Le chômage reprend sa lente décrue (-0,1 point) au deuxième trimestre, au sens du BIT

 |   |  403  mots
Sur un an, le taux de chômage, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), est en baisse de 0,3 point.
Sur un an, le taux de chômage, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), est en baisse de 0,3 point. (Crédits : Reuters)
Le taux de chômage, calculé selon les normes du Bureau international du travail (BIT), s'est replié de 0,1 point au deuxième trimestre en France entière (hors Mayotte) pour s'établir à 9,1% de la population active. Un recul qui s'est principalement manifesté chez les jeunes, avec un taux au plus bas depuis 10 ans, selon les données publiées ce 14 août par l'Insee.

Après une légère remontée au premier trimestre, le taux de chômage a très légèrement baissé (-0,1 point) pour s'établir à 9,1% en France entière (hors Mayotte), selon les chiffres provisoires de l'Insee publiés ce 14 août. Sur un an, le taux de chômage, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), est en baisse de 0,3 point.

Cette diminution était attendue après le net rebond du premier trimestre (+0,3 point en métropole, +0,2 point avec les Dom-Tom), contrecoup de la franche baisse de la fin d'année 2017, mais l'Insee tablait sur une baisse plus marquée. Dans ses dernières prévisions publiées en juin, l'Insee tablait sur un recul de 0,2 point.

Les jeunes ont vu leur situation s'améliorer

Sur le trimestre, les jeunes (-0,6 point) et les catégories d'âge intermédiaires (-0,1 point) ont vu leur situation s'améliorer, tandis que celle des seniors est restée stable. Le taux de chômage des 15-24 ans s'est établi à 20,8%, son plus bas niveau depuis fin 2008, celui des 50 ans et plus à 6,5%.

En moyenne, l'Insee a comptabilisé 2,70 millions de chômeurs au deuxième trimestre, en baisse de 48.000 (-1,7%) sur trois mois et de 104.000 (-3,7%) sur un an.

Sur le deuxième trimestre, la métropole a enregistré une plus forte baisse (-0,2 point) que le reste de la France, à 8,7%. En valeur absolue, l'Insee y a comptabilisé 2,54 millions de chômeurs. Parmi eux, 1,04 million cherchent du travail depuis au moins un an. Le taux de chômage de longue durée est quant à lui resté stable sur trois mois, à 3,6% de la population active.

5,9% de Français en sous-emploi

Le "halo autour du chômage" a, lui aussi, baissé au deuxième trimestre. Ces personnes souhaitant travailler, mais pas comptabilisées parce qu'elles ne cherchent pas activement ou ne sont pas disponibles immédiatement, étaient 1,46 million au deuxième trimestre (-19.000 sur le trimestre, -25.000 sur un an).

Par ailleurs, le taux de personnes en sous-emploi, c'est-à-dire qui souhaiteraient travailler davantage, a aussi légèrement baissé (-0,1%), à 5,9% au deuxième trimestre. Il diminue de 0,2 point sur un an. Il s'agit, pour l'essentiel, de travailleurs à temps partiel subi.

Enfin, le taux d'emploi, c'est-à-dire la proportion de 15-64 ans qui travaillent, a légèrement augmenté (+0,1 point), à 65,8%, son plus haut niveau depuis le début des années 1980.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2018 à 13:42 :
C'est bien et certainement faux. +0,1, -0,1: Invérifiable.Et pour quels types d'emplois? précaires, à temps partiels et cela est une certitude.
a écrit le 15/08/2018 à 16:30 :
La canicule aurai-t-elle fait des victimes chez les chômeurs ?
a écrit le 15/08/2018 à 11:02 :
A partir du moment où le privé est massivement ponctionné par l'Etat (le contribuable également) pour financer 57% des dépenses publiques, point de salut en vue sur le front du chômage. Les différents gouvernements ont abusé des taxes et impôts en tout genre, il est aujourd'hui quasiment impossible de revenir en arrière sans provoquer une grave crise en France. L'Etat ne veut pas se réformer donc rien à attendre du coté de l'emploi, c'est logique. Il faudrait baisser massivement les charges sur les salariés et entreprises pour relancer ce pays.
a écrit le 15/08/2018 à 9:45 :
A cette vitesse, il va falloir 100 ans pour résoudre ce problème.......
a écrit le 15/08/2018 à 5:23 :
Les statistiques sont fausse si on compte le travail précaire le pleine emploie je n'y croie pas car avec l'évolution technologique et robotique plus besoin de main d'oeuvre à pare le BTP sinon l'industrie est de plus en plus robotiser et il faut dire que la croissance est trop faible pour le pleine emploi car il y a encore des entreprises qui fermés.et en plus le pouvoir d'achats des français va être plomber par la hausse des carburant et ce n'est pas fini tous le le monde va mettre la main au porte monnaie
Réponse de le 15/08/2018 à 9:28 :
Et sinon, vous prenez des cours d’orthographe pendant les vacances ?
a écrit le 14/08/2018 à 23:26 :
Alors ça c est étrange, le 25 juillet 2018,
Le parisien, Le chômage en légère hausse au deuxième trimestre (une hausse de 0,2%)
Le point, Le chômage en légère hausse au 2e trimestre (+6.700, +0,2 %)
Le monde, Pourquoi le chômage n’a pas baissé au deuxième trimestre (s’est accru de 4 600, + 0,1 %)
Le huffingtonpost, Pôle Emploi: le chômage a augmenté de 0,1% au deuxième trimestre
bfm tv, Le chômage a augmenté au deuxième trimestre (+6.700, +0,2%)

Et puis le 26 juillet...
La tribune, En France, le chômage repart légèrement à la hausse (+0,2%) au deuxième trimestre

Donc pendant les vacances d aout les chômage a diminué (c est vrai que ça embauche dur a cette époque)...?
Ou les chiffres pole emploie ne sont pas les bon...?
Ou bien se sont les chiffres de insee qui ne sont pas les bon...?

Une petite dernière, publier deux information contradictoire a 18 jours d intervalle, ne craignez vous pas que la crédibilité de La Tribune tombe a zéro ? Ou bien prenez vous vos lecteur pour des poissons rouges ?

Pour finir je dirais que pour ma part, une évolution si faible est a ranger dans les fluctuations statistique des radiations/inscriptions, le chômage n est pas près de vraiment baisser sans réellement relancé l économie, et pour cela il faut augmenter massivement (30%) les salaires, ce qui relancera la consommation, la production et donc créera de l emploie... Mais cela n arrivera pas, ils préfèrent jouer au vase communiquant avec les catégories et compliquer au maximum la vie du chômeur pour le radier temporairement, et donc gagner 0.1%.
a écrit le 14/08/2018 à 19:00 :
Et la France reste comme toujours bonne dernière... Le Luxembourg fait de la plus 2%, et tous les autres États de l'union font entre plus 0,4 et plus 1. Seule notre cousine italienne fait aussi peu que nous. Comment expliquer depuis vingt ans que la France régresse alors que les autres États de l
EU progressent ? La France devient pauvre... Pour preuve, il faut une d'évaluation de la livre de plus de 20% pour que la France redevienne 5ème, avant de se faire redepasser par la Gb puis l'inde et le Brésil... Enfin.
a écrit le 14/08/2018 à 18:26 :
Le chômage baisse. Et certaines personnes osent éditer un tract ventant les mérites de Hollande à l'origine de cettte baisse. Quel honte ce mensonge. Le chômage a commencé à diminuer des que Hollande a quitté le pouvoir. il n'y a qu'à lire les statistiques. Donc c'est ce que l'on devrait lire sur ce tract pour rétablir la vérité!
a écrit le 14/08/2018 à 15:04 :
le chomage structurel francais est entre 9 et 10% - cf patrick artus)
donc techniquement la france est environ au plein emploi........ brillant, hein?
a écrit le 14/08/2018 à 14:07 :
5,9% de Français sont en sous-emploi,

A l'évidence 2 mi temps ne font qu'un emploi, sur la base de ce raisonnement,

sans les mensonges auxquels nous habituent les politocards au pouvoir,

(le gouvernement Philippe Macron est de la même culture du mensonge que celui des Valls Fillon Raffarin)

le chômage serait en hausse réelle de 2,95 % ... au delà des 10 millions de sans emploi
a écrit le 14/08/2018 à 10:08 :
Beau choix de photographie, c'est de l'Art.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :