Les Français ont foi en le "Made in France"... pas en la politique industrielle

 |  | 583 mots
Lecture 3 min.
Sept Français sur dix considèrent que l'industrie française offre des métiers d'avenir.
Sept Français sur dix considèrent que l'industrie française offre des métiers d'avenir. (Crédits : Reuters)
Les Français jugent que l'industrie nationale est délaissée par les pouvoirs publics, mais demeurent optimistes pour son avenir.

Les haut-fourneaux de Florange, Goodyear et plus récemment Alstom, l'industrie française fait souvent parler d'elle pour ses déboires ces dernières années. De quoi influencer son image auprès des Français. Pour en avoir une vision plus précise, OpinionWay a dévoilé la semaine passée son étude "Les Français et la politique industrielle de la France", réalisée pour le cabinet OPEO. Les interrogés estiment que les faiblesses viennent davantage de contraintes extérieures que de l'industrie elle-même.

■ 80% pensent que l'industrie a été délaissée sous François Hollande

À 4% de popularité dans les sondages, le chef de l'Etat ne gagne pas en crédibilité grâce à sa politique industrielle. Pas moins de 8 Français sur 10 estiment que le secteur secondaire a été délaissé sous sa présidence. Son prédécesseur n'est pas épargné. Une part similaire de la population (73%) juge que le mandat de Nicolas Sarkozy n'a pas montré de résultats.

■ La fiscalité, premier frein réglementaire pour une majorité de Français

La réglementation est au cœur des débats dans la campagne présidentielle. Dans le sillon du Medef, les candidats de la primaire de la droite et du centre plaident pour plus de "souplesse". Pour les électeurs, la fiscalité (53%) française constitue la première faiblesse de l'industrie nationale. S'en suivent les délocalisations (50%) et le droit du travail (38%). En revanche, la réglementation européenne, souvent pointée du doigt, n'est citée que par 29% des Français, ils étaient 69% en 2010.

■ 3 sur 4 recommanderaient à leurs enfants de travailler dans l'industrie

L'industrie, un secteur dépassée ? Ce n'est pas ce qu'en disent les Français. Sept sur dix considèrent même qu'elle est offre des métiers d'avenir. La conviction est encore plus forte chez ceux qui y travaillent personnellement (75%).

Sont-ils pour autant prêts à recommander à leurs enfants de se lancer dans l'aventure? Oui, répond une majorité d'interrogés (57%). Les Français directement concernées sont les meilleurs ambassadeurs de l'industrie. Les deux tiers des personnes travaillant ou ayant un proche travaillant dans l'industrie encourageraient leurs enfants à marcher dans leurs pas.

■ Le prestige du "Made in France", un atout incontestable

Pour les interrogés, l'industrie française est portée par des filières d'exception. Le savoir-faire français domine certains marchés avec des groupes internationaux à forte visibilité. En particulier le luxe perçu par comme étant le secteur industriel français le plus performant (50%), suivi de la construction aéronautique ou spatiale (38%), la construction navale (29%), le nucléaire (26%) et l'armement (20%).

Une renommée bâtie pour partie grâce l'image de qualité renvoyée par le savoir-faire Français. Quelque 43% des personnes interrogées estiment que le prestige du "Made in France" est un des principaux atouts de l'industrie française.

■ Juppé et Macron : les mieux placés pour relancer l'industrie

L'élection présidentielle prochaine sera l'occasion de proposer des solutions concrètes pour redresser la compétitivité industrielle française, et c'est ce que les trois quart des interrogés attendent, à droite comme à gauche. Alain Juppé et Emmanuel Macron sont les personnalités politiques susceptibles de proposer la politique industrielle la plus efficace selon les Français (respectivement 42% et 41%). Suivent Arnaud Montebourg (31%) et François Fillon (29%).

----

(*) Étude réalisée auprès d'un échantillon de 1500 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2016 à 18:39 :
Alors que les Français s'inquiètent à juste titre du déclin de l'industrie française au cours des mandats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, ils fondent de gros espoirs dans ce secteur gros porteur d'activités et d'emplois. C'est du moins l'un des enseignements de l'étude OPEO Opinion Way. Mais alors, comment expliquer à ces mêmes Français que les candidats à la primaire de la droite n'aient, à aucun moment lors de leurs débats télévisés, évoqué l'avenir de ce poids lourd de l'économie ?
La chronique proposée par la webradio webtv indépendante AWI vous en dit plus.
a écrit le 17/11/2016 à 8:40 :
le cœur bleu blanc rouge mais le portefeuille ailleurs ; nous sommes tous responsables de cette désindustrialisation , mettons du civisme dans nos achats pour inverser la tendance
a écrit le 16/11/2016 à 21:47 :
C'est sûr qu'avec la politique de désindustrialisation actuellement organisée par l'oligarchie financière nationale, ce n'est pas terrible comme poltique industrielle.
a écrit le 16/11/2016 à 19:35 :
ou est le made in françe allez sur un chantier pas un engin de marque française meme chose pour l agricol pas une marque de tracteur français
a écrit le 16/11/2016 à 19:33 :
ou est le made in françe allez sur un chantier pas un engin de marque française meme chose pour l agricol pas une marque de tracteur
a écrit le 16/11/2016 à 17:39 :
Hollande a donc eu raison de sauver Alstom et d'autres entreprises :))
a écrit le 16/11/2016 à 16:53 :
En FRANCE, rien n'est fait pour l'industrie. Et quand on voit les programmes de ceux qui en ont un, c'est le vide sidéral.

On préfère subventionner à tout va, les agriculteurs, les artisans, les restaurants (baisse de la TVA, dégrèvement d'impôts sur certains travaux..), les bureaux de tabac, plutôt que d'aider l'industrie. Ce qui passe aussi par une vraie politique. Quand GENERAL MOTORS (OPEL) a voulu fermé ses usines allemandes en 2009, MERKLEL a dit non, et GENERAL MOTORS s'est exécuté. Depuis OPEL, va bien.


En outre, cela passe aussi par une politique de formation, par une politique de développement de la recherche, en particulier appliqueé (les instituts MAXPLANCK en ALLEMAGNE).

Mais tout va bien : certains candidats veulent faire un déficit de 4.7 % du PIB, sans donner un sou à l'industrie...
Dans 5 ans, on ira se faire subventionner en plantant des carottes sur les balcons, cela rapportera plus.
Même l'industrie italienne va mieux que la nôtre.

Même pas la peine d'en parler à MACRON, qui ne sait même pas qu'un produit, cela existe. Quant à LR, cela rapporte peu d'électeurs, et en plus, ils ne votent pas pour vous donc on s'en fout. (A part le Maire de BELFORT, vous savez, le copain de la CGT)
a écrit le 16/11/2016 à 16:48 :
80% pensent que l'industrie a été délaissée : montre que les Français sont sous-informés/desinformés. tendance à la reindustrialisation, dixit Trendeo. les employeurs du secteur manufacturier sont les plus optimistes (ManpowerGroup).
3/4 recommenderaient l'industrie : mon œil.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :