Pourquoi les revenus de sponsoring de Ligue 1 ont-ils autant progressé en 2013-2014 ?

 |  | 747 mots
Les maillots sans sponsor, c'était avant
Les maillots sans sponsor, c'était avant (Crédits : reuters.com)
Alors que la hausse des revenus de sponsoring de Ligue 1 semble être la bonne nouvelle du dernier rapport financier rendu public par la LFP concernant l’exercice 2013-14, elle cache une hétérogénéité de situations qui ne reflète pas la vraie tendance. Explications sur Ecofoot.fr…

D'après le dernier bilan financier rendu public par la LFP, les revenus provenant de la catégorie « Sponsors - Publicité » ont progressé de 89% au cours de la saison 2013-14 par rapport à l'exercice précédent ! Ainsi, la Ligue 1 a généré lors du dernier exercice près de 375 M€ de recettes de sponsoring contre seulement 198 M€ au cours de la saison 2012-13.

Cette hausse des recettes de sponsoring a largement contribué à l'augmentation globale de 15% des revenus opérationnels du championnat de Ligue 1 au cours de la saison 2013-14. Pour la première fois de son histoire, la L1 dépasse la barre des 300 M€ concernant cette source de revenus alors qu'elle avait connu une véritable phase de stagnation durant la période 2007-13 avec une très légère hausse de 3%.

Et la bonne tendance devrait se poursuivre pour la saison en cours. D'après le rapport prévisionnel remis par la LFP, la Ligue 1 devrait enregistrer une nouvelle hausse de 13% de ses recettes de sponsoring concernant l'exercice 2014-15. Ainsi, le championnat dépasserait pour la première fois la barre des 400 M€ pour atteindre 423,5 M€ de revenus publicitaires.

La Ligue 1 est-elle entrée dans une nouvelle phase de croissance des revenus de sponsoring ?

A première vue, les chiffres sont excellents concernant les revenus de sponsoring générés par le championnat français. La Ligue 1 a enfin retrouvé une croissance à deux chiffres lui permettant d'envisager pour le futur un rattrapage d'une partie de son retard sur le championnat anglais et allemand.

Sponsoring Football

Malheureusement, cette hausse globale cache une disparité des situations très importante au sein du championnat. Seulement deux clubs - l'AS Monaco et le PSG - représentent 58% des revenus de sponsoring du championnat et sont responsables de la quasi-totalité de la croissance de cette source de revenus au sein de la Ligue 1. Grâce à son contrat conclu avec l'agence AIM International Agency, l'AS Monaco prend la tête du classement avec des recettes à hauteur de 140 M€.

Entre les saisons 2012-13 et 2013-14, le PSG a connu la plus grosse progression de revenus de sponsoring parmi les clubs évoluant en L1 sur les deux exercices. Avec une hausse de plus de 124%, les revenus publicitaires du PSG sont passés de 35,2 M€ à près de 79 M€ en 2013-14. A noter que le contrat conclu avec QTA n'a pas été comptabilisé dans les revenus de sponsoring du club : la somme perçue en provenance de l'office du tourisme du Qatar est considérée comme une subvention et est classée dans « Autres Produits » par la LFP.

Revenus Sponsoring

Si les deux poids lourds financiers du football français tirent vers le haut les revenus de sponsoring du championnat, le reste de la Ligue 1 continue de souffrir. Ainsi, en excluant les 2 cadors et en établissant une comparaison à périmètre constant entre les saisons 2012-13 et 2013-14, les 16 clubs de L1 restants affichent une baisse globale de 2,06% des revenus de sponsoring. Le championnat n'est ainsi pas totalement sorti du marasme économique au sein duquel l'économie française est toujours plongée.

Le Stade Rennais reflète cette situation. Entre les saisons 2011-12 et 2013-14, les revenus de sponsoring du club breton ont fondu de plus de 13,5%. Alors qu'il générait des recettes de sponsoring supérieures à 10 M€ lors de l'exercice 2011-12, le Stade Rennais a vu ses revenus passer sous la barre des 9 M€ pour la première fois en 5 ans lors de la dernière saison. En plus de la conjoncture difficile, une baisse de compétitivité sportive peut également expliquer cette chute de revenus dans le cas rennais.

Rennes Football Sponsoring

Enfin, si l'essentiel de la croissance est dû aux deux cadors français, certains clubs parviennent à tirer profit de leur nouvelle enceinte pour connaitre un nouveau souffle en termes de revenus publicitaires. C'est notamment le cas de l'OGC Nice : grâce à l'exploitation de son nouveau stade, le club azuréen est passé d'un trend de 3,5 M€ de revenus de sponsoring par saison à plus de 9,2 M€ lors de la saison 2013-14. Une multiplication des revenus par 2,6 qu'aimeraient également connaître les Girondins de Bordeaux ou encore l'Olympique Lyonnais lors de la livraison de leur nouveau stade.

Nice Football Sponsoring

Ecofoot.fr

Site spécialisé dans l'actualité foot-business, Ecofoot.fr traite quotidiennement des sujets économiques, marketing, stratégiques et organisationnels liés à l'univers footballistique. De la renégociation de droits TV aux stratégies d'expansion commerciale à l'international, en passant par les changements actionnariaux à la tête des clubs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :