Trump, Macron et May ont frappé la Syrie cette nuit

 |   |  913  mots
Macron présidant cette nuit une réunion à l'Elysée en chef de guerre avec ses conseillers Florence Parly, la ministre de la Défense.
Macron présidant cette nuit une réunion à l'Elysée en chef de guerre avec ses conseillers Florence Parly, la ministre de la Défense. (Crédits : Elysée)
Des frappes aériennes ont été menées ce samedi sur la Syrie sur ordre conjoint des Etats-Unis et de ses alliés, la France et le Royaume-Uni. Merkel soutient, Poutine condamne. Une réunion du Conseil de sécurité a lieu à 17h ce samedi.

[Article mis à jour à 15h25]

Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont mené samedi avant l'aube des frappes coordonnées en Syrie en représailles à l'attaque chimique menée le week-end dernier à Douma, dans la Ghouta orientale, imputée au régime du président syrien Bachar al-Assad. "Une opération combinée est désormais en cours avec la France et le Royaume-Uni, nous les remercions tous les deux", a annoncé dans la nuit le président américain Donald Trump, vers 3 heures du matin de Paris. Plus de 100 missiles ont été tirés au cours de l'opération selon les officiels américains.

"Une attaque parfaitement menée à bien la nuit dernière. Merci à la France et au Royaume-Uni pour leur sagesse et la puissance de leurs belles armées. N'aurait pas pu avoir un meilleur résultat. Mission accomplie", a écrit le président américain sur Twitter.

L'opération militaire française menée dans la nuit de vendredi à samedi en Syrie a notamment impliqué cinq frégates, cinq Rafale et quatre Mirage 2000. Douze missiles de croisière ont été tirés par l'armée française contre deux sites participant à l'arsenal chimique du régime syrien, un site de stockage et un site de production, situés dans la région de Homs. Le raid aérien est parti de France.

C'est la première fois que le président Emmanuel Macron ordonne une opération militaire d'envergure en décidant de mener ces frappes avec Washington et Londres.

"Nous ne pouvons pas tolérer la banalisation de l'emploi d'armes chimiques", a annoncé le chef de l'Etat, peu après l'annonce que de fortes explosions avaient été entendues samedi avant l'aube dans la capitale syrienne Damas survolée par des avions.

Ligne rouge franchie

L'Elysée a diffusé sur Twitter des photos mettant en scène Emmanuel Macron en chef de guerre, présidant cette nuit une réunion avec ses conseillers et Florence Parly, la ministre de la Défense. La ministre a diffusé une vidéo montrant des Rafale décoller dans la nuit pour aller mener les frappes.

"La ligne rouge fixée par la France en mai 2017 a été franchie. J'ai donc ordonné aux forces armées françaises d'intervenir cette nuit, dans le cadre d'une opération internationale menée en coalition avec les Etats-Unis d'Amérique et le Royaume-Uni et dirigée contre l'arsenal chimique clandestin du régime syrien", a déclaré le président dans un communiqué diffusé dans la nuit.

Le chef de l'Etat annonce que, conformément à la Constitution, "le Parlement sera informé et un débat parlementaire sera organisé, suite à cette décision d'intervention de nos forces armées à l'étranger".

Le secrétaire britannique à la Défense, Gavin Williamson, a annoncé que la Première ministre Theresa May informerait le Parlement britannique lundi. "Theresa May aurait dû demander l'approbation du Parlement et non être à la traîne de Donald Trump" a critiqué ce samedi matin Jeremy Corbyn, le chef de l'opposition travailliste.

Poutine condamne, Merkel soutient

Les médias d'Etat syriens ont dénoncé une "agression" et une "violation flagrante du droit international".

La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé son soutien pour ce qu'elle a considéré comme une mesure "nécessaire et appropriée".

"Nous soutenons le fait que nos alliés américains, britanniques et français ont pris la responsabilité de cette manière en tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies", a déclaré Angela Merkel.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a condamné les frappes coordonnées occidentales en Syrie. Il a appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. La réunion se tiendra dès ce samedi à 17 heures.

La ministre de la Défense, Florence Parly, a indiqué que les Russes "avaient été prévenus en amont" pour éviter tout risque d'escalade militaire.

Les autorités françaises ont rendu publique ce samedi matin une synthèse de "l'évaluation nationale de l'attaque chimique du 7 avril 2018 (Douma, Ghouta orientale, Syrie)". Ce rapport conclut :

"en raison des renseignements recueillis par nos Services, et en l'absence à ce stade d'échantillons chimiques analysés par ses laboratoires, la France estime donc que, sans doute possible, une attaque chimique a été conduite contre des civils à Douma le 7 avril 2018, et qu'il n'existe pas d'autre scénario plausible que celui d'une action des forces armées syriennes dans le cadre d'une offensive globale dans l'enclave de la Ghouta orientale.

Les forces armées et de sécurité syriennes sont également estimées responsables des autres actions intervenues dans la région dans le cadre de cette même offensive en 2017 et 2018. La Russie a indéniablement apporté un soutien militaire actif aux opérations de reconquête de la Ghouta orientale. Elle a par ailleurs constamment apporté une couverture politique au régime syrien sur l'emploi de l'arme chimique [...]."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2018 à 11:19 :
Trump et May font ce qu'ils veulent, mais Macron s'est largement déconsidéré à jouer le chef de guerre européen, embarqué dans cette affaire d'armes chimiques non prouvée.
Il y a plus urgent en France. Et que fait par exemple notre indépassable modèle allemand : il ne gaspille pas ses finances dans des aventures guerrières .
a écrit le 16/04/2018 à 8:16 :
"L'Elysée a diffusé sur Twitter des photos mettant en scène Emmanuel Macron en chef de guerre"

Et tout le monde y a cru ! ^^

Au moins on rigole bien hein...
a écrit le 14/04/2018 à 23:30 :
La porte-parole du Pentagone, a vu au cours des dernières 24 heures «une augmentation de 2000 % des ‘'trolls'' russes sur les réseaux sociaux».
Meme constatation sur les médias français.
Réponse de le 15/04/2018 à 10:23 :
Aucun "trolls" du coté occidental? Nous sommes bien mal armé, heureusement que nous avons notre propagande! Et...que nous sommes des rois en publicité!
a écrit le 14/04/2018 à 21:04 :
Les US avait besoin de nous pour montrer un front occidental un contre poids à l’alliance russe, iranienne et au petit syrien mais aucunement un besoin militaire. D’après les infos plus de 100 missiles auraient été tirés la France environ 12 même si techniquement, à préciser, nous avons été efficaces il n‘en reste pas moins que notre intervention était plus dans une vision d‘un front occidental que d‘un besoin militaire pour les US. Oui je pense que cette intervention était nécessaire vis à vis des population qui subissent le poison chimique. Par contre stop svp M. le Président de vouloir singer les US avec votre com, vous manquez de personnalité. La France n'est pas les US et le singe n'a jamais été le roi de la jungle. Soyez à la hauteur de notre pays et non comme l’ a été M. Sarkozy devenir une sorte de roquet de la com américaine.
Réponse de le 15/04/2018 à 1:01 :
Pour mémoire la France a un siège à l'Onu et a historiquement été impliquée dans l'élimination des gaz toxiques de plus elle est dans l'Otan et historiquement également partenaire des Etats-Unis depuis leur indépendance (Lafayette etc) et vice et versa. On ne peut pas condamner les gaz toxiques en restant dans ses pantoufle derrière un bureau face à un dictateur qui ne connaît pas de limites. Les frappes évitent généralement l'emploi de gaz pendant plusieurs mois, c'est toujours çà de gagné et çà pourrait viser directement Bachar les prochaines fois tout en obligeant les russes à tenter de raisonner son protégé Bachar. Les russes n'ont d'ailleurs pas activé leur défense ce qui en dit long sur le peu d'intérêt durable qu'ils portent à Bachar comparé à ce qu'il avaient à perdre en s'opposant à une coalition de fait militairement supérieure.
Réponse de le 15/04/2018 à 7:36 :
Vous auriez du lire avec plus d'attention mon commentaire qui ne met pas en cause l'action y compris de notre pays mais la com de l'Elysée dont cette ridicule photo qui montre que le Président singe les US. Oui M. Macron est une pale copie US, en dessous du niveau de la com américaine qui certainement le fascine mais le met dans une posture du singe, com particulièrement de M. Obama, qui pour mémoire avait fait volte face pour les frappes préférant laisser le peuple syrien se faire gazer. Je renouvelle que singer la com comme le fait le Président montre le manque de personnalité de celui qui imite sans en avoir la capacité.
Réponse de le 15/04/2018 à 12:25 :
@ Pas bien lu : Ce n'est absolument pas la com que l'on retient ni la présentation qui est un classique utilisé dans plusieurs pays dont Russie mais la frappe très bien coordonnée de la coalition et sa détermination. Quand on vous montre la lune regardez plus loin que le doigt...
Réponse de le 15/04/2018 à 14:44 :
Une référence la Russie, vous auriez pu dans ce cas citer la Corée du Nord, le Venezuela ou Cuba et autres . Votre référence à la Russie est assez cocasse mais vous avez oublié de citer les US pour M. Macron. Non la France mérite mieux que le classique. Pour ce qui est de la lune et du doigt vous devriez en référer au Président car lui dans cette affaire manie parfaitement le doigt par cette photo. La France perd sa particularité d'un pays qui à son honneur et plus particulièrement la dignité de ne pas copier. Pour avoir bourlingué sur 4 continents pour mon job, mais également parfois pour plus, servir notre pays, la France était reconnue et respectée pour sa différence et non pour une com singée.
Réponse de le 16/04/2018 à 6:00 :
Sarkozy c'était surtout le larbin à Merkel, d'où le nom Merkozy.
Cela ne lui a pas malgré tout permis de gagner les élections, Gott sei dank!
a écrit le 14/04/2018 à 19:49 :
Je ne vois pas l’intérêt d'intervenir là bas à part à réduire le coût de l'intervention américaine. La France doit-elle systématiquement suivre les USA? Chirac nous a montré que la France était plus grande quand elle ne jouait pas au toutou des USA.
Sortons de l'OTAN.
Réponse de le 15/04/2018 à 1:08 :
Ce n'est pas 17 missiles qui vont réduire le coût des frais pour les Etats-Unis comparé à leur budget militaire annuel de 700 milliard de $ et en particulier comparé aux ventes de l'industrie militaire de même qu'aux frais d'essais en terrain militaire réel. Un missile c'est environ 150.000 euros donc calculez le %. En plus çà fait marcher l'industrie militaire américaine. Etre dans l'Otan correspond à une sécurité (voir invasion de l'Ukraine et de la Crimée puis annexion) et de sérieuses économies pour les Pays engagés.
a écrit le 14/04/2018 à 18:15 :
cette réponse était certainement nécessaire mais il a fallu une semaine pour que la décision soit prise. Les syriens n'ont ils pas eu le temps de transférer les sites sensibles ailleurs ? quoiqu'il en soit Bachar el Assad et Poutine ne reconnaissent que le rapport de force et cette intervention, si elle n'a pas eu les effets escomptés, doit être prise comme un avertissement, et être systématiquement renouvelée en cas de nouveaux dérapages . Il n'en reste pas moins que la diplomatie doit être l'option prioritaire pour conduire à une solution acceptable pour tous.
Réponse de le 14/04/2018 à 19:19 :
L'union est préférable dans tous les cas de figures , mais il y a des situations où l'on ne peut accepter des freins ,quand il s'agit de la vie de victimes civiles en jeu . La réponses était adaptée pour montrer l'inacceptable dans notre monde en 2018.
a écrit le 14/04/2018 à 18:10 :
une armée européenne pour demain ,? Allemagne consulté ?
a écrit le 14/04/2018 à 17:54 :
Les laboratoires et les dépôts ont été pulvérisés mais toujours pas de trace du gaz contenu dans des cuves ou des containers éventrés par les missiles. C'est surement des fabriques de gaz intelligent qui est resté sagement sous les décombres pour ne pas mettre en péril la vie des populations des grandes villes proches.
Réponse de le 14/04/2018 à 18:39 :
Il n'y a pas de traces de gaz et il n'y en aura jamais car elles n'existent tout simplement pas. Les occidentaux n'ont pas attendu les expertises car ils savaient qu'ils ne trouveraient rien. Cette histoire est cousue de fil blanc.
Réponse de le 15/04/2018 à 1:15 :
Il y a des centaines de témoignages de différentes sources fiables et vidéos. Assad comme son père ont toujours employé du gaz il n'a aucun respect pour les populations et c'est bien un hélicoptère de son armée que les autres ne possèdent pas qui a envoyé ces gaz.Ce ne sont pas ses opposant qui ont le moyens techniques de gazer la population parfois a raison de 70 fois par an.
a écrit le 14/04/2018 à 17:51 :
l'attaque au gaz reste à prouver et n'oublions pas qu'avec sadam hussenn les etats unis ont attaques avec des faux temoignagnes Grace à MR CHIRAC de n'etre pas tombe dans le piege .!!!!!
a écrit le 14/04/2018 à 16:54 :
Même Erdogan l'agent triple approuve l'intervention , alors là il fait fort . Maintenant le non interventionnisme Arabe....Fait froid dans le dos , c' est encore les Occidentaux qui font le sale boulot . Même si les Anglos saxons sont manipulateurs ce dont plus grand monde ne doute , s' acoquiner avec Poutine Rohani et Assad fait plutôt désordre entre les deux il faut choisir......
a écrit le 14/04/2018 à 16:45 :
L'armée francoise, privatisée bien avant la sncf, armée de bhl.
a écrit le 14/04/2018 à 16:44 :
C'est un concours de suppositoire là ou quoi ?
Deux l'matin, 100 le soir ! Une posologie de ch'val!
a écrit le 14/04/2018 à 16:39 :
Il est piquant de constater que l'actuelle Constitution avait été écrite pour un général qui a mis fin la "guerre" d'Algérie, qui était une guerre civile - qu'il en soit remercié! - , et que les trois derniers Présidents de notre République l'auront utilisée pour mener des opérations qui ne concernent en rien notre sécurité.
Réponse de le 14/04/2018 à 17:31 :
Vous avez raison et on a eu de la chance, ce ne sont si je puis dire "que des avions" qui ont fait le "boulot" (voir Fabius) il aurait pu se tromper de bouton le psychopathe de l'Élysée et envoyer un M51, juste pour voir.
a écrit le 14/04/2018 à 16:04 :
Macron a la remorque de Trump cela ne manque pas de piquant
a écrit le 14/04/2018 à 15:58 :
D'une manière générale, j'ai remarqué que l'on répondait d'une manière réelle a une question virtuelle et de manière virtuelle a un problème réel! L'enfumage dans sa splendeur! Et pour cela les médias sont toujours mis a l'oeuvre!
a écrit le 14/04/2018 à 15:57 :
Il fallait réagir aux agissements d'un dictateur qui martyrise sa population , également ne pas accepter les menaces de Moscou .
Réponse de le 14/04/2018 à 16:39 :
Bravo! Vous avez une bonne source d'information, continuez, il vous dise la vérité... sans aucun doute!!
a écrit le 14/04/2018 à 15:26 :
Ils sont contents, ils l’ont fait, ils ont envoyé quelques missiles sur des objectifs vides. C’est lamentable.
Cela me rappelle l’affaire du Drakkar au Liban en 1983.1983 au Liban après l’attentat contre l’immeuble Drakkar, et en représailles de la mort de 58 de nos paras, les « super étendards » du porta avion Clemenceau, avaient été envoyés pilonner une base du Hezbollah dans la plaine de la Bekaa. Base vide après que les services du ministère des affaires étrangères français, en désaccord avec celui de la défense, aient avertit le Hezbollah de l’action envisagée.
Nous nous sommes ridiculisés, Assad est toujours en place et ? comble de l’affaire, c’est lui qui risque de sortir « grandit » de cet épisode.
Nous avons frappé les premiers, aujourd’hui la Russie peut engager une action avec un motif valable.
Que sommes-nous allés faire dans cette galère ?
Réponse de le 15/04/2018 à 1:19 :
Vous n'avez jamais utilisé de pétrole ni de gaz ni réfléchit d'où ils venaient et comment ni les concurrences qui existaient ? La géopolitique n'est pas un sujet pour les esprits superficiels qui écrivent avant de réfléchir et d'analyser.
a écrit le 14/04/2018 à 14:24 :
Quand on est surendettés et qu'on continue de plus belle,il vaut mieux se mettre copains avec ceux qui pourraient tirer les ficelles.Le désendettement et les budgets a l'équilibre,c'est plus d'indépendance.Transmis a ceux qui trouvent Macron super et a ceux qui défendent des niches et avantages sociaux
a écrit le 14/04/2018 à 13:51 :
Maintenant il faut sortir les preuves... Trop de guerre ont été déclenchés sur des supposition et la propagande n'est plus un outil comme un autre qui offre une certaine impunité à dirigeants.

Ce que je voudrais savoir, c'est combien de mort ont taché de sang les mains de notre président et s'ils valaient la peine d'en rajouter aux attaques chimiques (si elles sont réelles).

Nous allons sans doute voir son regard, tel celui de hollande, changer et son sourire niais se transformer en dépression.

Je ne souhaite ça à personne.
Réponse de le 14/04/2018 à 23:34 :
Réponse : zéro victime civil et militaire d’après les russes et les syriens.
a écrit le 14/04/2018 à 13:47 :
Le régime de Macron a bombardé la Syrie contre l'avis des Français et contre l'avis de l'ONU en violation du droit international. 15 ans après l'intervention de De Villepin à l'ONU où la France affirmait avec conviction son indépendance diplomatique dans la pure tradition qui la caractérisait, ça fait vraiment mal de la voir tomber aussi bas dans un atlantisme qui ne nous grandira pas, loin de là et qui peut nous entraîner dans une escalade avec la Russie et ses alliés. Apparemment, les atlantistes va-t-en guerre n'apprennent toujours pas de leurs erreurs.
Réponse de le 14/04/2018 à 18:01 :
Les missiles sont à l’Est, les manifestants à l’ouest. Manifestants contre Macron, mais combien de manifestations contre le régime du boucher de Damas et des supplétifs russes ?
Votre indignation est bien sélective à moins que vous ne fassiez partie des officines de propagande russe.
Réponse de le 15/04/2018 à 10:33 :
Et de quel droit, 3 pays font leur loi au détriment du droit international ? Il y a un organisme qui existe (l'ONU) et des procédures légales pour investiguer sur ce qui s'est passé. Avant de condamner, on doit prouver ce qui s'est passé et ensuite seule l'ONU peut intervenir. C'est la justice selon le droit international, sinon, c'est la jungle. Si c'est cela que vous acceptez, alors dites-le clairement.

Et pour mon hypothétique appartenance à "des officines de propagande russe", je peux vous renvoyer la même accusation facile : êtes-vous un troll payé par une officine atlantiste ?
a écrit le 14/04/2018 à 13:43 :
Une distribution de médaille en chocolat sera le principal résultat de cette aventure . Deux chèvres , trois moutons et un âne ont été victimes de cette mitraille . Le vrai courage serait d'engager des fantassins . Poutine nous prend pour ce que nous sommes , des zombis même pas capables de maintenir l'ordre à ND DES L ou dans une fac . Ne parlons pas des banlieues ou sévissent en toute impunite les islamistes à la solde des saoudiens qui financent le prosélytisme assassin des mécréants
a écrit le 14/04/2018 à 12:54 :
Il s'agit d'une attaque de trop !. Le trio:USA, Grande Bretagne,France veut découdre avec l’État syrien et donc avec le pouvoir en place d'Assad . Dans ce cas de figure, il ne faut pas mentir ! Attaquer un centre de recherche à Damas est un faux objectif ,car le centre est purement théorique et ne met pas ses expériences sur le terrain ,à Douma ou ailleurs. Car il existe une différence entre une théorie que tous les États du monde ont droit de faire, leurs théories sans aucune expérimentation sur des vies humaines et sur les différentes armes et ,la pratique qui est une autre chose et qui devrait être sanctionnée , ce qui ,malheureusement, pas le cas de cette frappe de ce trio qui a fait avancer la charrue avant les bœufs !!

Par contre , on peut pencher sur une autre éventualité qui consiste à vérifier la riposte russe face à une slave de missile . Car l'armée syrienne ne dispose pas ,en quantité suffisante et sophistiqués, les anti-missiles ,il n'y a donc que la Russie qui peut répondre . Abstraction faite sur l'Iran qui en dispose mais l'Iran n' a même pas répondu aux attaques israéliennes ! Donc le trio plus l'OTAN sont pressé de voir et d’expérimenter la réponse des russes qui avait stoppé 80% de ces missiles !!! car l’opération peut se refaire à la frontière polonaise et même à l’intérieur de la Russie .

Ce qui s'est passé en Syrie ,c'est ce Reagan avait révélé dans les années 80 . à savoir la guerre des étoiles qui consiste à ce que les deux puissances se guerroient dans un espace différent des américains et des russes ,dans l'espace ,ici le choix était porté sur la Syrie et puis reste un mystère à clarifier qu'il n'y a pas eu de victimes tués et/ou blessés dans cette attaque qui était très rapide dans le temps. Car le temps de lancer ces 100 missiles ne demande qu'environ 20 à 30 minutes, c'est très court pour que les syriens et leurs alliés ripostent tout en attaquant et les navires et les avions de chasse. Et les 20 missiles qui ont pu atteindre leurs objectifs ,c'était dans les premières cinq minutes ! Effectivement ,comme disent les arabes ''الحرب خداع '' comme quoi le trio plus l'OTAN n'ont pas les moyens solides pour attaquer la Russie et encore moins l'alliance qui contient plusieurs pays qui veulent découdre avec l'occident représenté dans ce trio,car les points de vues sont différents et chacun voit sa propre solution et dont la Syrie d'Assad est le bénéficiaire de la divergence des autres,dit autrement c'est le peuple syrien qui est la victime et rien d'autres;un peuple déplacé, réfugié, affamé,assoiffé,sans abri, mal traité : un peuple martyre,qui ne sait plus quoi faire...

Et maintenant ?, le trio qui dit avoir rétabli un ordre de ne pas utiliser les armes chimiques et donc au nom de la loi que la frappe de cette petite envergure a été réalisée.Non et Non et Non, à cette question personne n'est en mesure de répondre et sur ces deux cas de figure : Assad et/ou Poutine. Et puis , pour faire court , il faut à la France d'acquitter sa dette avec ces armes chimiques employées dans le Rif marocain en 1926, alors que la société des nations les avait interdit en 1921 ...la suite des événements donnera ou non la validité de ces frappes et donc wait and see...un coup d'épée dans l'eau !
Réponse de le 14/04/2018 à 16:42 :
Ne pas confondre une salve de missile avec un missile slave !
L'affaire luis trio chante : chic planèEEEte, dansons dessus, ouoh ohoh
a écrit le 14/04/2018 à 12:11 :
mon dieu , pardonnez leur , ils ne savent pas ce qu'il font.....ils sont imbus de leur personne et se prennent pour des surhommes intélligents ......
a écrit le 14/04/2018 à 11:45 :
A 2027lafin
Vous avez raison il suffit de regarder la passivité de Macron sur l'agression
saoudienne contre le Yemen malgré la visite du prince héritier c'est honteux
a écrit le 14/04/2018 à 11:16 :
Emmanuel Macron vient de décider solitairement d’associer la France à des frappes militaires américaines et britanniques unilatérales en Syrie, alors que l’Allemagne, l’Italie et le Canada s’y sont notamment refusés.

Cette décision d’une exceptionnelle gravité a été décidée par Macron :

seul et en toute opacité, probablement après quelques conciliabules téléphoniques avec le président des États-Unis et la Première ministre britannique,
sur la base d’une accusation dénuée de toute preuve,
sur la base d’une accusation possiblement inventée de toute pièce par Washington, comme le furent les prétendues « armes de destruction massive » de Saddam Hussein en 2003,
sans aucun mandat de l’ONU,
en violation indiscutable du droit international,
et sans avoir obtenu l’aval préalable des parlementaires français, en vertu de l’article 35 alinéa 1 de la Constitution qui pose que « la déclaration de guerre est autorisée par le Parlement ».

Certes, le président de la République a invoqué l’article 35 alinéa 2 pour annoncer que « le Parlement sera informé et un débat parlementaire sera organisé, suite à cette décision d’intervention de nos forces armées à l’étranger ». Mais :

cette disposition ne figurait pas dans le texte d’origine de la Constitution de 1958 approuvée par référendum par 82% des Français ; elle n’y a été ajoutée qu’en 2008, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, par la loi constitutionnelle n° 2008-724 du 23 juillet 2008 dite « de modernisation des institutions de la Ve République », adoptée sans l’aval des Français, à leur insu, et par la procédure du Congrès.
sauf à vider complètement de sens l’alinéa 1, cette disposition de l’alinéa 2 ne saurait concerner que des interventions militaires à l’impact très limité, à vocation purement humanitaire (notamment pour venir au secours de citoyens français), et ne risquant pas de nous entraîner de facto dans une guerre frontale contre un pays souverain comme la Syrie, a fortiori dans une guerre avec la Russie.
Upr.fr
Réponse de le 14/04/2018 à 11:36 :
Ce qui est important, c'est d'être convaincu de ce que vous écrivez quand bien même l'analyse est orientée. L'histoire a démontré que la passivité n'a engendré que des catastrophes !
Réponse de le 14/04/2018 à 13:23 :
L'Allemagne, l'Italie et le Canada ne disposent pas de missiles de croisière, leur participation à ces frappes auraient été inutiles.
Réponse de le 14/04/2018 à 18:35 :
@2027lafin Dsl, analyse factuellement comme techniquement irréprochable.
a écrit le 14/04/2018 à 10:58 :
Notre pays est-il aligné avec les belliqueux anglo-saxons ?
Témoignage de l'ancien ambassadeur anglais Peter Ford en Syrie :
https://www.youtube.com/watch?v=Jxs53OqAkN8

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :