NDDL : retour au calme après des affrontements

 |   |  547  mots
Des affrontements ont eu lieu dimanche 15 avril entre zadistes et forces de l'ordre
Des affrontements ont eu lieu dimanche 15 avril entre zadistes et forces de l'ordre (Crédits : STEPHANE MAHE)
Alors que 300 manifestants se sont opposés aux forces de l’ordre dimanche matin en marge d’un rassemblement pacifiste de soutien aux occupants de la ZAD expulsés, un calme relatif était revenu en début d’après-midi.

La coordination des opposants avait appelé à un rassemblement pacifiste en soutien aux expulsés, mais des soutiens aux zadistes avaient, eux, lancé un appel à venir reconstruire les squats détruits depuis lundi à Notre-Dame des Landes.

C'est pour tenter d'aller à l'est de la route  afin d'y reconstruire les squats détruits depuis lundi,  qu'environ 300 personnes s'en sont prises dimanche vers 11heures aux forces de l'ordre présentes sur la D81, à coups de pierres, de bouteilles en verre, de fusées et de cocktail Molotov. Les gendarmes ont répliqué avec des grenades lacrymogènes et de désencerclement. La gendarmerie a déclaré avoir interpellé deux personnes pour "jets de projectiles sur des gendarmes", selon la cour d'appel de Rennes. Un gendarme a été blessé par "un engin exposif artisanal" et conduit au CHU de Nantes.

3.000 personnes dans une ambiance champêtre

Le calme semblait revenu en début d'après-midi parmi les 3.000 à 4.000 personnes recensées par les gendarmes.

Les  zadistes ayant appelé dans un communiqué à se rassembler plus à l'ouest de la zone, à la ferme de Bellevue, de nombreux  manifestants y déjeunaient dans une ambiance champêtre, dansant au son du biniou et de la guimbarde, pique-niquant sur de gros troncs de bois.

L'État a appelé les occupants de la Zad, qu'ils aient été ou non expulsés, à régulariser leur situation avant le 23 avril en déclarant leur nom, leur projet agricole et les parcelles concernées.

Appel au dialogue

Mais pour l'association historique des opposants à l'aéroport ACIPA , si elle a approuvé dimanche dans un communiqué que les personnes qui portent des projets, individuellement ou collectivement, "doivent pouvoir les faire accepter et s'inscrire dans un processus de régularisation a minima", elle a également jugé que ce délai était "trop court, dans le climat actuel".  Elle a aussi demandé à ce "qu'un dialogue entre la préfecture et la délégation intercomposantes s'instaure au plus vite pour que cesse la violence".Lors d'un point presse à Bellevue, Dominique Fresneau, coprésident de l'Acipa, a déclaré : "Il faut que la préfecture arrête de mettre un ultimatum. Moi, je n'ai jamais  travaillé avec un pistolet sur la tempe. On n'a jamais demandé à un agriculteur de monter un projet en six ou deux mois. Il faut du temps".

700 opposants dont des « black blocs »

Depuis le début de l'opération d'expulsion lundi dernier par 2.500 gendarmes équipés d'engins de chantiers, 29 squats ont été détruits en trois jours. Mais depuis jeudi, selon le général Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie, les opérations de déblaiement et de maintien de l'ordre sont perturbées par environ 700 opposants présents sur le site, dont des "gens extrêmement violents, de l'ultragauche" et des "black blocs".

À l'issue d'une manifestation de soutien aux expulsés qui avait rassemblé 6.700 personnes samedi à Nantes, douze personnes sont en garde à vue dimanche, ainsi que 43 personnes à Montpellier où une autre manifestation de 1.000 à 2.000 personnes, rassemblant soutiens aux zadistes ou aux migrants, avait également dégénéré.

A Notre-Dame des Landes, les gendarmes devraient rester trois semaines à un mois sur place pour déblayer les parcelles, garantir la libre circulation sur la D281 (l'ex-"route des chicanes") et la D81 et prévenir toute réoccupation illégale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2018 à 19:19 :
on fait la guerre en afrique et on est incapable de contenir des voyous qui veulent s'approprier des terres qui ne leur appartiennent pas , notre pays perd son âme
a écrit le 16/04/2018 à 12:01 :
NON, les « black blocs », ne sont pas des opposants, ce ne sont que des agitateurs anarchiques qui ne pensent qu'à en découdre avec les forces de l'ordre et saccager les centre-villes. Les CRS n'ont pas à faire dans la dentelle avec ce genre d'énergumènes nuisibles à l'ensemble de la société !
Réponse de le 16/04/2018 à 17:08 :
Notre service de sécurité intérieur est il incapable de prévoir cela? Est il toujours a la recherche d'effets médiatiques qu'il ne puisse contrôler et qu'il a complètement rater?
a écrit le 16/04/2018 à 9:28 :
L'extrémisme des comportements des zadistes révèle que ceux-ci n'ont rien à voir avec la politique encadrée par des institutions centenaires. Il s'agit de groupes qui n'ont pas d'insertion dans le tissu social, hors terrain, dont on ne peut attendre que des surenchères cagoulées dans des actions violentes. Cela n'exclut pas de braves citoyens aveuglés dans leurs rangs. On peut dire depuis déjà un certain temps qu'une ultra violence s'est installée cachée derrière des slogans éculés du type nihiliste début XX ème siècle. Les médias ne doivent pas être aveuglés pour des raisons uniquement d'audience et aboyer avec eux.
a écrit le 16/04/2018 à 8:55 :
la france qui a la pretention de faire la police internationale ,est le risée du monde alors que l'on est pas fichu de deloger 200 anarchistes ,l'armee serait plus utile en france!!!!!!
Réponse de le 16/04/2018 à 9:50 :
"l'armee serait plus utile en france!!!!!!"

sauf que l'armée, normalement mais on voit bien en afrique que ce n'est pas le cas, n'est pas là pour torcher les fesses des riches et de leurs andouilles de serviteurs hein, on a vu ce que ça a donné avec sarkozy.

Si vous pouviez éviter de nous exposer vos ressentiments à longueur de commentaire ce ne serait pas du luxe, merci.
a écrit le 16/04/2018 à 7:57 :
"gens extrêmement violents, de l'ultragauche"

"ultra gauche" = Terme inventé par Alliot Marie lors des arrestations des rêveurs de TARNAC. Relaxés il y a peu car n'ayant absolument aucun élément retenu contre eux, bref un dossier monté de toutes parts et notre gouvernement de comptables qui reprend ce terme illégitime.

Pas étonnant.
a écrit le 15/04/2018 à 22:12 :
Pourquoi tant d'insultes, de généralisations, et de préétablis dogmatiques sur le droit à la propriété, les troubles et autres .....
Ecouter, de la part d'un état, ses concitoyens n'est ce pas la base d'un début de compréhension d'une situation particulière comme l'est toute situation?
Rappelons que l'annulation du projet de l’aéroport n'est pas une victoire puisque le débat de fond (limiter ses déplacements en avions) a été avorté et englouti.
Les personnes qui vivent sur le site ont été parties prenantes d'une résistance, comprise ou incomprise, qui s'est effectuée dans un mouvement collectif avec ses différentes tendances.
Ceci aboutit aujourd'hui à une volonté de continuité d'un projet collectif, pensant et vivant pour ébaucher une autre façon de vivre et d'appréhender le réel.
La réalité n'étant pas les circonstances d'un temps présent mais le futur d'un temps présent imaginé ou recueilli dans l'informe, l'incompris ou l'informulable, d'un sentiment nommé espoir.
Tout cela pour dire : quelques hectares pour quelques personnes qui ont la volonté de défricher un espace de réalité différent méritent elles autant de dénigrement, d'insultes, et d'intolérance? Ce laboratoire social et philosophique ne nous menace pas, mais au contraire nous nourrit d'une autre forme d'espoir. Pourquoi tant d'acharnement ? Pourquoi tant d'argent dépensé dans cette lutte contre l'imagination? Il n'y pas de dogme dans cette recherche, tout est à inventer. Ne préjugeons pas de leurs intentions et du résultat de leur recherche. Soyons curieux, ouverts aux nouvelles propositions et tolérants.
Réponse de le 16/04/2018 à 7:37 :
C est de l'utopie pour les associables, ceux qui refusent la société comme telle, ceux qui s'approprient des terrains sans légitimité, et plus grave, ils sont violents. Le fascisme revient au galop.....
a écrit le 15/04/2018 à 20:50 :
2 500 crs qui sont ridiculisés pour démolir des cabanes précaires en bois et en bâches ;

Les ordres du gouvernement Philippe et de Colomb ridiculisent les forces de l'ordre engluées dans la boue et les bouses ...
Réponse de le 15/04/2018 à 22:25 :
Ça ridiculise non seulement la France et les CRS, mais ça met à mal aussi le peu de dignité qui reste à ce pauvre pays désolé, archaïque et frêle... et qui se veut moderne, chic, hautain et ''smart''... et presque ''pie-poule''... mais on en rit et on en pleure... mais il nous faut nos anxiolytiques pour passer à travers.
Réponse de le 16/04/2018 à 8:24 :
ce qui ridiculise la France c'est d'avoir temporisé et reculé si longtemps devant cette poignée de marginaux, d'avoir abandonné devant eux un projet indispensable d'aménagement du territoire (et auquel il faudra bien trouver une alternative viable, c'est à dire autre que l'extension impossible de Nantes Atlantique)... pour au bout du compte avoir quand même l'évacuation musclée.
a écrit le 15/04/2018 à 20:14 :
L'extrême gauche des Insoumis en passant par la CGT et les zadistes, même combat.
Mais quelle violence. Aucun programme si ce n'est casser et hurler des slogans qui pourraient mener à l'établissement de régimes politiques dont on connaît bien ce qu'ils font des libertés individuelles.
Les batteurs d'estrades sont des professionnels qui ne vivent que de cela.
a écrit le 15/04/2018 à 19:06 :
Je me demande combien de temps encore va durer la dictature minoritaire en France ? Parce que s'asseoir sur le droit en général, le droit de propriété, l'accaparation illégale d'espaces publics, l'organisation de troubles publics, la construction illégale de masures, etc, c'est une chose. Mais laisser s'installer une chienlit systématique à chaque fois qu'on envisage un projet devient vraiment irritant !
Réponse de le 15/04/2018 à 19:44 :
Le plus désagréable et le plus néfaste dans tout ça, c'est ce que l'on retient de la France à l'étranger et son incapacité à se faire respecter à l'intérieur de ses propres institutions, sur son propre territoire et sa propre population.

Un État bureaucratique et technocratique où les parasites et les casseurs de tout poil font la pluie et le beau temps... il suffit d'avoir une ''cause'' à défendre pour se complaire dans la délinquance et la désobéissance civile.

Et quand c'est pas ça, et bien ce sont les grèves qui prennent le dessus.
Réponse de le 16/04/2018 à 17:13 :
Mr Macron fait parti de cette dictature minoritaire et tout est fait pour diviser les majorités pour mieux les contrôler!
a écrit le 15/04/2018 à 18:51 :
au vue de la situation en France notre Président serait il etre mal entouré ?
Réponse de le 15/04/2018 à 19:38 :
En matière de défilés, Brigitte en connaît pourtant un bout: Dior, Chanel, Vuitton...
a écrit le 15/04/2018 à 18:24 :
Grâce a la pointeuse, on respecte les heures d'embauche et de débauche, ils se retrouveront demain matin pour continuer! C'est absurde?
Réponse de le 16/04/2018 à 8:28 :
+1, les évacuation devraient se faire 24h/24
a écrit le 15/04/2018 à 18:05 :
Il y 15 jours NDLL c'était 250 zadistes occupants et occupés, pour les uns à élever des chèvres, les autres à ensemencer des terres et pour le reste fumer des herbes qui font rire en refaisant le monde. La D81 avait été remise en circulation en janvier depuis la décision de l'arrêt du projet d'aéroport avec l'aide active des zadistes.
Pas de quoi faire vaciller la République.

Ce soir, c'est une zone dévastée par les blindés et contaminée par les grenades. Le gouvernement a réussi à mobiliser 700 "combattants" frais qui sont là pour en découdre avec les mobiles.
Il a également réussi à mobiliser 4000 sympathisants de la cause, inoffensifs mais qu'il est hors de question de traiter comme les commandos des black blocks, parce que des retraités ou des gosses défigurés ou mutilés par les grenades, ça ferait tâche sur la bienveillance macronienne.

Sans compter les manifs qui commencent à Nantes, mais aussi ailleurs en province et qui pourront méchamment dégénérer.

C'était vraiment au dessus des forces du gouvernement de discuter? de négocier? d'envisager une solution à la Larzac ou simplement de temporiser jusqu'à ce que ne restent sur les lieux que les personnes activement impliquées dans un projet d'agriculture locale, fut-t'il alternatif?
Réponse de le 16/04/2018 à 8:30 :
Mouais... bon courage pour faire pousser quoi que ce soit sur les mauvaises terres de NDDL, qui ne valent pas grand chose. Quant à l'herbe qui rend con...
Réponse de le 16/04/2018 à 8:59 :
J'étais contre le projet d'aéroport, mais maintenant je me demande si les tritons et les grenouilles n'auraient pas été plus tranquilles avec les avions. Quand je vois le genre de cabanes que ces zozos ont construites, j'ai de sérieux doutes sur leur qualification pour mettre ces pauvres terres en valeur (ce n'est pas pour rien que le pays s'appelle N.D des landes).
a écrit le 15/04/2018 à 17:29 :
Macron envoie des avions bombarder la Syrie alors qu'il n'est pas capable de calmer le jeu à Notre Dame des Landes.
Y en a marre de cette situation. Que l'on mette l'armée en remplacement de la gendarmerie avec chars et lance flamme......là la situation va changer du tout au tout..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :