Pourquoi la France attire encore les investisseurs étrangers ?

 |   |  819  mots
L'américain Cisco a annoncé en octobre le doublement de son investisement dans les start up françaises pourle porter à 200 millions de dollars
L'américain Cisco a annoncé en octobre le doublement de son investisement dans les start up françaises pourle porter à 200 millions de dollars (Crédits : © Robert Galbraith / Reuters)
La France reste la première destination des investissements industriels étrangers en Europe. Quel sont ses atouts ?

La période actuelle est délicate. Après les terribles attentats de Paris et de Saint Denis, la menace de fin du monde que nous promettent les commentateurs de la COP 21 plombent une ambiance déjà lourde. A côté de ces drames, réels et potentiels, le fort rebond du nombre de demandeurs d'emplois en décembre est presque un non-événement, en dépit du fait que le chômage est une tragédie que vivent au quotidien plus de 6 millions de personnes en France.

Dans ce contexte, le tableau de bord de l'attractivité présenté la semaine dernière par Business France, l'agence chargée de soutenir l'export et de faire la promotion du site France est une bouffée d'air frais bienvenue, même si, bien évidemment, le bilan n'est pas parfait. En effet, Business France insiste une nouvelle fois sur le niveau élevé de la pression fiscale en France et sur la tendance à la baisse de la dépense intérieure en recherche et développement (DIRDE).

La France, première destination européenne pour les investissements industriels

Quels sont les atouts de la France, atouts qui font de l'Hexagone depuis quinze ans la première destination européenne des investissements directs étrangers en Europe et la septième au niveau mondial ? Devancée par les Etats-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, Singapour, le Brésil et l'Allemagne, la France accueille toutefois plus d'investissements que l'étranger que l'Allemagne ou l'Italie par rapport à la richesse nationale. Le rapport s'élève à 26% en France, contre 19% en Allemagne et 17% en Italie

Reprenons le classement de la France en Europe selon les vingt indicateurs d'attractivité quantitatifs en provenance des principale sources statistiques que sont, entre autres, l'OCDE, le FMI, la CNUCED, Eurostat.

Beaucoup de premières places

La France occupe la première place seule, ou elle la partage, pour les indicateurs suivants : le taux de fécondité, les investissements dans les infrastructures de transport intérieur, les indicateurs des principaux marchés européens de bureaux, le financement public et les incitations fiscales à la R&D des entreprises, les dépenses publiques de protection sociale, l'intensité énergétique, avec ou sans énergie nucléaire, la variation nette des création des entreprises sur la période 2009-2012 et l'évolution des crédits aux sociétés non financières. La France se classe également au premier rang dans le domaine de l'accessibilité à la santé, même si plusieurs études témoignent des difficultés financières de certains à se soigner, notamment les étudiants.

Ce qui est intéressant dans ces classements, c'est que la plupart de ses points forts devraient continuer à se renforcer. Ainsi, aucun élément ne permet pour l'instant d'envisager un essoufflement de la fécondité. Le crédit impôt recherche, l'atout maître en termes de soutien public à la R&D a été sanctuarisé en 2012 et le niveau des créations d'entreprises reste élevé. Quant au réseau de transports, il devrait être renforcé avec la création du Grand Paris Express.

La France se classe en deuxième position dans les domaines suivants : les quinze premiers aéroports de l'Union européenne, le taux de pénétration de l'Internet haut débit, l'utilisation d'Internet par les entreprises pour leurs contacts avec les pouvoirs publics, l'estimation de la valeur des marchés publics, les parts de marché mondial des fonds d'investissement européens, l'intensité carbone ou encore les emplois dans le secteur des énergies renouvelables.

La France est au troisième rang pour le prix de l'électricité, l'accessibilité à la justice et le taux de création d'entreprises.

Les 35 heures, un obstacle

Que retenir de ces résultats ? " La France doit continuer à renforcer ses points forts pour se maintenir dans le peloton de tête, notamment ses infrastructures de transport, tout en gommant ses défauts majeurs ", explique Muriel Pénicaud, la directrice générale de Business France. " Portée par les succès de la French tech, le niveau reconnu de ses écoles d'ingénieurs dont les capacités à dépasser les codes sont admises, et sa couverture Internet, la France est devenue une place-forte pour les grands acteurs des nouvelles technologies ", poursuit-elle, citant les investissements récents de Facebook, Cisco, Intel et SAP dans l'Hexagone.

La mise en place des 35 heures fait-elle jaser ? Est-ce un inconvénient majeur pour les investisseurs étrangers comme le laissent croire certains commentateurs de l'actualité économique ? " Il faut faire la distinction entre ceux qui sont déjà installés en France et ceux qui en ont le projet. Si les seconds s'interrogent sur la durée légale du temps de travail en vigueur en France, les premiers sont très placides. Ils savent que des dispositifs dérogatoires existent. Ils savent également que les cadres français travaillent en moyenne quarante-six heures par semaine ", explique Murielle Pénicaud.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2015 à 9:02 :
Boh, avoir une entreprise en France c'est pas un problème ; faut juste pas gagner d'argent…
limite, une coquille vide qui fait travailler quelques ouvriers qualifiés, pourquoi pas… mais surtout pas d'investissement long terme, ça, c'est le meilleur moyen de se faire plumer par les politicards véreux
Réponse de le 02/12/2015 à 2:59 :
tout est dit dans ce post, s'y installer peut être, y gagner de l'argent ? mortel... ce qui veut dire travaiiller pour rien ou pas grand chose. Il suffit simplement de comparer la Taxation France Allemagne et le compte est fait. Il n'y aura rien à y faire tant que le réegime fiscal, des entreprises et des particuliers, des 6 pays fondateurs de l'union européenne ne sera pas totalement unifié.
a écrit le 01/12/2015 à 7:54 :
La France attire encore pour la simple raison qu'elle possède encore "des réserves" économiques et sociale constitués avant son entrée dans l'euro!
a écrit le 01/12/2015 à 7:20 :
La boite de Pandore ? Les industriels viennent produire en France .... mais y font des pertes, qui font qu'ils ne payent pas d'impôt, bénéficient des plans et autres subventions en tout genre, et réalisent leurs profits dans les pays où la fiscalité est accommodante ? C.Q.F.D ? Comment ? Fallait pas le dire ? Ah ! scusez, je pensais que TOUT LE MONDE LE SAVAIT ?
a écrit le 01/12/2015 à 6:28 :
C'est quand même incroyable !!!
Chaque Français sent au quotidien qu'ils est inexorablement années après années tirés vers le bas...
Mais tous médias, politiques, etc... Nous disent que non !
Désolé mais en ce qui me concerne je ne voit aucune amélioration sur le cour-moyen terme de la situation économique de mon pays
Faut arrêter de prendre les Français pour des idiots, les chiffres ont leurs faits dires ce que l'ont veut !
J'espère que 2017 servira à quelque chose sinon on est mal...
a écrit le 30/11/2015 à 21:31 :
Tout est dit, les cadres et ingénieurs travaillent nettement plus que 35 heures par semaine... et eux seuls s'en sortent bien sur le marché de l'emploi. On sait donc ce qu'il faut faire pour que l'emploi des autres CSP redémarre, non seulement revenir sur les 35 heures mais permettre d'aller bien au delà des 40.
Réponse de le 01/12/2015 à 4:10 :
Depuis quand les 35h empêchent un employeur de faire travailler ses non-cadres plus de 35h ?
Réponse de le 01/12/2015 à 6:57 :
Beaucoup trop d'encadrement dans ce pays !
Assez de tous ces gens à la science infuse (notamment les jeunes cadres) qui n'ont jamais rien fait avec leurs dix doigts et qui veulent sans cesse en remontrer...!
J'en côtoie tous les jours et on voit ce qu'est devenu le pays !
Responsabilisons et motivons à tous les niveaux, c'est cela l'avenir...!
Réponse de le 01/12/2015 à 9:16 :
Typiquement le discours du FN, basé sur la jalousie et la frustration d'avoir raté sa vie. Les cadres et ingénieurs, "tous ces gens à la science infuse", ont fait de longues études et de nombreux stages et apprentissages pour en arriver où ils sont. Ils n'ont pas eu la science infuse, justement. Sans cadres et ingénieurs, il n'y aurait que des fermes en France, ce dont j'imagine vous rêvez.
Moi c'est des gens aigris comme vous que je côtoie tous les jours à mon travail et je ne m'étonne pas que le pays aille si mal. Si tant est qu'il aille si mal en fin de compte.
a écrit le 30/11/2015 à 19:43 :
Actus du jour pour appuyer l'article:
......
Un milliard d’euros d’investissement pour le MIN de Rungis:
http://www.usinenouvelle.com/article/un-milliard-d-euros-d-investissement-pour-le-min-de-rungis.N365915
.......
Investissement record de 8,5 milliards d'euros pour la RATP
http://www.usinenouvelle.com/article/investissement-record-de-8-5-milliards-d-euros-pour-la-ratp.N365891
Réponse de le 30/11/2015 à 20:26 :
Tant que la France sera dynamique et inventive dans la recherche et les technologies et services de pointus. Les investisseurs étrangers répondront présents. Le problème vient plutôt des investisseurs français, "has been" pour plus de la moitié d'entre-eux.
Vivement que la vague des jeunes créatifs remplacent nos vieilles momies!
Quel pays en Europe peut se vanter d'un réseau de métro aussi dense et plus efficace que le parisien?
Quelle nation en Europe a un marché équivalent à Rungis?
L'attractivité environnementale et commerciale aimante aussi les investisseurs étrangers!
Réponse de le 30/11/2015 à 20:40 :
C'est formidable! La France est un modèle économique alors qu'elle n'a presque plus d'industrie. Elle produit 1 million de voitures petits modèles et l'Allemagne plus de 5 millions. Tout cela ne veut rien dire. Des chiffres trafiqués ou non-pertinents. Le socialisme est incompatible avec le développement.
Réponse de le 01/12/2015 à 6:16 :
Entre la république des copains du sarkosysme, et le socialisme ?
Quel est le meilleur ???
Des dirigeants politiques, économiques incompétents avec leur vision et réaction à court terme qui nous conduisent à la faillite...! et personne pour remettre de l'ordre !!!
Réponse de le 01/12/2015 à 11:24 :
on peut etre raisonablement optimiste sur l'avenir:Valls a confirmé ce matin que le gouvernement continuerait sa politique"pro-entreprise",c'est plutot bon signe pour le business!
a écrit le 30/11/2015 à 19:23 :
On croit rêver. On fait dire n'importe quoi aux chiffres. Pourquoi tant de chômage alors? Pourquoi ce désir de fuite et ce désir de ne jamais revenir? Pourquoi cette baisse de niveau de vie? Pourquoi cette réputation atroce chez les investisseurs? N'importe quoi....
Réponse de le 30/11/2015 à 20:02 :
@Markus
"On fait dire n'importe quoi aux chiffres"
Tous les entités qui délivrent des chiffres, et qui sont souvent extra-françaises nous mentent!
Mais a qui voulez faire croire ceci?
.......
INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS :
(Ernst & Young)
> 2011 : - 4% (540 projets)
> 2012 : - 13% (471)
> 2013 : + 9% (515)
> 2014 : + 18% (608 projets) La France repasse en tête, La progression est plus forte qu’au Royaume-Uni et en Allemagne.
.........
EUROPE, CAPITAL RISQUE, 3ème TRIMESTRE 2015 :
Europe : 3,03 Md, progression annuelle de + 31%.
> Entreprises dans les services aux consommateurs ont levé 31%, 935 M.
> Firmes de la santé : 929 M.
> Services financiers et aux entreprises, 246 M.
1er - Royaume-Uni : 947 M. soit 31% des sommes européennes et 24% des deals
2ème - France : 567 M. soit 19% et 19% des deals
3ème - Allemagne : 14% des sommes et 18% des deals
« Enfin, le capital-risque français fait figure de bon élève puisque le pays se place à la seconde place des pays européens ayant attiré le plus de capitaux. Avec 567 millions d’euros d’investissements, l’Hexagone se place juste derrière le Royaume-Uni (947 millions d’euros). »
« Autre chiffre intéressant, Bpifrance est classé comme l’investisseur le plus actif avec 13 deals bouclés, et le fonds français Alven Capital arrive à la cinquième place avec 7 deals. »
J'ajoute aussi que Business France contribue aussi beaucoup à l'investissement étranger en France.
.......
INVESTISSEMENT HOTELERIE, 1er SEMESTRE 2015 :
En $.
Monde : 42 Md (en février, 68 Md étaient prévus pour l’année 2015).
> Dont 17, 3 Md transfrontaliers.
Amérique : 24 Md (+ 73%).
Europe Moyen-Orient et Afrique (EMEA) :15 Md (+ 15%).
Asie-Pacifique : 4 Md (- 4%).
France est le 2ème pays le plus demandé après le Royaume-Uni.
Soit 1,8 Md€, en hausse de 95 % par rapport au 1er semestre 2014.
..........
PARIS 2014 :
N°2 mondial des introductions en Bourse dans la santé et les biotechs derrière US.
N°3 mondial dans les essais de médicaments derrière US et AL, devant RU, IT et ES.
Et la France est N°1 en pourcentage de chercheurs, 9/1000 emplois, devançant la Suisse ou l’Allemagne, 8,1/1000, grâce notamment à son dispositif public de R&D performant, CNRS, CEA, INRA, INRIA, IFP Energies nouvelles, Etc.
Etat, R&D, dépôt de brevets en 2014, INPI, Institut National de la Propriété Industrielle:
CEA (643) 3ème rang
CNRS (409) 7ème rang
IFP Energies nouvelles (191) 13ème rang
................
18-09-15, Xavier Niel, au Conseil des entrepreneurs de Bordeaux :
"Plus simple d'entreprendre en France qu'aux Etats-Unis"
"Si on veut faire quelque chose et qu'on regarde l'accumulation de difficultés, on n'avance pas. Souvent les entrepreneurs me disent : ''Je voudrais faire ceci ou cela mais je dois d'abord remplir le formulaire Cerfa machin.'' Je leur dis de se concentrer sur leur but et tant pis pour le formulaire, ils recevront un courrier. Avancez sur ce qui est important pour vous et oubliez les petites choses sans importance."
"J'entends souvent de fausses excuses : ''Je ne peux pas créer mon entreprise car je ne sors pas d'une grande école'' ou ''Je ne trouve pas d'argent''. C'est peut-être que parce que votre projet n'est pas bon car des investisseurs, il y en a beaucoup partout dans le monde. ''On ne peut ni recruter ni licencier facilement en France'' : J'ai des entreprises aux Etats-Unis, je vous promets que ça coûte aussi cher de licencier aux Etats-Unis. C'est peut-être plus compliqué en France mais pas plus cher."
Réponse de le 30/11/2015 à 23:36 :
@ markus :

La France crée des emplois... C'est juste qu'elle n'en crée pas assez pour compenser l'augmentation du nombre d'actifs.

Autrement dit, notre taux de chômage est la conséquence momentanée de notre taux de natalité.

Si on avait la démographie de l'Allemagne, avec une population active en diminution (si je ne m'abuse), notre taux de chômage serait bas.
a écrit le 30/11/2015 à 19:07 :
voir aussi le classement Deloitte Fast 500 EMEA de ces dernières années, notamment 2014 (1ère place générale, plus grand nb. d'entreprises classées, 1ère place dans 3 secteurs d'activité sur 8).
confirme ce que l'on pouvait lire dans L'Expansion de septembre 2012 : les Français d'IBM ont écrasé leurs collègues d'autres pays (notamment les indiens...) dans une compétition pour la réalisation d'applications.
cf. aussi e-Government Survey de l'ONU (4e position mondiale), Global Cities index & FDI Confidence index d'ATKearney...
nos entreprises bénéficient de plus de 170 milliards d'euros de dispositifs dérogatoires fiscaux et sociaux et de pas mal d'aides (mais ce n'est peut-être effectivement pas suffisant pour compenser les taux de prélèvements nominaux élevés).
il faudrait que la fierté nationale affichée ces jours-ci soit permanente pour être plus conquérants. un peu plus de confiance/cohésion sociale, quelques réformes, et nous pouvons de nouveau nous affirmer.
a écrit le 30/11/2015 à 17:09 :
Vous avez oublié le niveau de productivite ( n.2 en UE), le niveau d'investissement des sociétés non financières (23,1 contre 21,7 ,pour la moyenne de l'UE), le classement des societes les plus innovantes (n 3 mondial ,Thomson Reuters), la R&D (2,25% du PIB, mais hors recherche stratégique, donc ajouter au moins 1%... )... On est loin du declinisme des Baverez et autres dénigreurs.....mais leur propos est plus politique qu'économique....
a écrit le 30/11/2015 à 17:03 :
Il n'y a que les français pour ne pas croire en la France ! Et effectivement les cadres et ingénieurs français ne comptent pas leurs heures. J'ai eu l'occasion de constater chez les anglos-saxons, l'heure c'est l'heure !! GB, USA, AUS, après 17h00 ou 18h00, les locaux sont déserts !! ou alors il n'y a que les expatriés français qui s'attardent.
Réponse de le 30/11/2015 à 18:38 :
Pour la loi , il y a les 35 heures et pas plus de 48 heures par semaines ...
Dans mon entreprise ( loin d'être un cas isole ) nous devons déclarer nos heures si elles sont supérieurs à la loi .
Pas pour obtenir des heures sup ( pour les forfaits jours il n'y en a pas ) , juste pour ce faire réprimander par la DRH ...
Du coup ... On fait 35 heures déclarer et le travail de 40 heures effectives!!!

Je vois déjà les syndicats crier au scandale ,mais si on veut garder notre travail et par la même notre entreprise dans la mondialisation actuelle ,on sait que ce sera par notre travail et pas avec les aides !!!
Pas étonnant que l'on attire des investisseurs ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :