Loi Macron : Valls redégaine le 49-3, la droite retente une motion de censure

La motion de censure, déposée par les députés de LR (ex-UMP) et de l'UDI, sera débattue jeudi après-midi. Mais elle n'a quasiment aucune chance de passer. François Hollande prévoit une adoption définitive du texte de la loi Macron avant le 14 juillet.
Le débat a eu lieu, il a été fructueux et les Français ne comprennent pas les tergiversations, a assuré le chef du gouvernement depuis la tribune de l'Assemblée nationale.
"Le débat a eu lieu, il a été fructueux" et "les Français ne comprennent pas les tergiversations", a assuré le chef du gouvernement depuis la tribune de l'Assemblée nationale. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)

Bis repetita. Manuel Valls a annoncé officiellement, mardi 16 juin, à la tribune de l'Assemblée nationale, qu'il engageait la responsabilité de son gouvernement sur le projet de loi Macron au titre de l'article 49-3 de la Constitution. "Le débat a eu lieu, il a été fructueux" et "les Français ne comprennent pas les tergiversations", a assuré le chef du gouvernement depuis la tribune, défendant "un texte de progrès, un texte moderne, parce qu'il donne un coup de jeune à notre économie", et plaidant pour "accélérer le rythme des réformes".

La droite quitte la salle, suivie par le Front de gauche

La droite a quitté l'hémicycle au moment où Manuel Valls prenait la parole. "L'Assemblée a été humiliée" par cette "interdiction des débats", a justifié le patron des députés Les Républicains Christian Jacob.

Les députés du Front de gauche ont également quitté leurs sièges peu après, refusant "de participer à cette espèce de mascarade" avec un Premier ministre "en train de bafouer la démocratie dans ce pays", selon les propos de leur chef de file, André Chassaigne.

Motion de censure débattue jeudi

Les députés LR (Les Républicains, ex-UMP) associés aux centristes de l'UDI (Union des Démocrates et Indépendants) ont aussitôt déposé une motion de censure, qui sera débattue jeudi après-midi.

Le texte sera considéré comme adopté en nouvelle lecture en fin de semaine, à moins que le gouvernement ne soit renversé par le vote à la majorité absolue de cette motion, ce qui semble exclu. Le texte repartira ensuite au Sénat avant d'être définitivement adopté par l'Assemblée.

Cette adoption définitive devrait intervenir avant le 14 juillet, a indiqué le président François Hollande mardi matin à des investisseurs étrangers, et de nouveau grâce au 49-3, selon un porte-parole des députés socialistes, Hugues Fourage.

"En arriver à la conclusion après dix mois de débats"

Pour rappel, l'exécutif avait déjà eu recours au 49-3 en février, lors de la première lecture, pour parer à l'opposition attendue de 30 ou 40 députés PS hostiles notamment à l'extension de l'ouverture des commerces le dimanche. Mais François Hollande et son Premier ministre avaient alors pris leur décision à la dernière minute, juste avant le vote solennel. Une motionde censure avait déjà été présentée par l'UMP et l'UDI, sans succès.

Cette fois-ci, l'exécutif a tranché pour la solution la plus rapide, avant même le débat. "L'objectif, maintenant, après plus de dix mois de débats sur ce texte, c'est d'en arriver à la conclusion", a dit François Hollande, car "on a besoin de ce texte pour avoir davantage de possibilités de croissance et d'emplois".

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 17/06/2015 à 2:31
Signaler
Je pense que toute cette mascarade, ce recour au 49.3 aurait dû se jouer pour une loi ambitieuse. Quel dommage que Hollande n'ai pas laissé Macron faire ce qu'il voulait faire. Blocage pour blocage de la part des indécrottables de gauche, il eu mie...

le 17/06/2015 à 15:43
Signaler
En effet, les députés ont besoin de 5 ans pour faire valoir des droits à pension de retraite. Il n'est pas question pour eux d'y renoncer. Ils ont été élus comme le président pour 5 ans, 3 mois après le président. Exécutif et législatif dans une même...

à écrit le 16/06/2015 à 21:21
Signaler
Grâce à la loi Macron on va  : Travailler le dimanche pour la même paye que la semaine, privatiser quelques bijoux de famille ( Giat, aéroports de Lyon, de Nice … ), étendre les domaines où le gouvernement pourra légiférer par ordonnances sans l'av...

à écrit le 16/06/2015 à 19:41
Signaler
Il ne faudrait pas que les frondeurs soient les amuseurs publics, le courage, c'est de voter toute motion de censure de ce gouvernement Valls. la lacheté, c'est de se draper dans une fausse solidarité politique avec les piètres élus FNUMPUDI...

à écrit le 16/06/2015 à 19:35
Signaler
il est urgent de faire des reformes le FMI nous mets en garde:nous demandons a partir du 01 08 15 une indexation de 23 % des pensions supérieures au smic

à écrit le 16/06/2015 à 19:16
Signaler
Le débat a eu lieu, il a été fructueux" et "les Français ne comprennent pas les tergiversations", a assuré le chef du gouvernement depuis la tribune, défendant "un texte de progrès, un texte moderne, parce qu'il donne un coup de jeune à notre économi...

à écrit le 16/06/2015 à 19:01
Signaler
Pourquoi élire un parlement, avec le 49 3 plus besoin de députés. Confirmation que nous sommes bien dans une république bananière ou le roitelet républicain fait ce qu'il veut. Problème, c'est que ces roitelets ne sont pas compétents depuis 20 ans. ...

à écrit le 16/06/2015 à 18:54
Signaler
il est urgent de faire des reformes le fmi nous mets en garde:nous demandons a partir du 01 08 15 une dexindexation de 23 % des pensions superieures au smic

à écrit le 16/06/2015 à 18:43
Signaler
Pourquoi bafouer la démocratie ???? ou est passée notre République ??????

le 16/06/2015 à 20:52
Signaler
Elle est morte depuis longtemps. Il suffit de voir les nom et parti sur les bulletin pour voir qu'on ne fait que choisir le nom du prochain président. D’ailleurs pourquoi la droite râle? Valls n'est plus de leur bord? En tous cas depuis 2012 il nous ...

à écrit le 16/06/2015 à 18:35
Signaler
La solution est simple, vu que les débats agacent nos élus ils n'ont qu'à réinstaurer la dictature et la non représentatitvité. Ca nous fera des économies et on arrêtera cette mascarade de démocratie

le 16/06/2015 à 20:30
Signaler
vu de l'etranger valls est deja considere comme un dictateur qui ecrase les pauvres francais

le 16/06/2015 à 20:53
Signaler
Pourquoi vous avez un choix électoral vous? Moi j'ai pas constaté de différence entre les partis.

le 17/06/2015 à 1:00
Signaler
@Louis: Au contraire, Valls à l'étranger est perçu comme un réformateur volontariste. Que ce soit en Allemagne ou dans le monde anglo-saxon, on le voit comme un homme qui ne va pas tergiverser mille ans avec les archaïsmes de notre système législatif...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.