Plan de relance : les chefs d'entreprise dubitatifs

 |  | 947 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Reuters/Gonzalo Fuentes)
Sept chefs d'entreprise sur dix estiment que les mesures annoncées dans le plan de relance sont insuffisantes pour relancer l'économie tricolore selon le dernier baromètre CCI France/La Tribune/LCI.

Le moral des chefs d'entreprise est loin d'être au beau fixe. Selon le dernier baromètre de la Grande consultation réalisé par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI, seuls 31% des chefs d'entreprise interrogés estiment que le plan de relance présenté le 3 septembre dernier par le gouvernement est un levier de redémarrage suffisant. À l'opposé, 69% des répondants jugent que le plan de bataille présenté par l'exécutif n'est pas à la hauteur.

Ce scepticisme exprimé lors de l'enquête peut apparaître comme un désaveu pour le gouvernement qui veut mettre en place de multiples mesures favorables aux entreprises. Avec la multiplication des foyers de contagion ces dernières semaines, la situation sanitaire s'annonce complexe à gérer pour le dernier trimestre 2020.

Pour les différents agents économiques, le retour de la confiance risque de prendre du temps alors que l'économie tricolore se remet difficilement des huit semaines de confinement drastiques décidées au printemps.

Lundi prochain, le gouvernement doit présenter son budget 2021 avec des mesures déjà annoncées dans le plan de relance début septembre.

> Lire aussi : Budget 2021 : les chiffres clés du projet du gouvernement

Les patrons très déçus dans la construction

Il existe évidemment des contrastes selon les secteurs. Dans la construction par exemple, seuls 22% des patrons interrogés pensent que le plan de relance représente un levier de redémarrage suffisant. Viennent ensuite les dirigeants des services (30%), l'industrie (31%) et le commerce (37%).

Dans la construction, les entreprises ont traversé un printemps désastreux avec les mesures de confinement et l'arrêt administratif des chantiers. Les débats avaient fait rage sur l'application des règles sanitaires sur les chantiers.

> Lire aussi : Covid-19 : le Guide des bonnes pratiques ne fait pas l'unanimité dans le BTP

Lors de l'enquête, les chefs d'entreprise ont également été interrogés sur les secteurs stratégiques ciblés par le plan de relance. Là encore, le bilan est mitigé. 42% des personnes interrogées indiquent que les mesures sont parfaitement ciblées sur les secteurs stratégiques. À l'opposé, 58% répondent que les mesures devraient manquer leur cible. Enfin, 60% des répondants affirment que le plan de relance n'est pas suffisamment doté en moyens financiers.

Le port du masque facile à mettre en place dans les entreprises

Les déconvenues enregistrées par le gouvernement pour se fournir en masques de protection au printemps et le manque de stocks criant dénoncé par de nombreux professionnels ont rapidement été oubliés.

Selon les résultats du baromètre, 91% des chefs d'entreprise déclarent que le port du masque obligatoire en entreprise depuis le premier septembre a été facile à mettre en place sur le plan technique (approvisionnement en matériel). 87% affirment également que le port du masque a été facile à faire respecter par les collaborateurs. La même proportion pense que le port du masque en entreprise a été facile à faire respecter par les prestataires, les fournisseurs et les clients.

> Lire aussi : Port du masque : dans les bureaux, on s'adapte et on avait souvent anticipé

Un niveau d'activité jugé moins bon pour 44% des chefs d'entreprise

Le retour à un niveau d'activité comparable à celui d'avant crise risque de prendre du temps. 44% des chefs d'entreprise pensent que le niveau d'activité de leur établissement a été moins bon que celui enregistré à la même époque en 2019. 45% estiment que le niveau est semblable et 10% précisent que le niveau est meilleur.

Là aussi, des disparités apparaissent en fonction des secteurs. Les dirigeants dans l'industrie sont particulièrement préoccupés. En effet, 54% des dirigeants dans l'industrie estiment que le niveau d'activité est moins bon actuellement qu'à la même période l'année dernière. À titre de comparaison, ils sont 48% à exprimer ce point de vue dans le commerce, 46% dans les services et 20% dans la construction.

L'appareil industriel tricolore, déjà en souffrance depuis des décennies, a particulièrement subi les conséquences dramatiques du confinement au printemps dernier et la mise à l'arrêt de l'économie mondiale pendant plusieurs semaines.

L'optimisme gagne du terrain

En dépit des multiples incertitudes sanitaires et de la récession en cours, l'optimisme chez les chefs d'entreprise progresse sérieusement. Après avoir touché un creux au mois de mai à 49, l'indicateur qui prend en compte les questions de confiance à l'égard de l'évolution de l'économie et d'appréciation de la situation actuelle a grimpé de 35 points pour atteindre 84. Malgré cette progression spectaculaire, cet indicateur est loin de retrouver les niveaux enregistrés au cours de l'année 2019 situés dans un intervalle entre 90 et 117.

Les patrons d'abord confiants pour leur entreprise

La proportion de chefs d'entreprise confiants pour leur établissement est en hausse de deux points par rapport à la dernière enquête passant de 59% à 61%. En revanche, les dirigeants sont nettement moins confiants sur les perspectives des 12 prochains mois concernant l'économie mondiale (36%) et l'économie française (35%).

La plupart des économistes s'attendent à une reprise de l'activité lente et périlleuse dans les prochains moins en raison de l'évolution de l'épidémie à l'échelle du globe. En outre, la vitesse de la reprise va dépendre des avancées de la recherche sur un vaccin. Sur ce point, il reste beaucoup d'interrogations qui devraient ralentir le retour de la confiance.

___

Méthode : étude réalisée auprès d'un échantillon de 602 dirigeants d'entreprise. La représentativité de l'échantillon a été assurée par un redressement selon le secteur d'activité et la taille, après stratification par région d'implantation. L'échantillon a été interrogé par téléphone. Les interviews ont eu lieu du lundi 7 au lundi 14 septembre 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2020 à 17:27 :
un plan avec une concurrence loyal avec les autres pays européen
surtout au niveau de la fiscalité des entreprises
et des salaries et pas des mises a jour une refonte compléte
il faut que bercy et ses enarques comprenne que la richesse d'une nation
c'est sa productivité et surtout pas les directives et les taxes
a écrit le 25/09/2020 à 16:39 :
financer les bras cassés, les pantouflards ou les collectionneurs de timbres poste ne va pas relancer la machine, ce gouvernement se moque de nous !
a écrit le 25/09/2020 à 9:31 :
un plan de relance qui explique que pour faire la relance on va faire la transition ecolo qui ne va rien ramener
he, la serveuse qui va perdre son travail, elle ne va pas forcement devenir ouvrier en batiment pour poser des plques de polystyrene a 50.000 euros par logement ( pour economiser 10 euros de chauffage par mois)
evidemment qu'avec des plans a la con ou on melange des objectifs, ca ne va nulle part
a écrit le 25/09/2020 à 8:31 :
On dirait que la morosité s'installe doucement mais sûrement non ? D'un autre côté c'est pas en massacrant systématiquement notre jeunesse que nous irons quelque part c'est évident. Bien au contraire nous entrons directement dans une ère totalement obscurantiste.
a écrit le 25/09/2020 à 7:00 :
"Sept chefs d'entreprise sur dix estiment que les mesures annoncées dans le plan de relance sont insuffisantes pour relancer l'économie" :
Mesures insuffisantes, où mesures inutiles et à côté de la plaque ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :