Réindustrialisation : la Cour des comptes pointe le manque d'effort de l'Etat et des entreprises

Compétitivité hors prix, pilotage industriel, meilleur ciblage des soutiens publics...à quelques mois de la présidentielle, la Cour des comptes dévoile quelques leviers à activer pour tenter "d'adapter la politique industrielle aux nouveaux enjeux", c'est-à-dire la décarbonation de l'industrie et la transition numérique. La juridiction financière considère en effet que les efforts actuels sont loin d'être suffisants...
Grégoire Normand

5 mn

La France est passé de la sixième place à la huitième place dans la course aux puissances industrielles entre 2004 et 2019, rappelle la Cour des comptes.
La France est passé de la sixième place à la huitième place dans la course aux puissances industrielles entre 2004 et 2019, rappelle la Cour des comptes. (Crédits : Reuters)

La "réindustrialisation", le thème est porté par la plupart des candidats à la présidentielle. Au salon du Made in France au mois de novembre, les prétendants à l'Elysée se sont bousculés au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris. Il faut dire que le mot "souveraineté" est revenu sur le devant de la scène.

Lors de la présentation de la présidence française de l'Union européenne (PFUE) la semaine dernière, Emmanuel Macron a utilisé les mots "souveraineté" ou "souverain" à 15 reprises dans son allocution de près d'une heure trente devant un parterre de ministres et de journalistes. A quatre mois du premier tour du scrutin, la Cour des comptes a dévoilé dans une note d'une quarantaine de pages ce mardi 14 décembre, une batterie de leviers à activer sur la politique industrielle française.

Des efforts à faire sur la politique de compétitivité hors prix

La compétitivité hors prix de l'économie française souffre encore "de handicaps structurels". Parmi les freins évoqués figurent notamment la recherche et développement qui se traduit insuffisamment en "innovations industrielles", le manque d'attractivité de l'industrie ou encore l'environnement des affaires qui demeure "perfectible". A cela s'ajoute, la critique du niveau de gamme des exportations françaises. "Bien qu'ayant légèrement progressé depuis 20 ans, le niveau de gamme en France reste inférieur à celui des exportations britanniques, allemandes, néerlandaises ou italiennes alors même que les coûts de production dans ces pays ne sont pas nécessairement plus élevés qu'en France", indiquent les juristes.

Si la part des produits haut de gamme et celle de gamme moyenne diminuent régulièrement depuis des années, le poids des produits bas de gamme dans la structure des exportations est repartie en flèche. La Cour des comptes tacle également la stratégie à l'international des grands groupes. "Les stratégies d'internationalisation, contrairement à d'autres pays européens, ne favorisent pas la production de biens à partir de la France alors que les petites et moyennes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) peinent à se développer", indiquent les experts. Sur ce point, les économistes avaient montré dans une évaluation récente que la France était "la championne des délocalisations".

Lire aussi 3 mnLa France, championne des délocalisations selon France Stratégie

Eviter les effets de captation par certains secteurs, mieux cibler les soutiens publics

Allègements de cotisations sociales, CICE, soutien à la recherche et développement... les conseillers de la rue Cambon ont évalué les montants colossaux des soutiens publics entre 17 et 20 milliards d'euros (chiffres de France Stratégie) chaque année en faveur de l'industrie. Ces soutiens ont encore gonflé cette année avec la baisse des impôts de production pour environ 10 milliards d'euros. Cette politique de l'offre promue par les différents gouvernements depuis plusieurs décennies n'a pas toujours eu les effets escomptés.

En matière de soutien, le plan d'investissement d'avenir (PIA) lancé sous le mandat de Nicolas Sarkozy a permis de soutenir "la modernisation et l'innovation dans les secteurs historiques (aéronautique, automobile, nucléaire, spatial [...] Cependant, les pouvoirs publics ne sont pas toujours parvenus à éviter la captation des aides par certains secteurs", expliquent les magistrats. Afin d'éviter cet effet "captation" par certains secteurs, la juridiction financière recommandent de mieux cibler ces soutiens publics. Ces dispositifs doivent en outre "être encadrées par une gouvernance collégiale la plus indépendante possible". Cela devrait limiter "le saupoudrage" des aides.

Lire aussi 3 mnProgrammes d'investissement d'avenir (PIA) : la Cour des comptes dresse un bilan mitigé

Un meilleur pilotage de la politique industrielle

En matière de pilotage de la politique industrielle, la Cour des comptes a noté de "récents progrès" avec la réforme de la direction générale des entreprises (DGE), la réorganisation du conseil national de l'industrie CNI ou la mise en œuvre des comités stratégiques de filières (CSF). Il reste de nombreuses limites pointées par les auteurs de la note comme la surreprésentation des grandes entreprises dans les comités stratégiques de filières. Cette surreprésentation est "de nature à accroître les risques de mauvaise allocation des moyens publics", expliquent les juristes.

Lors de la présentation du plan d'investissement France 2030 présenté en octobre par le président Macron, l'absence de pilotage d'une enveloppe de 34 milliards d'euros avait suscité de nombreuses interrogations. Interrogés sur ce point après l'allocution du président, les conseillers du président Macron avaient botté en touche. Le chef de l'Etat a annoncé que "cette gouvernance sera présentée début 2022".

Lire aussi 9 mnFrance 2030 : le plan d'investissement inachevé d'Emmanuel Macron

-------

Quelques chiffres clés sur l'industrie

- 250.000, c'est le nombre d'entreprises industrielles sur le territoire tricolore en 2019 ;

- 3,2 millions, c'est le nombre de salariés travaillant dans l'industrie en France en 2019 dont 2,8 millions dans l'industrie manufacturière ;

- 80%, c'est la part de l'Etat dans l'ensemble des soutiens publics.

Grégoire Normand

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 15/12/2021 à 6:42
Signaler
Il ne s'agit pas d'être compétitif mais d'avoir une marge d'autonomie!

à écrit le 14/12/2021 à 13:09
Signaler
Oui mais ils ont une bonne excuse, l'hystérie sanitaire actuelle d'ailleurs même ceux qui ne sont pas touchés l'utilisent aussi cette excuse.

à écrit le 14/12/2021 à 12:01
Signaler
pour rappel : le nombre d’entreprises manufacturières grimpe en France alors qu’il décline depuis au moins 2009 en Allemagne (Business Demography statistics, Eurostat). déclin aussi chez Italie/Espagne/Pologne/Autriche/autres. stagnation chez Suède...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.