Livret A, locomotive de l’épargne réglementée

 |   |  512  mots
(Crédits : Bernadett Szabo)
Les Français plébiscitent toujours autant les livrets et autres produits d'épargne réglementée. L'encours de ces produits encadrés par l’État a passé la barre des 750 milliards d'euros fin 2018, en hausse de 2,5%. Le Livret A a dopé l'ensemble, avec un encours au plus haut historique à 264 milliards d'euros.

Malgré l'augmentation de leur pouvoir d'achat (une hausse d'environ 2% par habitant prévue en 2019), les Français continuent de jouer les écureuils. Selon le dernier Observatoire de l'épargne réglementée, publié jeudi 4 juillet par la Banque de France, l'encours des produits d'épargne encadrés par l'Etat a passé la barre des 750 milliards d'euros fin 2018 (751 milliards très exactement), soit une progression de 2,5%.

L'épargne placée dans les Livrets A, les Livrets de développement durable et solidaire (LDDS), les Plans d'épargne logement et autres produits « d'épargne réglementée », représente désormais 15% du patrimoine financier des ménages, qui se chiffre au total à 5.002 milliards d'euros, précise la banque centrale dans un communiqué.

Livret A : 11 milliards d'euros supplémentaires placés en 2018

Cette évolution à la hausse s'explique principalement par l'indétrônable Livret A. Malgré son taux de rémunération historiquement bas (il est fixé à 0,75% depuis le 1er août 2015 et restera à ce niveau jusqu'au 31 janvier prochain), le produit d'épargne préféré des Français enregistre une collecte en nette hausse. Les particuliers y ont placé 11 milliards d'euros supplémentaires en 2018, après une hausse de 8 milliards d'euros en 2017. L'encours de Livrets A détenu par les personnes physiques atteint désormais 264 milliards d'euros, "un niveau historique", souligne le rapport.

Au total, on dénombrait 55 millions de Livrets A fin 2018, un chiffre quasi stable comparé à 2017. "Avec 180.000 unités en moins, la baisse du nombre de livrets A est très faible (- 0,2%)", estime l'Observatoire. Le taux de détention des personnes physiques s'établit ainsi à 82 % pour la deuxième année consécutive.

Comment expliquer une telle popularité ?

"Malgré une rémunération nette d'inflation négative, en moyenne, en 2018, le Livret A reste attractif du fait de ses avantages en matière de liquidité, de garantie des dépôts et de fiscalité", explique Emmanuel Charron, secrétaire général de l'Observatoire de l'épargne réglementée, cité dans le rapport.

Le dynamisme de l'épargne réglementée est également soutenu par le LDDS, dont l'encours a augmenté de 3 milliards d'euros pour s'établir à un peu plus de 107 milliards d'euros. A eux deux, le Livret A et le LDDS représentent la moitié de l'encours de l'épargne réglementée.

Le Livret d'épargne populaire n'a pas la cote

En revanche, le Livret d'épargne populaire (LEP), soumis à un plafond de ressources mais présentant une rémunération plus avantageuse (1,25% net d'impôts) a perdu 260.000 comptes malgré sa promotion par le gouvernement. Ce placement représente aujourd'hui moins de 6% de l'épargne réglementée des ménages avec un encours de 43,3 milliards d'euros.

"En dépit de sa rémunération avantageuse, le LEP semble effectivement peu connu, ou peu prisé, des personnes physiques", note l'Observatoire, précisant que des mesures devraient rapidement être mises en oeuvre pour faciliter la vérification des conditions d'éligibilité des ménages, "la démarche actuelle reposant sur la mise à disposition de leur avis d'imposition trouvant ses limites."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2019 à 7:33 :
Les Français placent leur argent ou ils risquent le moins . C est normal , instinct de survie. Celui qui prend un risque sur des fonds actions ou de ce genre possède un matelas en cas d accident . J ai place de l argent sur des produits ou j ai perdu beaucoup ..mais j ai pris ces risques en sachant que je pouvais rebondir .
Une personne au smic ou ayant de petit revenu ne prendra pas ce risque et je la comprend .
a écrit le 07/07/2019 à 14:14 :
Je pense qu'on devrait rémunérer une épargne de précaution disons entre 5 et 6 KEuros à 2 % voir 3% et le surplus à 0,5 % ou même moins. Cela garantirait une rémunération équitable pour les démunis et pousserait les autres à investir dans l'industrie. Il y a beaucoup de familles avec 3 ou 5 livrets A pleins (5 x 22,5 KEuros). Comment peut-on se plaindre de ceux qui encaissent des dividendes alors qu'on est prêt à mettre tant d'argent dans une épargne à 0,5%. C'est incohérent.Qui ne prend jamais de risques n'a jamais rien et est condamné à tout attendre de l'état.
a écrit le 07/07/2019 à 9:00 :
On peut voir le succès des livrets A etc. d'un autre point de vue. La réticence des français d'investir dans les entreprises, situation persistante malgré les efforts des différents gouvernements.
a écrit le 06/07/2019 à 18:05 :
Plébiscite le livret A ???? Il n'existe rien d'autres pour les classes populaires. Elles n'ont pas d'autres alternatives comme coffre ? Par contre, les banques doivent se frotter les mains de cette manne apportée par la sueur. La fraude fiscale c'est bon pour les riches. On voit bien que le LEP réservé au plus petits revenus ne fait pas recette cela démontre les difficultés à épargner. En conclusion, on demande aux plus pauvres de consommer pour relancer la richesse des plus riches.......
Réponse de le 08/07/2019 à 9:22 :
Si, il existe l'assurance vie. Certains contrats proposent des rachats en 72h. Passer 2 ou 3 salaires en épargne de précaution sur livret A, ça n'a pas de sens d'épargner sur le livret a.
a écrit le 06/07/2019 à 13:58 :
non, non et non tous les citoyens n'ont pas le bonheur de connaitre une augmentation de leur pouvoir d'achat au contraire une partie de la classe moyenne voit son pouvoir d'achat baisser depuis mai 2017. Il faut que les journalistes cessent de prendre pour argent comptant le discours politique. Ce n'est pas parce que le président le premier ministre et ceux de Bercy chantent une rengaine "bien huilée" mais mensongère que les journalistes doivent suivre le refrain. Que les députés dont les compétences se limitent aux bêlements chantent ce que leur dit l'exécutif, j'attends des journalistes un autre niveau. Merci Mme RAYNAL de revenir à la base de votre métier faire de l'investigation et non d'écouter béatement les discours politiques. J'espère relire votre article sur une base véridique et non sur une base soufflée par l'exécutif merci. Bien à vous
a écrit le 06/07/2019 à 10:43 :
Signe que les Français ont plus peur pour leur avenir que pour leur pouvoir d'achat...et ils n'ont peut-être pas tout à fait tort au regard de ce qui se passe dans le Monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :