Notre-Dame : "L'effort va être en grande partie supporté par l'Etat en raison de moindres rentrées fiscales"

 |   |  1460  mots
(Crédits : Reuters)
INTERVIEW. Après le terrible incendie de Notre-Dame de Paris, les grandes fortunes du pays (Bernard Arnault, François Pinault, les héritiers L’Oréal) ont annoncé des centaines de millions d'euros de dons. La famille Pinault a d'ailleurs renoncé à la déduction fiscale de 60% sur les dons. Pour La Tribune, l'économiste et professeur à l'université Paris Dauphine - PSL, Gabrielle Fack, revient sur les enjeux et les limites de la fiscalité du don en France.

Les promesses de dons pour reconstruire Notre-Dame de Paris, dévastée lundi par le feu, s'élevaient mercredi après-midi à 850 millions d'euros (*). Dans un opuscule intitulé "Biens publics, charité privée. Comment l'État peut-il réguler le charity business" et publié en 2018, les économistes Gabrielle Fack, Camille Landais et Alix Myczkowski, ont étudié les différentes formes de philanthropie dans les pays développés.

LA TRIBUNE - Emmanuel Macron a lancé un appel pour une souscription nationale afin de financer les travaux de reconstruction de Notre-Dame de Paris. Comment fonctionne la fiscalité du don pour les entreprises et les particuliers en France ?

GABRIELLE FACK - Des avantages fiscaux sont accordés pour les entreprises et les particuliers qui paient des impôts. Quand ils font des dons à des organismes reconnus d'intérêt général ou d'utilité publique, les entreprises et les particuliers peuvent déduire une partie de leurs dons de leurs impôts. La déduction standard pour les particuliers est une déduction de 66% du don. Cela signifie que si le contribuable donne 100 euros, il peut déduire 66 euros de son impôt. Cette déduction ne fonctionne donc que pour les personnes qui paient des impôts. Les entreprises peuvent bénéficier d'une réduction d'impôt à hauteur de 60%, dans les limites d'un plafond de 0,5% de leur chiffre d'affaires. Pour les particuliers, la limite se situe à 20% du revenu imposable, mais il est possible d'étaler le report du don effectué une année donnée sur les cinq années suivantes, et de bénéficier ainsi de la déduction d'impôt pour des dons ponctuels d'un montant important.

Parmi les autres mécanismes incitatifs, il existe la déduction de 75% du don de l'impôt sur la fortune immobilière, dans la limite de 50.000 euros. La liste des organismes éligibles pour cette déduction est plus restreinte que celle pour les dons déclarés dans le cadre de l'impôt sur le revenu. Elle exclut par exemple les associations reconnues d'utilité publique mais elle inclut entre autres les fondations reconnues d'utilité publique. Cette disposition existait déjà dans le cadre de l'ISF et a été maintenue pour l'IFI.

La fiscalité du don est-elle incitative ?

En France, le système fiscal est extrêmement incitatif au regard des déductions qui existent dans les autres pays, où elles dépendent du taux marginal d'imposition. Cela signifie qu'une personne qui décide de faire un don peut déduire le montant du don de son revenu imposable : un ménage qui donne 100 euros aux Etats-Unis va déclarer 100 euros de moins dans sa déclaration de revenus quand il va être imposé. La réduction implicite dont il va bénéficier correspond à son taux marginal d'imposition.

Comme la France est le seul pays à avoir un taux de déduction des dons de 66% quel que soit le revenu des ménages imposables, ce qui est un taux beaucoup plus élevé que le taux marginal d'imposition supérieur de la plupart des pays, cela veut dire que la réduction en France est plus importante que dans la plupart des autres pays. En particulier, la réduction proposée via l'impôt sur le revenu est plus importante qu'aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Mais c'est une réduction d'impôt et pas un crédit d'impôt. Elle ne bénéficie qu'aux personnes imposées. Il y a donc une inégalité face à cette réduction. Les ménages les plus modestes s'ils décidaient de faire un don, ne pourraient pas bénéficier de cette réduction, et les ménages les plus aisés imposables à l'IFI bénéficient d'un taux plus encore plus incitatif que le taux standard.

Dans des travaux que j'ai réalisés avec l'économiste Camille Landais, nous avions étudié l'impact des réformes de 2003 et 2005, qui ont fait augmenter le taux de déduction des dons via l'impôt sur le revenu de 50% à 66%. L'impact de ces réformes sur les dons était assez faible. Ces résultats suggèrent que ce ne serait pas forcément une bonne idée d'augmenter encore la réduction fiscale.

Les personnes qui donnent le plus sont les plus fortunées mais au regard de leurs revenus, elles ne donnent pas forcément énormément. Par rapport aux Etats-Unis, la France se caractérise par un montant de dons des ménages les plus aisés qui n'est pas extrêmement élevé. Aux Etats-Unis, les 1% des contribuables les plus riches en 2010 donnaient environ 4% de leurs revenus imposables en dons chaque année et les 1% des ménages les plus riches en France donnaient une part inférieure à 1%. Malgré des incitations fiscales importantes, les ménages les plus aisés en France donnent moins en proportion de leurs revenus que ceux des Etats-Unis.

L'ancien ministre de la Culture et auteur de la loi sur le mécénat de 2003, Jean-Jacques Aillagon, a suggéré, dès le 15 avril au soir, que "l'Etat vote rapidement une loi pour faire de Notre-Dame de Paris un trésor national, afin que les dons versés pour sa reconstruction bénéficient d'une réduction d'impôt de 90%" plafonnée à 50% du montant de l'impôt dû par l'entreprise. Comment analysez-vous cette proposition ?

Je ne vois pas l'intérêt pour la puissance publique d'augmenter la réduction à 90%. Le système fiscal est, comme nous l'avons vu, déjà très incitatif en France par rapport aux autres pays. L'augmentation précédente des incitations fiscales n'ayant pas conduit à une hausse extrêmement forte des dons, il me semble que ce ne serait pas forcément efficace d'augmenter encore les déductions, même s'il faudrait analyser précisément l'impact de ce type de réforme sur les entreprises.

Quel peut être l'impact d'une telle fiscalité sur les dépenses publiques ? D'après des estimations de la Cour des comptes, la niche fiscale sur le mécénat d'entreprise coûte plus de 900 millions d'euros par an à l'Etat.

Dans l'hypothèse d'un don à 100 euros effectué par une entreprise, cela fera 90 euros de recettes fiscales en moins si une réduction de 90% est appliquée. Par rapport à la déduction actuelle de 60%, cela fera une perte supplémentaire de recette fiscale de 30 euros. L'impact total sur les finances publiques dépendra bien sûr du montant total des dons effectués par les entreprises pour la reconstruction de Notre-Dame.

Finalement, c'est la collectivité qui va prendre en charge la reconstruction comme l'affirme le député Gilles Carrez ?

Si une grande partie de la reconstruction de Notre-Dame passe par des dons donnant droit à réduction d'impôt, on peut considérer que l'effort va en effet être en grande partie supporté par l'Etat en raison de moindres rentrées fiscales.

Comment faire pour améliorer cette fiscalité ?

En France, l'enjeu est que malgré des incitations très fortes, la philanthropie est peu développée. La législation sur les fondations et les institutions d'utilité publique est assez contraignante, ce qui peut rendre difficile la création de ce type d'organismes. Cependant, tout un travail législatif réalisé ces dernières années a permis la mise en place de structures juridiques plus souples, comme les fonds de dotation, instaurés en 2008. Ils permettent de recevoir des dons, d'avoir droit à des réductions fiscales et sont beaucoup plus faciles à créer que des fondations. Mais il est encore difficile d'évaluer l'impact de ce type de structure.

Une grande partie de l'argent donné est financé par de moindres rentrées fiscales, mais le contrôle sur l'utilisation de ces dons pourrait être amélioré. Il faudrait plus de transparence sur l'utilisation de ces fonds. L'intérêt de ce type d'incitation est l'orientation de la dépense fiscale vers des causes qui tiennent à cœur à leurs donateurs. Néanmoins, comme ce sont surtout les ménages aisés qui utilisent ces déductions fiscales, ils vont pouvoir orienter, contrairement aux ménages les plus modestes, la dépense fiscale en faveur des causes qui les intéressent. Cela pose des questions sur le plan démocratique.

Le désengagement de l'Etat dans l'entretien du patrimoine peut-il être compensé par ces mécanismes d'incitation fiscale ?

L'idée de développer la philanthropie pour compenser des subventions directes présente certaines limites. Les gens ne sont pas forcément sensibles à ces incitations. Ces mécanismes n'entraînent pas une multiplication des dons et cela reste coûteux pour l'Etat.

___

(*) "Biens publics, charité privée : comment l'État peut-il réguler le charity business ?", Éditions Rue d'Ulm/Presses de l'École normale supérieure, 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2019 à 3:47 :
L'état n'est pas aussi laïque qu'il le prétend
a écrit le 21/04/2019 à 5:50 :
Si l'état est laïque pourquoi est-il propriétaire des cathédrales ?
a écrit le 20/04/2019 à 15:47 :
Ministère de la culture, soupe infâme qui permet de subventionner le copain, l'amant, la maîtresse, le frère, le cousin et neveu!
Il devrait y a avoir Des chambres du patrimoine, autonomes et décentralisées.
Des taxes de séjour locales sur les séjours et des activités ciblées, bus, péniches, devraient prendre en charge ce qui n'est pas directement rentable.


Du 3D mapping publicitaires sur les murs des musées, monuments, églises, pour éclairer les villes la nuit sous condition que les pubs promeuvent des produits des terroirs, mode, design, voyages culturels, etc...
La possibilité pour les musées de vendre des reproductions d'oeuvres en numérique et en impression 3D dans leur établissement et sur internet, ainsi que des ateliers de restauration ouvert au privée et l'organisation de ventes aux enchères de collections extérieures.
Restauration de châteaux en gîtes et possibilité d'accueillir des cyclistes et des cavaliers, avec la création de vélo routes et d'équi-pistes traversant toute la France.
Ouverture des aéroports régionaux à l'internationale et fin du monopole parisien, sur 140 millions de voyageurs, CDG en capte 80, reste environ 130 aéroports subventionnés qui se partagent très inégalement 60 millions, alors qu'il faut au minimum 1 million de voyageurs par an à un aéroport pour être rentable.
Ce qui permettrait de supprimer les subventions et faire des économies de taxes
Plus, de la 5G sur les flèches des églises!
Si les curés n'en veulent pas, qu'ils ne pleurent pas!
sur Les vrais chiffres du budget consacré à notre patrimoine par l’État
15:33, le 20/04/2019 Répondre * commentaire Refusé par l'équipe de censeurs inquisiteurs dominicaux du Figaro!
a écrit le 20/04/2019 à 12:21 :
Bravo aux pompiers qui ont éteint le feu en prenant des risques pour eux mêmes, parmi eux on nous a dit qu'il y a eu un blessé, espérons qu'il se rétablit bien.

Bravo aussi aux batisseurs qui ont édifié une structure de pierre aussi résistante, aux petites mains qui ont façonné les sculptures les murs les vitraux la toiture.

Il ne faudrait pas trop faire la fine bouche, parmi les plus riches certains ont investi aussi pour l'art à l'étranger comme à Venise ou autre lieu riche d'un patrimoine unique, pour une fois celà est pour notre propre patrimoine. D'autre part ils représentent l'excellence française le savoir faire français, pour sauver un batiment que nous avons recu en héritage et que nous devons transmettre à nos enfants. Nous n'avons pas droit à l'erreur, nous avons failli perdre cette église. Celà n'empêche pas de porter aussi notre attention à ceux d'entre nous qui sont en difficulté, bien entendu et je pense que les catholiques prennent leur part à cette attention. Cependant quand nous réussissons en architecture sur notre sol, celà se traduit aussi par le Louvre d'Abou Dhabi ou la tour Agbar à Barcelone et autres commandes pour nos entreprises qui se traduisent par des emplois et font la renommée de nos batisseurs et architectes.
a écrit le 19/04/2019 à 18:10 :
Comparer la situation des donateurs en France et aux Etats-Unis est un non-sens.
Aux Etats-Unis, le principe est "aide-toi, le ciel t'aidera". Il y a peu de prélèvements obligatoires et de redistribution donc les gens riches payant moins à l'Etat, donnent plus aux "pauvres" et tout le monde a pour principe de se prendre par la main pour régler les problèmes rencontrés, lors des aléas de la vie.
En France, le principe est "l'Etat-Providence est là pour aider celui qui subit des aléas de la vie", pour cela, les prélèvements obligatoires sont importants ainsi que la redistribution. Donc les gens quand arrivent des aléas, commencent par se retourner vers l'Etat et ceux qui paient déjà pas mal en impôts, taxes, cotisations... donnent peu parce qu'ils ont déjà payé pas mal.
Ce sont deux logiques différentes qui induisent des comportements différents. La seule bonne chose qu'on peut tirer de l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, sera peut-être qu'enfin les Français désinvoltes qui refusent depuis 68 de s'intéresser à la politique vont comprendre ce que cela signifie "la vie de la ville". Ils ont découvert depuis les annonces des donations que non, l'argent ne peut pas servir à plusieurs choses à la fois et qu'en effet, réfléchir à ce qu'on en fait, c'est peut-être intelligent. Un jour, ils découvriront aussi que faire des prévisions, avoir une stratégie, c'est pas mal non plus. Mais c'est vrai que laisser aux élus le soin de s'occuper de tout, d'avoir le poids des responsabilités et se contenter de critiquer tout ce qui est fait, parce qu'eux ne sont responsables de rien (ils ne votent même pas et ne comprennent pas les conséquences de leur inaction), c'est bien plus facile que de se mettre autour d'une table et de discuter le bout de gras et de réfléchir enfin. "La critique est aisée" mais la réflexion, la prévision puis l'action sont difficiles.
a écrit le 19/04/2019 à 16:42 :
A t- on prévu d’embaucher des équipes de nuit pour surveiller tout départ d’incendie ou autre cette fois ?
a écrit le 19/04/2019 à 12:28 :
Petit détail : les dons venus de l'étranger ne donne droit a aucune déduction fiscale : doit -on n'accepter des dons QUE de l'étranger, et demander ainsi aux étrangers de financer notre monument national ??????
2e détail : ND appartient à l'Etat, donc en dehors de dons, c'est l'état qui devra financer l'ensemble de la reconstruction... donc même si l'état rembourse une partie des dons par une déduction partielle de l'impôt...
Après, si les dons auraient pu être orientés sur d'autres causes 'sociales, culturelles, climatiques, animales, scientifiques, médicales ou autres), c'est encore l'argent des donateurs, non ? c'est donc (encore?) à eux de décider ce qu'ils en font !! S'ils donnaient l'ensemble de leur argent à une secte, personne n'aurait son mot à dire! (malheureusement parfois!)
a écrit le 19/04/2019 à 12:19 :
Pour mettre tout le monde d'accord, je propose que, à la demandeur des pourfendeurs de ces donations, l'Etat se réserve la possibilité de refuser ces dons et d'assumer seul le coût de reconstruction de ce monument national.
Peut-on par exemple proposer un RIC sur le sujet ???
Dans le cas d'un refus de ces donations, les donateurs récupéreront leurs fonds pour les utiliser ailleurs comme bon leur semble: la famille Pinault pourra ainsi enrichir sa collection à Venise, puisque certains ultra préfère voir partir les richesses de France... D'autres sauvegarderons la nature en s'achetant une île aux Seychelles, ...
petit rappel de base : une défiscalisation de 60% sur le don, c'est un don net de 40% !!! ça se passe de commentaire...
a écrit le 19/04/2019 à 11:12 :
Une solution pour récupérer de l'argent pour reconstruire ND: découper les poutres noircies et vieilles de plus de 9 siècles pour en faire des souvenirs à vendre aux touristes. Il faudrait ajouter un certificat d'authenticité afin qu'il n'y ait pas de petits malins pour vendre leur reste de BBQ !!! On vend bien de l'eau de Lourdes, alors pourquoi ne pas vendre de petits morceaux de ND. Ce petit morceau d'histoire pourrait être placé dans une petite maquette de ND. Ce travail pourrait être confié à des congrégations qui en tireraient également bénéfice pour l'entretien de monastères. La TVA serait acquise par l'Etat qui n'aurait pas à reverser une partie des dons comme cela est prévu.
Réponse de le 19/04/2019 à 14:47 :
Une partie de la tour Eiffel (escaliers) a été vendue en tronçons dans les années 1980. Depuis il y a un marché "d’occasion" mondial pour ces pièces, au même titre que pour les vieilles voitures.
Certains tronçons valent plus de 500 000 dollars.

J'imagine que certaines pièces du toit pourraient valoir plutôt cher.
a écrit le 19/04/2019 à 9:58 :
Il n'y a pas de grands donateurs ni de petits donateurs, il n'y a que des grands cœurs.

Les autres sont des grincheux.
a écrit le 19/04/2019 à 8:27 :
Arrêtons cette polémique sur les dons.
De toute façon, c'est l'Etat qui va payer la note de la reconstruction.
D'après le projet, si on fait un don de € 100, l'Etat rembourse € 75 donc l'Etat encaisse bien € 25.
Ceux qui ne paient pas l'IR (environ 50% des Français) ou d'IFI (environ 99% des Français) ne sont pas obligés de faire un don.
Cordialement
Réponse de le 19/04/2019 à 11:53 :
... sans compter que la reconstruction va entrainer des emplois donc des paiements de charges, des paiements d'impôts par ces employés, des paiements de TVA, ... et une accélération du retour des touristes sur Paris, avec toutes les recettes induites pour l'Etat ...
a écrit le 19/04/2019 à 3:00 :
Ne pas oublier que les entreprises qui font ce genre de donations en planifient le montant global a l avance. Ensuite il s' agit de ventiler selon différents choix.
Dans le cas présent, il a été donné la priorité a Notre Dame pour des tas de raisons. Il n y a donc sans doute pas un impact pour l etat a travers le coût indirect évoqué dans l'article, par contre d autres " cibles habituelles " de ces dons pourraient se voir écartées cette année !
a écrit le 18/04/2019 à 19:55 :
Que d es critique !
a écrit le 18/04/2019 à 19:48 :
"c'est la collectivité qui va prendre en charge la reconstruction comme l'affirme le député Gilles Carrez ?"

Cette argent va aussi aller dans des entreprises qui vont payer de la TVA ,il y aura des emplois donc des cotisations sociales .Ce sont aussi des emplois qualifiés et peu délocalisable.Il y aura donc aussi des rentrées d'argent.
Réponse de le 19/04/2019 à 17:34 :
que ce soit un don utilisé pour ND, ou de l impôt, les sommes en question sont de toute manière utilisées et générent en elle même de l activité....
le budget de l état, donc l impôt, est totalement utilisé, soit en investissement soit en salaire soit en frais de fonctionnement....
donc ça ne change rien ou pas grand chose en terme d activité économique
a écrit le 18/04/2019 à 18:52 :
Vous parlez de l'état, mais l'état c'est nous tous, les contribuables, qui allons financer même les dons sont défiscalisés donc sur ceux -ci encore 65% pour nous!!!!!!
a écrit le 18/04/2019 à 18:19 :
Et les assurances ?
a écrit le 18/04/2019 à 17:23 :
Le mécénat , même sous la Grèce antique cela existait déjà....Les Médicis, François 1" (léonard de Vinci ) Bonaparte et même les peintres impressionnistes ont été aidés ,il est ou le scandale? .
a écrit le 18/04/2019 à 16:54 :
Il faudrait peut-être se renseigner et réfléchir avant de crier au scandale et de tomber dans le panneau de certains politiciens qui balancent n'importe quoi dans le seul but d'en retirer des bénéfices politiques...des hypocrites et des menteurs. Il faut garder à l'esprit que ce serait l'État et donc les contribuables qui devraient assumer la totalité du coût de la reconstruction de Notre-Dame s'il n'existait pas tous ces donateurs. In fine, même avec les avantages fiscaux reversés, l'État réalisera une très bonne affaire pour cette reconstruction.
a écrit le 18/04/2019 à 16:34 :
bon, je vais paraitre un peu trasch mais......macron n a pas a se refaire une santé sur ND..... car c 'est bien l état qui est fautif de n avoir pas veiller a l entretien de ce Bâtiment que l on découvre tout à coup comme l essence historique et moral du pays et de l europe.....

elle ne s est pas écroulée, on est entrain de consolider à minima et ensuite on va avoir une très longue séquence technique de consolidation restauration du squelette, des murs et des voutes....avant de choisir entre les differents projets qui auront été presélectionnés.... c 'est la ou ça va se gâter.....

mais bref..... ce chantier est entrain de devenir un chantier de restauration "classique"... pas un roman national..... en particulier parceque le budget est déjà acquit......

donc on suit ça gentiment , on évite les signes du divin....et macron se remet au boulot de chef de l état.....parceque ce qui devait soit disant renverser la table ne ressemble pas à grand chose et surtout pas à un grand projet ambitieux......
a écrit le 18/04/2019 à 16:05 :
c'est scandaleux on ramasse un milliard pour un toit et pendant ce temps, le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019 adopté en octobre demande plus de 150 millions d’euros d’économies aux prestataires de la santé à domicile pour cette année. alors qu'on a besoin de plus en plus de gens pour s'occuper des personnes à domicile c'est quoi se couple macron qui pense plus église que personnes âgés(il devait y avoir une manifestation mercredi reporté à cause de notre dame
Réponse de le 18/04/2019 à 17:11 :
@ papi ;

Tu mélange les torchons avec les serviettes , essai de recaler tout ça .
Réponse de le 19/04/2019 à 12:03 :
et pis faudrait des dons pour le climat, et pis pour l'entretien de toutes les églises de France, et pis pour l'entretien des ponts et des routes, et pis pour les action de solidarité internationale, et pis pour la SPA, et pis pour les écoles, et pis pour les prisons, et pis pour les TPE et PME, et pis pour augmenter le smic, et pis pour les petites retraites, et pis pour toutes les ONG et Fondation en France ( 638 Fondations reconnues d'utilité publique par exemple) et pis et pis et pis et pis....
Ils ont ouvert la boite de Pandore en commençant un geste de générosité, et au final, on leur reprochera toujours de ne pas en faire assez, de ne pas faire pour la bonne cause, etc
N'oubliez pas simplement que tout argent versé par un donateurs, même en ne prenant en compte QUE la partie non compensée par une économie d'impôt, permet à l'Etat de réaffecter des fonds publics devenus disponibles...
a écrit le 18/04/2019 à 13:27 :
Construire un parking à la place serait bien plus utile et rentable.
a écrit le 18/04/2019 à 13:07 :
L'incendie d'une cathédrale patrimoine de l’humanité dont la France est la dépositaire en quelque sorte tourne à la polémique sur les dons et leur traitement fiscal. La France d'aujourd'hui, c'est 60 millions de fiscalistes: Le sujet est sur toute les bouches, il faut taxer ceci, détaxer cela, imposer ceux là, exonérer ceci... On a envie de crier "Aux fous"!
Réponse de le 18/04/2019 à 15:18 :
Cette polémique sur les dons pour une œuvre majeure devient véritablement puante.
Il y a pas mal de gens qui ont fait un stage de trois jours pour être ministre des finances :-))
Réponse de le 18/04/2019 à 16:30 :
Il n'y a pas lieu de polémiquer ! Se mobiliser d'"une telle manière pour un bâtiment dont l'incendie n'est qu'une péripétie - incendie qui fait partie de son histoire, d'ailleurs - tout en essayant très hypocritement de ne pas voir les millions de français (officiellement) qui n'ont pas un toit décent sur leur tête (ou même pas de toit du tout !), qui ne peuvent pas se payer des soins de santé indispensables ou même vitaux (aussi douteux que soient ces soins en france), qui ne bénéficient pas d'un système d'éducation correct, qui ne mangent pas à leur faim sauf à faire la file aux restos du coeur ou qui crèvent de froid sur les trottoirs en hiver, est tout simplement crapuleux. Vous avez raison : il n'y a pas à polémiquer. Ce serait puant, comme vous dites !
Réponse de le 18/04/2019 à 17:11 :
"Un stage de 3 jours pour être ministre des finances", dites-vous. Wouah ! Cela fait donc trois jours de plus que ce qu'on suivi (ou pas) vos ministres des finances et ministres de l'économie successifs. Il est vrai que leur "formation" se concrétise tout de suite dans les fabuleux résultats de votre pays ! MDR
Réponse de le 18/04/2019 à 17:14 :
60 millions de... fiscalistes !!! Il n'y a pas d'autres métiers en france ? Des contribuables imposables, peut-être (encore qu'ils ne sont pas 60 millions). mais des fiscalistes ? Ca c'est de la maîtrise de la langue française... qui est tout de même un" patrimoine exceptionnel dont la france est la dépositaire" (sic) Un peu de respect, nom d'un chien !!
a écrit le 18/04/2019 à 11:49 :
le seul type bien c'est pineau qui lui ne veut pas de la défiscalisation par contre les autres c'est pub a bon compte et là c'est nous qui allons payer avec nos impots donc sur 1milliard il restera 400000 millions
Réponse de le 18/04/2019 à 13:49 :
Etes-vous naïf et crédule à ce point ? Si pineau annonce renoncer à la déduction fiscale, il se fait surtout un fameux coup de pub. D'autant plus que, jusqu'à preuve du contraire, il ne s'agit que d'un simple effet d'annonce et qu'aucune somme n'a à ce moment été concrètement déboursée. Et s'il ne profite pas de cette déduction fiscale, c'est que ses experts comptables et ses fiscalistes ont trouvé d'autres astuces encore plus prometteuses.
Réponse de le 18/04/2019 à 13:53 :
"donc sur 1milliard il restera 400000 millions"
la colère vous aveugle, 40 0000 millions, ça fait 400 milliards, 20% des dépenses annuelles de l'Etat.
400 000 euros peut-être.
Pour éviter ça demandons(exigeons !) à 10 millions de contribuables de donner 100€ chacun. Et ne leur envoyons pas de reçu (ça coûte l'affranchissement !!) !
Depuis que je suis devenu non imposable, je ne donne plus que 34% des sommes antérieures, ma part, ce que je payais réellement.
Sous 1000€, me semble que la déduction sera de 75% et 66% au dessus, 75% était plafonné assez bas (250€/an ?), Restau du cœur, Unicef, ...
Réponse de le 18/04/2019 à 14:35 :
Je préfère encore vous lire que de vous avoir à dîner même si vous m'expliquez comment on gagne de l'argent en faisant un don non défiscalisé avec de bons comptables.
Réponse de le 18/04/2019 à 15:09 :
Allons, allons ! Avant d'inviter les autres intervenants à venir dîner chez vous, encore faudrait-il que votre petite colère ne vous aveugle pas et n'entraîne pas de confusion mentale. Savez-vous ce que représente ce que vous écrivez, à savoir "400000 millions" ? Faites le calcul et comparez au milliard d'euros de promesses (et ce ne sont que de promesses !) de dons. Mais c'est vrai qu'alors pineau est un type bien si, proportionnellement à sa promesse de don qui est loin d'être concrétisée, il perçoit 400000 millions en donnant un milliard... On comprend donc un peu mieux votre raisonnement, si vous, de votre côté, comprenez les chiffres de cette manière...
Réponse de le 19/04/2019 à 4:19 :
Avez-vous songe a prendre vos pilules ?
Vous etes drolement vindicatif depuis quelques temps.
Faites gaffe a votre age le stress ca detruit.
Réponse de le 19/04/2019 à 12:12 :
Exercice : un donateur P donne 100 m€ non défiscalisé.
un donateur A bénéficie d'une déduction fiscale de 60%, mais donne 200 m€
Question 1 : combien en net a donné P ? combien en net a donné A ?
Question 2 : y en a-t-il(s) qui a/ont reçu plus qu'il(s) n'a/ont donné ?
Vous avez pas longtemps, parce que c'est facile !
a écrit le 18/04/2019 à 11:04 :
La charité, c'est un pouvoir, un moyen de pression. Une relation faussée qui établit un lien de dépendance entre le donneur et le receveur.
La vraie charité c'est le consentement à l'impôt.
Je ne donne jamais, ni ne fais "la charité". Je paie mes impôts et je fais confiance à l'Etat, pour repartir efficacement les sommes collectées pour subvenir aux besoins des personnes, engager les travaux et les réparations des infrastructures , toute action utile à la collectivité...
La charité, le paternalisme, les dames patronesses, les bonnes œuvres sont d'un autre âge qui, par leur persistance mettent en lumière les insuffisances de L'Etat Républicain.
On pourrait ajouter que cette persistance est savamment entretenue de l'intérieur pour affaiblir l'Etat, les réactionnaires "charitables" ayant assez peu d'accointances avec les idées républicaines dont le caractèristique socialisante n'est pas dans leur ADN.Ite Missa Est ?Amen?
Réponse de le 18/04/2019 à 13:50 :
Oui, pourquoi donner quand on paie déjà de lourds impôts et que la redistribution s'élève à 30% du PIB? Là est la différence avec les USA. Dès lors, les dons supplémentaires doivent être considérés, a minima, comme de la charité (ce n'est pas un gros mot), et personnellement, quand je donne, j'aime que l'on me dise merci (je sais, certains y trouveront faiblesse de ma part..). Enfin, ces polémiques sur l'implication de l'état dans la reconstruction sont ridicules (ND appartient à l'état, et l'état a au surplus intérêt à la reconstruction -les impacts sur le tourisme sont immenses), et démotivantes (donner pour se faire traiter de "profiteurs..). Donc Merci à tous les donateurs, Merci à M.Pinault et M.Arnault et leurs familles. Nous sommes à un milliard de dons, et à la louche, il doit encore en manquer 2 (le chantier en cours était budgeté à 150 millions, et je multiplie cette somme par 20 compte tenu des atteintes à la structure et bien sûr de la disparition de la charpente).
a écrit le 18/04/2019 à 11:02 :
On ne peut que conseiller à celles et ceux qui, en France, meurent de froid chaque hier, qui ne disposent pas de soins de santé de qualité, qui sont trop pauvres que pour avoir un toit au-dessus de leur tête ou qui n'ont ps les moyens de manger à leur faim (ce qui représente quand même, en tout, plusieurs millions de personnes dans cette belle et riche france exemplaire) de s'immoler par le feu. On verra alors si le populo fera autant de bla-bla, si les "grandes fortunes" seront aussi généreuses et si l'état déboursera autant d'argent. Pour le moment, outre le prêchi-prêcha bêtifiant de la populace, le gaspillage d'autant d'argent pour un tas de pierres est scandaleux. Ces "généreux donateurs" privés et publics "oublient" un peu vite que cee incendie, qui n'est en fin de compte qu'un fait divers comme un autre, fait partie intégrante de l'histoire du bâtiment. Ils veulent changer l'histoire ? Ils feraient mieux de changer et d'améliorer l'indécente société française qui est depuis des décennies en perdition. Se raccrocher à une "splendeur" (enfin... quand on dit splendeur...) d'un autre âge en dit long sur la mentalité des français qui sont depuis longtemps dépassés par les sociétés civilisés et les pays qui, eux, sont développés.
a écrit le 18/04/2019 à 11:02 :
On ne peut que conseiller à celles et ceux qui, en France, meurent de froid chaque hier, qui ne disposent pas de soins de santé de qualité, qui sont trop pauvres que pour avoir un toit au-dessus de leur tête ou qui n'ont ps les moyens de manger à leur faim (ce qui représente quand même, en tout, plusieurs millions de personnes dans cette belle et riche france exemplaire) de s'immoler par le feu. On verra alors si le populo fera autant de bla-bla, si les "grandes fortunes" seront aussi généreuses et si l'état déboursera autant d'argent. Pour le moment, outre le prêchi-prêcha bêtifiant de la populace, le gaspillage d'autant d'argent pour un tas de pierres est scandaleux. Ces "généreux donateurs" privés et publics "oublient" un peu vite que cee incendie, qui n'est en fin de compte qu'un fait divers comme un autre, fait partie intégrante de l'histoire du bâtiment. Ils veulent changer l'histoire ? Ils feraient mieux de changer et d'améliorer l'indécente société française qui est depuis des décennies en perdition. Se raccrocher à une "splendeur" (enfin... quand on dit splendeur...) d'un autre âge en dit long sur la mentalité des français qui sont depuis longtemps dépassés par les sociétés civilisés et les pays qui, eux, sont développés.
Réponse de le 18/04/2019 à 16:49 :
Si la mentalité des français ne vous plaît pas, changez de pays. A condition qu'ils vous acceptent évidemment : les autres pays doivent aussi être très pourvus en donneurs de leçons toujours prêts à se donner bonne conscience et à s'autoglorifier en distribuant l'argent des autres.
Réponse de le 19/04/2019 à 9:52 :
Merci, elfe noir, de vous soucier de mon bien-être. mais rassurez-vous : je ne vis pas en france et, croyez-moi, l'incendie de ND n'a pas fait la "une" des medias, loin s'en faut. Ici, franchement, tout le monde s'en fiche royalement. Mais, par contre, mes enfants bénéficient d'un enseignement au top. Et la sécurité est maximale grâce, notamment, à la mentalité de la population. Ma voiture est rarement fermée à clé, j'oublie bien souvent de fermer la maison à clé lorsque le sors... Sans le moindre problème. Quant aux soins de santé, difficile de faire mieux. Mais on paye. Rien à voir avec une société d'assistés chroniques. Et tout ça avec une imposition sur les revenus quasiment équivalente à un zéro absolu. Eh oui, c'est ça la vraie qualité de vie ! Mais la zone dans laquelle je vis et travaille est bien gérée et les gens travaillent (ils ne se contentent pas de faire acte de présence au bureau pour passer leur temps à la machine à café) pour gagner très, très confortablement leur vie (pour un expat, entre + 30 et + 50 % par rapport au salaire d'une fonction similaire dans l'hexagone, net). Bonne journée, petit elfe
Réponse de le 19/04/2019 à 9:52 :
Merci, elfe noir, de vous soucier de mon bien-être. mais rassurez-vous : je ne vis pas en france et, croyez-moi, l'incendie de ND n'a pas fait la "une" des medias, loin s'en faut. Ici, franchement, tout le monde s'en fiche royalement. Mais, par contre, mes enfants bénéficient d'un enseignement au top. Et la sécurité est maximale grâce, notamment, à la mentalité de la population. Ma voiture est rarement fermée à clé, j'oublie bien souvent de fermer la maison à clé lorsque le sors... Sans le moindre problème. Quant aux soins de santé, difficile de faire mieux. Mais on paye. Rien à voir avec une société d'assistés chroniques. Et tout ça avec une imposition sur les revenus quasiment équivalente à un zéro absolu. Eh oui, c'est ça la vraie qualité de vie ! Mais la zone dans laquelle je vis et travaille est bien gérée et les gens travaillent (ils ne se contentent pas de faire acte de présence au bureau pour passer leur temps à la machine à café) pour gagner très, très confortablement leur vie (pour un expat, entre + 30 et + 50 % par rapport au salaire d'une fonction similaire dans l'hexagone, net). Bonne journée, petit elfe
Réponse de le 19/04/2019 à 22:39 :
Sacré Conseil : il vit dans un paradis fiscal, le genre de pays qui s'insèrent dans la mondialisation en captant une part des grands marchés (qui soutiennent la demande mondiale) grâce à leur politique fiscale accommodante. Ils pensent malgré cela que leur politique de parasitisme économique est de la bonne gestion et peut être étendue à tous les pays, incapables qu'ils sont de voir que cela aboutirait à un suicide de leurs pays et de l'économie mondiale ( la relance par la dette mondiale ayant des limites). Et le gars, tranquille, inconscient et content de lui qui donne des leçons. Pathétiquement drôle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :