Rebâtir Notre-Dame en cinq ans : un coup de pouce fiscal pour les dons

 |   |  676  mots
(Crédits : Reuters)
Un concours international d'architectes, un soutien fiscal aux dons et un projet de loi pour une souscription nationale : le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé mercredi une série de mesures pour tenir le "défi immense" de reconstruire Notre-Dame de Paris en cinq ans, lancé la veille par Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat a réuni mercredi plusieurs ministres et personnalités à l'Elysée pour lancer le gigantesque chantier de reconstruction de Notre-Dame de Paris, partiellement détruite par les flammes lundi soir, qu'il veut voir achevé en cinq ans. Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé dans la foulée un projet de loi pour encadrer les dons, et des mesures pour tenir ce "défi immense" de reconstruction, jugé intenables par certains spécialistes du patrimoine.

Le gouvernement devrait aussi annoncer ce jeudi un "plan formation" pour répondre au défi de main-d'oeuvre que pose la reconstruction de la cathédrale.

Une réduction fiscale de 75% sur les dons des particuliers

Après un conseil des ministres consacré au sauvetage de la cathédrale, Edouard Philippe a annoncé un projet de loi pour donner un "cadre légal" aux dons - qui avoisinent aujourd'hui le milliard d'euros. Ils ont en effet afflué de la part d'entreprises, d'hommes d'affaires, comme de particuliers, alimentant une polémique sur les grandes fortunes françaises, accusées de verser des centaines de millions d'euros afin de soigner leur image tout en bénéficiant d'une importante ristourne fiscale.

Le texte prévoit notamment une réduction fiscale dérogatoire de 75% pour ceux de particuliers jusqu'à 1.000 euros, contre 66% au-delà de cette somme, tandis que « les entreprises bénéficieront des réductions d'impôts, dites de mécénat, dans les conditions actuelles ». La réduction équivalente à 60% du montant du don, avec un plafond de 0,5% du chiffre d'affaires. En cas de dépassement de ce seuil, les entreprises peuvent échelonner cet avantage fiscal sur cinq ans.

« Chaque euro donné par les particuliers et les entreprises, dans le cadre de cette souscription nationale, serait dédié à cette seule tâche, pas à autre chose », a-t-il insisté.

La famille Pinault, actionnaire majoritaire du groupe Kering , a annoncé mercredi qu'elle renonçait à tout avantage fiscal lié au don de 100 millions d'euros annoncé la veille.

Un concours international d'architecture pour le remplacement de la flèche

L'objectif de reconstruire Notre-Dame en cinq ans est jugé difficilement atteignable par des spécialistes. Après une réunion des acteurs publics et catholiques impliqués dans la reconstruction, à l'Élysée, Stéphane Bern, chargé d'une mission "Patrimoine" par le chef de l'État, a souligné que le président avait « marqué sa volonté d'aller vite. Mais vitesse ne veut pas dire précipitation ».

--

Notre-Dame, 3D

[Plan 3D de la cathédrale montrant la flèche et la toiture détruites dans l'incendie du 15 avril. Crédits : Reuters]

--

Faut-il reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris à l'identique ? Emmanuel Macron n'a pas exprimé de préférence sur le type de reconstruction, à l'identique ou avec d'autres matériaux, a-t-il précisé. Un concours international d'architectes sera lancé.

Il devra « trancher la question de savoir s'il faut reconstruire une flèche, s'il faut la reconstruire dans les mêmes conditions, à l'identique » de celle imaginée par Eugène Viollet-le-Duc au XIXe siècle, « ou s'il faut (...) se doter d'une nouvelle flèche adaptée aux techniques et enjeux de notre époque », a dit Édouard Philippe.

L'ancien chef d'État-major des Armées, le général Jean-Louis Georgelin, nommé représentant spécial par Emmanuel Macron, va piloter les opérations.

Former des tailleurs de pierre pour rebâtir la cathédrale

Le secrétaire général des Compagnons du devoir, Jean-Claude Bellanger, a mis en garde mardi la ministre du Travail contre un risque de pénurie de main d'oeuvre pour mener à bien ce gigantesque chantier dans les délais prévus. Il manque déjà, selon lui, une centaine de tailleurs de pierre, 200 couvreurs et 150 charpentiers. La reconstruction de Notre-Dame risque d'accaparer les ouvriers actuels retardant d'autant la restauration des autres monuments, a-t-il précisé.

Les ministres du Travail, de l'Education et de la Culture, doivent réunir ce jeudi les représentants du secteur pour présenter les mesures visant à faciliter et encourager l'accès à ces métiers.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2019 à 9:11 :
Rebâtir notre dame de Paris en cinq ans c est pas possible Macron revêt c est de la micro charpente micros tailleur de pierres c est pas des parpaings c est du gotique ?
a écrit le 19/04/2019 à 9:23 :
Je trouve que cet élan de solidarité est super mais pourquoi défiscaliser les grandes fortunes ? Ils ont déjà eu l ISF en moins.... c est déjà pas mal.
a écrit le 19/04/2019 à 8:26 :
Nous sommes les grands spécialistes mondiaux des polémiques stériles: annoncer cinq ans, cela évidemment ne se comprend pas au sens strictement littéral, mais s'entend "dans un laps de temps assez court", préservant les études nécessaires, mais aussi intégrant les pertes terribles (dont personne ne parle) pour l'attractivité de Paris et de la France, qui coutera dix fois à notre économie les coûts de reconstruction. Les gilets jaunes nous ont déjà transformé les champs Elysées en Verdun modèle 1918, cassant au surplus le site de l'Arc de Triomphe. Et maintenant ce désastre sur l'Ile de la Cité, qui va générer des nuisances (les ouvriers devront évidemment accéder).. Même les allemands lors de la dernière guerre ne nous avaient pas laissé des séquelles pareilles dans notre ex- ville lumière! Il est temps de montrer des attitudes positives!
a écrit le 18/04/2019 à 19:16 :
Il a raison, ça suffit de lambiner et de geindre. On sait tous qu'on ne refera pas une charpente en bois, normes de sécurité à l'appui. Quant à utiliser du plomb pour la toiture, bonjour l'environnement... Les fausses pleureuses sont en réalité des chantres de l'immobilisme et de la procrastination : la bureaucratie telle qu'on adore la détester.
a écrit le 18/04/2019 à 16:25 :
Macron voulait laisser penser qu il avait virer de bord et était pour une société participative....à la première occasion il est revenu dans ses travers avec ce "JE VEUX"... péremptoire..... qui ressemble plus a un caprice de môme pas fini qu à autre chose

Restaurer Notre Dame n est pas, en soi, le chantier du siècle.....mais il y a des étapes incontournables dont on ne connais pas exactement l importance.....
sécurisation, consolidation rapide de certains éléments.... mise hors d eau....et ensuite diagnostic complet.... ça risque de prendre au minimum un an.....

en deux, on restaure tout ce qui est structure des murs....et du squelette..... ça entre 6 mois et deux ou trois ans selon.....
et on définit le projet de restauration des toiture et de la flèche éventuelle.....y compris concours d architectes....et les consultations publiques.... à mon avis c 'est la que les ennuis commencent, car tant qu on est dans le soin, c 'est purement technique..... par contre pour l habillage...... tout le monde va en référer à la grandeur de la france, ou de la religion ou des deux..... et au fait que ND de Paris doit illuminer le monde..... (y a plus qu' ca d ailleurs pour briller....)

bref, a mon avis on sera parti pour au moins deux ans en roue libre, on est deja entre 4 et 5 ans......

bref, jupiter ne maitrise plus les horloges.... ni chez lui, ni en europe d ailleurs avec le brexit.....

quant a augmenter la reduction fiscale pour la reconstructiuon, c 'est totalement stupide de faire ça alors que le budget est probablement bouclé..... de l art de donner de l argent pour rien.....

avec 1 milliard d euros on commence a faire deux trois trucs plus qu important....

c 'est 5 fois plus que les travaux qui étaient envisagés...
Réponse de le 18/04/2019 à 17:24 :
Acheter les actions des sociétés spécialisées dans la restauration des monuments historiques et côté en bourse.
Réponse de le 19/04/2019 à 7:25 :
D'accord avec vous. Avec les crédits d'impôt que tous les généreux donateurs vont avoir, qui qui va payer !! 😀😀😀😀
c'est bibi avec ses impôts.
Donc, je donnerai aussi et ça ira bien comme ça !!
Et le richissime VATICAN !!! Combien va t'il donner ?? 😇😇😇😇😇😇😇😇
a écrit le 18/04/2019 à 13:59 :
Si 10 millions de gens donnent 100€ chacun, c'est équivalent à un seul qui donne 1 milliard, niveau déductions fiscales ? Plafond 20% des revenus faut juste avoir 5 milliards par an pour pouvoir le faire (peut être étalé sur 5 ans ?).
Je ne sais pas encore combien je vais donner mais ça sera à 100%, taux IR 0%, zéro déduction.
a écrit le 18/04/2019 à 13:35 :
M. Macron a encore une fois parlé trop vite, il faut qu'il se calme.
Chaque chose en son temps et donner du temps au temps pour faire la meilleure évaluation possible, faire un projet raisonnable et utile, trouver les hommes/équipes efficaces en mettant à contribution le savoir faire de nos maitres-artisans (dont les corporations furent à l'origine de l'édifice, mais aussi l'âme de celui-ci).
Les gesticulations politiques sont inutiles voire néfastes.
Réponse de le 18/04/2019 à 13:56 :
si y a pas une vision "ambitieuse" (même peu réaliste) ça va durer 25 ans, là ça sera 15 "seulement". :-)
Les délais ne sont jamais tenus, on dit 5 pour dire "rapidement".
a écrit le 18/04/2019 à 11:18 :
Il semble évident que ce concours d'architectes va stimuler l'imagination délirante des plus farfelus "créateurs" et que de tous les projets présentés, le plus tarte, le plus moche et inadapté sera inévitablement le choix de nos élites éclairées.
Réponse de le 18/04/2019 à 22:13 :
Si vous relisez les critiques d'alors sur le projet de la tour Eiffel, vous retrouverez en substance vos critiques d'aujourd'hui. Etonnant non?
a écrit le 18/04/2019 à 11:11 :
La famille Pinault, elle au moins est honnête: elle ne cherche pas à bénéficier de l'avantage fiscal associé aux dons. Tous les autres généreux donateurs vont faire peser sur tous les Français les 6 à 700 millions que l'Etat va leur rendre par l'intermédiaire du crédit d'impôt. Quant à remettre en état la cathédrale en cinq ans, il ne s'agit là qu'une gesticulation de plus de Jupiter. Tous les dossiers à mettre en place pour un tel chantier nécessitent des mois à être rédigés et les réponses à y apporter ne se font pas en un jour. De plus, il faudra réunir multitude de commissions pour se mettre d'accord sur le projet à mettre en appel d'offres.
Réponse de le 19/04/2019 à 7:17 :
Entièrement d'accord !!!
Réponse de le 19/04/2019 à 7:25 :
Entièrement d'accord !!!
a écrit le 18/04/2019 à 10:12 :
oui sinon c'est trahir nos anciens .....par contre ça commence à bien faire on a mangé du macron pendant 2mois et là on peut pas ouvrir la télé sans bouffer de la cathédrale et pendant ce temps les pauvres galères les vieux ne vois rien venir allez faire un tour sur les marchés vous verrez que cette cathédrale commence à irriter surtout ce monceau d'argent pour un monument alors que des gens crèvent dans la rue
Réponse de le 18/04/2019 à 10:33 :
et oui macron ,matin, midi et soir puis ses clowns de sinistres ou fanatisés genre ferrand, legendre, houlié, et autres affidés tous prêts à aboyer devant macron.
Réponse de le 18/04/2019 à 13:38 :
c'est presque Darwinesque, votre propos.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :