Les service d'urgences sous tension : un dossier brûlant pour la nouvelle ministre de la santé

Brigitte Bourguignon, nommée vendredi ministre de la Santé et de la Prévention, va devoir notamment se pencher sur la crise des hôpitaux. Actuellement, 120 services d'urgence sont contraints de limiter leur activité ou s'y préparent, faute de soignants.

3 mn

Brigitte Bourguignon a été nommée ministre de la Santé et de la Prévention. Elle remplace son ancien ministre de tutelle, Olivier Veran, à ce portefeuille.
Brigitte Bourguignon a été nommée ministre de la Santé et de la Prévention. Elle remplace son ancien ministre de tutelle, Olivier Veran, à ce portefeuille. (Crédits : BENOIT TESSIER)

La nouvelle ministre de la Santé et de la Prévention, Brigitte Bourguignon, va devoir rapidement se retrousser les manches. Cette ex-socialiste qui était jusqu'à présent la ministre déléguée chargée de l'Autonomie, reprend le poste de son ex-ministre de tutelle Olivier Véran, qui quitte le gouvernement après avoir géré la crise sanitaire du Covid-19. La nouvelle locataire de l'avenue de Ségur hérite de quelques dossiers brûlants, et va devoir rapidement régler la crise des hôpitaux, et notamment des urgences qui, faute de personnels soignants, sont contraints de tourner au ralenti.

Lire aussi 3 mnLe gouvernement Borne est enfin nommé : 17 ministres pour Macron II

120 services d'urgence tournent au ralenti

Parmi les principaux dossiers qui attendent la ministre de la Santé : l'hôpital et l'amélioration de « l'accès aux soins en urgence ». Et la situation est brûlante. Confronté à un manque criant de personnels soignants (médecins, d'infirmiers, d'aides-soignants), au moins 120 services d'urgence ont été forcés de limiter leur activité ou s'y préparent, selon une liste publiée vendredi par l'AFP et établie par l'association Samu-Urgences de France (SUdF).

« On a un risque imminent de ruptures d'accès aux soins. Quand je dis un risque imminent, c'est déjà en train de se produire et ça risque de s'aggraver de manière assez considérable pendant l'été, c'est-à-dire au moment des congés» alertait jeudi sur France Info, Rémi Salomon, président de la conférence médicale des Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Quasiment 20% des quelque 620 établissements - publics et privés - hébergeant un ou plusieurs services d'urgences sont touchés. 60 départements sont concernés par des limitations dans les services d'urgence. Signe supplémentaire d'une crise inédite, 14 des 32 plus gros hôpitaux français (CHU et CHR) figurent sur cette liste.

Concrètement, parmi les 120 établissements recensés, plus de la moitié ont dû se résoudre à une fermeture, le plus souvent partielle, de leurs urgences. Parfois la nuit. La « solution » la plus fréquente reste cependant la « régulation d'accès » par les Samu: à moins d'une urgence vitale, seul un appel préalable au 15 peut permettre une admission à certaines heures. Une dizaine d'hôpitaux sont allés jusqu'au « délestage » , renvoyant les malades vers d'autres sites. Une poignée a même eu recours au  « plan blanc », qui permet de déprogrammer des opérations et de réaffecter des personnels.

La dépendance

Après le scandale Orpea, cette spécialiste des questions relatives à la dépendance des personnes âgées, devra aussi se pencher sérieusement sur la situation des aînés dans les Ehpads. Pour maintenir les personnes âgées à domicile, elle aura notamment pour mission de mettre en place le dispositif promis par Emmanuel Macron : « prime adapt » sur le modèle de la « prime renov », dont l'objectif est que les personnes âgées puissent adapter leur logement, et d'embaucher 50.000 infirmiers et aides-soignants en Ehpad.

(Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 22/05/2022 à 15:57
Signaler
100 services d’urgence fermés en France du jamais vu et ce n’est plus anecdotique pas plus que le manque de personnel soignant et il en faudra bien plus qu’un coût de baguette magique pour rétablir le secteur de la santé français complètement sinistr...

à écrit le 22/05/2022 à 11:54
Signaler
Là les gars vous pourriez arrêter de nous servir la tambouille politico-financière classique tandis que notre classe dirigeante embauche des cadres non soignants dans les hôpitaux afin de virer le personnel soignant. A bordeaux il y a une grève des u...

à écrit le 21/05/2022 à 18:22
Signaler
C'est l'UE qui écrit le programme que doit appliquer le gouvernement français. Lisez les GOPÉ adressées à la France par la Commission de Bruxelles et vous comprendrez alors, que ceux l'on appelle des "ministres" ou "Président de la République" ne so...

à écrit le 21/05/2022 à 7:00
Signaler
Les français ne veulent pas payer pour se faire soigner, tant pis pour eux

le 21/05/2022 à 12:43
Signaler
@Charlie: Le problème n'est pas une question de prix mais de boutiques: j'ai 80 ans et 6 médecins à moins d'1/4 à pied; mon nouveau médecin traitant est à 1heure car les médecins proches ne peuvent plus prendre de patients. J'ai de la chance: je port...

le 21/05/2022 à 16:17
Signaler
" ... pas payer pour se faire soigner , ... " ... Priviette ( $alut ... en langue $lave ) Шарли* ( Charlie* ... en ecriture Slave ) ; ... meme a credit$ SANS LIMITES disent deja certaines* ... ? !!!!! . ... АФФ ИСС .

à écrit le 21/05/2022 à 6:18
Signaler
... Cours vite ( Musique / Videooooo.....) by SILMARILS . ... AFF ISS pe Corsica * .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.