Budget 2021 : les chiffres clés du projet du gouvernement

 |  | 469 mots
Lecture 3 min.
Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics, le 17 octobre 2018 au Palais de l'Élysée à Paris.
Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics, le 17 octobre 2018 au Palais de l'Élysée à Paris. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Rebond de l'économie, réduction du déficit et de la dette, au moins une stabilisation du nombre de fonctionnaires, plan de relance: voici les chiffres clés du projet de budget 2021 du gouvernement.
  • 8%

C'est le rebond de croissance prévu par le gouvernement pour 2021, après une chute historique de 10% du produit intérieur brut (PIB) attendue cette année.

Le gouvernement compte notamment sur le plan de relance de 100 milliards d'euros pour gagner 1,5 point de PIB l'an prochain. En revanche, il prévient que des incertitudes planent sur cette prévision, du fait de l'évolution de la situation sanitaire, l'issue des négociations sur la relation post-Brexit entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, ou encore les résultats de l'élection américaine.

  • 6,7%

Après un déficit record de 10,2% du PIB cette année en raison des efforts déployés pour lutter contre la crise sanitaire et économique, le gouvernement envisage pour 2021 un fort repli du déficit public en proportion du PIB, en partie mécanique avec la reprise économique attendue l'an prochain.

Ce déficit restera toutefois élevé à 6,7%, avec les dépenses prévues dans le plan de relance et dans le Ségur de la santé.

Même chose pour la dette publique, attendue à 116,2% du PIB en 2021, après son envol prévu à 117,5% cette année.

Ce relâchement dans la maîtrise des comptes publics est permis par la suspension par Bruxelles des règles de sérieux budgétaire au niveau européen.

Lire aussi : Face à la crise, l'Allemagne abandonne de nouveau la rigueur budgétaire pour 2021, promet de la rétablir en 2022

  • 100 milliards

C'est le montant du plan de relance, prévu pour deux ans et qui sera intégré dans une mission spécifique de ce projet de loi de finances pour 2021. Sur ces 100 milliards d'euros, environ 10 milliards doivent être dépensés d'ici la fin 2020, et un tiers, soit environ 30 milliards, devraient l'être effectivement en 2021, selon Bercy.

Au total, il comprend trois volets: 30 milliards dédiés à la transition écologique, 35 milliards consacrés à la réindustrialisation du pays et à l'amélioration de la compétitivité des entreprises, et enfin 35 milliards pour la cohésion sociale et territoriale, notamment la sauvegarde de l'emploi.

Lire aussi : Relocalisations : l'impossible retour des emplois perdus

  • 10 milliards

C'est la baisse prévue du montant des impôts de production payés par les entreprises, et dénoncés de longue date par le patronat comme un frein à la compétitivité, en particulier dans l'industrie.

Cette mesure fiscale était dans les tuyaux du gouvernement bien avant la crise, et elle passera par la réduction de moitié de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), soit -7 milliards d'euros, et la baisse de moitié des impôts fonciers (CFE) pesant sur les sites industriels (-3,3 milliards).

Selon le gouvernement, cette baisse des impôts de production bénéficiera à 42% aux entreprises de taille intermédiaire (ETI), à 32% aux PME et à 26% aux grandes entreprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2020 à 11:38 :
si l'on comprend bien , c'est un plan de relance de 30 milliards d'euros pour l'année 2021 dont 10 milliards de réductions d'impôts au profit des entreprises . reste 20 milliards qui sont à répartir entre subventions pour la transition écologique ( combien ?) et cohésion sociale et territoriale ( combien de cash effectif ? )
en définitive tout ça ne va pas se traduire par une dynamique très visible de reprise de l'activité économique , de l'emploi , et de l'amélioration des conditions de vie de la France d'en bas . Ce dont on est par contre sûr , c'est du maintien total du train de vie de l'Etat et de celui de toute la fonction publique qui peut même espérer de gagner plus tout en travaillant probablement moins ( sauf les marronniers habituels: soignants ,pompiers ,policiers , et quelques autres )
a écrit le 25/09/2020 à 9:03 :
Ça, ce sont des prévisions optimistes, favorables aux gouvernement et Lrem. Un deuxième budget plus réaliste devrait être élaboré en tenant compte des dégâts du Covid19, enfin...des restrictions et confinements futurs.
a écrit le 24/09/2020 à 18:59 :
ussopt ancien socialiste a une habitude...celle de mentir en permanence. Alors l'ensemble des chiffres qu'ils donnent ne sont que prévisions et statisques
a écrit le 24/09/2020 à 17:07 :
Pa s credible avec le train de vie du gouvernement et un parlement qui ne controle plus rien !!!!ex les 15 M pour acheter MR BAYROU,l'augmentation de cinq conseillers par ministeres ,le trop de ministere , un des plus plethorique de la 5e des depenses non financees comme les 28 jours naissance,les deplacements intempestifs de toute l'equipe etc .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :