Le gouvernement lève le voile sur le budget 2017

 |  | 711 mots
Lecture 4 min.
Les ministères de l'Economie et des Finances seront assez lourdement mis à contribution  pour redresser les comptes publiques en 2017
Les ministères de l'Economie et des Finances seront assez lourdement mis à contribution pour redresser les comptes publiques en 2017 (Crédits : Reuters)
Lors du débat d'orientation des finances publiques à l'Assemblée nationale, Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget a donné quelques indications sur le contenu du projet de loi de finances 2017. Priorité est accordée aux dépenses régaliennes de l’Etat, c’est-à-dire les dépenses d'administration, de police, de justice, de défense, de politique étrangère et d'intervention économique.

C'est le budget de la dernière chance. Pour clore un quinquennat mouvementé, et tenter de remonter dans les enquêtes d'opinion, l'exécutif a décidé de concocter un projet de loi de finances plutôt généreux. En effet, lors du débat d'orientation des finances publiques à l'Assemblée nationale, Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget a affiché les priorités de l'exécutif.

Sans réelle surprise, compte tenu du contexte économique et social mais aussi des risques en matière de sécurité intérieure, la priorité est accordée aux dépense régaliennes de l'Etat, c'est-à-dire les dépenses d'administration, de police, de justice, de défense, de politique étrangère et d'intervention économique.

De fait, le projet de budget pour 2017 prévoit d'augmenter les moyens des ministères en charge de l'emploi, de la sécurité et de l'éducation. " Pour 2017, nous proposerons davantage de moyens pour ces trois postes de dépenses", a annoncé Christian Eckert.

Priorité aux dépenses régaliennes

Précisément, le budget du ministère de l'Emploi augmentera de 1,8 milliard d'euro par rapport à 2016 pour notamment financer le plan pour l'emploi annoncé en janvier par François Hollande, le chef de l'Etat.

Les enveloppes budgétaires des ministères de l'Intérieur, de la Justice et de la Défense augmenteront respectivement de 863 millions, 295 millions et de 533 millions, dans le cadre notamment du renforcement de la lutte contre le terrorisme. Les fonds du ministère de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur grimpera pour sa part de 2,9 milliards d'euros.

De nouvelles économies sont prévues

Pour financer ces dépenses, le gouvernement a décidé "de nouvelles économies sur les champs non prioritaires de notre action", a détaillé le secrétaire d'Etat, en assurant que toutes les dépenses nouvelles seraient "bel et bien financées".

Trois ministères verront voir leurs moyens réduits. Il s'agit du ministère des Finances, dont le budget sera amputé de 165 millions d'euros, de l'Economie (36 millions) et celui de l'Aménagement du territoire (26 millions). En matière d'effectifs, 16.125 postes seront créés dans les ministères prioritaires, dont 2.100 à la Justice, 1.746 à l'Intérieur (principalement des policiers et gendarmes) et 11.662 à l'Education nationale. Les autres ministères verront leurs effectifs réduits de 2.290 postes, dont 1.512 pour le seul ministère des Finances.

Les dépenses repartent à la hausse

Cet effort entraîne mécaniquement une hausse des dépenses de l'Etat, à hauteur de 3,3 milliards d'euros. Ce qui n'était pas prévu. Initialement, elles devaient baisser de 3,5 milliards. C'est donc un geste de 6,8 milliards d'euros que l'Etat prévoit de faire l'année prochaine. "Cette augmentation, non seulement nous l'assumons mais nous la revendiquons ", a assuré le ministre, en insistant sur le faire que cette hausse des dépenses intervenait "après quatre ans de baisse ".

En dépit de cette générosité, le secrétaire d'Etat se veut rassurant sur la capacité de la France à respecter ses engagements en matière de finances publiques. "Le déficit public atteindra par ailleurs bel et bien 2,7% en 2017, conformément à nos engagements européens. Nous avons fait des efforts pendant quatre ans, nous n'allons certainement pas les dilapider la dernière année", a-t-il déclaré.

Un tour de passe-passe fiscal

Pour financer ces mesures, outre les coupes franches dans les budgets de certains ministères, le gouvernement compte sur un tour de passe-passe. En décidant d'augmenter le taux du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) de 6% à 7% en lieu et place d'une suppression de la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S), il gagne un an puisque ce crédit d'impôt est reversé aux entreprises avec un an de retard, en fonction de leurs résultats de l'année précédente. De fait, l'impact budgétaire de 4,2 milliards d'euros pour l'Etat est décalé de 2017 à 2018. Par ailleurs, le ministère des Finances prévoit de récupérer 1,4 milliard d'euros supplémentaires grâce à la lutte contre la fraude fiscale, et d'économiser 700 millions sur la facture des contentieux fiscaux européens et 500 millions sur la charge de la dette, grâce aux taux d'intérêt historiquement bas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2016 à 10:37 :
Rien n’est dit sur les nouveaux impôts décides à l’encontre des propriétaires, votés par le parlement! !!!!
Rien sur les baisses d’impôts promises par notre Président !!!!!!
a écrit le 10/07/2016 à 11:03 :
Et pourquoi ne toujours pas toucher à ce qui nous coute le plus pour aucun bénéfices? Les dépenses dû aux sénateurs, membres des assemblées, ministres et présidents? A quoi sert de dépenser en protection, transport, téléphones... pour des présidents et ministres qui ne sont plus au pouvoir, peu de nos citoyens savent même que certain touche toujours ces avantages tel que comme Valérie Giscard-d'Estaing... Quand au fonctionnement vivement que certain "s'y mettent"... Un téléphone oublié à Nantes, voitures individuelles de fonctions plutôt qu'un bus commun, avions pour aller regarder un match de foot en Allemagne... Et combien le quinquennat nous coûte en campagne présidentielles? Et ce tous les 5 ans au lieu de 7 précédemment...
a écrit le 09/07/2016 à 11:08 :
j ai toujours cru que le voile est interdit dans notre ripouxblique laique je me teompe comme toujours n'est il pas
a écrit le 09/07/2016 à 10:49 :
Un BUDGET DE FIN DE REGNE ...
Toujours généreux avec l'argent des contribuables et qui plus est, il sera ASSUME PAR
D'AUTRES...
Monsieur Eckert est à l'image du reste de ces gouvernements INCOMPETENT et MENTEUR .
POURQUOI ENVISAGER DES ECONOMIES quand on est soi-même le PREMIER BENFICIAIRE DES LARGESSES DE CETTE DICTATURE AU 49-3 ?
Dehors tous ce monde d'incapables !
a écrit le 08/07/2016 à 14:45 :
Ces méthodes récurrentes de distribution/avantages pré-électoraux nous coûtent chers, à tous niveaux.

Les temps changent, ils serait temps que ces pratiques changent.

En attendant, la France est plombée par des décisions prises avant tout pour des intérêts politiques, personnels et égocentriques.

A quand des politiciens qui auraient le courage, l'honnêteté et l'envie réelle de réformer la France que ce soit au niveau structurel, corporatistes, etc ... en commençant par revoir leurs propres avantages en tous genres, leurs obligations, leur encadrement, leurs prérogatives.

Nous ne sommes plus au temps de la royauté et nous n'avons plus les moyens de gaspiller notre argent et nos moyens.

De plus, comment les politiques/politiciens veulent être audibles et crédibles alors qu'il y a une telle déconnexion entre la réalité/les réalités et le(s) pouvoir(s) ? Comment est-il possible d'exiger ce que les politiques/politiciens sont incapables de s'appliquer à eux-mêmes ?

Pour réformer, il faut aussi avoir le courage et l'honnêteté de se réformer afin d'être crédible et cohérent !

En attendant, la France se meurt un peu plus, chaque jour. A quand une réelle démarche constructive ? Qui aura le courage d'avancer et de faire avancer la France du bon côté sans surenchérir et ne faire que promettre, sans incohérences et sans manipulations/magouilles ?
a écrit le 07/07/2016 à 20:11 :
Belle continuité de nos 40 dernières années avant une élection distribution à crédit en milliards puis pour l'amuse gueule pardon le foutage de gueule quelques économies en millions et encore sur le papier en réalité aucune on connait la chanson. Lorsque je vois que le gouffre de notre cher mammouth va encore augmenter avec toujours cette constations, difficultés pour bon nombre d'enfants de savoir lire à l'entrée au collège je dis que l'on donne encore de l'agent aux syndicats à défaut d'améliorer la connaissance. Enfin pour quand la suppression de la moitié des académies des conseils en tout genre tout à fait inutile ou redondant etc etc l'EN une gouffre financier auquel il faut rajouter les budgets des régions, départements, communes soit un budget d'environ 8 pour cent du PIB. Avec ce budget indicatif le contribuable passera encore pour quelques années de dettes supplémentaires à la caisse des impôts et taxes non pas pour une réalité économique mais pour le bon plaisir de cette caste menteuse versatile sans morale sans aucune parole et oui le MOI Président n'était avec évidence qu'un slogan de campagne pas mieux avec M. Bismuth qui lui aussi promet monts et merveilles mais qui a montré comme le Président actuel que les promesses politiques sont celles qui ne seront JAMAIS TENUES . Tous dans le même sac et dire que des électeurs continuent à se déplacer il faut aimer se faire.....
a écrit le 07/07/2016 à 19:15 :
Douce France.....
a écrit le 07/07/2016 à 17:33 :
bonjour et les retraites avec 215e par mois je fait quoi
Réponse de le 07/07/2016 à 20:05 :
pas possible... ou vous oubliez de signaler le montant de la retraite de votre conjoint(e)
a écrit le 07/07/2016 à 17:31 :
Des coupes symbolique sans effet. De toutes façon la moitié du budget de l'état passe dans les protections sociales. donc pas besoin d'etre savant pour savoir que si l'on veut vraiment baisser les dépenses il faut obligatoirement couper dans le sociale et ça personne (ni de gauche, ni de droite, ni de nulle part)) n'ose le faire, par peur de faire trop de mécontents.
a écrit le 07/07/2016 à 17:29 :
Dépenses publiques (en % du PIB) 2012: 56,8 2013: 57,0 2014: 57,3 2015: 56,8. Info issue du site de l'insee. Pourtant notre ministre dit: "cette hausse des dépenses intervenait "après quatre ans de baisse ". Bon alors là il faut m'expliquer! Assumez vos responsabilités !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :