Notre-Dame de Paris : les cagnottes en ligne se multiplient, la vigilance s'impose

 |   |  643  mots
Cette nuit, après de longues heures de lutte, les pompiers de Paris ont réussi à maîtriser l'incendie qui ravageait Notre-Dame.
Cette nuit, après de longues heures de lutte, les pompiers de Paris ont réussi à maîtriser l'incendie qui ravageait Notre-Dame. (Crédits : Philippe Wojazer)
Sur Leetchi, LePotCommun ou encore GoFundMe, les campagnes de dons pour aider à la reconstruction de l’édifice gothique, visité par 13 millions de personnes chaque année et en partie ravagé par un incendie cette nuit, bourgeonnent sur la toile. Les destinataires n'étant pas forcément identifiés, les plateformes ont mis en place des dispositifs pour vérifier l'honnêteté des cagnottes et la traçabilité des fonds. Mais il existe aussi des organisations connues qui collectent des fonds sur leur propre site Internet, telle La Fondation du patrimoine.

Après l'émotion, place aux dons. Depuis hier soir, alors que l'incendie frappant Notre-Dame de Paris n'était pas encore maîtrisé, les appels à la générosité se sont multipliés sur Internet.

A 9 heures, ce mardi 16 avril, la cagnotte « Financement des réparations de Notre Dame de Paris », accessible sur Leetchi, avait déjà collecté plus de 14.500 euros auprès de 579 internautes. L'organisateur, dont l'identité n'est pas précisée, explique avoir été contacté par « les services de conformité de Leetchi afin de garantir le versement des fonds, en parfaite transparence, au recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris et au dioscèse ».

On dénombre sur cette même plateforme au moins cinq autres cagnottes dédiées à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, dont les montants oscillent entre 30 euros et 3.000 euros. Sur LePotCommun, plateforme concurrente de Leetchi, la cagnotte « Souscription nationale pour Notre-Dame de Paris » a, pour sa part, collecté plus de 6.000 euros auprès d'une centaine d'internautes. Certifiée par les équipes du PotCommun, plateforme détenue par Natixis Payment (groupe BPCE), cette cagnotte-là a été lancée par l'Observatoire du patrimoine religieux.

Vérification de l'honnêteté des cagnottes et de la traçabilité

« Sur la plateforme de financement participatif GoFundMe, plus de 50 campagnes liées à l'incendie de la cathédrale ont été créées lundi à travers le monde », a déclaré un porte-parole de l'entreprise à l'agence Reuters.

Louables, ces élans de générosité, qui relèvent d'initiatives individuelles, soulèvent néanmoins la question de l'honnêteté de leurs créateurs et de la traçabilité des fonds. Face à l'engouement pour les cagnottes solidaires, la société Leetchi a mis en place une série de dispositifs pour s'assurer que les fonds récoltés soient bien versés au bénéficiaire annoncé.

« Des algorithmes permettent d'identifier des cagnottes suspectes et de détecter une fraude ou une tromperie. Des contrôles manuels sont également effectués par des équipes dédiées. Si une suspicion est détectée par nos contrôles automatiques, ces équipes prennent contact avec le créateur de la cagnotte et lui demandent des pièces justificatives. Un troisième type de contrôle existe. C'est le contrôle par la communauté. Sur la page de chaque cagnotte, un petit bouton permet aux internautes de signaler une cagnotte suspecte », nous expliquait en mars dernier Alix Poulet, directrice générale de Leetchi. « Nous avons très peu de cas litigieux », avait-elle affirmé.

Une collecte lancée par la Fondation du patrimoine

D'autres initiatives en ligne, portées par différentes organisations, voient également le jour pour la reconstruction de ce monument historique visité chaque année par quelque 13 millions de personnes. L'agence Reuters indique ainsi que la French Heritage Society, organisation basée à New York qui se consacre à la préservation des trésors architecturaux et culturels français, a lancé une page web pour collecter des fonds.

De son côté, la Fondation du patrimoine a lancé une collecte internationale sur son site Internet pour la remise en état de cet édifice gothique dont la construction a commencé à la fin du XIIe siècle. Quelques heures après son lancement, plus de 6.000 euros avaient déjà été réunis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2019 à 5:04 :
Micron 1er qui ose annoncer que les trvx seront acheves en cinq ans est ridicule.
Ce monument doit-etre reconstruit a l'identique et non en beton fut-il arme.
Il faudra revoir toute la structure, les arcs boutants, le transept certainement tres affaibli a cause de la chaleur et j'en oublie.
Freluquet pretentieux qui ne connait rien a part l'argent.
Réponse de le 17/04/2019 à 8:13 :
Pour la cathédrale Saint Donatien de Nantes, des travaux similaires sont prévus en 6 ans (2015-2021), avec beaucoup moins de moyens.
a écrit le 16/04/2019 à 14:54 :
CREDIBILISER LES APPELS AUX DONS
La multiplication des campagnes invitant les quidams à faire des dons pour aider au sauvetage voire la reconstruction de la cathédrale Notre Dame me conduit à me poser deux questions:
"Dans quel but réel certains se lancent-ils dans l'opération collecte de fonds ?
" Ne serait-il pas préférable qu'une seule entité reconnue, du moins au niveau national, se livre à ce type d' opération ?"
a écrit le 16/04/2019 à 14:29 :
Comme un peu partout.
Mais les procédures ont été respectées.
Circulez y a rien à voir.
Les avocats ont déjà commencé à facturer apparemment.
a écrit le 16/04/2019 à 13:35 :
Retraité, que Macron reverse les 1,7% ponctionné sur ma retraite qui de plus n'a pas été revalorisée pour la reconstruction de cette cathédrale.
Réponse de le 16/04/2019 à 13:55 :
ça a déjà été dépensé, vous croyez qu'il y a un stock quelque part ? Y a des fuites partout (40 milliards en intérêts de la dette, avec des taux faibles, ouf, IR = 70 milliards), on essaie de les boucher. :-)
Y a une niche fiscale des retraités qu'il faudrait supprimer. :-) :-) Celle qui consiste à soustraire 10% des revenus avant le calcul de l'IR vs le seuil et tranches, normalement ce sont des "frais professionnels" (globalisés, forfaitaire), retraité y en a plus du tout. :-)
a écrit le 16/04/2019 à 12:21 :
Les français devaient faire les poches de l’état et finalement c’est l’état qui fait leur fait les poches.
Faut dire que la France n’a pas les moyens d’entretenir, de restaurer..bref de protéger son patrimoine c’est à dire sa culture (pas celle de gauche, l’autre)
Demain la souscription puis un nouveau loto puis une taxe...pour faire oublier la chienlit.
Réponse de le 16/04/2019 à 13:59 :
Ben, l’État c'est nous, ce qui est prélevé c'est pour le redistribuer, pas aller sur un compte bancaire dans un paradis fiscal. On a un système qui protège mieux les pauvres qu'ailleurs, ça coûte.
"Les français devaient faire les poches de l’état " donc les nôtres ? A force de se croire riches on arrive à 100% du PIB tellement on doit emprunter pour fonctionner (maintenir l'illusion), et c'est pas terminé, à force de faire les poches de l'Etat, vouloir plus (= "L'Etat paiera").
Les gens veulent partir à la retraite tôt même si les pensions sont réduites mais sont inquiets de leur pension future, sont pas logiques, sachant que travailler un an de plus leur fera plus d'argent à la fin. Sont bizarres. :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :