Plan PME : le Front de Gauche blâme le copié-collé des idées de Sarkozy, le Medef applaudit

 |   |  944  mots
Les 18 mesures annoncées mardi 9 juin par Manuel Valls afin de favoriser l'emploi dans les petites et moyennes entreprises (PME), que le Premier ministre a surnommé Small Business Act, sont loin de faire l'unanimité, à droite comme à gauche.
Les 18 mesures annoncées mardi 9 juin par Manuel Valls afin de favoriser l'emploi dans les petites et moyennes entreprises (PME), que le Premier ministre a surnommé "Small Business Act", sont loin de faire l'unanimité, à droite comme à gauche. (Crédits : Reuters)
Alors que le patronat se réjouit des mesures pour l'emploi annoncées mardi par Manuel Valls, la droite pointe un manque de lisibilité politique. Si le courant majoritaire du PS soutient le gouvernement, les frondeurs, eux, voient dans la réforme une nouvelle expression de l'approche "libérale" du Premier ministre. Quant au Front de Gauche...

Plafonnement des indemnités prud'homales, possibilité de renouveler les CDD une deuxième fois, lissage des effets de seuils... les 18 mesures annoncées mardi 9 juin par Manuel Valls afin de favoriser l'emploi dans les petites et moyennes entreprises (PME), que le Premier ministre a surnommé "Small Business Act", sont loin de faire l'unanimité, à droite comme à gauche. Passage en revue.

Le Medef conforté

De "bonnes initiatives", c'est en ces termes que le Medef a qualifié mardi les réformes dévoilées par le gouvernement. Dans un communiqué, Thibault Lanxade, vice-président du Mouvement des entreprises de France (Medef) en charge des PME et de l'entrepreneuriat, s'est réjoui:

"Le gouvernement agit et propose des mesures significatives pour simplifier la vie des PME et sécuriser leur environnement. Les mesures annoncées ce jour reprennent en partie ce que nous avions proposé et vont dans le bon sens."

"La décision permettant de renouveler deux fois un CDD va dans le sens d'une plus grande flexibilité absolument nécessaire", a notamment souligné le patronat.

Le Medef a néanmoins dénoncé l'"absence de cohérence" dans l'action gouvernementale, pointant du doigt les amendements votés dans le cadre de la loi sur le dialogue social qui, selon lui, "vont se traduire par plus de complexité pour les entreprises" et donc miner le retour de la confiance.

Quant à la CGPME, elle souligne de "réelles avancées"  (notamment  sur la procédure prud'homale) même si elles "ne peuvent dispenser notre pays de réformes structurelles profondes". L'UPA (artisans employeurs), elle, regrette un "saupoudrage de mesures qui manque d'ambition" même si elles sont jugées plutôt "positives". L'UPA aurait souhaité que le gouvernement adopte la période d'essai de six mois pour les contrats d'apprentissage.

"Aucune coordination", selon la droite

A droite aussi, c'est essentiellement le manque de cohérence de la réforme qui ne convainc pas.

  • "Ces mesures montrent qu'il y a de l'affolement, sans aucune coordination (...)", estime Philippe Vigier, président du groupe UDI à l'Assemblée.

"Seront-elles en capacité d'inverser la courbe ? Nous en doutons fortement", a-t-il lancé à la presse.

  • Dans la même optique, le président de la "Commission Macron" du Sénat, Vincent Capo-Canellas (UDI-UC), observe dans un communiqué:

"Le Premier ministre doit composer avec sa majorité et se livre à un travail de couturière, une maille à l'endroit, une maille à l'envers", "on n'y gagne pas en lisibilité et ça n'est pas le choc attendu pour l'emploi."

Ses annonces "visent d'abord à réparer les oublis des lois Macron et Rebsamen. C'est l'aveu, au vu des chiffres du chômage, de la nécessité de modifier en catastrophe ces textes alors qu'ils sont en cours d'examen au Parlement", explique-t-il.

  • Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée, s'est lancé devant la presse dans une métaphore sportive:

"On a un Premier ministre dans le corner, pris sur deux fronts: fiscal et de l'emploi. On a deux lois (Rebsamen et Macron) qui ne répondent pas aux préoccupations. Donc, on lance un coup de com et, dans 15 jours-3 semaines, on imaginera encore autre chose".

A gauche, c'est "#ToutPourlEmployeur"

Quant à la gauche, les critiques sont même plus féroces.

  • Le gouvernement "pousse un peu plus haut le curseur patronal sur sa politique d'inspiration libérale", commente notamment Force ouvrière, regrettant que le gouvernement "rassure un patronat qui préfère savoir qu'il peut licencier avant même d'embaucher!".

"Le plafonnement des indemnités de licenciement" lors de jugements prud'homaux "se heurte à la fois à un risque d'inconstitutionnalité" et "à des textes supra nationaux", prévient par ailleurs FO.

  • Pour André Chassaigne, chef de file des députés Front de gauche, d'ailleurs, "ce que propose Manuel Valls est un copié-collé de ce que propose Nicolas Sarkozy".

"Si un gouvernement de droite avait proposé cela, l'ensemble de la gauche se serait dressé et serait monté au créneau", a-t-il lancé lors d'un point presse.

  • A l'intérieur même du PS, la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, membre de l'aile de gauche du parti, à prévenu dans un tweet:

(Le) plafonnement (de l') indemnité de licenciements sans cause réelle (et) sérieuse profitera d'abord aux grands entreprises, une prime aux délocalisations.

— MN Lienemann (@mnlienemann) 9 Juin 2015
  •  Alors que Patrice Prat, proche d'Arnaud Montebourg, a ironisé:

#ToutPourlEmployeur serait la bonne formule plutôt que celle de #ToutPourlEmploi voulue par le Gvt! A en croire les annonces du 1er Ministre

— Patrice PRAT (@PatricePrat) 9 Juin 2015

Pragmatisme

  • S'exprimant au nom du Parti socialiste, sa porte-parole, Corinne Narassiguin, a toutefois souligné, dans le cadre d'un "talk" du Figaro:

"Etre socialiste ne veut pas dire qu'on est anti-entreprises."

Avant d'insister:

"Il faut tout faire, car les TPE et PME sont celles qui créent le plus d'emplois".

  • Manuel Valls pour sa part est venu défendre, mardi même, dans l'après-midi, ses mesures devant les députés PS, en s'invitant à la réunion du groupe socialiste à l'Assemblée, où étaient déjà présents Michel Sapin (Finances) et Christian Eckert (Budget). En évoquant, comme "seul désaccord" entre socialistes, "une divergence d'approche", il a souligné s'être "refusé" à "remettre en cause le CDI", alors même que "ça pousse de partout, y compris en Europe, à remettre en cause le contrat de travail" et que "c'est ce que demande encore Pierre Gattaz", président du Medef.
    En défendant toutefois la nécessité de davantage de souplesse, le Premier ministre a lancé aux députés, à quelques heures de la reprise des discussions en commission sur le projet de loi Macron:

"Ce débat doit être mené de façon pragmatique."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2015 à 11:29 :
DESABILLEZ JOB POUR ENRICHIR CRESUS. C EST LA METHODE VALS MACRON ?// HUMOUR// AU SECOURS JAURES ILS SONT DEVENUE FOU???
a écrit le 10/06/2015 à 11:35 :
rien de changé pour le renouvellement 2 fois du CDD ! aujourd'hui il suffit de changer la description du poste pour refaire un nouveau CDD! Les PTT pratiquent ça depuis des années
a écrit le 10/06/2015 à 9:19 :
après les voyages familiaux gratis maintenant c'est le temps des enveloppes.
a écrit le 10/06/2015 à 2:18 :
C'est toujours la même chose, ceux qui conçoivent le socialisme comme un dogme d'un autre temps poussent des cris d'orfraie, ceux de droite critiquent en dénonçant soit le manque d'envergure, soit le manque de lisibilité de l'action gouvernementale. Je dis aux frondeurs, aubrystes d'avoir le courage de leurs opinions et de cesser de jouer les frustrés de service et d'aller fonder un parti ou rejoindre le Front de gauche. On verra si ils seront plus à l'aise avec le FN de gauche ou si ils arrivent à exister par eux même. Si ils restent qu'ils arrêtent de mordre la main qui les nourrie. A ceux de droite républicaine, la gouvernement ne fait pas suffisamment et surtout pas assez en profondeur, mais malheureusement plus que le gouvernement précédent a bien voulu faire. Il est grand temps que les prétendants au trône présentent leur programme économique et qu'ils arrêtent avec leur sujet identitaire. On ne va pas refaire une élection en 2017 du même acabit que 2012 ?! Le contenu économique c'est maintenant. Les français ont besoin de lisibilité à,défaut d'espoir. L'immigration personne ne pourra le régler car c'est un problème qui demande une coordination internationale et du temps. Adapter notre pays, ça on peut le faire. Alors cessons de taper bêtement sur une réforme ou des mesures qui vont dans le bon sens. Quand au gouvernement actuel continuez le peu que vous faites, que le seconde moitié du quinquennat efface la calamiteuse première moitié. Et une foi pour toute faites fermer la gueule de ces frondeurs qui doivent représenter 1 à 2 % de l'electorat.
a écrit le 10/06/2015 à 0:12 :
Ca ne changera rien
les risques en cas de licenciements vont rester et la prime de 4000 fera un petit effet d'aubaine

Pour moi la seule solution que la gauche aurait dû essayer est la flexisecurite
Arrêtez de penser qu'on vire des salariés pour gagner de l'argent dans l'artisanat plus vous embauchez plus vous gagnez si ça fonctionne bien

Mais le risque de 25000 euros pour licencier si vous n'avez plus de travail ça suffit à me dire qu'il faut mieux que je prenne plus de vacances

a écrit le 09/06/2015 à 23:50 :
Comme le dit très justement FO, "le patronat veut savoir qu'il peut licencier avant même d'embaucher !" ... c'est exactement ça ! CE que ce syndicat n'a pas compris, c'est que pour accepter de signer un contrat, celui dont on and la signature veut en connaitre à l'avance ses conséquences ! les adhérents FO seraient ils du genre à signer un contrat sans lire les clauses du contrat ? les employeurs : non !!
Personnellement, comme tout entrepreneur, je n'embauche pas en espérant devoir licencier... mais si ça doit arriver, je veux savoir ce que ça va me couter !!
quand on signe un contrat de mariage, on n'espère pas divorcer... mais mieux vaut en prévoir les conséquences, ...au cas où ! c'est la même chose !
Réponse de le 10/06/2015 à 8:27 :
Vu les annonces Ca ne va Pas changer grand choses
Des plafonds dans certains cas etc

Encore des usines a gaz pour occuper les avocats et nous coûter les yeux de la tete
a écrit le 09/06/2015 à 23:49 :
Ce gouvernement fait les reformes que la droite n'a pas su faire pendent leur 15 ans au pouvoir. Quel courage de braver le bellement idéologique de la droite et de l’extrême gauche pour enfin reformer ce pays de conservateurs.
Réponse de le 11/06/2015 à 16:48 :
Dommage que ces réformes brasse du vent.
a écrit le 09/06/2015 à 21:01 :
Et si le problème était tous simplement la France et les français. Toujours plus sans tien donner ...
a écrit le 09/06/2015 à 21:00 :
PS, EELV et autres partis malfaisants arrêtez d'emm...les Français, DEGAGEZ !
a écrit le 09/06/2015 à 20:26 :
Les socialistes ont délimité les frontière ...de leurs pauvres tentatives libérales ...ce n'est pas avec ces mesurettes qu'ils vont redressé l'économie française...
Réponse de le 09/06/2015 à 21:09 :
Et oui ils ne s'attaquent toujours pas au fond réel du problème. Les immigrés (qu'ils soient réfugiés ou illégaux) et rien pour inciter à faire moins d'enfants en aidant plus les célibataires sans enfants... Tous comme y a 20 ans avec l'ancienne gauche puis la droite et aujourd'hui... plus de "chercheurs" que "d'emplois"...
a écrit le 09/06/2015 à 20:05 :
Le Small Business Act est un système protectionniste des États Unis (pays gauchiste bien connu). Ce système garantis aux entreprises américaines une partie significative des marchés publiques (c'est à dire financés avec l'argent des contribuables).

En France par contre nos institutions publiques signent avec des multinationales basés dans des paradis fiscaux et qui n’emploient pratiquement personne dans le pays.

Pendant ce temps le chômage augmente mais bien sur ça n'a rien à voir.
a écrit le 09/06/2015 à 20:03 :
Le Plan PME est-ce le Pénurisme Modèle Economique. Pour la croissance, si on regarde le commerce et le secteur industrie et agriculture selon les publications en ligne. Pour l’automobile en 2012, on aurait -3,1 milliard puis -4,3 puis -4,7 à la balance. La relance de l’industrie aux Etats-Généraux de 2010 concerne-t-elle l’automobile et ne faudrait-il pas revoir le portage ? Ne devrait-on pas prendre pour la politique colbertiste à la filière aéronautique pour subventionner l’automobile ? On importerait pour 20 milliards de gazole alors qu’on parle fermeture de raffinerie, aurait-on un problème de compétence, ou bien travailler c’est trop dur et on préfère importer ou bien nous avons un Etat pieds de plomb et une assemblée de pieds nikelés ? Pour le blé, on annonce à la FAO une augmentation de la demande de 2500 millions de tonnes en 2015 à 3000 millions. Le commerce augmente avec la demande. La production française ferait 20 millions de tonnes à l’export, ne manquons-nous pas une opportunité alors qu’on parle bétonnage des bonnes terres et qu’on ferait beaucoup de ronds-points. Le blé français serait de qualité médiocre. Pour le poisson le taux d couverture est de 60 à 70% selon les productions, ne devrait-on développer une flotte plus importante ? Pour les fruits à coque, le taux de couverture serait de 25%, nous produisons 22 à 30 kt pour des importations de 100 à 110 kt alors que le verger se réduit de 17% depuis plusieurs années et que la Chine serait importateur net. On importe pour 1,29 milliards Francs en 96 de fruits à coque. Ne devrait-on subventionner le développement des vergers ? Pour le fromage, la viande, les produits laitiers, la consommation serait en baisse, alors que la production de fromage stagne et que la chine augmente sa consommation de fromage de 24% par an et que la France est absente de l’export de fromage en Chine en provenance des USA, de l’Australie et des Pays-Bas. En France la consommation de fromage baisse de 11% après un maximum en 2001 à 18kg par habitant et 16 en 2006, ne fait-on pas stagner la production et augmenter les prix ? L’Etat ne fait-il pas dysfonctionner les filières ? On préfère les sculptures sur les ronds-points à 500 000 € la dame de la mer à Biarritz ou les fleurs d’import ? A quand une dame du Lac ? A quand un concassage électoral, une relance châtaigne et des céphalopodes au dégraissage alors que la balance des fruits de mers serait de -3,3 milliards depuis des années. Dans le soja, alors qu’on perdrait un département en surface agricole tous les 7 ans, la demande mondiale augmente régulièrement et que la Chine diversifie ses importations et importe 50 kt des usa, nous ne savons pas faire ? On entend dire que la consommation de viande augmente régulièrement e nChine et que la France réduit la production de porc et importe des produits transformés, manquons-nous pas des opportunités avec une part agricole qui serait plus faible que l’Allemagne et une part industrielle en réduction plus rapide que les autres pays ? Ne jouerait-on pas au meunier tu dors… à la croissance sous la moyenne OCDE ? A quand un réveil en trompette et ne fait-on pas dans la malbouffe et la dyslexie économique? Y aura-t-il relance vergers, conculture et une subvention broutard ?
a écrit le 09/06/2015 à 19:54 :
quelle est la contrepartie financière pour valls?? combien de trajets en famille offerts??ahh le PSMEDEF ou MEDEFPS, un peu de pognon comme thevenoud hop emballé c'est pesé.
a écrit le 09/06/2015 à 19:13 :
Si ces mesures avaient été faites du temps de Sarko, la gauche et ses syndicats auraient mis la France a sac... Manifs, sauvegarde des travailleurs, mesures du patronat !! Comme la gauche joue bien le rôle de la droite, finalement....
Réponse de le 09/06/2015 à 21:30 :
J'ai pas vu beaucoup de grévistes depuis les 20 dernières années. Pourtant la droite était au pouvoir aussi. D'ailleurs la gauche est au pouvoir aujourd'hui?
Réponse de le 10/06/2015 à 2:01 :
Et oui je vous confirme la gauche est au pouvoir. Auriez-vous des doutes ? Certe elle n'est pas rouge vif mais c'est bien elle qui gouverne. je la préfère comme ça d'ailleurs. Pour les amateurs de rouge carmin rejoignez le front de gauche qui partage les mêmes analyses que le FN.
Ses mesures sont deux pas en avant et 1 et demi en arrière pour faire plaisir aux frondeurs.... Mais elle a tout de même le mérite d'avancer un peu.
a écrit le 09/06/2015 à 19:00 :
Observer les remarques d'un camp comme d'un autre, conduit parfois à la surprise. Certains intervenants politiques sont systématiquement enfermés dans leur idéologie,sans même tenter l'effort de la logique. Ainsi, lorsqu'on entend la droite s'interroger sur les mesures prises par le chef du gouvernement, même s'ils conviennent que notre modèle à besoin de plus de souplesse ; chacun y va de sa critique purement politicienne. Les réformes sont toujours délicates à faire ; ils le savent très bien, mais l'intérêt du pays passe après leur égocentrisme politique. Quant l'extrême gauche, qui elle annonce un copié-collé de M. Sarkozy facilitant les délocalisations.
C'est justement une autre logique qui a été conduite par la droite. A lieu de conduire les réformes qui auraient pu éviter l'abaissement de notre compétitivité, et donc les pertes d'emploi, ils ont préféré délocaliser.
Accorder davantage de souplesse permet de maintenir le potentiel de notre économie de production sur place. Comment peut-on voir les choses à l'envers à ce point là ?
a écrit le 09/06/2015 à 18:24 :
Je préférais la France "petit jardin" de Georges Brassens avec son miel et ses abeilles, que la France "Nouvel Ordre Mondial" de Valls - une France génétiquement modifiée, diabolique et pas drôle du tout :(
Réponse de le 09/06/2015 à 20:17 :
J'ajouterais Cabalistique...
a écrit le 09/06/2015 à 17:46 :
Qu'attendent les femmes et les hommes de gauche pour créer des entreprises et des emplois? Ils préfèrent le fonctionnariat sans doute...... :-) se mettre au "service" de l'état et des citoyens...... :-)))))
Réponse de le 09/06/2015 à 18:22 :
1,5 millions de fonctionnaires en trop! Ça plombe la compétitivité de nos entreprises donc de l emploi ! 😵👹
Mais a l ENA on sais même pas ce qu est une entreprise ! Ils n y mettent jamais les pieds ! Sauf pour inauguration des chrysanthèmes 😂😡
a écrit le 09/06/2015 à 17:45 :
Comment un carriériste sans talent avec une simple licence d'Histoire comme Manuel Valls, qui est une pure marionnette sans pouvoir aux dents longues, et avec une allure de petite commissaire de police de province avec des costards mal taillés et une coupe de cheveux "village", comment ce mec là pourrait agir un tant soit peu en faveur des intérêts de la France, d'autant qu'en prime il n'a pas été choisi pour ça.
A l'étranger c'est des pantins aussi, mais ils ont un semblant de charisme (Merkel, Obama), En France t'as même pas le droit à l'illusion :(
a écrit le 09/06/2015 à 17:42 :
Le Front de Gauche ? Il va soutenir le candidat socialiste au second tour comme d'habitude, voire cette fois au premier ? Non ?
Réponse de le 09/06/2015 à 19:08 :
pas de soucis pour le front de gauche et autres frondeurs , ils ne vont pas risquer de perdre leurs places bien au chaud , ils font semblant de râler et ensuite ils se coucheront, comme d'habitude
Réponse de le 09/06/2015 à 19:08 :
pas de soucis pour le front de gauche et autres frondeurs , ils ne vont pas risquer de perdre leurs places bien au chaud , ils font semblant de râler et ensuite ils se coucheront, comme d'habitude
a écrit le 09/06/2015 à 17:33 :
Ces nouvelles énièmes annonces de Valls, au retours de son escapade Berlinoiserie scandaleuse avec ses enfantes en avion sur le dos des Français, viennent confirmer que les jeux puériles dans la cour de maternelle gouvernementale Vallsienne aboutit à des chamailleries Rebsamnénienne et Macroniennes ;

c'est un pur échec des socialistes,

alors que cet échec Vallsien était déjà patent,

l'on se demande bien pourquoi les frondeurs n'ont pas débarrassé la France d'un tel cauchemar lors du récent 49/3 ?

Il ne faudrait pas que frondeurs rime avec amuseurs !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :