux

 |   |  1415  mots
(Crédits : Damien Meyer/Pool/AFP)
Après avoir été un candidat plutôt girondin, le président Macron a rapidement pris un tournant jacobin, quitte à se mettre à dos tout ou partie des élus locaux. Aux avant-postes pendant la crise sanitaire, ces derniers rêvent tout haut de sortir d’un "schéma ultra-centralisé". Le président du Sénat Gérard Larcher présentera d'ailleurs ce 2 juillet "50 propositions pour le plein exercice des libertés locales".

Des « transferts de compétences, de moyens et d'effectifs ». De l'autonomie fiscale et financière. Une « révolution de liberté et d'efficacité ». Depuis l'élection d'Emmanuel Macron à l'Élysée en mai 2017, ce tiercé gagnant revient sans cesse dans la bouche des élus locaux, à commencer par le Troyen François Baroin, président (LR) de l'Association des maires de France et putatif candidat à la présidentielle de 2022. En face, que ce soit dans une « Lettre aux Français » en pleine crise des « gilets jaunes », lors d'une conférence de presse post-Grand Débat national ou pendant une adresse à la nation un mois après le déconfinement, le chef de l'État leur répond systématiquement la même chose : « l'organisation de l'État et de notre action doit profondément changer » ; « tout ne peut pas être décidé si souvent à Paris » ; « faisons-leur davantage confiance, libérons la créativité et l'énergie du terrain », ou encore : « Je veux ouvrir une page nouvelle donnant des libertés et des responsabilités inédites (...) pour nos maires. »

Lire aussi : Décentralisation: Macron rejoue le grand débat national

Le transfert de compétences, de moyens et d'effectifs demandé par les associations d'élus est pourtant déjà à l'ordre du jour avec le projet de loi sur la décentralisation, la différenciation et la déconcentration [loi 3D, ndlr] annoncé par le gouvernement au printemps 2019 mais ajourné du fait du Covid-19. Ce texte est censé supprimer les doublons État-collectivités (décentralisation), renforcer la présence de l'État sur le terrain (déconcentration) et permettre une application différente des lois en fonction des territoires (différenciation). C'est pourquoi cette petite musique des associations d'élus...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2020 à 16:11 :
La décentralisation = clientélisme, faveurs, magouilles, détournement de l'argent public.
a écrit le 02/07/2020 à 9:40 :
Le bal des vampires !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :