Le revenu des agriculteurs a très légèrement augmenté en 2016

 |   |  381  mots
(Crédits : EMMANUEL FOUDROT)
En hausse de 1% en 2016 selon la sécurité sociale agricole, le revenu moyen des agriculteurs se redresse lentement après les fortes baisses de 2015.

Le secteur agricole, qui traverse une grave crise, a vu son revenu moyen augmenter en 2016 de 1%, toutes productions confondues, a annoncé vendredi la MSA (sécurité sociale agricole) dans un communiqué. Tous les secteurs profitent de cette embellie, hormis le secteur céréalier, victime d'une moisson catastrophique et de cours mondiaux déprimés, qui ont entraîné une chute de leurs revenus (-20,8%). Dans l'élevage en hors-sol (industriel), les revenus professionnels de 2016 augmentent fortement (+ 41,9%), et dans l'élevage laitier la progression atteint 1,2%, selon la MSA.
Ces secteurs se redressent après des évolutions de revenus très négatives en 2015 (-11,7% pour la filière hors-sol et -30,7 % pour la filière laitière). Dans l'élevage dont la finalité est la viande et dans la viticulture, les revenus professionnels sont à nouveau en hausse. La progression s'élève à 24,8% dans la filière viande et 1,7% dans la viticulture. Dans le secteur des céréales et des cultures industrielles, le recul de 2016 fait suite à une baisse encore plus importante en 2015 (-21,5%).
Parmi les chefs d'exploitations imposés sur leur revenu réel (et pas au forfait), 19,2% ont des revenus 2016 déficitaires et 20,1% ont un revenu positif qui n'excède pas 4.315 euros par an, soit 360 euros par mois. Les grandes cultures (céréales, oléagineux) concentrent un peu plus de 30% des déficits, 18,4% en polyculture associée à de l'élevage et 16,3 % dans l'élevage laitier.
Cependant, "les grandes cultures et la polyculture-élevage, qui concentrent le plus grand nombre de déficits et le plus grand nombre de chefs (d'exploitation) en déficit, sont aussi les filières (avec la viticulture) qui comptent le plus de chefs avec des revenus professionnels parmi les plus élevés", précise la MSA, qui souligne de "profondes disparités".
Conséquence de ces difficultés, près de 3.500 exploitants agricoles, "en situation de burn-out ou d'épuisement professionnel", ont bénéficié en 2017 de l'aide au répit. "Nous souhaitons poursuivre ce programme qui a démontré toute son utilité sociale. Aussi, nous recherchons actuellement des solutions pour assurer la reconduite de ce dispositif", déclare Pascal Cormery, président de la MSA, cité dans le communiqué. Un peu plus de 450.000 exploitants agricoles ont cotisé au total en 2017 à la MSA.

(AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2018 à 8:36 :
1% d'augmentation ! C'est confondant en effet. Comment peut-on argumenter avec ce chiffre.C'est se moquer des gens qui travaillent tres dur.
a écrit le 25/02/2018 à 15:39 :
C'est pour ça que beaucoup de paysans mettent la clef sous la porte ils gagnent trop d'argent .
a écrit le 25/02/2018 à 10:32 :
nos agriculteurs ne sont pas des ZIG .. ils ont le soutien de la population..les députés d en marche sont bien silencieux ! !
a écrit le 25/02/2018 à 10:32 :
nos agriculteurs ne sont pas des ZIG .. ils ont le soutien de la population..les députés d en marche sont bien silencieux ! !
a écrit le 25/02/2018 à 8:55 :
Dans un département le conseil général va verser des subventions à des arboriculteurs qui ont du patrimoine, des subventions pour replanter des vieux vergers. Cela semble une blague et pourtant c'est la vérité. Personne n'a eu l'idée de demander à arboriculteurs s'ils ne pouvaient pas le faire sur leurs deniers.
a écrit le 24/02/2018 à 18:17 :
Tous ces revenus sont sans les aides européennes ou pas ?
a écrit le 24/02/2018 à 17:00 :
il ne faut pas confondre ..(gros céréalier industriel bien subventionné.... et l agriculteur / éleveur qui rame..
a écrit le 24/02/2018 à 15:58 :
le WSJ écrivait le 08 février dernier que le revenu des agriculteurs US va encore baisser cette année. il sera inférieur de plus de 50% au revenu record de 2013 ("Farm belt braces for falling income, trade disputes", Wall Street Journal, 08/02/2018).
a écrit le 24/02/2018 à 14:24 :
Entre un gros céréalier qui trade des céréales entre deux séjours de vacances, et un petit éleveur qui crève... je pense que le terme agriculteur n'a absolument aucun sens.

Cependant les agriculteurs font statistiquement partie des plus riches de France!

La manifestation de ces céréalier frôle l'indécence, surtout qu'ils ont surement déjà bien vendu la récolte 2018!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :