Plan de relance : l'Europe promet 150 milliards d'euros pour le numérique

 |  | 967 mots
Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, prononçait ce mercredi matin son premier discours-programme annuel sur l'état de l'Union européenne devant le Parlement européen.
Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, prononçait ce mercredi matin son premier discours-programme annuel sur l'état de l'Union européenne devant le Parlement européen. (Crédits : Yves Herman)
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, promet que le numérique se verra allouer 20% de l'enveloppe du plan de relance européen de 750 milliards d'euros. Suite à la crise du coronavirus, l'UE veut mettre l'accent sur le partage des données industrielles et l'accès au haut débit d'ici 2030.

Pour sortir de la crise provoquée par le coronavirus, la relance sera écologique et numérique. C'est le message porté ce mercredi matin par la présidente de la Commission européenne, lors de son premier discours annuel sur l'état de l'Union. Ursula von der Leyen a détaillé la mise en oeuvre du plan de relance européen "Next Generation EU", adopté en juillet et doté d'une enveloppe de 750 milliards d'euros.

Avec des périodes de confinements imposées à plus de la moitié de la planète depuis le début de l'année en raison du Covid-19, le numérique a connu une accélération sans précédent : télétravail, école à distance, téléconsultation, commerce en ligne... "Le numérique nous a permis de faire face à cette nouvelle pandémie", a affirmé en guise de préambule la présidente. Et de poursuivre :

"Imaginons un instant cette pandémie sans le numérique. Nous serions en tous en quarantaine, coupés de notre famille, de la société et de notre travail, subissant d'énormes problèmes d'approvisionnement. C'est ce qu'il s'est passé il y a 100 ans lors de la dernière pandémie."

20% du plan de relance européen...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2020 à 21:01 :
Bizarre cette Union européenne où des gens qui ne sont élus par personne (les commissaires sont nommés...) décident pour des centaines de millions de personnes et imposent un projet qui n'a jamais été présenté à l'avance ni voté par personne.
Vous allez me dire : oui, mais il y a le parlement ?
Pareil...
Ce parlement n'a rien de démocratique, dans la mesure où la majorité qui y règne n'a jamais été votée par personne, et où cette majorité n'a jamais présenté de projet à personne et ne s'est engagée sur rien... Ils n'ont donc de comptes à rendre à personne, ce qui est tout le contraire d'une démocratie !
En plus, ce parlement a un pouvoir quasi symbolique puisque aucunes de ses décisions ne s'imposent à l'exécutif qui a tout le loisir d'en tenir compte ou pas et qu'il ne débat et ne vote qu'à la demande de l'exécutif : le parlement n'a pas la possibilité de choisir les sujets sur lesquels il va se prononcer...
L'UE est une dictature, sous des apparences d'Union sympathique...
Il serait temps de le dénoncer, non ?
a écrit le 17/09/2020 à 11:26 :
perncieux ! tous ces milliards qui ne servent qu une minorité ! d ailleurs en France 70 % doute
a écrit le 17/09/2020 à 11:12 :
A part l'argent, la régulation qui doit être la première fonction de l'europe ?

Si c'est comme le travail, disons qu'il n'est pas difficile de donner de l'argent des autres, car le but au départ d'une entité politique, c'est de faire de la politique par la régulation.

Hvor er du Europa?!!!!!
a écrit le 17/09/2020 à 8:14 :
Tout cela pour transformer un monde réel en un monde virtuel facilement centralisable par le biais de sa financiarisation!
a écrit le 16/09/2020 à 16:55 :
L'argent est un moyen, en aucun cas il ne remplace une politique et là c'est le grand silence..
a écrit le 16/09/2020 à 16:12 :
Le numérique ne dépend que de la quantité de données inutiles mise en circulation mais que l'on veut surveiller! C'est profondément une perte de temps!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :