Qu’attendre de l’interview du président ce soir sur BFM TV et Mediapart ?

 |   |  253  mots
Après sa prestation aux côtés de Jean-Pierre Pernaut jeudi, Emmanuel Macron répond ce soir aux questions de Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel.
Après sa prestation aux côtés de Jean-Pierre Pernaut jeudi, Emmanuel Macron répond ce soir aux questions de Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel. (Crédits : POOL)
Question migratoire, terrorisme, laïcité, gronde sociale et, bien sûr, Syrie. Le menu est chargé ce soir pour l’exercice auquel Emmanuel Macron a choisi de se plier près d’un an après son élection et quelques jours après sa prestation sur TF1 aux côtés de Jean-Pierre Pernaut en direct d'une école rurale de Normandie.

C'est un Macron devenu chef de guerre depuis qu'il a ordonné les frappes contre le régime de Bachar Al Hassad aux côtés des Etats-Unis et de l'Angleterre dans la nuit de vendredi à samedi, qui sera à 20h35 face à Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel. Deux heures en direct du Théâtre de Chaillot pour répondre aux questions du populaire interviewer des matinales de BFM TV et RMC, et du fondateur de Mediapart.

Il devra notamment s'expliquer sur cette décision, qui ne fait pas l'unanimité dans la classe politique.

Vers un nouveau Mai 68 ?

Mais il s'exprimera également sur les différents volets de la grogne sociale : la grève à la SNCF - qui se poursuit au rythme prévu depuis le 3 avril malgré les « négociations » menées par la ministre des Transports - , la réforme qu'il entend mener - peut-être précisera-t-il à cette occasion quelle part de la dette l'Etat entend reprendre ? - le blocage des universités - qui fait tâche d'huile -, l'évacuation en cours de la ZAD de Notre-Dame des Landes, à nouveau émaillée ce dimanche d'incidents entre zadistes et forces de l'ordre.

Sans doute devra-t-il également détailler sa conception de la laïcité, suite au discours prononcé lundi 9 avril à la Conférences des Evêques de France, qui n'a pas manqué de révolter les tenants d'une laïcité dure.

Quoi qu'il en soit, gageons que la partie sera plus ardue qu'elle ne l'a été jeudi dans cette école de Berd'huis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2018 à 10:20 :
"Qu’attendre de l’interview du président ce soir sur BFM TV et Mediapart ?"

Qu'attendre du président ?
a écrit le 16/04/2018 à 10:34 :
"la grève à la SNCF - qui se poursuit au rythme prévu depuis le 3 avril"

En ces temps de SNCF-bashing où il est de bon ton de fustiger le manque de compétitivité du transporteur ferroviaire français, un rapport du Boston Consulting Group (BCG) vient singulièrement nuancer ces critiques. Ce cabinet de conseil, pas franchement subversif, travaille habituellement pour les grandes entreprises, auxquelles il dispense ses vues stratégiques ou encore des modèles de réorganisation. Mais il publie aussi, tous les deux ans, un classement européen des performances des opérateurs du rail. Trois critères sont pris en compte : l’utilisation du réseau - tant pour les trafics passagers que marchandises, la qualité de service et la sécurité. Ils permettent ainsi au BCG d’évaluer les chemins de fer de 24 Etats de l’Union européenne, auxquels s’ajoute la Suisse. Pour chacun d’entre eux, une série de notes, comprises entre 0 et 10, permet de distinguer points forts et points faibles.Or, dans le dernier classement (réalisé en avril 2017), dont le podium est constitué de la Suisse, du Danemark et de la Finlande, la France se situe en septième position (sur 25) grâce aux performances de la SNCF, à trois places de l’Allemagne. En revanche, le Royaume-Uni et l’Italie pointent en huitième et quinzième position. Quant à l’Espagne, bien que dotée d’un réseau à grande vitesse plus important que la France, elle ne figure qu’à la onzième place, en raison du faible nombre de voyageurs et d’un volume insuffisant de marchandises. En outre, la SNCF obtient une meilleure note que la Deutsche Bahn sur la qualité de service et la sécurité. En revanche, elle est distancée pour ce qui est de la fréquentation des lignes. Une moindre performance liée cependant à l’organisation territoriale de la France, où les villes petites et moyennes, plus nombreuses qu’outre-Rhin, engendrent naturellement des liaisons où les voyageurs ne se bousculent pas. Le prix à payer pour l’aménagement du territoire.L’étude du BCG souligne que les Etats dotés d’un réseau important (plus de 15 000 km) ont tendance à voir leurs performances décliner, alors que ceux dotés de moins de 6 000 km de voies affichent de bons résultats. Leurs coûts d’entretien sont en général proportionnellement moins élevés. C’est le cas de la Suisse, du Danemark et de la Finlande. En tenant compte de cet ajustement, les chemins de fer français grimpent sur la deuxième marche du podium des grands Etats derrière leurs homologues allemands. Pas si mal pour une entreprise dont le Premier ministre, Edouard Philippe, disait, le 26 février que «la situation est alarmante, pour ne pas dire intenable. Les Français, qu’ils prennent ou non le train, paient de plus en plus cher, pour un service qui marche de moins en moins bien».Liberation
a écrit le 16/04/2018 à 10:08 :
"Mais il s'exprimera également sur les différents volets de la grogne sociale"

Pendant ce temps ,il cajole d'autres electeurs:
Après que le chef de l'État se soit prononcé en faveur de la chasse à courre.
Voici maintenant le petit coup de pouce financier. le permis de chasse national (celui qui permet de chasser partout sur le territoire, et pas seulement dans son département) passera de 400 à 200 euros. Cinquante pour cent de réduction, les soldes avant l'heure !
D'après l'Élysée, ce sera dans le courant du mois de juin.C'est évidemment un geste politique. La France, c'est 1,2 million de chasseurs actifs et 5 millions qui possèdent un permis. Faites le calcul. Ce petit geste a un coût. C'est un manque à gagner pour l'État.Mais les chasseurs, c'est autant d'électeurs dont Emmanuel Macron ne veut pas se couper. C'est aussi le symbole d'une France rurale. Le Président n'arrive pas à se défaire de cette image de "président des villes", il le sait.
a écrit le 16/04/2018 à 9:09 :
LREM, un parti de droite pour 50 % des Français

L’un des enseignements majeurs de ce sondage Ipsos est qu’un nombre croissant de Français classe le parti présidentiel à droite de l’échiquier politique. Alors que 13 % situaient le parti présidentiel au centre-droit et 15 % à droite en mars 2017, ils sont désormais respectivement 25 % et 20 %. 5 % des Français le jugent même « très à droite ». Indéniablement, les premières réformes emblématiques, fiscales et sociales, du gouvernement ont fortement modifié l’image du parti macroniste : un tiers des Français le classaient à droite il y a un an, ils sont désormais 50 %.
a écrit le 16/04/2018 à 7:55 :
"Born to serve"

Le mac ne devrait pas autant en faire, déjà qu'on a du mal à croire qu'il puisse avoir eu une quelconque incidence sur ces frappes, alors de là à "convaincre Trump" plus personne ne peut y croire.

Quelle impuissance politique dramatique du seul fait se sa servilité vis à vis des marchés financiers mais bon tant qu'on suit la stratégie des américains on s'en sortira bien, que le suiveur suive et se taise svp, merci.
a écrit le 16/04/2018 à 7:51 :
Qu'attendre? Magnifique symbole: l'ancien Président Giscard d'Estaing conserve son siège au Conseil Constitutionnel; la chose a été confirmée par le sieur Macron "soi-même". Main mise de la noblesse de l'ENA sur le pays et le pillage qui s'ensuit; pauvres de nous! Bien entendu, pas de baisse des dépenses et quant-à la non hausse des impôts, il ne s'agit que de promesses, c'est-à-dire du vent!
a écrit le 16/04/2018 à 7:13 :
le Barnum continue. Et il y aura des spectateurs pour cela. Les francais sont cuits.
a écrit le 15/04/2018 à 23:43 :
Rien n'attendre mais plutôt tous donner aux riches...on ne change rien (vous remarquerez l'esquive lorsque mediapart l'interroge sur les 50000€/mensuel que Mme PARLY à touchée des années à la SNCF...
a écrit le 15/04/2018 à 23:34 :
Blablablabla....il est fatigant notre Macron....il ne faut pas manifestement s'attendre à des miracles....et la grève de la Sncf va continuer...😁😎
a écrit le 15/04/2018 à 23:24 :
J ai pas regardé un prétentieux de president tout pour les riche des cadeaux et des impots pour leS autre plus d impots une nouvelle journée de travaillé c est pas un impots ? Macron ils est élu parts leS française toutes catégories ? Macron voleur des retraitees 4ans c est long
a écrit le 15/04/2018 à 22:46 :
J'espère qu'on ne va pas se le "farcir" 3 fois par semaine
a écrit le 15/04/2018 à 21:56 :
Sans objet ni intérêt, du journalisme de complaisance, à éviter pour la compréhension des sujets.
Il nous faut des gens qui pensent à "thinker" out the box, la pensée unique a apporté Macron et ce journalisme stérilisé.
a écrit le 15/04/2018 à 21:54 :
Il entend tout le monde mais il n'écoute personne!
Il remercie les retraités après les avoir dépouillés de leur retraites si péniblement gagnées!
Il n'a vraiment que du mépris pour les petits Français.
Seuls les riches n'ont pas besoin de lui ; c'est normal après un cadeau de 4 milliards qu'il va prendre dans la poche des retraités grâce à la CSG.
a écrit le 15/04/2018 à 21:38 :
Je suis curieux.
On nous a montré des images de décollage d'avion sur une base volontairement inconnue. La syrie est à 3 fois la distance opérationnelle du rafale, le porte avions est en maintenance longue durée en France. Comment on a pu aller bombarder là bas ? :)
a écrit le 15/04/2018 à 20:45 :
Rien en même temps pas grand chose

des blas blas de la plus profonde vacuité, quelques propos puériles

heureusement, nous avons les zapettes et nous zappons les chaînes qui évoquent la macronitude

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :