Comment, grâce à la Bourse, l'épargne des ménages allemands a battu tous ses records en 2019

 |   |  367  mots
(Crédits : Hannibal Hanschke)
La somme des placements des particuliers allemands devrait avoir grimpé de 441 milliards d'euros l'an dernier pour totaliser 6.600 milliards d'euros, soit une progression annuelle de 7,1%, selon les calculs de la banque coopérative DZ Bank.

L'épargne financière des ménages allemands a atteint un niveau record en 2019 grâce à une année boursière euphorique, dans un pays où la baisse des taux d'intérêt est régulièrement déplorée, selon une étude publiée jeudi.

La somme des placements des particuliers allemands devrait avoir grimpé de 441 milliards d'euros l'an dernier pour totaliser 6.600 milliards d'euros, soit une progression annuelle de 7,1%, selon les calculs de la banque coopérative DZ Bank.

"L'accumulation d'actifs s'est fortement accélérée par rapport à 2018", qui avait affiché une croissance de 2,2%, commente la banque, qui met cette évolution notamment sur le compte de la progression des cours des actions.

Dax : +25% en 2019

À l'image de l'indice Dax de la Bourse de Francfort qui a gagné plus de 25% l'an dernier, après une chute de 18% en 2018, ce sont en tout 184 milliards d'euros de gains qui ont été enregistrés dans les portefeuilles, selon l'étude.

L'effort d'épargne des ménages a également joué un rôle essentiel, avec un taux de 11% du revenu disponible mis de côté, soit autant qu'en 2018.

L'épargne en actions reste toutefois une pratique très minoritaire, avec 7% du revenu directement placé dans ce type d'épargne à risque, la grande partie de l'argent dormant elle sur des comptes à vue ou très peu rémunérés.

Des placements jusqu'ici choyés par les Allemands, en perte de vitesse

Ces placements sans risque ont eux rapporté en 2019 un rendement négatif de -0,6%, si l'on soustrait du taux moyen nominal de 0,7% le taux d'inflation de 1,3% en Allemagne.

La perte nette sur les dépôts, obligations, et autres contrats d'assurances-vie a ainsi représenté 27 milliards d'euros, selon l'étude.

Avec les taux d'intérêt fixés par la BCE pour la zone euro à des niveaux de plus bas historique, les placements en produits d'intérêts, choyés par les Allemands pour préparer leur retraite, ont largement perdu de leur attrait.

Dans ce contexte appelé à durer, la CSU bavaroise, parti allié des conservateurs d'Angela Merkel, va proposer la semaine prochaine des mesures de protection des épargnants contre des pertes sur leurs actifs financiers, rapporte jeudi l'agence DPA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2020 à 14:34 :
Pour se qui est de l'épargne, je crois que les europeenne sont favorables à un investicement dàns l'économie réelle...
Çar îls est scandaleux que la spéculation rapports autant d'argents dans se monde...
a écrit le 04/01/2020 à 15:14 :
Le titre de l'article induit en erreur : ce n'est pas l'"épargne des allemands" mais l'encours des placements financiers des Allemands qui a augmenté de 7%. (actions, livrets, plan etc).
L'information la plus intéressante dans cet article c'est que les allemands ne croient pas en la Bourse (seulement 7% de l'épargne totale) et qu'ils sont très inquiets pour l'avenir (épargne non boursière en forte hausse).
Avis aux boursicoteurs téméraires !
a écrit le 03/01/2020 à 22:56 :
Encore un article partiel et partial.

J'imagine que dans le détail, les petit investisseurs on gagnés moins que les gros en terme de %. Et je ne parle évidement pas d'argent sans ces %

Quand vous gagner 1000 et que l'année d'après vous gagner 1% c'est différent si vous gagnez 10 000 ou même 100 000.

Selon moi, c'est ce qui créer des crises si on extrapole sur suffisement longtemps.

Même la gestion de la population ne peut pas gèrer ce problème. Il y aura toujours un moment où les petites gens se révolterons.

Nos amis Allemands sont encore dans la honte, et on oublie jamais de leurs rappeler, mais ils sont bon quand ils le veulent. Ils doivent arrêter d'être soumis et source d'Apovrissement pour les Européenns.
a écrit le 03/01/2020 à 9:54 :
En parlant d'allemands :

À chaque pays ses priorités et ses méthodes. En France, le ticket de caisse pour des achats inférieurs à 30 euros est progressivement en train de disparaître, dans un souci d'économie et de préservation de l'environnement. Mais en Allemagne, au contraire, le ticket de caisse renforce sa présence, au grand dam de nombreux commerçants. Comme le rapporte La Croix, le 29 décembre, de nombreux restaurateurs, boulangers et autres professionnels du commerce sont en colère, outre-Rhin, après la décision du gouvernement de rendre obligatoires les tickets de caisse pour tout achat, et ce à compter du 1er janvier prochain.
Réponse de le 03/01/2020 à 13:12 :
"Chère vieille Europe, ta tête connaît à peine tes jambes qui souvent
ne comprennent pas tes bras comment ça marche encore déjà.
Comment ça marche un corps étranger à son corps on n'sait pas on s'en fout
on s'embrasse quand même et puis on a raison. "
a écrit le 02/01/2020 à 17:56 :
les allemands vont retirer leurs financement des etats francais et italiens?
bien, ce qui etait prevu va commencer a se produire alors
Réponse de le 02/01/2020 à 19:33 :
Belle infox, les allemands seront les premières victimes des soldes Target qui leur sont paradoxalement favorables
"REGARDE, C’EST DÉJÀ L’AUBE ! = La fin des Targets – donc de l’euro à terme – est désormais exigée par le Comité économique de la CDU au pouvoir à Berlin ! — par Vincent Brousseau"

Une façon d' y voir clair et d ' entrevoir avec force arguments la fin prévisible de l' euro et de l' UE à terme.
Réponse de le 03/01/2020 à 8:34 :
L'Etat français trouve largement comment se financer avec les milliards des fonds euros des assurances vie des Français!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :