La "taxe Gafa" soutenue par une large majorité de Français

 |   |  859  mots
Pour 84% des Français,  la mise en place de cette taxe est importante et pour 45% elle est même prioritaire. Seuls 9% jugent ce projet secondaire.
Pour 84% des Français, la mise en place de cette taxe est importante et pour 45% elle est même prioritaire. Seuls 9% jugent ce projet secondaire. (Crédits : Reuters)
84% des Français estiment que la taxe sur les géants du numérique est importante selon le dernier baromètre réalisé par BVA pour La Tribune.

Alors que le ministre de l'économie Bruno Le Maire a présenté ce mercredi matin en conseil des ministres son projet de taxation des géants du numérique, 84% des personnes interrogées par l'institut de sondages BVA estiment que cette fiscalité est importante. Pour le gouvernement, ces résultats pourraient apparaître comme une bouffée d'air à un moment où les pays de l'Union européenne n'ont pas réussi à s'entendre sur ce projet de fiscalité sur les grandes entreprises du numérique qui constitue une source de tensions sur le Vieux continent depuis des mois.

Le texte présenté par le locataire de Bercy prévoit une taxe à hauteur de 3% sur le chiffre d'affaires réalisé sur le territoire français et non sur les profits. Pour être imposable par le fisc français, les firmes devront réaliser un chiffre d'affaires de 750 millions d'euros à l'échelle mondiale et 25 millions d'euros en France. A la suite de cette présentation, Bruno Le Maire a précisé qu'il proposera dès la semaine prochaine à tous les partenaires européens de la France "que nous définissions une position européenne conjointe sur la taxation des grandes entreprises du numérique à défendre au niveau international".

Un Français sur deux juge cette taxe prioritaire

Dans le détail, 45% des Français estiment que cet impôt est prioritaire et 39% jugent qu'il est important mais pas prioritaire. Enfin, 9% affirment que cette taxe est secondaire. Les réponses collectées par BVA illustrent certains contrastes au sein de l'opinion publique. Ainsi, cette fiscalité serait bien plus soutenue chez les plus de 50 ans (54%) que chez les moins de 35 ans (35%).

> Lire aussi : "Taxe Gafa" : ce que contient le projet de loi de Bruno Le Maire

Parmi les catégories socioprofessionnelles, ce sont principalement les retraités (54%) et les cadres (52%) qui appuient cette mesure contrairement aux ouvriers et aux employés (41%). Au sein des forces politiques, ce sont surtout les sympathisants de la République en marche (63%) et du Parti socialiste (56%) qui défendent le texte du gouvernement. A l'inverse, les partisans de la France Insoumise (44%), des Républicains (42%) et du Rassemblement national (38%) se montrent beaucoup moins favorables en proportion.

Des réformes économiques jugées sévèrement

Sur le front de la politique économique, les Français sont nettement plus sévères. Ainsi, 63% des personnes interrogées estiment que les réformes économiques menées par le gouvernement sont mauvaises. A l'inverse, 28% jugent qu'elles sont positives. Après avoir connu un pic d'impopularité en décembre 2018 en pleine crise des "gilets jaunes", la courbe qui reflète l'opinion négative des Français est redescendue en janvier à 61% avant de légèrement se redresser en mars à 63%. Cette évolution montre que la colère des Français à l'égard du Président de la République est loin d'être retombée.

Là encore, de fortes disparités existent au niveau des résultats. Ainsi, une forte proportion chez les moins de 35 ans (67%) porte un jugement négatif sur les mesures menées par le gouvernement. Cette part est bien plus faible chez les plus de 65 ans. Chez les employés et les ouvriers, la défiance est encore significative. 72% d'entre eux considèrent que les mesures économiques du gouvernement sont mauvaises. Chez les retraités, ils sont 58% à être du même avis. Et même chez les cadres, 49% expriment une opinion défavorable.

> Lire aussi : "Taxe Gafa" : Bruno Le Maire évacue la solution européenne pour un compromis à l'OCDE

Au niveau géographique, ce sont surtout les répondants des communes ayant entre 20.000 et 100.000 habitants (68%) qui se montrent les plus critiques. Ils sont suivis des habitants des communes rurales (66%). Dans l'agglomération parisienne, 56% des habitants expriment un jugement négatif, soit un niveau bien inférieur aux autres zones géographiques. Sur le plan politique, les partisans de la République en marche soutiennent en grande majorité (85%) les choix de l'exécutif alors qu'ils sont 88% au Rassemblement national à s'y opposer, 90% à la France insoumise, 67% au Parti socialiste et 58% chez les Républicains.

Sur le plan économique, les perspectives sont loin de s'arranger. D'après les dernières projections publiées par l'OCDE ce mercredi 6 mars, la croissance du PIB devrait atteindre 1,3% cette année contre 1,5% l'année dernière et 2,3% en 2017. Si l'arsenal de mesures annoncé le 10 décembre devrait contribuer à soutenir la demande intérieure, l'essoufflement de la croissance mondiale et la perspective d'un Brexit sans accord pourraient contribuer à plomber l'activité tricolore.

> Lire aussi : Le coup de frein sur l'économie mondiale plus marqué que prévu

Méthode : Enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet du 05 au 06 mars 2019. Elle est basée sur un échantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.a représentativité de l'échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, CSP du chef de famille et de la personne interrogée, après stratification par région et catégorie d'agglomération

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2019 à 20:00 :
"et je n'y vois aucun argument sérieux contre la taxe gafa". Certes. Et de toute façon, cette taxe pourra facilement être contestée à l'omc. C'est un autre organisme us. Le problème est BIEN plus profond que cela. Pour votre info, et je partage LARGEMENT son avis, le patron de nordnet a BIEN indiqué depuis 15 ans que TOUS les acteurs notables du net avaient intérêt à ce que le net FONCTIONNE comme le minitel. Soit, cashmeuchine. Et, de PLUS, quel magnifique bigbrother qui servirait aux plus puissants soit les plus riches. Yees... Réalisons. Voyons tout simplement que derrière les machines existent des ... humains. Qui, quand la côte d'alerte sera dépassée, passeront à Linux et Tor. Qui fonctionnent TOUT aussi bien. Voyez la "darque-finance" asiatique : même principe. Aucun puissant ne peut bloquer les bits : le réseau SWIFT ne communique plus ses piratages. Vous dire...
a écrit le 07/03/2019 à 17:14 :
De toute façon c'est une NOUVELLE TAXE que l'utilisateur va payer ? leurs bénéfices ne seront pas impactés ;
a écrit le 07/03/2019 à 16:56 :
rien n'a jamais été fait, rien n'est fait et jamais rien ne sera fait pour permettre l'émergence en France d'un géant mondial à l'instar d'une des GAFAM, sauf à dégager des ressources sérieuses en mettant fin au règne du fonctionnariat pléthorique tentaculaire qui nous coûtera probablement notre fin si nous n'y prenons garde !
a écrit le 07/03/2019 à 16:23 :
Oh que bien sur cette mesure symbolique est applaudie par une grande majorité de Français jusqu'à ce que : ces 4 là boycottent la France et tous les pauvres gamins perdus sans Face Book, les Parents sans Google ou Netflix et pire pour tous Amazon.
Que de cris d'orfraie en perspective.
a écrit le 07/03/2019 à 15:39 :
Ah les braves c... toujours prêts à l'envie, la jalousie, l'aigreur, devant la réussite, normal dans un pays qui n'est pas fichu de créer de la valeur ajoutée, et qui adore la taxer. Pour ce genre d'idiotie on peut toujours compter sur eux, c'en est émouvant. Cela ne créera pas un seul emploi utile, sauf d'inutiles fonctionnaires, et cela découragera les investissements étrangers. Superbe.
a écrit le 07/03/2019 à 14:57 :
Une taxe qui doit rapporter 500 millions à restituer aux français. 10 euros par habitant, ce n'est pas énorme mais cela pourrait être un bon début.
Réponse de le 07/03/2019 à 16:35 :
Cette taxe pourrait aussi être directement réinjectée dans le numérique, R&D et plateformes françaises. Créer des l'emplois plutôt que de redistribuer bêtement. Sachant que ces emplois créeront de la croissance qui au bout du compte finira par profiter à toute la société et permettra de la redistribution.
En France, on a l'habitude de mettre le charrue avant les bœufs, raison pour laquelle on est dans le mur et qu'il est maintenant si difficile de relancer la machine plantée depuis de nombreuses années.
a écrit le 07/03/2019 à 12:49 :
Les français sont toujours favorables aux taxes quand elles concernent les autres, ceux qu'ils estiment avoir les moyens de payer. "Taxe Gafa" est un abus de langage ou une tromperie. Pas moins de sept à huit entreprises françaises sont concernées par cette taxe alors qu'elles s’acquittent déjà de l'impôt sur le revenu en France, calculé sur leur profit issu de la totalité de leur chiffre d'affaires réalisé sur le territoire national sans pouvoir contrairement au GAFA le délocaliser.
a écrit le 07/03/2019 à 12:31 :
Si 84 % sont pour taxer les GAFA c'est qu'ils n'ont que peu de connaissance de l'économie du réel car aujourd'hui ils manifestent pour leur pouvoir d'achat et c'est eux qu'ils vont la payer!
Sauf s'il est incompétent, Bruno le Maire le sait pertinemment mais ce qui compte c'est de continuer à alimenter la dépense publique..
a écrit le 07/03/2019 à 12:19 :
Pfffttt... Comment leur dire que ce n'est que du flan!
Traités de non double imposition!
En revanche!
Loi anti-distorsion de concurrence!
Limitation à 30% de part de marché!
Au-delà, tous les bénéfices vont à l'état!
Google et Facebook ont 90% de part du marché de la pub!
Ce n'est pas un impôt, c'est une sanction légale contre l'hégémonie monopolistique et les traités internationaux sont respectés!
a écrit le 07/03/2019 à 11:56 :
C'est tout simple !! Client Amazon, Netflix et Google, vous paierez plus cher, vous approuvez les taxes et bien ils vous répercuteront le surcoût de la taxe......
a écrit le 07/03/2019 à 9:26 :
GAFA et offshore.
Que justice soit faite !
Les français sont dont plus lucides et realpolitik que nos élus qui ont mis bien trop d'années pour réagir au pillage US de l'Europe.
Les filiales d’entreprises européennes, dont françaises et allemandes, sont encore trop nombreuses dans les paradis fiscaux.
Pour les filiales américaines, Trump n’a rien fait contre-elles puisqu’elles sont des armes US contre l’UE, il a juste modifié la législation US pour favoriser les rapatriements de leurs bénéfices au détriment de l’UE, pour contrer l'UE qui se rebiffe. Les GAFA ont toujours été des pompes à PIB-UE, mais avec cette nouvelle législation Trump, les flux des bénéfices de l'UE vers les USA se sont encore accélérés
---
Pour le 4ème trimestre 2019, Alphabet a annoncé un CA de 38,8 Md, et un bénéfice net de 8,9 Md. La publicité représente 82% des revenus de Google.
Google a annoncé 13 Md$ d’investissement aux Etats-Unis pour 2019.
Parce que : « Le groupe Alphabet voit une augmentation très importante de ses bénéfices grâce à un niveau d'impôts qui passe de 14,5 milliards de dollars en 2017 à 4,2 milliards en 2018. La société l'explique par la taxation des revenus placés à l'étranger et rapatriés aux États-Unis. Cette mesure a été mise en œuvre dans les premières semaines de l'administration Trump pour récupérer les bénéfices placés dans les paradis fiscaux ».
---
L’optimisation fiscale des GAFA et autres multinationales s’exerce grâce aux paradis fiscaux.
Si les avantages proposés par les paradis fiscaux sont éliminés, la justice sera rétablie.
Pour ce qui est d’imposer sur les CA et non sur les bénéfices, c’est vraiment scabreux !
Mais comme les GAFA planquent leurs bénéfices……
L’application pourrait ne pas être simple….
---

Il faut donc compter sur l’OCDE pour imposer le plus rapidement possible des impôts et taxes minimum dans le monde entier, puisque au sein de l’UE-27, quelques nations font toujours obstruction. Cette fois ce serait l’Irlande, la Suède et le Danemark (ces deux dernières sont hors ZE).
---
1) Après ceci les multinationales n’auront plus de raison d’aller s’installer dans les paradis fiscaux.
2) Les patrons d’entreprises et les oligarques n’auront plus de raison de s’y domicilier.
3) Les blanchiments (terrorisme, banditisme et mafias) seront plus difficiles, mais aussi moins fructueux.
4) Contrainte, la finance s’en retrouvera, un peu plus responsable, voir éco-responsable..
5) Des nations ne pourront plus gonfler rapidement leur PIB sans socle industriel.
5 effets kisscool d’un coup !
Au final la concurrence entre nations ou blocs économiques sera plus respectueuse des réalités économiques, des R&D nationales et de la sueur des travailleurs.
Et l’homme aura moins de possibilités pour truander. Transparence et fair-play !
a écrit le 06/03/2019 à 22:50 :
Les mesures plébiscitées sont en général d'énormes conneries. Ex : l'ISF. La taxe GAFA pour sa part est une législation fiscale d'exception dont on se demande bien comment elle pourra être mise en oeuvre en pratique.
a écrit le 06/03/2019 à 22:12 :
Ce que l'on doit faire c'est passer sur Linux dès que possible, Linux est nettement plus performant et tellement plus sécurisant... les données ne sont pas copiées à l'adminstration Trump illico presto comme avec A et MS !
Une honte que l'Europe ne favorise pas Linux qui lui permet autonomie, économie, et performance !
Réponse de le 07/03/2019 à 8:19 :
ce pourrait d'ailleurs être une décision politique française ou européenne que dans les administrations publiques on impose Linux et les logiciels libres comme LibreOffice pour la bureautique.
a écrit le 06/03/2019 à 20:34 :
TRES mauvaise nouvelle : TOUTE la presse française est fagotée par Gogole. Pour RAPPEL : TOUTE la presse espagnole a VIRE Gogole sans constater le moindre ennui.
Cherchez l'erreur... Mais c'est ton "ami"...
a écrit le 06/03/2019 à 19:20 :
C'est une TAXE qui ne pouvait être lancée que par la FRANCE !! CHAMPIONNE DU MONDE DES TAXES avec ses plus 250 taxes nationales !!! Cela n'empêchera pas de diminuer celles qui existent !!!!
a écrit le 06/03/2019 à 19:07 :
Les habitants de la région parisienne sont contre, pas surprenant: on se doute bien que si un gafa veut créer des emplois en France, ça sera à Paris et nulle part ailleurs. Ce n'est pas une raison pour qu'ils profitent des infrastructures payés par les impots de la France périphérique.
a écrit le 06/03/2019 à 18:30 :
les francais sont pour toutes les taxes justes, c'est a dire qui sont justes payees par les autres..........
ca sera refacture aux boites francaises, qui le refacturera a ses clients, mais ca, ca sera injuste et donc ultraneoliberal qui ne pense qu'au sale fric....
( enfin, s'ils arrivent a appliquer qqch, parce qu'il y a plein de moyen pour passer a cote...)
c'est comme avec la monetisation de la data, les gens sont pour! ils ne seront pas pour payer le service qui collectera leurs donnees avec de les payer pour la data ( soumis a impots, comme tout revenu, donc)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :