Les Français veulent une baisse du chômage en 2016, peuvent-ils l'espérer ?

 |   |  481  mots
Selon l'Insee, ga France devrait renouer avec les créations d'emploi : 73.000 pour le seul premier semestre
Selon l'Insee, ga France devrait renouer avec les créations d'emploi : 73.000 pour le seul premier semestre (Crédits : reuters.com)
Pour la nouvelle année, plus de 50% des Français souhaitent voir le nombre de chômeurs diminuer selon un sondage. De nouvelles mesures seront annoncées en janvier par le Premier ministre Manuel Valls pour dynamiser le marché de l'emploi.

Le léger recul de 0,4% du chômage en novembre est-il de bonne augure pour 2016 ? C'est ce qu'espèrent la majorité des Français (56%) pour 2016 alors que "faire baisser le chômage" occupe de nouveau la place de premier vœu pour l'année à venir parmi une dizaine de souhaits, selon un sondage publié jeudi 31 décembre et mené par Odoxa pour Le Parisien, France Info et l'entreprise MCI (événementiel).

"Le record des chiffres du chômage en octobre" est ainsi l'événement économique le plus marquant de 2015 pour 63% des Français. Pôle emploi recensait fin octobre 3,59 millions de chômeurs en métropole, un record. La statistique a, depuis, légèrement baissé en novembre avec un nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A qui a reculé de 15.000.

Perspectives positives et mesures de relance

Le meilleur est-il à venir ? Le gouvernement en est certain. Outre une simplification du code du travail, qui sera adapté à l'économie numérique, prévue en début d'année, de nouvelles mesures seront annoncées en janvier par le Premier ministre Manuel Valls pour dynamiser le marché de l'emploi.

"La progression de l'alternance permettra d'améliorer l'insertion dans l'emploi des jeunes : sur les six premiers mois de la campagne 2015/2016, les contrats d'apprentissage ont progressé de 3,2 % par rapport à la même période en 2014 et les contrats de professionnalisation à destination des jeunes sont en hausse de 10 % depuis le début de l'année", explique le ministère.

C'est un retour en arrière singulier. Au début du quinquennat, l'exécutif avait siphonné les budgets consacrés à l'apprentissage pour financer les contrats d'avenir.

Ces mesures sont attendues par les chefs d'entreprises. Pour l'instant, le redressement du taux de marge n'a bénéficié qu'à l'investissement. Un bon point à condition que la reprise se confirme, c'est à dire que les carnets de commandes se remplissent, des mesures fortes pourraient peut-être les inciter à embaucher durablement. Pour l'instant, parce qu'ils sont encore en sureffectif, qu'ils sont inquiets, ils préfèrent se tourner vers l'intérim. En novembre, pour le troisième mois consécutif, le nombre de personnes en intérim a augmenté de 5% selon le baromètre Prism'emploi. Il avait augmenté de 6,1% en septembre et de 9,6% en octobre.

Les perspectives pour 2016 sont toutefois positives selon la dernière note de conjoncture de l'Insee. La France devrait ainsi renouer avec les créations d'emploi : 73.000 pour le seul premier semestre. L'institut d'études statistiques et économiques s'attend à ce que la situation s'améliore progressivement sur le front de l'emploi tablant sur un taux de chômage à 10% à la fin du premier semestre, contre 10,2% au terme de l'année 2015.

Sondage réalisé en ligne les 23 et 24 décembre auprès d'un échantillon de 1.042 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

 (avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2016 à 10:21 :
Déjà il y a un problème de thermomètre puisqu'il ne s'agit pas de décompter les heures travaillées rapportées à la population, mais il s'agit de décompter les demandeurs. On peut tout à fait baisser la demande sans augmenter l'offre. Imaginez simplement qu'on supprime l'assurance-chômage mais qu'on utilise les crédits UNEDIC soit pour soutenir une entreprise en difficulté temporaire afin d'éviter qu'elle licencie, soit pour activer des emplois dans le secteur non marchand si c'est nécessaire (développer des marchés de type "coiffeur pour les pauvres" par exemple). Dans ce cas on garantit à la personne qui demande non plus une allocation mais un travail (pas forcément celui de son choix par contre) : pas sûr que tous les demandeurs continueraient de demander...
a écrit le 02/01/2016 à 18:59 :
Cessons de rêver. Pourquoi voulez-vous que le chômage baisse? Dans les années 70 on travaillait 40h/semaine, aujourd’hui, le temps légal est de 35h mais en réalité le temps effectif de travail se situe autour de 38 ou 39h. Entre temps, il y a eu d’énormes gains de productivité. Les pays pauvres se sont invités sur le marché du travail et nos industriels ont logiquement délocalisés leurs activités.
Cela ne peut que générer du chômage.
Dans les années 70 IBM France employait 18000 personnes, aujourd’hui c’est 9000. ET pourtant l’informatique s’est fortement développée. Les 9000 personnes d’IBM France produisent plus de travail que les 18000 des années 70. S’il n’y avait pas eu de gain de productivité, IBM France emploierait peut être 30000 personnes.
Ce n’est qu’un exemple. Récemment j’ai vu un reportage sur la fabrication des calissons. A la fin de la chaine de production on voyait des robots qui déposaient les calissons dans leur emballage. Cela avec une précision et une vitesse qu’un homme ne pourrait pas assuré. J’imagine que 40 ou 50 ans plutôt c’était une chaine humaine qui réalisait cette tâche. Dans le reportage, j’aurais bien aimé que le journaliste demande quel est l’effectif de cette unité de production et qu’il demande aussi quel était l’effectif 40 ans plus tôt. La comparaison aurait été intéressante
Les politiques de droite ou de gauche nous mentent sur les perspectives du chômage. Mais est-ce de leur faute? Certainement pas, il ne faut que nous tenir le discours qu’on a envie d’entendre. Les responsables de cette situation ce sont les experts, économistes qui refusent de voir la réalité du monde d’aujourd’hui. Et les médias qui les suivent aveuglément. Et nous tous qui gobons tout cela, sans prendre un peu de recul et se poser les bonnes questions.
Quant aux décideurs, industriels et chef d’entreprises, ce n’est pas eu d’aller contre leur intérêt. Le discours du MEDEF « réduisons le cout du travail et on créera un million d’emplois » est une tromperie mais ils sont dans leur rôle. Jusqu’au jour ou faute de client devenus majoritairement chômeurs ou avec un emploi précaire, ils ne trouveront plus d’acheteurs et devront mettre la clef sous la porte.
Et malheureusement ce problème ne va que s’aggraver. Dans gains énormes de productivités sont attendus et ils vont concerner des emplois qui jusqu’à présent n’étaient pas concernés. Tout cela avec le développement de l’intelligence artificielle et le traitement des données de masse.
Que faire? D’abord admettre que le monde a changé. Ne pas se poser les bonnes questions ne peut pas permettre d’apporter les bonnes réponses. J’avoue que je ne sais pas quelle solution il faudrait adopter.
Réponse de le 03/01/2016 à 22:51 :
tout d'abord, les parents ne doivent plus se désinteressé du sort de leurs enfants !! ensuite nous devons réfléchir à la plus value que tel ou tel travail pourra apporter : les vendeurs restent indispensables : ne rêvons pas il y aura des marches arrières sur les sites commerciaux informatiques : les gens veulent pouvoir essayer, déguster... et d'autres métiers d'artisanat ou de production reviendrons dans les fermes : les normes devront baisser !!! mais nous aurons de plus petites unités !!
Il y a des solutions, mais ne laissez pas les autres en décider pour vous : prenez vous en main et refléchissez -y !!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 10/01/2016 à 9:58 :
Bertrand, il y a bcp de jeunes (ou moins) qui se bougent dans leurs "fermes" dans ma région touristique.
Dans mon usine, il y avait 8 techniciens en 2002, il n'y en a plus que 4,5 pour la même production.
Oui, il faut éduquer autrement nos enfants et baisser nos "exigences au quotidien", peut-être repromouvoir le travail et lutter efficacement contre les excés ... Facile à écrire .....
a écrit le 02/01/2016 à 11:39 :
Il faut que le marché du travail (re)devienne un marché comme un autre, où se rejoignent l'offre et la demande. Et où le prix du travail soit la variable qui permet au marché d'équilibrer cette offre et cette demande. Ce qui suppose
1) de supprimer le SMIC
2) de supprimer toute référence au temps de travail de la loi, dans la limite du maximum européen de 48 heures hebdiomadaires (donc supprimer les 35 heures et le temps minimum obligatoire pour un temps partiel de 24 heures instauré débit 2015).
Sans ces deux mesures indispensables pour un retour à un vrai marché du travail, il n'y aura jamais de baisse structurelle du chômage.
Réponse de le 02/01/2016 à 19:04 :
Avez lu votre réponse? Un peu de réflexion et vous comprendrez l'énormité de vos propos.
Ce que vous souhaitez c'est le retour à l'esclavage. Mais aujourd'hui avec nos modes de productions, on serait incapable d'employer tous les esclaves dont vous rêvez
Que ferez vous si demain votre patron vous dit qu'il peut employer des gens moins chers que vous dans un autre pays? Et si vous etes le patron, et que vos clients vous trouvent trop chers, pas assez productif, que ferez vous? Seul vous n'y arriverez pas.
Réponse de le 03/01/2016 à 9:59 :
à Bruno_bd : Il faut faire ce que vous dites avec les deux petits bémols suivants. D'abord il ne faut pas baisser le revenu disponible des smicards mais baisser le coût du SMIC (ce qui n'est pas la même chose). La différence ne doit pas être payée par les entreprises mais simplement par les individus dont le revenu est supérieur à la moyenne par l'impôt pesant sur les personnes physiques (cette différence peut être comparée à un RSA socle qu'on conserve quand on travaille). Ensuite, si par malheur votre recette de résorbtion du chômage ne fonctionnait pas pour une personne demandant du travail, il faudrait le garantir quand même au besoin dans le secteur non marchand par financement à partir du free cash flow des entreprises ce qui n'ampute ni le coût du travail ni l'investissement (mais le risque est faible puisque vous dites qu'il n'y a alors plus de chômage).
Réponse de le 03/01/2016 à 22:55 :
non l'analyse est juste sauf que.... vous ne voyez pas que le smig est un frein... à l'augmentation des salaires. Tout doit être revu : les études qui doivent apporter un vrai savoir faire car si vous avez un vrai savoir faire vous pouvez le valoriser. Les salaires restent bas pour ceux qui ne savent rien faire et qui ne savent toujours rien faire à 50 ans et j'en connais beaucoup : le travail les a toujours em...... et donc ils n'ont pas voulu améliorer leur savoir-faire
Réponse de le 10/01/2016 à 10:14 :
Le changement de mentalité qui correspond à ce que vous proposer est énorme : Cela prendra plus d'une génération si les politiques vont dans votre sens. On est pas prêt en France à vivre comme aux USA.
je ne suis pas d'accord avec Bertrand car mon couple paye 14000 euros d'impôts à 50 ans, grace à notre travail depuis 35 ans et mes grand-parents paysans (terrains)!
Il faut plus d'Europe car notre marché de 250 millions de consommateurs est incontournable et il faudra en EU ponctionner les bénéfices des sociétés "financières" et éviter les exils fiscaux.
Réponse de le 10/01/2016 à 10:16 :
Le changement de mentalité qui correspond à ce que vous proposer est énorme : Cela prendra plus d'une génération si les politiques vont dans votre sens. On est pas prêt en France à vivre comme aux USA.
je ne suis pas d'accord avec Gerard car mon couple paye 14000 euros d'impôts à 50 ans, grâce à notre travail depuis 35 ans et grâce à mes grand-parents paysans (terrains)!
Il faut plus d'Europe car notre marché de 250 millions de consommateurs est incontournable et il faudra en EU ponctionner les bénéfices des sociétés "financières" et éviter les exils fiscaux.
a écrit le 01/01/2016 à 16:11 :
Hollande n'aime pas les riches:il y en a de moins en moins en France ,mais il aime les chômeurs c'est pourquoi il y en a de plus en plus.Ca le rassure car un chomeur est pauvre ou le devient et il aime les pauvres.
a écrit le 01/01/2016 à 15:55 :
Il n'est pas interdit d'espérer. L'espoir fait vivre .Le chômage baissera quand on aura besoin de main d'oeuvre et qu'elle coute moins que ce qu'elle rapporte et que ce bénéfice n'aille pas directement dans la poche de l'état.
a écrit le 01/01/2016 à 10:42 :
Si c'est pour ne constater aucune avancée sur le chômage (2016 sera encore très difficile, n'en doutez pas), autant dépenser le moins possible pour le traiter, laisser cet argent à ceux qui sauront créer de l'activité' pour que dans quelques années on redémarre. Il faut être fous pour toujours dépenser plus pour des activités qui n'apportent rien à personne.il sufirait d'interroger les chômeurs pour savoir que les
Pseudos emplois aidés, pôle emploi.. Ne résolvent pas la question. Et en ce qui concerne la formation, à quand un discours politique visant à sensibiliser les irresponsables gâchant les moyens accordés par la Nation pour leur donner un enseignement et/ou une formation. Il est hahurissant qu'un jeune passe toute sa scolarité et en ressorte sans rien savoir: il est alors le premier responsable de sa situation..
Réponse de le 03/01/2016 à 10:07 :
Ce ne sont pas les emplois qu'il faut aider mais les personnes. Si on veut baisser les coûts salariaux des emplois à faible valeur ajoutée pour en créer davantage, cette redistribution directe est inévitable. Il s'agit de transférer de l'argent des personnes physiques riches (revenu supérieur à la moyenne) vers les personnes physiques pauvres (revenu inférieur à la moyenne). Ce n'est pas une dépense administrative et ça n'alourdit en rien les comptes des entreprises.
a écrit le 01/01/2016 à 8:26 :
on peut s 'attendre à une baisse des chiffres du chômage !!!!
pas à une baisse du chômage !!!
A moi, 2017 !!!!!
a écrit le 01/01/2016 à 2:05 :
il y aura aussi autre chose : Hollande ira piquer l'argent sur les comptes des gens : il en a aujourd'hui le droit par une loi votée en aout 2015 !!!
a écrit le 31/12/2015 à 21:58 :
bien sur que oui cela coule de source avec les paroles de notre president vrnere et respeste par tous et par toutes avec la promsses d un contrat de formation. Eho ui il fallait pas sortir de St Cire pour inventer une solution pareille. Merci qui merci Mooa je boen entendu. Au mois de mai 20127 je voterai surement pour notre president bien aime ( meme Sego Valoche et Jujulse etc...etc...)
Réponse de le 01/01/2016 à 18:36 :
"Au mois de mai 20127 je voterai surement pour notre president":ça m'étonnerait!
a écrit le 31/12/2015 à 20:48 :
riena attendre de ce gvt de bons a rien, d'incapables qui ne pensent qu'a leur réélection en 2017.les francais sont des moutons et des veaux qui s'imaginent que el spolitiques travaillent pour eux alors que seul leur carrière politiques les interresse...
a écrit le 31/12/2015 à 18:23 :
Hélas des veaux les français comme disait De Gaulle !
Réponse de le 31/12/2015 à 20:21 :
Oui ce sont des veaux, je ne comprend pas pourquoi il y a encore des gens qui parlent d'une baisse du chômage alors que c'est juste un transfert des chômeurs de catégorie A vers B, et donc un maquillage de l'augmentation réelle. La réalité c'est que l'augmentation du chômage est systématique depuis des années.

C'est triste de recourir au maquillage mais de mon point de vue l'état ne peut pas avoir d'effet sur le chômage, et il n'a donc pas d'autre solution que celle-ci pour doper le moral des chômeurs. Bienvenue au théâtre.
a écrit le 31/12/2015 à 18:21 :
Hélas des veaux les français !!!
a écrit le 31/12/2015 à 17:27 :
Le chomage semble malheureusement inéluctable, d'autant que l'on nous annonce que les 150 000 fonctionnaires embauchés dans les collectivités territoriales pendant le quinquennat de N. Sarkozy seraient bien trop nombreux et pas assez productifs. Dans la situation actuelle, le mieux à espèrer serait un transfert de quelques uns des dites collectivités vers les effectifs dédiés à la sécurité du territoire et à la santé....qui eux sont débordés. D'autres pistes: l'apprentissage vers les métiers de l'artisanat, du batiment et de l'industrie,mais là on va faire baisser le nombre de bacheliers, qui soit dit en passant écrivent le mot de Cambronne avec trois "r" mais bacheliers tout de meme...et cela ne va pas plaire à un bastion de notre République :l'éducation nationale...Allez M'sieur MACRON vous etes bien parti, mais faites encore des efforts!
Réponse de le 02/01/2016 à 11:32 :
Oui mais pas facile de transformer un gratte papier de catégorie C ou un chargé de mission-bidon dans un conseil régional en un flic de choc au RAID ou à la DGSI.
a écrit le 31/12/2015 à 14:47 :
En trafiquant les chiffres tout est possible.... Et les Français de grands naïfs
a écrit le 31/12/2015 à 14:18 :
mais c'est une plaisanterie ou une malhonnêteté de ce gouvernement; en fait le chômage des cat. ABCDE a AUGMENTE fortement de 15 000 cat A baisse de 15000, catB (activité courte HAUSSE de 6200), cat C activité réduite longue HAUSSE de 15500, cat. D (stage) HAUSSE de 2200, cat E. (contarts aidés) HAUSSE de 7300. vérifiable: http://www.boursorama.com/actualites/le-chomage-en-novembre-1-14f1987dbf4e0e12767f4e92e2bea8e8
a écrit le 31/12/2015 à 14:00 :
Une baisse purement administrative, donc bidon, comme celui qui l'organise, depuis sa planque à l'Elysée. On ne voit pas comment une économie asphyxiée par les taxes et les charges, pourrait recréer des emplois à valeur ajoutée. Donc nous auront droit aux sempiternels emplois de fonctionnaires pour faire semblant, "Cela ne coute rien, c'est l'Etat qui paye" comme dit un certain hypocrite, qui ne s'est manifestement jamais demandé qui payait l'Etat. Une économie dont l'Etat prélève 57% de la richesse, sans création de valeur ajoutée marchande, est une économie entrain de mourir, une économie de prédateurs socialistes. La hausse des taux le démontrera amplement.
a écrit le 31/12/2015 à 13:21 :
Évidemment non ! Rien ne changera car ce sont les mêmes politiques qui sont mises en œuvre depuis 30 ans par la droite et la gauche. Le pays va continuer à lentement couler malgré une conjonction d'éléments favorables. Le problème de ce pays sont les politiques eux mêmes. La réforme du code du travail n'a pas été entamée, une poignée d'excités de syndicats voyous bloque le pays gangréné par 6 millions de fonctionnaires, on continue à distribuer généreusement des aides sociales financées à crédit, etc... Et le pire arrive avec le second mandat de Hollande qui terminera d'achever l'économie moribonde du pays. Qu'y faire ? Plus rien, il est largement trop tard.
a écrit le 31/12/2015 à 13:05 :
Avec de telles perspectives , les jeunes vont s'éclater et faire la fête. 0.2 % de moins en
2016, le nirvana. Et dire que cette baisse est financée par des emplois subventionnés,
ce n'est pas glorieux. On peut espérer sans trop y croire, que les socialistes vont enfin
libérer les entreprises des innombrables entraves accumulées par l'administration
pléthorique depuis des années. On peut aussi rêver d'une fiscalité non confiscatoire,
Pour cela, il faudrait que les socialistes réalisent qu'ils vivent au 21 ème . Ce n'est pas gagné. Bonne année à tous malgré tout.
a écrit le 31/12/2015 à 13:04 :
Une partie du chomage est en fait du temps de travail libéré par les gains de productivité. Ce temps de travail libéré doit être financé par une taxe sur l'énergie, cette taxe sur l'énergie serait favorable au climat.
Réponse de le 31/12/2015 à 14:50 :
Vous travaillez dans l'administration? Taxe taxe taxe taxe
a écrit le 31/12/2015 à 13:03 :
tant qu'il y aura des fonctionnaires, il n'y aura aucune relance de l'emploi !!!!
Réponse de le 03/01/2016 à 10:12 :
Parce que vous pensez que si tous les travailleurs de l'éducation ou de la santé étaient contractuels, ça changerait du tout au tout les équations économiques ?
a écrit le 31/12/2015 à 12:21 :
Nous en sommes réduits à l'espérance, comme l'agriculteur espère la pluie pour ses cultures, triste réalité. Tant que les règles ne seront pas changées, aucune chance de voir une vraie basse de chômage. Les fonctionnaires qui nous gouvernent depuis 40 ans ne changeront rien, nous le savons bien mais nous allons probablement élire les mêmes, le pays continuera à sombrer inexorablement et nous continuerons à râler continuellement tout en observant la chute. La France est devenue un bateau à la dérive, l'équipage est HS et la mutinerie se profile à l'horizon....!
a écrit le 31/12/2015 à 12:00 :
nous avons prevus une baisse des des retraites cnav de 28% soit 60000 emplois a creer dans la fonction publiques
Réponse de le 31/12/2015 à 12:49 :
Et on les finance comment ces emplois publiques? Par une taxe sur les élus? les sympathisants? Les cartes du PS?
Réponse de le 31/12/2015 à 13:15 :
êtes-vous fou ??????????????
Réponse de le 31/12/2015 à 14:52 :
Toujours dans la provoc! Faudra trouver autre chose c'est lassant
a écrit le 31/12/2015 à 11:46 :
Je dirai NON. Mais comme dans le football, on est pas à l'abri d'une victoire, d'un accident de parcours comme en 1998. Une victoire inattendue et incroyable. Alors je redis NON pas de baisse du chômage en additionnant les catégories A+B+C territoires d'outre-mer compris.
a écrit le 31/12/2015 à 11:45 :
Il a fallu à HOLLANDE et sa clique plus de 3 ans pour constater l'ampleur de toutes leurs erreurs sur l'emploi en général : le pillage fiscal et social des entreprises notamment les PME et TPE (+ 63 milliards de charges sociales et fiscales et 40 de CICE) sur la fiscalité des classes moyennes, asphyxiées par les taxes et prélèvements de toute nature, donc aujourd'hui marche arrière toute sur la formation, sur la création d'emplois marchands sur l'allègement des charges et au 01/01/2016 pour 9 millions de ménage au titre de l'I.R.
Alors oui avec un peu de reprise économique et la continuation du triptyque: pétrole, taux d'intérêt et euro à la baisse, on ne peut qu'avoir une baisse du chômage, mais même avec 100.000 chômeurs de moins, cela ne représentera que 3,5% de baisse.
Alors qu'en Allemagne avec 4,5% de chômeurs et 6% en GB, on restera de toute manière à la traîne de l'euro groupe en matière de croissance de création d'emplois et de déficits.
a écrit le 31/12/2015 à 11:40 :
les embauches restent dynamiques dans les secteurs importants(start up,finance ,consulting,communication et collectivités).cela va entrainer le reste des secteurs,je ne me fais pas de soucis pour 2016.le coup de pouce de la BCE désserera l'étau mortifère auquel sont soumises les dépenses publiques,cela veut dire fort redémarrage pour les équipements publics.
Réponse de le 31/12/2015 à 13:17 :
vous avez déjà eu une activité en dehors de vos révasseries ?????
Réponse de le 31/12/2015 à 14:22 :
au RSA vous n'êtes pas satisfait? manque une prime de Noel, pour clore votre année. Ahh les assistés ps, des profiteurs comme ceux du gouvernement socialisse, mais eux s'en mettent plein les fouilles, vous le gars d'en bas, appelé affectueusement par hollande les "sans-dents"t, RIEN que dalle, nada, des clopinettes; ah si il défend bêtement ses idoles qui eux se marrent de tant de bêtise.
Réponse de le 31/12/2015 à 22:04 :
vous etes toujours a jour de votre coti 2016 de votre carte de membre bienfaiteur du parti petiteluPS?
a écrit le 31/12/2015 à 11:27 :
IL ONT VENDU NOS PRODUCTIONS AUX TRUTS ETRANGER ? SAUVEZ LES BANQUES QUI ONT SPECULE A OUTRANCE POUR LES ACTIONNAIRES? BIENTOT IL N Y AURAS PLUS RIEN A VENDRE ET PLUS RIEN A ACHETEZ. DONC ? ON VAS VERS DES JOURS NOIR POUR LA FRANCE ET LES FRANCAIS ???
a écrit le 31/12/2015 à 11:08 :
personne ne doute que par magie, les chiffres du chomage seront bons avant la presidentielle!
en sortant les chomeurs via des formations, en obligeant les entreprises a prendre des apprentis sous peine d'amende apres avoir tt fait pour les decourager, en sortant un maximum de chomeur longue duree et en les transferant en categorie rmiste
pour le reste il suffit de discuter avec des entreprises, petites moyennes ou grande, pour avoir une bonne idee... et si on complete ca en discutant avec des chefs d'entreprises, ca peut etre complet ( pour revisiter les chiffres macroeconometriques)
Réponse de le 31/12/2015 à 12:12 :
@Churchill: tout à fait d'accord, mais ce qu'il y a de triste dans cette affaire, c'est qu'une majorité de citoyens n'est pas suffisamment intelligente pour se rendre compte de la manipulation :-)
Réponse de le 31/12/2015 à 16:37 :
Ou tu as vu que les entreprises étaient obligé de prendre des apprentis sous peine d'amande? Du grand n'importe quoi, étant entrepreneur s'est la premiere que j'entends des conneries pareil.
a écrit le 31/12/2015 à 10:47 :
Réponse NON ! le chômage n'est qu'une résultante en aval, de la chaîne économique ... donc, tant que le capital et son développement seront sanctionné par l'arme fiscale...et le code du travail et ses syndicats ...il n'y a rien a attendre...! et plus grave ...la confiance en ce gouvernement à disparu...alors ...les investisseurs nationaux et internationaux ..attendent patiemment .... la chute ... du dernier gouvernement entièrement socialiste en UE ...
a écrit le 31/12/2015 à 10:12 :
On ne va pas retenir la nième solution bancale des emplois aidés des apprentissages, des emplois associatifs et autres minables astuces politiques pour faire varier de toute façon à la marge le nombre de chômeurs avec quelques radiations pour agrémenter le tout, je ne pense pas en dehors de la magouille électoraliste que le chômage baissera sensiblement en 2016 de plus l'environnement international n'est pas bleu. Pour une véritable baisse du chômage il faut trois volontés, le politique pas par des aides qui pour les financer augmente les impôts et créer des taxes à foison mais des économies drastiques sur les dépenses de l'Etat et des collectivités, le Medef avec un vrai plan d'investissement et une vision de l'économie européenne et française la mondiale est déjà dans le business de nos grands groupes et dans la nouvelle économie, enfin les syndicats qui doivent comprendre que nous sommes dans une économie mondialisée et que la France n'est pas hors du système comme elle se met depuis plus de 40 ans et donc acceptera de changer certaines règles du travail . Nos trois institutions économiques!!! le politique , le Medef et les syndicats sont les 3 pourvoyeurs de chômage et je rajouterai une partie des citoyens qui avec un chômage indemnisé pendant 24 mois n'incite pas à courir pour certains immédiatement après un emploi. Enfin et non des moindre les banques qui elles refusent d'accepter que le marché du travail à changer et que de nouvelles idées pour les prêts doivent être mises en place en tenant compte des CDD, le CDI devient ou deviendra une rareté. mais également accepter un vrai risque pour prêter aux entreprises type PME & TPE.
Réponse de le 31/12/2015 à 10:53 :
Bon commentaires,ajoutons:
Code du Travail totalement imbuvable.
Taxation de l'entreprise,sur la base le PS n'aime pas les riches.
Le manque de motivation pour créer en France,sinon comment expliquer la migration des talents français??
Et surtout cette stagnation des politiques,qui depuis la 1ere crise pétrolière
sont aux abois,et ce n'est pas faute de dénoncer les incompétences par médias !!
Bon Réveillon!!!!
a écrit le 31/12/2015 à 10:09 :
Ce que les esclavagistes du patronat et du gouvernement à leur solde ne comprennent toujours pas, c’est que leurs mesures n’ont aucune chance de fonctionner pour une raison pourtant évidente : puisque chaque mesure est toujours en faveur des exploiteurs, précarise toujours plus la grande majorité des travailleurs, tout en compressant toujours plus leurs maigres revenus au profit du capital, ceux-ci n’ont plus les moyens de consommer, et les carnets de commandes se vident de plus en plus. C’est le problème récurrent des mesures qui ne profitent qu’à une minorité de profiteurs.

Logique pourtant simple : pour acheter, j’ai besoin d’argent. Bien que je travaille, je ne reçois pas d’argent, ou tout du moins tellement peu, que je n’achète rien.

C’est pour cela que régulièrement, pour nous forcer à acheter des choses inutiles, le pouvoir rend obligatoire soit la mutuelle, soit le détecteur de fumée, etc. Il ne sait plus comment faire pour nous tondre au profit de ses obligés puisqu’il n’y a presque plus rien à tondre.

À force de trop vouloir s’accaparer toute la richesses, les actionnaires scient la branche sur laquelle ils sont assis. Le parasite, une fois son hôte mort, meurt également.
Réponse de le 31/12/2015 à 11:11 :
j'ai une bonne nouvelle pour vous!!!
comme ca n'interesse plus personne d'exploiter les autres, vous n'avez qu'a creer vous meme des entreprises pas rentables en sacrifiant votre vie de famille, votre temps et votre argent en vous developpant vous meme un ulcere en vous battant avec l'administration!
c'est ce qu'on appelle ' la reduction des inegalites dans la prise de risque et le temps de travail', et la reduction des inegalites, c'est une priorite!
( si vous ne le faites pas il y aura bcp plus de chomeur, et le fn passera; ca sera votre faute) ;-)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))
Réponse de le 31/12/2015 à 13:25 :
j'ai une bonne nouvelle pour vous : je pars créé ma boîte à l'étranger, ainsi je ne vous exploiterais pas !!!!
Réponse de le 31/12/2015 à 15:17 :
ben c'est simple...prenez un second job, non? dites nous sommes au 21e siècle et votre discours enfin ce truc, date de 1928, non? dites évoluez, wifi, TV, voiture, etc...et puis auto entrepreneur, micro entreprise, pas cher facile et puis en voiture, la jalousie chez certains est innée, non??? à plaindre....
Réponse de le 01/01/2016 à 9:46 :
Partez à l’étranger, ça ne change rien. Vos carnets de commande resteront vide puisque le même système est en place partout.

L’avantage en plus est, qu’à l’étranger, vous n’aurez aucune protection sociale. Donc, une fois que vous aurez été ruiné par votre propre imbécilité et égoïsme, vous rejoindrez les nombreux pauvres et loqueteux du pays.

Ne vous avisez en revanche surtout pas de revenir ici, chez nous. Les profiteurs de votre genre sont indésirables.

Certes, le discours date un peu, mais rien n’a changé depuis. Mis à part après guerre où un meilleur partage avait été instauré, nous sommes en pleine régression et revenons à grand pas au XIXème siècle.

Quant à l’inconséquent qui suggère de prendre un second job, il oublie qu’un job à temps plein, ça fait déjà beaucoup et qu’il y a également une charge de famille à assumer. Mais, cela signifie-t-il donc que vous trouvez cela normal d’avoir besoin de plus d’un job à temps pleins pour simplement survivre ?
a écrit le 31/12/2015 à 10:08 :
On peut toujours rêver !
a écrit le 31/12/2015 à 9:50 :
Il faut être réaliste, le chômage réel ne baissera pas, bien au contraire il progressera ;

Le problème est que le gouvernement Valls est comme le gouvernement Fillon, des gouvernements squattés par des piètres comédiens qui n'ont jamais travaillé de leur vie et n'ont en conséquence aucune compétence pour exercer les postes qu'ils occupent après les avoir acceptés sur désignation arbitraire, très arbitraire.

Les Français savent que les gouvernements trichent et mentent honteusement depuis 20 ans ;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :