Loi Macron : la motion de censure rejetée, le texte de nouveau adopté

198 députés ont défié le gouvernement, il en aurait fallu 289 pour le faire chuter. Le projet de loi sera de nouveau examiné par le Sénat et devrait être définitivement adopté par le Parlement avant le 14 juillet.
Si cette loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques concentre les crispations, les invectives, mais aussi les attentes et les espoirs, c'est parce qu'elle est devenue un symbole, a estimé le Premier ministre.
"Si cette loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques concentre les crispations, les invectives, mais aussi les attentes et les espoirs, c'est parce qu'elle est devenue un symbole", a estimé le Premier ministre. (Crédits : CHARLES PLATIAU)

Pas de surprise. L'Assemblée nationale a rejeté jeudi 18 juin la motion de censure exercée par la droite après le nouveau recours par Manuel Valls à l'article 49-3 de la Constitution sur le projet de loi Macron, qui a ainsi été adopté en nouvelle lecture .

Seuls 198 députés, dont ceux du Front de gauche, ont voté la motion de censure Les Républicains-UDI, alors qu'il en aurait fallu 289 pour faire chuter le gouvernement. Le projet de loi du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, va ainsi repartir une dernière fois au Sénat à partir du 29 juin. Il doit être définitivement adopté par l'Assemblée "avant le 14 juillet", selon les vœux de François Hollande.

Un "symbole du passage à l'action"

Avant le vote, Manuel Valls avait défendu l'usage de l'article 49.3 de la Constitution et défini le projet de loi Macron de "symbole" qui ancre "définitivement" la France dans la réforme.

"Au fond, réfléchissons un peu, si cette loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques concentre les crispations, les invectives, mais aussi les attentes et les espoirs, c'est parce qu'elle est devenue un symbole", a-t-il fait valoir, avant de préciser: "Le symbole du passage à l'action, le symbole du mouvement".

"Certains disent qu'elle s'éparpille ou vise trop large", a encore relevé Manuel Valls, en insistant: "Moi je dis, au contraire, qu'elle s'attaque largement, à tous les verrous, où qu'ils soient. Son principe même, c'est de se diffuser partout au cœur de notre économie, d'aller dénicher ici, d'extirper là, chacun des blocages, et méthodiquement".

Défendant "une loi de gauche et de progrès",  le Premier ministre s'en est vivement pris au Front de gauche, qu'il a accusé de se "tromper de camp" et d'être ainsi "du côté des conservateurs".

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 18/06/2015 à 22:13
Signaler
comment faire confiance dans ces frondeurs qui amusent la galerie et qui s'alignent comme des veaux, il faut dire qu'avec AUBRY ils en tiennent une couche. Au juste notre premier sinistre il repart bientôt en voyage sur le dos du peuple. Il y a encor...

à écrit le 18/06/2015 à 19:35
Signaler
Les députés socialistes tiennent à leur place, ils savent qu'en cas de nouvelle élection, c'est pôle emploi assuré et un chômage de longue durée en perspective.

à écrit le 18/06/2015 à 19:31
Signaler
49-3, quand la fin justifie les moyens. A quoi servirait-il que la constitution soit dotée d'un article permettant à l'exécutif d'accélérer son action, si il n'en faisait pas usage. Notamment quand on peut considérer que l'assemblée n'a pas été dépos...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.