Rentrée sociale : une intersyndicale veut une "mobilisation massive" le 5 octobre

Les syndicats CGT-FO-Solidaires-FSU, accompagnés des organisations de jeunesse FIDL, Unef, MNL et UNL appellent à une journée de mobilisation pour la défense des salaires, des emplois, des conditions de travail et d'études. Dans la ligne de mire des organisations : l'application de la réforme de l'assurance-chômage et la relance potentielle de celle des retraites.
Une mobilisation contre la réforme des retraites en 2020. Le gouvernement pourrait relancer ce chantier en cette rentrée.
Une mobilisation contre la réforme des retraites en 2020. Le gouvernement pourrait relancer ce chantier en cette rentrée. (Crédits : Reuters)

Après leur rentrée institutionnelle prévue lors d'une consultation avec le Premier ministre le 1er et 2 septembre à l'hôtel Matignon, les syndicats - étiquetés à gauche - feront leur véritable rentrée, en se mobilisant dans la rue, le 5 octobre prochain. L'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU, accompagnée des organisations de jeunesse FIDL, Unef, MNL et UNL appellent à une journée de mobilisation pour la défense des salaires, des emplois, des conditions de travail et d'études. Une journée qui se voudra être une "rentrée sociale offensive". "Très clairement, nous voulons une mobilisation massive", a déclaré Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT. Une annonce doublée ce matin par la position du syndicat Solidaires-Fonction publique qui a déposé un préavis de grève pour tout le mois de septembre dans les trois versants de la fonction publique : d'Etat, territoriale, hospitalière.

Plus précisément, les organisations des représentants de salariés et de la jeunesse, réunies hier soir au siège de la CGT à Montreuil, veulent maintenir la pression contre les dernières grandes réformes prévues par le président Emmanuel Macron d'ici la fin de son mandat. L'intersyndicale met en garde dans son communiqué contre le "retour de la réforme des retraites" et contre "la réforme de l'assurance chômage".

Retrait de la réforme de l'assurance chômage

L'un des sujets brûlant est celui de l'application de la réforme de l'assurance-chômage, prévue pour le 1er octobre, retoquée le 22 juin par le Conseil d'Etat en raison des "incertitudes sur la situation économique". Le gouvernement - qui vient d'annoncer la fin du "quoi qu'il en coûte" pour les aides aux entreprises - estime désormais que le redressement de l'économie - baisse du chômage, augmentation du PIB - permet la mise en œuvre de cette réforme. Il proposera un nouveau décret d'application à la plus haute juridiction du pays d'ici la fin du mois afin d'espérer une validation du texte. Plusieurs syndicats s'opposent toujours à ces nouvelles mesures, qui pourraient impacter plus d'1,15 million de salariés, pour qui les allocation journalière chuteraient en moyenne de 17%. Les syndicats restent unanimement opposés à la réforme.

Lire aussi 3 mnRéforme de l'assurance chômage : la CFTC veut un report de six mois face à l'incertitude économique

"Il faut absolument abandonner définitivement cette réforme de l'assurance chômage scandaleuse, qui détruit les droits et affaiblit les jeunes souvent touchés par la précarité", a déclaré Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT. L'intersyndicale "attaquera à nouveau" devant le Conseil d'Etat le décret sur l'assurance chômage que s'apprête à prendre le gouvernement, a-t-elle prévenu.

Ne pas rouvrir le chantier des retraites

Sur le volet de la réforme des retraites, dont l'idée a été relancée en juin par Emmanuel Macron et le gouvernement, notamment le locataire de Bercy, Bruno Le Maire, les organisateurs s'opposent à toute initiative de l'exécutif. "Nos organisations rediront qu'il n'est pas question de rouvrir la réforme des retraites", a expliqué la responsable de la CGT.

Ces organisations "s'opposent à ce que la situation sanitaire soit utilisée par le gouvernement et le patronat pour accélérer la remise en cause des droits et des acquis des salariés et des jeunes", écrivent-elles dans un communiqué lu au cours d'un point presse au siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis) lundi soir. "L'élargissement et l'accélération indispensable de la vaccination demandent de renforcer l'accès à la santé, les moyens de l'hôpital public et de la médecine du travail. Cela nécessite de convaincre et de rassurer et non de sanctionner les salariés", poursuivent-elles.

Lire aussi 5 mnMacron prêt à affronter les syndicats pour porter l'âge de la retraite à 64 ans

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 01/09/2021 à 16:29
Signaler
@lachose. Je ne suis ni retraité ni jeune, mais je suis concerné par a) la réforme des retraites, puisque le système est en quasi-faillite, avec de grosses pensions de joyeux retraités partis bien tôt et des jeunes qu’on ponctionne pour ça et qui n’a...

à écrit le 31/08/2021 à 15:10
Signaler
Les syndicats, à ne pas vouloir faire les réformes nécessaires, car nos systèmes sociaux sont non financés, vont détruire ce à quoi ils tiennent le plus: nos régimes sociaux...Cela ne paraît pas très malin..

le 01/09/2021 à 10:08
Signaler
Les gouvernements travaillent et leur campagnes présidentielles sont financés pour le patronat (même si nos impôts leur remboursent ces campagne a ce demander où passe cet argent qui nous coute un pognon de dingue bien plus que 5€ d'APL); Les syndica...

à écrit le 31/08/2021 à 14:52
Signaler
Les anti-tout sont des conservateurs. C'est à cause d'eux si on paye plus d'impôts en France qu'ailleurs. Puisqu'ils bloquent les réformes qui s'imposent. Ou, plutôt, bloquaient : ça rigole moins avec E. Macron. Et c'est tant mieux : on a vacheme...

le 31/08/2021 à 17:07
Signaler
"Puisqu'ils bloquent les réformes qui s'imposent". OK, mais tu es concerné par quelles réformes citées dans l'article ?

le 31/08/2021 à 17:07
Signaler
En effet Pôle emploi étrillé par la cours des compte depuis des années et les aides à domicile en moins ferait 10 milliards d'économie chaque année ! Mais pourquoi ne le font il pas ? :-)

à écrit le 31/08/2021 à 10:30
Signaler
Il va surtout falloir expliquer comment ils trouvent des centaines de milliard pour réparer leur jouet cassé, et qu'ils ne trouvent pas un ou deux milliards pour les salariés ?

à écrit le 31/08/2021 à 9:16
Signaler
Vu la médiocrité générale de nos syndicats là pour que les salariés se soumettent doucement mais sûrement si c'est un succès cela en dira long sur l'état d'esprit des français. Parce qu'il faudrait balayer notre classe dirigeante totalement éteinte a...

à écrit le 31/08/2021 à 8:59
Signaler
Ça va virer anti pass sanitaire, anti Macron, anti vax ...bref anti tout pour cause de frustration et il va falloir qu'elle s'exprime.

le 31/08/2021 à 9:26
Signaler
Pas de revolte des veaux, ou alors ce sera a la marge. La grande majorite des francais est endormie. Dormez on s'occupe de tout.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.