Pandémie : la pauvreté et les inégalités sont restées stables, les allocataires du RSA bondissent

Le taux de pauvreté est resté stable à 14,6% en 2020, comme en 2019, malgré l'ampleur de la crise sanitaire selon les derniers indicateurs avancés de l'Insee. En revanche, le nombre d'allocataires du RSA a bondi de plus de 7% pour dépasser le seuil accablant des deux millions de bénéficiaires à la fin de l'année 2020. "La pauvreté s'est sans doute intensifiée mais n'a pas explosé", a résumé le directeur général de l'Insee qui s'appuie de son côté sur des indicateurs avancés reposant sur une simulation.
Grégoire Normand

6 mn

(Crédits : Reuters)

Economie mise à l'arrêt, étudiants sans ressources, fin de CDD et contrats intérimaires... il y a un an jour pour jour, de nombreux Français plongeaient dans une situation économique et sociale désastreuse. La deuxième vague de contaminations avait obligé les autorités à mettre en place un nouveau confinement à l'approche de l'hiver. Malgré ce scénario catastrophique, les effets de la pandémie sur les inégalités et la pauvreté ont été relativement limités d'un point de vue statistique selon l'Insee. Dans sa dernière livraison dévoilée ce mercredi, l'institut indique selon les derniers indicateurs avancés que la pauvreté et les inégalités stagneraient en 2020.

L'indice de Gini, qui est un indicateur synthétique, serait resté à 0,289. Plus cet indicateur est proche de 1, plus l'inégalité dans un pays est extrême. Le taux de pauvreté serait quant à lui resté stable à 14,6% avec un seuil de pauvreté retenu à 60% du revenu médian.

En dépit de ces indicateurs rassurants au regard de l'ampleur de la crise, 9,3 millions de pauvres ont été recensés par les statisticiens en France. En outre, beaucoup de personnes (sans domicile fixe, demandeurs d'asile, réfugiés) ont pu passer outre les radars statistiques et les méthodes de recensement administratives durant cette période. Ces indicateurs avancés ne reposent que sur une simulation. Il faudra encore attendre 2022 pour avoir un panorama plus solide des conséquences de la crise sur ces chiffres. Dans un billet de blog inhabituel, le directeur général de l'Insee, Jean-Luc Tavernier, a cherché à déminer le terrain dans le contexte politiquement tendu de la campagne présidentielle.

"Cette stabilité peut étonner si l'on se réfère au « million de pauvres
supplémentaire » dont la presse s'est fait l'écho depuis un an. Pour son estimation, l'Insee utilise depuis quelques années une méthode de microsimulation. Cette méthode présente certaines fragilités, accentuées par le caractère inédit de la crise. Néanmoins, les travaux complémentaires menés par l'Insee sur les données de La Banque postale et sur le recours à l'aide alimentaire conduisent à conclure que la pauvreté s'est sans doute intensifiée mais n'a pas explosé. Au total, l'estimation de stabilité ou quasi-stabilité du taux de pauvreté paraît fiable, avec la réserve usuelle qu'elle ne tient compte que des revenus déclarés."

L'activité partielle et l'Etat Providence ont joué un rôle d'amortisseur

La mise en oeuvre rapide du chômage partiel au printemps 2020 a permis notamment de limiter les destructions d'emplois et de compenser en partie une baisse des revenus liée à la chute de l'activité. Le volume d'heures travaillées s'est fortement infléchi l'année dernière, notamment lors du premier confinement. Par ailleurs, certaines mesures exceptionnelles comme le versement de 150 euros en juin et novembre 2020 aux bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) ou une aide de 100 euros supplémentaires pour les bénéficiaires des allocations logement ayant un enfant ont permis d'amortir le choc cataclysmique de la pandémie. Sans ces aides ciblées, la pauvreté aurait pu augmenter de 0,5 point en un an selon l'Insee. L'ensemble des aides exceptionnelles en direction des ménages modestes a été estimé à 2,2 milliards d'euros.

Il reste que si ces mesures ont permis d'amortir temporairement les effets délétères de cette maladie infectieuse, beaucoup de familles sont restées dans la pauvreté. Avec la hausse des prix de l'énergie, les ménages situés dans le bas de l'échelle sociale sont fortement exposés aux variations soudaines des prix à la pompe et des factures de gaz. Si les différentes mesures transitoires présentées par le gouvernement (chèque inflation, bouclier sur les prix) devraient permettre de limiter cette flambée des prix sur le porte-monnaie, un prolongement de ces hausses des matières premières rendrait rapidement caduc ce type de dispositif.

Lire aussi 5 mnCastex dégaine une "indemnité inflation" de 100 euros pour 38 millions de Français

L'inexorable hausse du nombre d'allocataires du RSA

De l'aveu même des statisticiens, "les indicateurs monétaires de pauvreté et d'inégalités ne suffisent pas à éclairer toutes les situations de pauvreté". "Malgré les aides, la crise a eu un impact qui dépasse la pauvreté monétaire. Elle a eu un impact sur les conditions d'apprentissage, sur le décrochage scolaire, la santé, la santé mentale, l'isolement. Tous ces aspects vont avoir des conséquences à moyen ou long terme" avait expliqué Fiona Lazaar présidente du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion dans un entretien accordé à La Tribune.

L'un des indicateurs les plus marquant pour mieux appréhender l'évolution des ménages les plus précaires est la hausse du nombre d'allocataires du RSA d'environ 7,4% entre fin décembre 2019 et fin décembre 2020. Il a ainsi dépassé la barre symbolique des deux millions. Cette hausse s'explique principalement par le faible nombre de sorties du dispositif. Si le nombre de bénéficiaires est légèrement redescendu depuis (1,95 million), son niveau reste au dessus de celui d'avant-crise (inférieur à 1,9 million). Avec l'entrée en vigueur récente de la réforme de l'assurance-chômage qui durcit les conditions d'accès aux indemnités, le nombre d'allocataires du RSA pourrait bondir dans les mois à venir. En effet, les demandeurs d'emploi n'ayant pas cotisé plus de six mois à partir du premier décembre prochain - au lieu de quatre auparavant - pourraient basculer dans les minimas sociaux s'ils ne retrouvaient pas de boulot.

Dans une autre étude publiée ce mercredi, d'autres statisticiens de l'Insee qui ont passé au crible les données bancaires de plus de 200.000 clients de la Banque postale ont montré que le revenu des allocataires du RSA avait baissé de 4% en 2020 par rapport à une trajectoire pré-crise. A cela s'ajoutent l'envolée des demandes d'aide pour les étudiants, la montée des aides alimentaires en 2020 ou encore la chute des revenus non déclarés dans le cadre d'activité légale ou non pour une bonne partie des travailleurs.

Lire aussi 3 mnLe sentiment de pauvreté grimpe en flèche chez les jeunes

Grégoire Normand

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 04/11/2021 à 12:01
Signaler
Vous devez vous tromper. Il y a un million de postes à pourvoir en France et le nombre de personnes au rsa augmente ?

à écrit le 04/11/2021 à 9:49
Signaler
Plus on fait de la solidarité plus elle se transforme en assistanat, et plus l'assistanat créé de la pauvreté en impactant le budget des classes moyennes, et en enlevant les conditions financières pour financer l'économie réelle et créer de nouveaux ...

le 04/11/2021 à 9:58
Signaler
Ok papi, c'était mieux avant hein ? Une bonne guerre voilà ce qu'il nous faut ! La vache plus de 30 ans en effet qu'on doit se coltiner cette sémantique des véritables assistés que sont les bomers. -_-

le 04/11/2021 à 12:04
Signaler
@citoyenblase : rien de ce que dit ce commentateur n'est faux hélas. Il y a des emplois à prendre mais le nombre d'assujetis au rsa augmente...

le 05/11/2021 à 9:11
Signaler
Tu râles pourquoi ? Parce que les esclaves refusent d'être esclaves ? Arrêtes de faire semblant de na pas comprendre, avec des salaires à 1100 balles et un budget déplacements à 300 balles il ne te reste plus grand chose, autant donc vivre pauvre mai...

à écrit le 04/11/2021 à 9:48
Signaler
Plus on fait de la solidarité plus elle se transforme en assistanat, et plus l'assistanat créé de la pauvreté en impactant le budget des classes moyennes, et en enlevant les conditions financières pour financer l'économie réelle et créer de nouveaux ...

à écrit le 04/11/2021 à 1:17
Signaler
Le RSA grimpe de 7/100 c est la logique de la baisse du CHOMAGE

à écrit le 03/11/2021 à 17:46
Signaler
Ruisselle la pluie, pas l'argent de ceux qui ne payent plus l'ISF.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.