Présidentielle 2022 : à qui va profiter une abstention forte mais moins importante que prévu ?

Le suspense monte dimanche soir. Le taux d'abstention, estimé entre 24% et 26,5% par le ministère de l'Intérieur, est supérieur à 2017 mais moins important que craint par les derniers sondages. Ces électeurs qui sont finalement allé voter vont-ils créer des surprises ?
(Crédits : Laurent Blevennec)

Après des mois d'une campagne atypique, le score s'annonce incertain au premier tour de l'élection présidentielle. A 17h, d'après les chiffres du ministère de l'Intérieur, l'abstention se situerait entre 24% et 26,5% Français.

Cette abstention est forte. Elle est supérieure à celle de 2017 de 4 à 6 points, mais elle reste tout de même moins importante que le prédisaient les derniers sondages, et moins importante que le record de 2002. Autrement dit, des électeurs non-anticipés sont finalement allé voter, dans un contexte de forte indécision de l'électorat. De là à créer une surprise dans les résultats ?

Lire aussi 4 mnPrésidentielle : taux de participation à 65% à 17h, en recul par rapport à 2017 et 2012

Participation à 65% à 17h

A 17H00, la participation s'est établie à 65%, soit 4,4 points de moins qu'en 2017 (69,42%) et 5,5 qu'en 2012 (70,59). Elle est toutefois largement supérieure à celle de 2002 (58,45%), année record pour l'abstention à un premier tour d'élection présidentielle.

Les dernières enquêtes publiées dans la semaine promettaient entre 25 et 28% des voix au président sortant Emmanuel Macron, 21,5 à 24% à la candidate d'extrême droite (RN) et de 16 à 18% à l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon -ces deux derniers ayant été en progression continue dans la fin de campagne.

Verdict attendu à 20h

En ce dimanche ensoleillé partout dans le pays, quelque 48,7 millions d'électeurs départagent les 12 candidats à l'Elysée. Le verdict des urnes est attendu à 20H00, avec les premières estimations des instituts de sondage.

Aux Minimes, quartier natal du chanteur Claude Nougaro proche du centre-ville de Toulouse, les habitants sont nombreux devant les bureaux de vote.

"On a toujours voté, et on force nos enfants à voter, sinon on les déshérite !", lance en riant Pascale Sylvestre-Baron, responsable pédagogique de 62 ans.

"Cette année est un peu spéciale, j'ai changé d'avis concernant mon vote à la dernière minute car je suis très inquiète. Inquiète aussi du taux d'abstention. Si les gens ne se mobilisent pas au premier tour après c'est trop tard. C'est un peu désespérant", poursuit la sexagénaire avant d'enfourcher son vélo.

Dans un petit commerce près d'un autre bureau de vote, cette fois dans le quartier populaire du Mirail, Lydie Maillot, elle, ne "voit pas l'intérêt de voter".

"J'avais toujours voté, mais là je suis vraiment lasse. Qu'est-ce que ça va changer, tout est écrit à l'avance, calculé. Mon vote ne comptera pour rien", estime la mère de famille de 42 ans, sans emploi.

Lire aussi 4 mnLes bureaux de vote ont ouvert : tout ce qu'il faut savoir sur le 1er tour de l'élection présidentielle

"Un droit qu'on ne veut pas perdre"

A Marseille, les yeux pétillants de fierté, Ali Msaidie sort du bureau de vote de l'école élémentaire Saint-Charles 2, à proximité de la gare du même nom, dans un quartier populaire. Il vient juste de déposer son bulletin dans l'urne, disposée dans une salle de classe décorée de dessins d'enfants puis de passer le hall où est accrochée une grande carte de France. A 53 ans, c'est la première fois que cet accompagnant d'élèves en situation de handicap (AESH) a le droit de voter pour une élection présidentielle en France, pays où il vit depuis 21 ans.

"Je me suis battu tellement d'années pour être naturalisé, avoir la nationalité française. C'est la première fois que je peux voter pour une présidentielle, c'est tellement important pour moi de pouvoir faire partie de ceux qui choisissent !", dit à l'AFP, cet homme né aux Comores.

En Corse, un incident s'est produit à un bureau de vote de Patrimonio (Haute-Corse) où la serrure était bloqué par de la glue dimanche matin, entraînant un retard d'ouverture ce matin d'une demi-heure, a indiqué à l'AFP la préfecture de Haute-Corse. En Corse-du-Sud, pas d'incident mais des tags ont fleuri sur la mairie de Propriano (tag IFF, I Francese Fora, les Français dehors) et sur des bureaux de vote à Sartène et dans les villages de Valle-di-Mezzana et Villanova: il s'agit de pochoir de la figure d'Yvan Colonna.

A Pantin, en région parisienne, Michèle Monnier, 77 ans, retraitée, ancienne gardienne d'école, a voté tôt elle aussi. "Les femmes de mon époque se sont battues pour voter donc quelle que soit l'élection j'irai voter", lance-t-elle en sortant de la boulangerie.

À Saint-Georges-de-Mons, village de 2.000 habitants dans le Puy-de-Dôme, les électeurs se sont déplacés en nombre, se pressant dans le bureau de vote installé dans le petit musée de la commune.

Incertitude

Tous les candidats ont voté dans la matinée, avant de rejoindre leurs QG de campagne à Paris. Parmi les prétendants semblant loin du second tour figurent les candidates des deux partis qui ont dominé pendant des décennies la vie politique en France, Valérie Pécresse (Les Républicains) et Anne Hidalgo (Parti socialiste).

L'incertitude demeure car, prévient le politologue Pascal Perrineau, "c'est la première élection qui atteint un tel taux de personnes qui sont indécises, qui ont changé d'opinion, à peu près un Français sur deux".

Commencée alors que le pays subissait une vague de Covid-19, la campagne s'est poursuivie avec en toile de fond angoissante l'invasion de l'Ukraine par la Russie, suivie d'une forte hausse des prix de certains produits, en particulier l'énergie.

Petits duels plutôt qu'un grand débat

A aucun moment, un grand thème d'avenir n'a été débattu par l'ensemble des candidats.

"Nous avons une sorte d'archipélisation des débats avec de petits duels", relève le sondeur Frédéric Dabi (Ifop), notamment entre le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour et Valérie Pécresse ou entre Jean-Luc Mélenchon et les autres candidats d'une gauche fragmentée, l'écologiste Yannick Jadot, le communiste Fabien Roussel, la socialiste Anne Hidalgo ou les trotskistes Philippe Poutou et Nathalie Arthaud.

Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan et le député béarnais Jean Lassalle ont  regretté une campagne sans débat.

Le président sortant, qui s'est toujours maintenu en tête des sondages, est entré en campagne tardivement, empêché d'abord par la crise sanitaire, puis par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a donné un coup d'accélérateur en fin de semaine, avec plusieurs interviews, effectuant même vendredi une courte visite impromptue sur un marché de Neuilly-sur-Seine.

Marine Le Pen a elle aussi a mené une campagne atypique, s'évertuant à lisser son image et mettant au second plan, dans ses discours, ses propositions sur l'immigration et sur l'Europe, qui restent pourtant aussi radicales que par le passé.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 11/04/2022 à 9:04
Signaler
A la la peur et à cette odeur de vieux pipi. Hum... qu'on est bien en France.

à écrit le 10/04/2022 à 19:08
Signaler
Manifestement la grande gagnante de cette présidentielle est la Poste en ayant bénéficiée du soutien des mairies socialistes qui n'ont pas fait obstruction sur l'accès à la liste des électeurs inscrits afin de distribuer des plis personnalisés au ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.