Le Parlement adopte définitivement le projet de loi santé

 |   |  375  mots
Parmi les mesures controversées que prévoit la loi santé, la généralisation du tiers payant rencontre une opposition farouche chez les médecins libéraux.
Parmi les mesures controversées que prévoit la loi santé, la généralisation du tiers payant rencontre une opposition farouche chez les médecins libéraux. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Le paquet de tabac neutre obligatoire et la généralisation du tiers payant, parmi les mesures les plus controversées, ont été entérinées dans une ambiance houleuse.

"Modernisation" pour les uns, "loi liberticide" pour les autres. Le Parlement a adopté définitivement jeudi, par un ultime vote de l'Assemblée et dans une ambiance houleuse, le projet de loi controversé sur la Santé, qui prévoit le paquet neutre de tabac obligatoire en mai 2016 et une généralisation du tiers payant en 2017.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a défendu un texte de "lutte contre les inégalités", "contre l'immobilisme et la résignation", face à un baroud d'honneur de la droite, qui a une nouvelle fois défendu buralistes et médecins libéraux, opposés à ces deux mesures phares.

Vers une saisine du Conseil constitutionnel ?

A l'appel du "Mouvement pour la Santé de tous", quelques médecins s'étaient rassemblés dans la matinée à proximité de l'Assemblée pour dénoncer une loi "liberticide", a constaté une journaliste de l'AFP. Ils ont déposé des chrysanthèmes au sol, en "hommage" à la médecine libérale, derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire "honte".

Le texte de "modernisation" du système de santé, dont la présentation en Conseil des ministres remonte à l'automne 2014, a été approuvé par les socialistes, radicaux de gauche et écologistes, tandis que les élus Les Républicains, UDI et la plupart du Front de gauche ont voté contre, à main levée. Le groupe LR a annoncé qu'il allait saisir le Conseil constitutionnel.

De nombreuses mesures  controversées

Nouvelle définition du service public hospitalier, parcours éducatif en santé, logos sur la qualité nutritionnelle des aliments industriels, interdiction de l'emploi de mannequins trop maigres ou encore expérimentation de salles de consommation de drogue à moindre risque, dites "salles de shoot", et suppression du délai de réflexion pour les femmes souhaitant une IVG: le projet de loi comporte nombre d'autres mesures.

La présidente de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, Catherine Lemorton (PS), a répété dans l'hémicycle son opposition à l'assouplissement de la loi Évin sur la publicité pour les boissons alcooliques, introduit au cours des débats contre l'avis de Marisol Touraine. "La loi Evin était un équilibre" et elle est "mise à mal", a-t-elle déploré, à l'unisson de nombreux spécialistes des addictions.

(Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2015 à 20:55 :
A quand le permis à points pour soigner les patients! Quant aux patients, tout leur parcours santé étant mémorisé dans le détail, chaque nouvelle consultation pourra faire l'objet d'une étude d'opportunité coût/résultat attendu pour les soins projetés. Par exemple, pas de prothèse de hanche pour une personne âgée de plus de 90 ans.
Comme si la bureaucratie était un gage d'égalité. Elle est plutôt dans les faits le domaine des passe-droits.
Réponse de le 18/12/2015 à 16:41 :
Une personne de plus de 90 ans "moyenne" à 8 possibilités sur 10 de mourir du fait même de la situation d'opération et non bien entendu de la chirurgie en elle même. On comprend pourquoi il y a hésitation ou du moins questionnement adapté. Evitons de spéculer sans information, @Boule.
a écrit le 17/12/2015 à 16:17 :
Qu'est-ce qu'une boisson alcoolique?....
a écrit le 17/12/2015 à 16:17 :
Qu'est-ce qu'une boisson alcoolique?....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :