Les Français vont-ils ouvrir leur porte-monnaie ? Quand la consommation va-t-elle repartir ?

En France, comme ailleurs, les dépenses des ménages se sont taries pendant le confinement, obligeant fabricants et distributeurs à stocker vêtements, meubles ou véhicules... et à puiser dans leur trésorerie pour payer leurs charges fixes. Un retour de la demande serait synonyme de reprise d'activité pour les entreprises, ce qui leur permettrait par la suite d'embaucher et d'investir. Le point sur l'état de la consommation en France, ce levier essentiel à la reprise économique du pays. Et surtout: comment accélérer le mouvement ?
Pour éviter une épargne de précaution, il faut faire en sorte que les anticipations de tout le monde soient les plus positives possibles, ce qui peut supposer de mobiliser des plans de relance pour redonner confiance, expliquait récemment le directeur de l'OFCE, Xavier Timbeau. Certains pays comme les États-Unis distribuent des sommes d'argent aux particuliers. La France a prévu une aide financière pour les ménages modestes et les jeunes précaires.
Pour éviter une épargne de précaution, il faut "faire en sorte que les anticipations de tout le monde soient les plus positives possibles", ce qui peut supposer de mobiliser des plans de relance pour redonner confiance, expliquait récemment le directeur de l'OFCE, Xavier Timbeau. Certains pays comme les États-Unis distribuent des sommes d'argent aux particuliers. La France a prévu une aide financière pour les ménages modestes et les jeunes précaires. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)

Les Français semblent peu enclins à sortir leur porte-monnaie, alors qu'ils ont beaucoup épargné pendant le confinement. Un comportement scruté de près, tant un retour de la consommation peut contribuer à la reprise économique.

La relance de la consommation, clé de la reprise économique

Le retour de la consommation "va être le détonateur pour avoir une accélération de la reprise économique, car cette crise du coronavirus c'est surtout un choc sur la demande", explique à l'AFP Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

En France, comme ailleurs, les dépenses des ménages se sont taries pendant le confinement, obligeant fabricants et distributeurs à stocker vêtements, meubles ou véhicules... et à puiser dans leur trésorerie pour payer leurs charges fixes.

Un retour de la demande serait synonyme de reprise d'activité pour les entreprises, ce qui leur permettrait par la suite d'embaucher et d'investir.

"Si la consommation ne redémarre pas, rien d'autre ne pourra repartir", souligne auprès de l'AFP Alexandre Delaigue, professeur d'économie à l'université de Lille.

Qu'en est-il pour l'État ? de ses rentrées fiscales ?

L'Etat bénéficierait aussi du retour de la consommation puisqu'elle engendre d'importantes recettes fiscales. En France, la TVA pèse près de 45% de ces recettes.

De plus, la consommation "est le principal moteur en termes de contribution à la croissance, bien avant l'investissement", indique M. Dembik.

Le gouvernement compte sur la création de richesse pour rembourser au travers des prélèvements existants (TVA, cotisations sociales, impôts etc.) la dette engendrée par la crise sanitaire. Il s'attend toutefois à un plongeon de 11% du PIB et à un déficit public de 11,4% du PIB pour l'année 2020.

"Tant que l'activité économique ne repart pas, on se retrouve avec plus de dépenses publiques - liées aux plans de relance, au chômage partiel - que de recettes", précise M. Delaigue. Cette dégradation des comptes publics risque de limiter la capacité de soutien de l'Etat par la suite, prévient-il.

Comment accélérer le mouvement ?

Il est "probable que la montée attendue du chômage et le contexte global de forte incertitude continuent de peser sur les comportements d'achats", a averti mardi la Banque de France, qui considère le rythme du rebond de la consommation comme l'élément "essentiel" de la reprise.

Pour éviter une épargne de précaution, il faut "faire en sorte que les anticipations de tout le monde soient les plus positives possibles", ce qui peut supposer de mobiliser des plans de relance pour redonner confiance, expliquait récemment le directeur de l'OFCE, Xavier Timbeau.

Certains pays comme les Etats-Unis distribuent des sommes d'argent aux particuliers. La France a prévu une aide financière pour les ménages modestes et les jeunes précaires.

D'autres nations, tels que le Japon, optent pour des bons d'achats. Cette idée est "très pertinente", mais "il faut que ces bons soient conditionnés à certains types d'achats pour éviter de favoriser des produits importés", estime M. Dembik.

Le Medef et la Confédération des petites et moyennes entreprises proposent également des mesures fiscales pour favoriser les dons intergénérationnels et permettre aux salariés de débloquer leur participation.

Autre stratégie: réduire temporairement la TVA, une mesure adoptée par l'Allemagne mais écartée par la France en raison notamment de son coût élevé.

Stimuler la consommation, est-ce compatible avec l'écologie ?

Pour combiner reprise économique et transition écologique, l'Etat peut flécher une partie de la consommation en direction de biens et services verts, avec certaines aides.

Le Medef propose ainsi de distribuer aux ménages modestes des "éco-chèques" financés par l'Etat, un dispositif "transverse" permettant de payer achats (nourriture bio, équipements ménagers économes en énergie) et services écologiques. Mesure plus ciblée: la CPME suggère de réduire la TVA sur les activités de réparations, par exemple de vélo.

Pour l'heure, le gouvernement a pris ce type de mesures pour le secteur automobile, avec notamment la hausse du bonus pour l'achat d'un véhicule électrique neuf.

"Il est possible d'avoir un volet écologique mais ce ne sera pas le cœur de la relance", estime M. Dembik. "Malheureusement, il est très rare de pouvoir changer de logiciel en période de crise en raison du coût d'une telle décision".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 29
à écrit le 13/06/2020 à 0:53
Signaler
Si la consommation repart suffisamment on part en hyper inflation

à écrit le 12/06/2020 à 20:05
Signaler
Ça fait bizarre de lire ça. Je ne laisse jamais de commentaires mais pour une fois j'ai envie de l'ouvrir. Alors par quoi commencer ?... Peut-être par ces theories et raisonnements économiques des années 90 auxquels personne ne croit plus mis à part ...

à écrit le 11/06/2020 à 22:29
Signaler
Le confinement m'a permis de me reinterroger sur ma manière de consommer nouveau retraité j'avais anticipé ma baisse conséquente de revenus depuis plusieurs années. Primo développement du jardinage bio + 4 poules pondeuses. Suppression d'un véhic...

à écrit le 11/06/2020 à 21:03
Signaler
"Pour éviter une épargne de précaution, il faut "faire en sorte que les anticipations de tout le monde soient les plus positives possibles". C'est évident, dans un pays où la croissance est tirée par les services et la consommation intérieure, il fa...

à écrit le 11/06/2020 à 8:01
Signaler
"Chassez le naturel, il revient au galop"... C'est le moment de vérifier ce proverbe!

à écrit le 11/06/2020 à 7:57
Signaler
l faut noter que pendant le confinement "l'offre" avait disparue mais pas faute de "demande"! Mais, cela a bien permis de se poser la question sur l'utilité de notre "demande"! "Le consommable est a bannir par manque de déchetterie!"

à écrit le 11/06/2020 à 1:53
Signaler
Nous ne sommes pas que CONsomateur, Nous sommes avant tout humain et non des robots à "fric", Que le gouvernement bouge, change! Et il changeras car le peuple n'en pourra plus.

à écrit le 11/06/2020 à 1:49
Signaler
Nous ne sommes pas que CONsomateur

à écrit le 10/06/2020 à 23:54
Signaler
Contrairement à l elu ps, je ne m'endette pas pour financer les dépenses courantes. C est une marque de fabrique au ps ?

à écrit le 10/06/2020 à 20:20
Signaler
Ben rien vu, ce jour chez l'hyper, que des prix de voleurs, aucune promo intéressante, pas envie de consommer s'ils attendent mon fric faut qu'ils se secouent, ou je reviens plus. On connait le prix ou ça été payé ils ont gardé la marge du confineme...

à écrit le 10/06/2020 à 19:59
Signaler
Moi je ne consomme plus que le minimum et ce depuis le 18 mars 2020 et je me porte très bien comme cela. Plus de sorties de voiture ni au restaurant, supermarché pour le strict minimum. Ainsi je dispose d'une forte épargne car les temps à venir seron...

à écrit le 10/06/2020 à 18:16
Signaler
Il faut noter que pendant le confinement "l'offre" avait disparue mais pas faute de "demande"! Mais, a bien permis de se poser la question sur l'utilité de notre "demande"! "Le consommable est a bannir par manque de déchetterie!"

à écrit le 10/06/2020 à 17:17
Signaler
Doit-on baser tout sur la croissance et la consommation des ménages. La societe des marchés est-elle la meilleure. J'en doute un peu. oui à la croissance mais à une croissance qui permet de mieux deployer son epargne. Le monde de la consommation tota...

le 10/06/2020 à 20:28
Signaler
Une monnaie digitale pour recompenser le travail bénévole en produits locaux bio... C'est la monnaie du cœur ! Travail bénévole dans les assos et produits RSE c'est 100 ans de croissance verte pour le monde ! Rejoignez Hearter la monnaie du cœur www....

à écrit le 10/06/2020 à 15:34
Signaler
tout est trop cher!! france en faillite totale!! bank run viiiite!

à écrit le 10/06/2020 à 13:51
Signaler
Quand je regarde autour de moi et la tournure que prend notre société, je me dis "chacun pour soi" !Pourquoi devrais je consommer alors que je n'ai pas d'emploi, pas de revenu de substitution et que ma retraite s'annonce pour le moins "ultra light" ?...

à écrit le 10/06/2020 à 13:37
Signaler
Je ne me mettrai à consommer que lorsque les impôts baisseront. Il y a quelques années, j'ai consommé français, avec toutes les ponctions de charge qui vont avec. - ce temps est révolu - J'attends donc une baisse d'impôts pour consommer, en atten...

le 10/06/2020 à 13:57
Signaler
Moi aussi je privilégie les biens français et aussi assomme par les impôts et pas assez riche pour defiscaliser .. je suis dans la tranche qui paye un Max et ne reçois aucune aide.. je ne vais donc pas consommer plus ...

le 10/06/2020 à 14:31
Signaler
Avez vous pensé au crédit?De nombreux français arrivent a desserrer l'étau grace au crédit.Avec les taux bas c'est une excellente affaire.

à écrit le 10/06/2020 à 13:22
Signaler
Et si on trouvait une autre idée que la Croissance, que la consommation ? Personnellement, je ne relancerai pas certaines de mes consommations, j'ai pu faire le point, pendant 2 mois, de tout ce qui ne m'était pas utile... Distribuer de l'argent ...

à écrit le 10/06/2020 à 13:19
Signaler
C'est une très bonne chose pour la planète que les gens arrêtent de consommer n'importe comment et pour rien. Ça va peut être aider a changer notre monde qui va dans le mur !

à écrit le 10/06/2020 à 11:44
Signaler
La confiance a disparue. Plus personne hormis les illumines du rem ne croit en une eventuelle embellie prochaine. Le francais moyen qui possede quelques pepettes en reserve se les coince bien au chaud au cas ou. Il n'y aura pas de lendemain qui chan...

à écrit le 10/06/2020 à 11:02
Signaler
Surement pas les retraités, déjà maltraités par Macron AVANT la pandémie, et ils s'attendent à entendre le même discours après: vous n'êtes pas à plaindre, votre pouvoir d'achat n'a pas été amputé pendant la COVID-19, donc vous pouvez vous serrez enc...

le 10/06/2020 à 13:27
Signaler
des retraités maltraités lol! savezous que la moyenne des retraites et plus élevée que la moyenne des salaires...je ne vois que des retraités rouler en tesla...par contre votre confiscation générationnelle- via les dettes laissées depuis 40 ans -ne v...

le 10/06/2020 à 13:27
Signaler
des retraités maltraités lol! save-zous que la moyenne des retraites est plus élevée que la moyenne des salaires...je ne vois que des retraités rouler en tesla...par contre votre confiscation générationnelle- via les dettes laissées depuis 40 ans -ne...

le 10/06/2020 à 15:36
Signaler
ok avec vous!! en 2022 souvenons nous des echecs des précédents gouvernements....

le 11/06/2020 à 9:35
Signaler
Pour les retraités , c'est comme les actifs ,il y a le petit ,le moyen et le gros. .En France , il y a 14 541 742 de retraités dont 3 millions de retraités cadres et pour eux aucun problème comme quand ils étaient en activités.

à écrit le 10/06/2020 à 10:25
Signaler
Consommer.Il faudrait consommer pour faire redémarrer un système destructeur. Plus d'accord.

à écrit le 10/06/2020 à 10:17
Signaler
Les gens ont peur et la génération des trente glorieuses est en partie terrorisée, suffit de voir le nombre d'entre eux portant des maques pour rien à savoir dans leur bagnole ou dehors. Les actifs eux travaillant toujours plus pour gagner toujou...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.