Quel avenir pour les services d'urgences ?

 |  | 855 mots
Aucun service d'urgence ne sera supprimé assure Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales
Aucun service d'urgence ne sera supprimé assure Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales (Crédits : reuters.com)
Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales assure qu'aucun service d'urgence ne sera supprimé. Le ministère prépare en revanche un programme d'actions pour rationaliser l'accès aux urgences, notamment dans les zones rurales.

Mise sous pression par plusieurs syndicats de médecins, qui menacent de faire grève le 3 octobre, Marisol Touraine doit maintenant s'atteler à rassurer les professionnels des services d'urgences. En effet, quelques jours après la fuite dans la presse du rapport rédigé par Jean-Yves Grall, le directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) du Nord-Pas-de-Calais, le monde hospitalier public est en émoi.

Que dit ce rapport remis en juillet à la ministre des Affaires sociales ? Ses conclusions sont les suivantes : il faut permettre un accès à des soins adaptés et de qualité sur les territoires. Comment ? En formalisant, sous l'égide des ARS, un réseau territorial de prise en charge des " urgences ", en créant des équipes d'urgentistes de territoire sur la base des futurs Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT). Il propose aussi de revisiter le niveau de prise en charge des " urgences ", d'une part en identifiant des services et antennes des urgences et d'autre part en labellisant des centres de soins non programmés (CNSP). Il recommande également d'optimiser le recours aux médecins spécialistes de l'urgence en les mettant au centre du dispositif de la prise en charge des " urgences " en lien avec les autres acteurs. Avec quelle méthode ? En resserrant le plus possible les urgentistes sur leur cœur de métier médical, en organisant la régulation médicale avec un recours plus important aux médecins généralistes et une mutualisation entre régulations, en optimisant le recours aux services mobiles d'urgence et de réanimation (SMUR) dans les zones éloignées et peu peuplées, et en développant les transports infirmiers inter hospitaliers.

Le rapport propose aussi de favoriser au sein du réseau territorial, la prise en charge des patients ne relevant pas de l'urgence " vraie " en élargissant les périodes d'ouverture de maisons médicales proches des services d'urgence, en organisant au sein du territoire des filières spécifiques comme la traumatologie dite « petite », en incitant les médecins libéraux à recevoir de façon imprévue pendant les horaires de consultation en créant une lettre clé spécifique et enfin, en adaptant les adressages par les transports sanitaires au sein du réseau, et permettre la prise en charge financière.

La distinction entre les zones urbaines surchargées, et les zones rurales qui le sont bien moins

C'est surtout cette question de la territorialisation qui inquiète les professionnels, et sans nul doute, les citoyens concernés. Le rapport fait en effet une distinction entre les grandes zones urbaines et les autres zones, notamment rurales. Dans les premières, le sujet porte sur l'efficience de l'organisation pour limiter les « embouteillages ». Dans les autres, il s'agit d'optimiser la gestion des ressources disponibles - les urgentistes - « pour répondre à la demande de soins non programmés et garantir une coordination assurant la prise en charge des urgences vraies en 30 minutes ».

Que redoutent les professionnels ? Une fermeture des services d'urgence qui mobilisent trop de ressources pour un faible nombre de cas à traiter. « Selon les cas, certains services d'urgence à faible activité (moins de 8.000 ou 10.000 passages par an) pourraient évoluer et être transformés en centres de soins non programmés », précise le rapport. Selon les calculs du Figaro, cette stratégie conduirait à la fermeture de 67 services d'urgences sur les 650 recensés sur le territoire.

Un programme d'actions sera bientôt présenté

Avenue de Ségur, au ministère des Affaires sociales, on réfute officiellement toute fermeture prochaine de services d'urgence. " Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, tient à préciser qu'il n'existe aucune liste de services d'urgences menacés de fermeture. Au contraire, le gouvernement renforce, depuis 2012, le service public des urgences, conformément à la promesse du Président de la République lui-même de garantir à chaque Français un accès aux soins urgents en moins de trente minutes ", explique la ministre dans un communiqué.

En revanche, ce qui est certain, c'est que le ministère présentera bientôt un programme  qui rationalisera les services d'urgences, via notamment des organisations du travail différentes, et des mesures permettant de faire la distinction entre les urgences et les soins non programmés.

Sur ce dernier point, Jean-Yves Grall a déjà formulé une piste de réflexion : " faire reposer l'organisation des soins non programmés en général, non seulement sur les médecins urgentistes, spécialistes de l'urgence, qu'il faut recentrer au mieux sur leur spécialité, mais aussi sur toutes les structures et professionnels disponibles sur le territoire ", telles que les futures communautés professionnelles territoriales de santé et les groupements hospitaliers de territoire, les établissements de santé publics et privés, les structures médico-sociales, les structures spécialisées dans les soins de suite et de réadaptation SSR, les hôpitaux locaux, les maisons de santé, les spécialistes et généralistes libéraux.

Reste maintenant à savoir si cette rationalisation conduira à la mise en place d'un système plus lisible pour les professionnels et les patients.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2015 à 14:02 :
Mme TOURAINE a raison les français ne peuvent pas payer : pour les camps de vacances ouverts par M. VALLS pour les envahisseurs et les dégâts causés par les roms 500 000 EUROS qui va payer les dépenses??? de ce gouvernement socialiste sans compter l'argent que nous coûte la connerie de M. HOLLANDE en ce qui concerne les bateaux russes mais une simple question lui arrive t il de réflêchir avant de prendre une décision capital pour al FRANCE ???? alors il est bien évident vu l'argent jeté par les fenêtre par M. HOLLANDE qu'on en peut pas subvenir aux besoins des urgences des hôpitaux en gros la gauche se moque ouvertement de le santé des français(e)s
a écrit le 01/09/2015 à 21:50 :
Et ouvrir à la place des camps humanitaires pour être le fer de lance de l'Europe.
C'est tellement tendance d'avoir son camp humanitaire près de chez soi qu'il faut en ouvrir plein.
Les français veulent cela dans leur grande majorité.
Créer un crédit d'impôt pour doper l'immigration. Et pourquoi pas des applis,un bac gestion de camp humanitaire, un BEP constructeur de camp....
a écrit le 01/09/2015 à 17:55 :
"en organisant la régulation médicale avec un recours plus important aux médecins généralistes"
C'est certain qu'ils ont que ça à faire.

Parions qu'encore une fois Marisol va pondre des contraintes supplémentaires.
Celles-ci étant responsables de départs en retraites de médecins qui voudraient bien rendre encore service par amour du métier, mais qui en ont raz le bol des inventions de chaque ministre pour compliquer les choses, comme la dernière en date: le tiers payant généralisé.
a écrit le 01/09/2015 à 16:03 :
Le docteur Jean-Yves Grall, Directeur général de l’Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais ne se réfère probablement qu'à des données statistiques brutes qui ne tiennent nullement compte de la topographie de certaines régions. Lui-même semble avoir exercé principalement dans le Nord-Pas-de-Calais et en Pays de La Loire où les routes sont souvent très droites et guère enneigées. Qu'il vienne dans une ambulance en zone de montagne, quand il neige avec des routes peu praticables ce qui augmente d'autant les délais (jusqu'à 100%) ou qu'un brouillard épais interdit tout déplacement en hélicoptère!! Que ce Monsieur sorte un peu de son bureau nordiste essentiellement urbain et se déplace dans la France il aura peut être un autre avis plus objectif et moins comptable sur l'organisation des urgences!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :