Le télétravail permettrait de réduire de 1,3% les émissions de gaz à effet de serre en France (Ademe)

 |   |  452  mots
(Crédits : https://unsplash.com/photos/C3V88BOoRoM)
Adopté par 41% des actifs pendant le confinement, le télétravail offrirait « un potentiel considérable » pour réduire la congestion des routes et donc les émissions de gaz à effet de serre, selon l’Ademe.

Recommandé par le gouvernement comme moyen de lutte contre le Covid-19, le travail à distance s'est largement démocratisé durant le confinement. Ce mode de fonctionnement, apprécié par plus de 70% d'actifs, pourrait à l'avenir contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre, selon le rapport de l'Ademe - l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie - présenté aujourd'hui.

D'après les calculs de l'Ademe, en se basant sur un potentiel de 35% des actifs en télétravail ponctuel, les déplacements en France pourraient être réduits de 2,4% (soit 3,3 millions de déplacements évités par semaine). Ainsi, 1,3% des émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par les voitures seraient évitées.

Lire aussi : Télétravail : pourquoi le Covid-19 a changé la donne

Effet domino, le télétravail est aussi "un moyen efficace de relocaliser les activités du quotidien autour du domicile", et il modifie le rapport des Français à la cuisine (réorganisation des courses, moins de gaspillage alimentaire). Une aubaine quand on sait que 71% des actifs qui avaient déjà expérimenté le travail à distance souhaitent y avoir recours plus souvent, d'après une étude réalisée début mai par le cabinet 6t auprès de 3.990 personnes. 60% des personnes interrogées déclarent avoir une meilleure gestion du stress et être plus concentrées pour travailler.

Lire aussi : Avec le télétravail, travaillons en circuit court !

Le risque des "effets rebonds"

Toutefois, l'Ademe tient à souligner les effets négatifs du télétravail. Quelque 45% des Français se disent "prêts à choisir un lieu de résidence plus loin de leur emploi", et vice versa. En outre, la période de confinement a été propice au développement des achats en ligne. Près de 3/4 des Français y ont eu recours dont 37% n'avaient jamais acheté sur internet. Deux tiers des initiés comptent réitérer l'expérience.

L'étude de l'Ademe met également aussi en avant la montée en puissance des livraisons de repas à domicile, source d'emballages et de plastique. Pour contrer ce fléau, l'Etat et les acteurs du marché tentent de trouver des solutions rapidement. La secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson a justement annoncé mercredi que les acteurs de la livraison de repas à domicile avaient jusqu'à octobre pour proposer "une stratégie zéro déchet".

"L'apparente facilité qu'inspire l'e-commerce ne doit pas faire oublier l'impact du numérique, la logistique, les emballages, et la surconsommation" qu'il génère, alerte Pierre Galio, chef du service consommation de l'Ademe.

Lire aussi : Le télétravail va-t-il devenir la norme et le bureau l'exception ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2020 à 18:22 :
Le télétravail, cette utopie qui va achever de détruire l'emploi en France. Les rêveurs oublient que si le télétravail peut être fait en province, rien ne s'oppose donc qu'il se fasse au Maghreb. Quand à l'impact carbone, la France compte pour si peu , que si elle réduit toute seule , elle va se tirer une balle dans le pied.Toutes les mesures dans le monde n'auront aucun impact si on n'ose pas s'attaquer à la seule cause du réchauffement climatique , la démographie incontrôlée des pays du Sud.
Réponse de le 02/07/2020 à 22:34 :
Le sempiternel argument fallacieux: la France pèse qui peu, prétexte pour ne rien faire ...
Réponse de le 03/07/2020 à 23:29 :
On multipliera par 3 le chômage au moins.
Les restaurants, les garages, le pétrole et j'en passe car la liste est longue ...
La vie sociale pourrait perdre des plumes.
Réfléchissez avant !!!
a écrit le 02/07/2020 à 16:52 :
" Quelque 45% des Français se disent "prêts à choisir un lieu de résidence plus loin de leur emploi", et vice versa"

Vous pouvez rajouter "aisés" car ceux qui envisagent ce choix à la TV ,n'ont par l'air paumé.
a écrit le 02/07/2020 à 16:47 :
"Adopté par 41% des actifs pendant le confinement"

Je ne savais pas que 5 millions en télétravail dont pratiquement que des cadres faisait 41% des actifs .En 2017, selon l'enquête Emploi , la population active au sens du Bureau international du travail (BIT) est estimée à 29,7 millions de personnes de 15 ans ou plus en France.
a écrit le 02/07/2020 à 16:11 :
Avec des transports publics homogènes en adéquation avec des horaires de travail homogènes on y gagnerait plus en terme de pollution à mon avis mais il n'y a pas que le problème du déplacement il y a également le facteur immobilier qui entre en compte, déjà que les PME sont obligées de payer pour les multinationales elles subissent également de plein fouet cette spéculation immobilière qui après avoir ravagé le logement s'attaque forcément au secteur professionnel.

Bref la première des raisons de notre crise économique c'est la cupidité et rien d'autre, d'être obligé sans arrêt de ne pas parler de ce sujet car raison de vivre de ceux qui ont tout génère moult pollutions et autres nombreuses catastrophes avec lesquelles il faut faire et donc dépenser une multitude de ressources tandis que les solutions les plus simples sont d'emblée écartées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :