Livret A : le "placement préféré des Français" est-il si populaire qu'on le dit ?

 |   |  681  mots
Le taux du Livret A évolue de longue date déjà sous la ligne de l'inflation.
Le taux du Livret A évolue de longue date déjà sous la ligne de l'inflation. (Crédits : Charles Platiau)
Au total, 55 millions de personnes en France détiennent un Livret A. Sauf que dans les faits, une majeure partie de ces livrets est peu, voire pas garnie du tout.

L'annonce de la baisse du taux du Livret A a créé un coup de tonnerre mais ne devrait pas entraîner de "big bang" pour ce placement pas si populaire qu'on le dit et dont le rendement est déjà inférieur à l'inflation.

Lire aussi : Livret A : le gouvernement baisse le taux à 0,50 %

Beaucoup de livrets peu garnis

Au total, 55 millions de personnes en France détiennent un Livret A, ce qui a souvent conduit les observateurs à parler d'un livret d'épargne "populaire".

Sauf que dans les faits, une majeure partie de ces livrets est peu, voire pas garnie du tout. Surtout, la détention des produits d'épargne réglementée, dont le Livret A fait partie, est de plus en plus concentrée.

Ainsi, les livrets approvisionnés d'un montant inférieur à 1.500 euros totalisent 60% du nombre total de livrets et représentent 3% de l'encours. Et les livrets dotés de 150 euros ou moins représentent même 40% du nombre total.

À l'inverse, "les 20% de Livrets A les plus dotés représentent près de 80% des encours" et "les 20 % de LDDS [livret de développement durable et solidaire, Ndlr] les mieux dotés représentent 55% des encours", relève l'observatoire.

Fin novembre, l'épargne totale stationnant sur ces deux produits atteignait près de 409 milliards d'euros, dont près de 300 milliards pour le Livret A.

Une poche de précaution

Il ressort de ces chiffres que beaucoup de ménages utilisent le Livret A d'abord et surtout comme une réserve pour faire face aux coups durs, davantage que pour se constituer un patrimoine financier sur le long terme et gagner des intérêts.

"Historiquement, le Livret A a été créé dans un but de pédagogie pour inciter les ménages à se constituer une épargne de précaution et de court terme", rappelle Philippe Crevel, le directeur du Cercle de l'épargne, cabinet de réflexion sur l'épargne et sa réglementation.

"Avec un taux de 0,75% ou de 0,5%, on ne fait de toute façon pas de rendement. Le Livret A est donc très souvent une sorte d'antichambre du compte courant", ajoute cet analyste.

Déjà dépassé par l'inflation

D'après l'Institut national des statistiques et des études économiques (Insee), la hausse des prix à la consommation s'est établie à 1,1% en moyenne en 2019, après 1,8% en 2018.

En abaissant le taux du Livret A de 0,75% à 0,5%, le gouvernement prend le risque de laisser se dégrader mécaniquement la valeur réelle de l'épargne confiée au Livret A.

Cette situation n'est toutefois pas nouvelle, et le taux du Livret A évolue de longue date déjà sous la ligne de l'inflation.

"Depuis 2016, le rendement réel du Livret A est redevenu négatif, clôturant une période de 30 ans de rendement positif. Avec une inflation qui, sur ces derniers mois, était voisine d'un point, le rendement réel est négatif de 0,5 point", souligne M. Crevel.

Cette situation n'a toutefois pas empêché les épargnants de garnir massivement leurs Livrets A en 2019: entre janvier et novembre, la collecte nette a ainsi atteint plus de 14 milliards d'euros, contre 9,5 milliards sur la même période en 2018.

Des effets logiquement limités

L'abaissement du taux du Livret A devrait avoir des effets limités pour les épargnants, seule une petite partie d'entre eux, et souvent la plus privilégiée, pouvant tirer pleinement partie de la rémunération de ce placement.

"Rémunéré à 0,75%, le Livret A rapportait à l'ensemble des épargnants 2,23 milliards d'euros sur un an. Rémunéré à 0,5%, le gain ne sera plus que de 1,49 milliard d'euros, soit une perte de 745 millions d'euros", selon les calculs du Cercle de l'épargne.

"Pour un épargnant ayant un Livret A de 10.000 euros, la perte est de 25 euros sur un an (50 euros au lieu de 75 euros). Pour un épargnant au plafond de 22.950 euros, la perte est de 57,375 euros (114,75 au lieu de 172,125 euros)", ajoute le cabinet.

Logiquement, pour les très nombreux livrets A dotés de moins de 1.000 euros, la perte sera donc au maximum de 2,5 euros sur un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2020 à 18:25 :
Si j'avais 30 ans de moins, il y a longtemps que j'aurai quitté ce pays
Réponse de le 16/01/2020 à 21:00 :
Quitté le pays à cause du taux du Livret A ? Vraiment ? Sans rire ? Et quand bien même; vous savez que ce type de placement garanti par l'Etat n'existe nulle part ailleurs au monde ?
a écrit le 16/01/2020 à 16:38 :
Evidemment, les 300 milliards d'encours du livret A font pale figure à côté des 1700 milliards de l'assurance exonérés d'impôt sur les successions. Néanmoins le livret A est une épargne sanctuarisée instaurée suite à la ruine de l'état français après Waterloo. Ce fonds géré par la Caisse des Depots et Consignations est investi dans la "pierre", spécifiquement le logement social. La logique voudrait qu'il soit rémunéré au taux des plus values immobilières latentes et pas seulement au taux de rendement des loyers modérés. Quant à l'assurance vie, elle est le produit d'épargne règlementé préféré de l'Etat : les fonds d'assurance vie sont investis principalement en obligations du trésor public, et depuis peu 6 milliards sont fléchés vers les start-ups, véhicule de développement préféré de l'Etat.
a écrit le 16/01/2020 à 16:20 :
On leur enlèvera tout aux plus pauvres, riez riches vous ne l'emporterez pas au paradis.
Les sans dents n'ont pas accès aux actions, le livret A c'est leur Eldorado ! A force, de vouloir jouer dans la cour des petits, les grands se perdront et riront jaune
Réponse de le 16/01/2020 à 17:11 :
Il y a des actions à tous les prix et même a moins de 1 euro... Ca s'appelle des penny stocks.
Il ne tient qu'à tous de le vouloir.
Réponse de le 16/01/2020 à 21:08 :
Le Livret A un eldorado ? Sans rire, et depuis quand ? Leur enlever quoi aux pauvres ? Quelques dizaines de centimes d'intérêts par an ? Alors que la prime d'activité vient d'être revalorisée de 100 EUROS (payés par les contribuables) PAR MOIS ? Vous savez compter ? Les seuls à être réellement pénalisés sont les épargnants qui ont leur livret A au plafond (sont-ils vraiment pauvres ?), et encore, même ceux-là vont perdre 57 € par an... Il faut arrêter de geindre pour un rien et garder le sens des mesures: être GJ ne dispense pas de savoir compter !
Réponse de le 17/01/2020 à 8:31 :
Ce sont les "pauvres" qui profitent de l'argent déposé par les "riches" sur le livret A : sous la forme de prêts au logement via l'action de la Caisse des Dépôts. Les riches ne touchent qu'un taux d'intérêt ridicule : c'est pour eux de l'argent liquide, pas un investissement rentable, ils ne prennent rien aux pauvres, ils les financent. Il faut arrêter d'alimenter ce gauchisme geignard et destructeur qui se porte si bien en France en ce moment, parce qu'on ne crache pas dans la soupe sans conséquence pour soi-même...
a écrit le 16/01/2020 à 15:59 :
"la perte sera donc au maximum de 2,5 euros sur un an"

Bah trois fois rien en effet, finalement 0.25 c'est que dalle !

D'ailleurs allez retirer 0.25 point de moins de dividendes aux actionnaires milliardaires et ils riront c'est certain !

"Les pauvres ne sont pas riches mais ils sont tellement nombreux !"
Réponse de le 16/01/2020 à 16:51 :
si vous avez des actions, le gros du gain se fait sur la plus value (aka le cours de l action monte) pas sur les dividendes. google ou facebook par ex ne versent pas de dividende
Réponse de le 16/01/2020 à 16:56 :
si vous avez des actions, le gros du gain se fait sur la plus value (aka le cours de l action monte) pas sur les dividendes. google ou facebook par ex ne versent pas de dividende
Réponse de le 17/01/2020 à 9:09 :
"google ou facebook par ex ne versent pas de dividende "

Merci beaucoup pour cette information !

Moi qui déjà voyait d'un bon œil les GAFAM !
a écrit le 16/01/2020 à 15:55 :
fichtre, la loi de paretto!
dieu comment est ce possible???
non, ce qui est curieux c'est que des gens qui ont de l'argent le mettent a titre quasi gratuit a dispositions d'organismes sociaux qui vont construire des hlm juste en face de leur appartement huppe!
c'est ca la vraie curiosite! l'ideal serait que tout un chacun ferme son livret, ca resoudrait bien des problemes pour un cout finalement proche du zero!
Réponse de le 20/01/2020 à 23:19 :
Les Français ne sont pas à un paradoxe près. Voilà un peuple qui se dit et se croit cartésien et qui réagit contre toute logique économique. Descartes doit se retourner dans sa tombe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :