Retraites : et ça continue (encore et encore) , c'est que le début (d'accord, d'accord)

 |   |  860  mots
Philippe Martinez, leader de la CGT, lors d'une manifestation contre la réforme des retraites, le 24 septembre 2019, à Paris. La CGT fait partie des syndicats qui réclament le retrait du projet de système universel de retraite à points
Philippe Martinez, leader de la CGT, lors d'une manifestation contre la réforme des retraites, le 24 septembre 2019, à Paris. La CGT fait partie des syndicats qui réclament le retrait du projet de système universel de retraite à points (Crédits : Reuters)
La mobilisation contre la réforme des retraites entre dans sa troisième semaine, sans grand espoir de compromis du gouvernement, qui reçoit jeudi le bloc des partenaires sociaux alors que les cheminots refusent toujours l'idée d'une trêve.

Deux semaines après le début d'une mobilisation massive contre le projet de réforme des retraites, le gouvernement doit recevoir, ce jeudi, les partenaires sociaux, dans l'espoir de trouver une sortie de crise, alors que les cheminots restent opposés à l'idée d'une trêve.

Au 15e jour d'une grève illimitée, même si un léger mieux est attendu, les difficultés continuent pour les usagers de la RATP et ceux de la SNCF, qui va dire dans la journée quels trains circuleront entre le 23 et le 26 décembre.

La compagnie ferroviaire fait circuler 2 TGV sur 5 (contre 1 sur 3 mercredi), 4 TER sur 10 et un Transilien sur 4. Du côté de la régie des transports parisiens, la situation est "conforme" à celle annoncée avec six lignes de métro totalement fermées (deux de moins que la veille) et un léger mieux sur la 10. Les RER A et B ne rouleront qu'aux heures de pointe.

Sur les routes franciliennes, le trafic était moins dense que ces derniers jours, avec "seulement" 320 km de bouchons vers 7h50, selon le site d'informations routières Sytadin.

Des actions jusqu'à fin décembre

La CGT, Force ouvrière, la CFE-CGC, Solidaires et la FSU, qui réclament le retrait pur et simple du projet de système universel de retraite à points, se sont entendues pour organiser des actions jusqu'à fin décembre.

Jeudi, plusieurs cortèges sont prévus, même si ces initiatives à caractère local seront forcément moins massives que les manifestations des 5 et 17 décembre (806.000 et 615.000 personnes dans toute la France, selon le ministère de l'Intérieur). A Paris, un défilé reliera deux gares (Lyon et Est) à partir de 14h.

Mais c'est Matignon qui continue d'attirer tous les regards. Après avoir reçu les organisations syndicales et patronales les unes après les autres mercredi, le Premier ministre les réunit ensemble dans l'après-midi. Edouard Philippe indiquera-t-il la porte d'une sortie de crise juste avant les vacances de Noël?

Lire aussi : Retraites: "totalement déterminé", Édouard Philippe annonce une salve de réunions à Matignon

"On a compris que sa détermination était complète, la nôtre l'est aussi", a lâché le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier, mercredi soir en sortant.

"Je ne suis pas sûr que, d'ici demain, quelque chose aura avancé, mais ce sera au Premier ministre de nous le dire", a dit un peu plus tôt le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, "un peu fatigué" et "préoccupé".

"Très, très loin d'un accord"

"On est très, très loin, encore, d'un d'accord", a résumé le responsable cédétiste, globalement favorable à la réforme mais toujours vent debout contre l'âge d'équilibre, assorti d'un bonus-malus dès 2022 pour inciter à travailler plus longtemps et équilibrer les comptes.

Lire aussi : Retraites : la CFDT propose une hausse des cotisations pour éviter l'âge d'équilibre

Or le chef du gouvernement "tient" à cette mesure budgétaire, a déploré Laurent Berger.

Le camp réformiste a cependant senti "une volonté de discussion". À l'image de Laurent Escure (Unsa), qui a noté "des ouvertures" sur "la pénibilité, les fins de carrière, le minimum de pension", même si elles "restent à confirmer".

Edouard Philippe est en première ligne, aux côtés de Laurent Pietraszewski. Le nouveau "M. retraites" du gouvernement, tout juste nommé secrétaire d'État, a été jeté dans le grand bain à remous d'un conflit social au long cours.

Le dossier de son prédécesseur Jean-Paul Delevoye est, lui, déjà dans les mains de la justice: la Haute autorité pour la transparence a saisi mercredi le parquet pour ses "omissions" d'activités.

Lire aussi : Affaire Delevoye: la Haute autorité pour la transparence avoue ses limites et saisit la justice

Macron "disposé" à "améliorer" le projet

Emmanuel Macron, pour sa part, surveille le devenir d'une réforme-clé de son quinquennat sans s'exprimer directement. Il a tout de même fait savoir mercredi qu'il était "disposé" à "améliorer" le projet, qui doit être transmis au Conseil d'État avant Noël et présenté en Conseil des ministres le 22 janvier.

"C'est dans l'ordre des choses qu'il y ait des avancées d'ici la fin de la semaine", a relevé l'Élysée, précisant que le chef de l'État s'était fixé pour "objectif d'obtenir une pause du mouvement social pendant les fêtes".

Une trêve? Les Chambres de commerce et d'industrie la réclament, en faisant valoir "l'impact négatif" des grèves sur "tous les secteurs de l'économie de notre pays".

Lire aussi : Grèves contre la réforme des retraites : un impact économique "modéré" selon l'Insee

En assemblée générale, les grévistes ne parlent pourtant pas de trêve mais de "lutte de Noël", à l'image de Bérenger Cernon, de la CGT-Cheminots. À mesure que "les jours passent", a prévenu le patron de sa confédération, Philippe Martinez, "la colère peut se transformer en plus de colère".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2019 à 11:49 :
excellent titre , l'affaire va t'elle finir sur les cailloux dans la cabane au fond du jardin ?
a écrit le 20/12/2019 à 13:28 :
Les français sont le peuple qui travaille le moins au monde!

Nous ne pouvons plus vivre a crédit,surtout que les taux sont en train de remonter (comme en Suède).

Le gouvernement ne fait qu'anticiper les réformes de plus en plus dures qui sont a venir.
a écrit le 20/12/2019 à 10:05 :
Si on veut réformer, c'est qu'il y a un problème.
Toutes ces manifs minables de ceux qui pillent le système actuel ne résoudront pas ce problème.
Et l'indignation vertueuse du peuple en colère dans les médias bien pensants non plus.
En plus, ce gouvernement ne fera pas comme les autres : reculer devant la rue se termine par toujours plus d'impôts, et on est au bout de ce système foireux qui prévaut depuis 30 ans.
Soyez réalistes, au lieu de ressortir les vieilles lunes bidons.
a écrit le 20/12/2019 à 8:19 :
Donc si j'ai bien compris
Il faut faire une réforme parce que les caisses sont en déséquilibres (faux, seuls les régimes spéciaux le sont)

Pour cela, on fond tout le monde dans un unique système et ... on baisse les contributions. Car oui, passer la contribution à seulement 2,8% au-dela 120 000 euros annuels, c'est bien baisser les contributions

Et créer un trou de 3 milliards par an. 4 milliards à terme.

Donc, pour rendre les caisses de retraite à l'équilibre -> on créé un NOUVEAU DESEQUILIBRE. J'ai bon là ?

Et pour résorber ce nouveau déséquilibre, on va puiser dans les fonds de réserve de l'AGIRC ARRCO.

Immonde ? Inique ? Ruissellement du bas vers le haut ?

Et une presse non informative. Des journalistes qui n'y connaissent rien. Comme s'ils ne bossaient pas.
Réponse de le 20/12/2019 à 10:12 :
Fin Septembre 2018 le projet de loi de finances de la sécurité sociale prévoit le premier budget en excédent depuis 18 ans. Cependant suite aux mesures prises fin 2018 par le gouvernement en réponse au mouvement des gilets jaunes, les comptes 2019 devraient se maintenir dans le rouge, en déficit de près de 5 milliards d’euros à 2019. L' argent ne pousse pas sur les arbres monsieur. Il faut aussi savoir que l'excedent est aussi due a une pression fiscale enorme (la plus grandes pressions fiscale au monde). Baisser les retraites, Augmenter les cotisations, augmenter l'immigration, repousser l'age de la retraite. Je pense qu'il n'y a pas de miracles et repousser l'age de la retraite est la moins pire des solutions.
a écrit le 20/12/2019 à 7:25 :
Faut pas deconner... le gouvernement avait 2 ans pour préparer sa pseudo réforme.

En plus la presenter en décembre 10 jours avant les fêtes


Bande de branques
a écrit le 20/12/2019 à 5:22 :
Cet executif est ignorant. Apres un mois de paralysie totale, il lachera avec pour solde de tout compte un ridicule qui achevera de le tuer.
a écrit le 20/12/2019 à 0:37 :
En colère lui ?
Martinez s'Amuse-joue-jouit
a écrit le 20/12/2019 à 0:03 :
Il est probable que le sujet eut gagné à être attaqué autrement, en particulier en fusionnant d'abord les régimes qui pouvaient l'être sans trop de difficultés; ce gouvernement, fidèle à ses habitudes, a engagé une guerre peu conforme à l'esprit d'une démocratie. Contrairement à ce qu'ils pensent, si les électeurs votent sur le programme des candidats au premier tour, ils votent pour celui qu'ils considèrent comme le moins pire au second.
a écrit le 19/12/2019 à 23:49 :
Mercis Macron d avoir crée le ko en France
a écrit le 19/12/2019 à 19:58 :
On a déjà les territoires perdus de la république, nos banlieues où il est impossible de faire régner l’ordre, où des minorités font leurs lois et leurs trafics,

On a en plus les territoires incontrôlables de la république, les administrations qui nous coutent très cher pour de piètres résultats, où des minorités font régner leurs lois, prennent dans la caisse publique pour se financer de luxueux régimes spéciaux (7 milliards de détournement d’argent public en bandes organisées), refusent la légitimité démocatique des réformes pour qu’ils soient plus efficaces et moins couteux pour le client citoyen qui paye..

Un dénominateur commun à ses minorités : la radicalisation, c'est-à-dire le déni de toute réalité, l’idéologie obscurantiste, la violence, l’insulte, la caricature, intimider et s’en prendre aux personnes qui n’ont pas le même avis pour les faire taire.

Tout comme il y a des radicalisés de l’écologie (agressions des agriculteurs, le vegans qui attaquent les boucheries,..), les radicalisés de l'islamisme, les radicalisés de l'extréme gauche et de droite, et toutes ces radicalisations convergent au niveau des méthodes délétères et des idées de déni de la réalité, de l'idéologie obscurantiste. La preuve d’après les sondages, 34% d’adhérent de LFI sont prêts à voter pour le RN...ils peuvent donc faire tous ensemble un parti en commun.

Il serait temps que la majorité silencieuse arrête de se faire marcher sur les pieds et se fasse entendre, que l’ordre républicain soit rétabli.
Réponse de le 20/12/2019 à 2:09 :
@Isabelle.
Ordre republicain ? Quel ordre ? Ce pays est sans boussole depuis 30 ans.
Ouvrez vos yeux, ce qui se passe aujourd'hui n'est que la resultante d'hier.
Bonnes fetes
Réponse de le 20/12/2019 à 11:10 :
Un dénominateur commun à ses minorités : la radicalisation, c'est-à-dire le déni de toute réalité, l’idéologie obscurantiste, la violence, l’insulte, la caricature, intimider et s’en prendre aux personnes qui n’ont pas le même avis pour les faire taire.

Vous avez tout à fait raison, cette minorité s'appelle l'élite gouvernementale.
a écrit le 19/12/2019 à 19:48 :
Qu'ils continuent encore 1 an ou 2 ou 10 : ils seront fatigués et ruinés avant moi .
a écrit le 19/12/2019 à 19:42 :
Le droit de gréve est un droit, mais aussi celui de travailler.

Qu’une minorité de radicalisés se permettent de bloquer le pays, d’agresser ceux qui ne font pas gréve, d’intimider au travail ceux qui n’ont pas le même avis est inadmissible et condamnable.

Quand aux coupures de courant illégales et dangereuse, c’est une fautr lourde qui demande le licenciement, et qu’on vienne pas dire que les managers en savent pas où sont les agents et ce qu’ils font.

Il faut impérativement mettre en place un service minimum et le faire respecter et sanctionner les abus, la violence ne dit pas être une forme de revendication surtout quand il s’agit de l’indéfendable (les régimes très spéciaux et la posture politicienne des seules parts de marchés).
a écrit le 19/12/2019 à 19:36 :
Quel est le bilan carbone de la grève ? Quel est son impact sur la qualité de l'air ? Sur le réchauffement climatique ? Plus de 600 km de bouchons en région parisienne, ce n'est rien ? Où sont ceux qui prétendent nous imposer une ZFE (Zone à Faibles Emissions) et nous empêcher de circuler avec nos "vieilles" voitures ? Le "social" a-t-il donc le droit de jouer contre la "santé" ?
a écrit le 19/12/2019 à 18:36 :
De quels droits les syndicats ( qui ne représentent que leurs mandants aux élections professionnelles sur les conditions de travail et les salaires) ont -ils la moindre légitimité pour négocier la réforme des retraites qui concerne plus de 60 millions de Français? Quand ont-il présenté aux suffrages des Français leur programme sur ce dossier?
Pouvez-vous apporter une réponse?
Réponse de le 20/12/2019 à 7:27 :
A chaque élection d entreprise.

Les programmes des syndicats est connu

Si t es pas syndiqué c est ton pb.
a écrit le 19/12/2019 à 17:00 :
Excel est mon ami.
J'ai 54 ans et je travaille depuis mes 18 ans. En reprenant ma carriere et en esperant aller au bout je peux esperer une retraite brute de 27500€. Si j'appliquais la reforme à ma carrière complète (je sais ce n'est pas mon cas) en me basant sur le rapport delvoye je pourrai esperer une retraite de 19800€
a écrit le 19/12/2019 à 15:29 :
Si environ 55% des citoyens approuvent la gréve, sans doute à cause de quelques cafouillages du gouvernement, mais aussi de la prolifération de mensonges éhontés, de faux simulateur qui ne pouvait rien simuler parce que la valeur du point n’est pas connue,

Ils ont en revanche 70% à étre pour la suppression des régimes spéciaux, 60% à être pour la retraite à points.

Quand à l’âge pivot, il faut rappeler que l’âge moyen de départ actuellement est de 63 an et 4 mois. Et cet âge moyen intégre forcément le fait qu’il y a quelques difficultés à travailler après 50 ans.

Halte aux mensonges clientélistes pour maintenir le racket des régimes spéciaux sous couvert fallacieux de l’intérêt général !
Réponse de le 19/12/2019 à 15:39 :
La valeur du point a déjà été annoncé : 0.55 euros
Réponse de le 19/12/2019 à 17:09 :
En France on défend les mouvements sociaux les plus abjets par simple conformisme. Le gens ne pensent pas.
Réponse de le 19/12/2019 à 18:26 :
Réponse à Marc569 .
C'est bien ridicule de fixer un tel montant pour une mise en Œuvre dans 20/ 30 /40 ans..?... l'important étant de savoir comment cela sera piloté .
et de même dire que cela sera indexé sur les salaires car ceux ci évoluent plus vite que l'inflation c’est croire qu'il en sera toujours ainsi . C'est être naïf ou cynique,
En tout cas ce n'est sérieux .
a écrit le 19/12/2019 à 15:28 :
La réforme des retraites est la mesure le plus de gauche depuis sa création, solidarité, justice de l’égalité de cotisation, hausse des petites retraites.

C'est rétablir la justice en faisant en sorte que chaque euro cotisé ouvre les mêmes droits, et avec une retraite minimale à 1000e, une hausse pour les femmes qui gagnent 3 ans puisqu'elles étaient obligées de travailler jusqu'à 67 ans si elles voulaient avoir un taux plein.

Les régimes spéciaux injustifiables ne sont qu'un détournement masssif d'argent public en bandes organisées, puisque ils s'arrogent des avantages exorbitants en nous ponctionnant d'autorité l’argent public contre l'avis des citoyens et refusent de rentrer dans un régime commun, et c’est 7 milliards !.

Les dérives corporatistes à soutenir ces abus n’a plus rien à voir avec la gauche telle qu’elle se définit.

Mais la gauche (et les syndicats, même combat) qui n'arrive pas à faire le choix entre le constat du progrès social et le clientélisme à défendre un électorat qui se gave d'argent public sur le dos des autres, préfère donc le mensonge (on va tous y perdre, c'est la fin de la répartition..) et défendre ces intérêts corporatistes injustifiés. Idem pour les citoyens concernés qui se disent de gauche mais sont les premiers intéressés par cette rente.

comme un court circuit dans la téte, vive le racket de gauche au détriment des plus pauvres.
a écrit le 19/12/2019 à 15:16 :
La réforme passera comme celle de la SNCF de 2019.
Il est difficile de comprendre pourquoi la CFDT est contre l'âge pivot alors qu'elle a signé la réforme de Agirc/Arcoo en 2017 (?) applicable le 1er janvier 2019, qui instaure une âge pivot pour les personnes nées après 1957 (avec des exceptions), mais cette réforme ne touche que les retraites complémentaires.
Cordialement
Réponse de le 19/12/2019 à 19:52 :
la réponse est simple : on est pas loin des élections dites professionnelles (donc de nos amateurs du syndicalisme).

Donc la CFDT ne peut pas être pour, sinon elle va perdre des voies vis à vis du "défenseur des travailleurs".

Dans les entreprises, on arréte tout projet de réorganisation avant afin d'éviter le blocage par ces surenchères, mais jupiter a cru qu'il était judicieux de mettre les annonces juste avant noel pour passer en force et en pensant que la CGT n'oserait pas bloquer le pays ; il ne doit pas y avoir de stage en entreprises à l'ena...

la cgt a bloqué le port de marseille pendant des lustres, tout ça pour que les dockers passent de 4500 à 4800f dans les années 80 et surtout pour passer de 18 à 15 de travail par semaine.
Anvers qui était plus petit a repris le trafic et a développé 100 000 emplois par rapport à marseille que les chinois évitent.
Donc aucun scrupules pour le syndicat destroy...100 000 emplois détruits, il s'en moque.
a écrit le 19/12/2019 à 15:08 :
Nous avons évidemment un problème avec la SNCF et la RATP (surtout à Paris), mais je ne crois pas que la France doive être dirigée par les syndicats de ces deux entreprises publiques. Pas d'accord? On dépose le projet à l'Assemblée, représentante du Peuple, laquelle va trancher! Nulle besoin de trouver un terrain d'entente! De toutes les façons, il est impossible d'assurer à ce stade le fonctionnement normal de ces deux boulets!
Réponse de le 19/12/2019 à 20:07 :
certes mais ils ont une capacité de nuisance trés importante, ils sont une poignée à bloquer ls trains, et ceux d'edf se mettent de façon totalement illégale à couper le courant (sabotage).

si ces administrations sont ingouvernables, il faut privatiser pour que le client citoyen ait le choix et arréte de subir ces gréves et ponctions sur nos impots sans aucun controle.

C'est un abus de position dominante (monopole) en autogestion débridée. Les agents de la maintenance sncf travaillent 165j/an, les conducteurs de TGV sont tellement équipés qu'à la retraite ils retravaillent dans des sociétés de service qui louent leurs service à la sncf, les agents de la sncf passent tous cadres pour la paix sociales de la dernière réforme (80% !!), etc etc...

notre usine fantome avec dépenses maximales pour résultats les plus mauvais..
Y a t il un manager et un gestionnaire dans l'avion ? même question dans toute administration et pour les politiques..sinon on n'aurait pas nos mille feuille, 42 régimes spéciaux...etc etc...
a écrit le 19/12/2019 à 14:55 :
Les organisateurs de ces grèves feraient bien de rester dans la légalité, car la prison par la case justice est une option disponible, qu'ils ne l'oublient pas, la culpabilité par complicité passive ou active est une notion très bien définie.
Réponse de le 19/12/2019 à 15:12 :
Il y a d'autres motifs que de manacer les grévistes de poursuites et l'on aimerai bien que cela s'applique pour d'autres ......
a écrit le 19/12/2019 à 14:52 :
300 milliards de retraites
black rock en embuscade a placé ses pions depuis deux ans, les macrons phillipes et consorts iront toucher leurs dividendes dans quelques années lors de leurs retours dans le privé.
et tous, au lieu d'une retraite assurée, votre argent sera joué à la roulette de la bourse ....
Réponse de le 19/12/2019 à 18:00 :
Comment dans une retraite à répartition, un fond de private equity aurait son rôle à jouer? On attend avec empressement vos explications de financier aguerri.
Réponse de le 20/12/2019 à 12:54 :
RÉPONSE A TOTOTITI - tout simplement en créant un déficit (par ex : suppression des cotisations sociales , ou en pompant les caisses) et on appauvrit les caisses de retraites puis on vous propose petit à petit des assurances privées (loi pacte) qui sont allégées de toute taxe, ou bien, encore, l'on baisse la valeur du point ce qui implique une baisse de vos retraites et l'on vous dirige de nouveau vers les caisses privées; puis les politiques qui font cela retournent dans le privé et vont pantoufler chez black rock par exemple pour toucher les dividendes de lors actes; n'oubliez pas 2008, combien d'anciens retraités us sont repartis au boulot après 75 ans, nettoyés à la bourse, car c'est au grand loto de la bourse que votre investissement retraite se joue......
Réponse de le 21/12/2019 à 12:17 :
@makhno 20/12/2019 12:54
Votre raisonnement est difficile à comprendre: qui supprime les cotisations sociales ?, qui pompe dans les caisses ?
Envolées lyriques typiques de NPA, LCR, LFI, PC et consorts (y compris sputnik) ....
Cordialement
a écrit le 19/12/2019 à 14:02 :
Laurent Pietraszewski qui remplace Delevoye est soit disant un novice. Moi, je le crois, c'est un patron au Chapeau Haut de Forme, couvre chef qui va redevenir à la mode en France. Mais, je suis sûr et certain que cet homme de bonne éducation et de bonne moralité à lu et apprécié Les Misérables, l'oeuvre originale: Jean Valjean est l'un des principaux personnages du roman Les Misérables de Victor Hugo
a écrit le 19/12/2019 à 13:37 :
Une solution d'attente est possible, commencer à supprimer les régimes spéciaux SNCF,EDF et d'autres. C'est bien là qu'il y a injustice. Après réformer l'ensemble du système à tête reposée.
a écrit le 19/12/2019 à 12:54 :
La Ggt communiste jouit à la fois de deux privilèges : le sovietisme , pour organiser le sabotage économique, et le capitalisme quand il s'agit de défendre les privilèges exorbitants de leurs ouailles ( comme le chauffage et la climatisation gratuits pour les agents EDF et leurs familles, retraités compris).
a écrit le 19/12/2019 à 12:54 :
La Ggt communiste jouit à la fois de deux privilèges : le sovietisme , pour organiser le sabotage économique, et le capitalisme quand il s'agit de défendre les privilèges exorbitants de leurs ouailles ( comme le chauffage et la climatisation gratuits pour les agents EDF et leurs familles, retraités compris).
a écrit le 19/12/2019 à 11:53 :
La réforme Delevoye n'est que l'application des "GOPÉ" fixées par la Commission européenne en application des traités européens.

Contrairement à ce qu’affirme la prétendue « opposition », FI et RN en tête, la « réforme » - comprendre le saccage – des retraites n’est pas une idée de Macron et de Philippe mais une exigence de la Commission européenne.

Elle est formulée depuis plusieurs années dans les rapports annuels des « Grandes orientations des politiques économiques » (GOPÉ) en application de l’article 121 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne dont le but prétendu est d'assurer la viabilité de l'euro à long terme en imposant des mesures de "convergence économique" entre les États membres.

Les GOPÉ publiées en 2018 précisaient en particulier que « l’alignement de différents régimes de retraite des secteurs public et privé réduirait de plus de 5 milliards d’euros les dépenses publiques à l’horizon 2022 » et préconisaient en conséquence d’« uniformiser progressivement les règles des différents régimes de retraite ».

Cette recommandation a été reprise à l’identique dans les GOPÉ pour 2019 et 2020 où il est également indiqué que « la réforme prévue du système de retraite pourrait aider à alléger la dette publique ».

Il y a d' ailleurs un avant GOPE en 2016 et un après dès ..aujourd' hui pour Macron dans l' excellent "Protéger les retraités ? Macron a menti ! La preuve"

Le macronisme est définitivement l' acceptation d' une ligne politique européiste qui ne dit pas son nom et qui impose sa ligne sur tous les sujets, dans le prolongement du sarkozisme et du hollandisme ; que vous ayez voté à droite ou à gauche ou au centre avec le dernier venu Macron, vous subissez le double anéantissement installé et poursuivi par l' oligarchie euro atlantiste à la seule fin de régaler le 1 %.
Il n' y aura pas de solution sans Frexit, UPR, vite.
Réponse de le 19/12/2019 à 12:42 :
Arrêtez de vous cacher, ce n'est pas moi le responsable, c'est la commission européenne qui veut détruire .. . Celle-ci ne dit que ce que vous demandez de dire ...
a écrit le 19/12/2019 à 11:50 :
Quand les médias auront fait leur travail en révélant enfin l'impact de l'intégration totale des primes dans les retraites des hauts fonctionnaires et de la catégorie A, la base va vraiment comprendre la perversité que la réforme va induire dans les inégalités des retraites de la fonction publique.
a écrit le 19/12/2019 à 11:40 :
Le gouvernement a provoqué cette crise, il aurait du attendre janvier 2020 pour lancer ce genre de débat de société qui vise à appauvrir les jeunes générations déjà pénalisées par le chômage de masse et l'émergence de l'esclavage nouveau.

Mes voisins sont d'accord avec moi, on a fait une erreur

on a voté macron, il est relativement seul avec quelques comédiens bavards qui acceptent des postes ministériels pour leurs carrières personnelles ;

en même temps, macron a nommé un 1er ministre ex ump défroqué qui s'avère être d'une grande maladresse, désordonné dans ses actions,

bref un clône du Juppé des pires années, droit dans ses bottes, arque-bouté sur ses erreurs d'analyse ... qui nous mène droit dans le mur.

on va devoir identifier les candidats macroniens cachés aux élections municipales pour ne pas renouveler nos erreurs, voter utile sera d'écarter les macroniens déclarés, les macroniens cachés derrière des affiches trompeuses "sans étiquette" et les candidats étiquetés autres mais qui seront soutenus par macrons;
a écrit le 19/12/2019 à 11:25 :
A mon avis ce n'est que le tout début d'une négociation sérieuse car les gouvernants commencent tout juste à frémir des genoux et il en faudra plus pour qu'ils sentent que le sol
leur échappe . A mon avis faut étendre cette grève , car le sujet est sérieux . Le privé devrait
débrayer et ne pas attendre que tout leur tombe dans le bec tout cuît.
Réponse de le 19/12/2019 à 13:25 :
Je ne souviens pas vous avoir vu faire grève quand pour le privé on est passé de 38,5 à bientôt 43 ans. Alors je vous laisse deviner notre réponse.
Réponse de le 19/12/2019 à 16:02 :
le prive part en moyenne à + de 63 ans , alors l'age pivot, il s'en fout
le privé calcule sa retraite sur les 25 ans,
le privé cotise plus que le public; ,à rémunération égale
le privé , c'est 82% des retraités et des actifs.
et qui commence à en avoir sérieusement marre de faire 99% des efforts
semble t'il...
Réponse de le 19/12/2019 à 16:03 :
le prive part en moyenne à + de 63 ans , alors l'age pivot, il s'en fout
le privé calcule sa retraite sur les 25 ans,
le privé cotise plus que le public; ,à rémunération égale
le privé , c'est 82% des retraités et des actifs.
et qui commence à en avoir sérieusement marre de faire 99% des efforts
semble t'il...
a écrit le 19/12/2019 à 11:24 :
Donc l'amélioration de la circulation des trains et métro commence à se faire sentir mais le trafic reste très perturbé, d'autant qu'on part de très loin : c'est ça la réalité ...
a écrit le 19/12/2019 à 11:16 :
il ramene toujours la question budgetaire !!!!!!des l'entree de son mandat a il a augmente la csg maintenant qu'il pioche du cote economies en commençant par les retraites des elus,puis les regimes spéciaux on ne peut pas appeler travail penible un cheminot qui ne fait que 31 h et part à 52 ans.
IL est evident qu'ayant plus de retraites que d'actifs les recettes doivent etre autres que sur les salaires mais quand l'etat absorbe 56 % du PIB on peut faire des economies.ELUS privileges anciens chef d'etat ,premiers ministres etc etc tous ces elus avec chauffeurs ; tous ces comites theodule CHOQUANT EN CE MOMENT MACRON DISTRIBUE DES CHEQUES SANS DIRE COMMENT IL FINANCE !!!!!
a écrit le 19/12/2019 à 10:42 :
pourquoi essayer de discuter avec des BORNES et d'office contre , sans avoir appronfondis le texte en discution et proposition depuis 2 ans ils n'ont pas progresser et n'ont pas fait des propositions concretes les syndicats sont juste la pour essayer de montrer qu'ils "existent" et pour em" er le monde
comme les parti dit de gauche on ronronne sur nos "acquis" mais la vie a changer autour et onne fait pas de propositions constructives facile de dire y qu'a faire payer l'etat ! y a plus d'argent en caisse ,les patrons ,qui augmenteront le prix des produits et on est plus competitif
Réponse de le 19/12/2019 à 11:19 :
Vous êtes l'image de l'informé de ce système , la réalité est ailleurs , il y a de l'argent et les caisses sont loin d'être vides . Le gouvernement cherche à mettre la barre d'ajustement des marchés financiés en contractant la masse des retraites , si l'on suit l'idéologie la leur ! assumée , les salaires resteront bas pour longtemps et les retraites diminueront du fait de l'inflation provoquer par le pouvoir dans ces taxes et impôts. D'ailleurs aucune revalorisation sérieuse n'a été faite depuis 12 ans sur les pensions .Les plus riches le deviennent de plus en plus et le petit peuple se flagelle avec les informations tronquées de ce pouvoir .
Réponse de le 19/12/2019 à 13:04 :
@Benoit : votre première phrase discrédite le reste de vos propos. Vous allez bientôt nous parler d'une cagnotte !
J'ai peur que de très nombreuses personnes évoluent encore sur des schémas datant des Trentes Glorieuses.
Mais ouvrez les yeux, regardez ce qu'il se passe ailleurs si vous n'arrivez pas à réaliser ce dont nous avons besoin ici.
Réponse de le 19/12/2019 à 13:51 :
@ Benoit: Quand on vous lit, on croit entendre Georges Marchais.Il suffirait de prendre l'argent là où il y en a. Mais bosser dès l'école et prendre des risques pour lancer son affaire, ça n'a pas l'air de vous venir à l'esprit. La CGT c'est le monde de tous les possibles: surtout piquer l'argent des autres et bosser le moins possible. Je bosse selon mes moyens (doucement le matin , pas trop vite le soir et le moins d'années possibles), mais je veux un salaire et une retraite selon mes besoins. Comment financer tout ça ? C'est pas mes oignons, il n'y a qu'à piquer aux voisins.
Réponse de le 19/12/2019 à 23:04 :
la france est riche de 2400 millairds de dette, 100 milliards de déficit budgétaire, 70 du commerce extérieur, et avec notre record d'impôts et charges qui asphyxie le sménages et les entreprises et rend toute reprise impossible, d'où notre chomage de masse.
L'autre particularité de la France c'est le niveau de dépenses publiques maximales pour des résultats les plus mauvais. En cause nos milles feuilles administratifs et politiques (620 000élus !!!), nos comissions, conseils , les salaires des hauts fonctionnaires, et surtout tous les gaspillages, voir les rapports de la cour des comptes, de l'ocde, ifrap. : au moins 240 milliards d'économies à condition de réformes ces usines à gaz.

ET donc de quoi revenir à une forte croissance en pouvant baisser de façon drastique les impots et charges et donc d'aller vers le plein emploi.

mais la gauche au nom de la générosité, commence toujours par détruire le secteur marchand et productif pour distribuer l'argent qu'on n'a pas mais en creusant les déficits, ce qui provoque encore plus de chomage par effets induits. l'antisocial par définition.

L'urgence est à moderniser, rationnaliser cette usine fantome et les retraites avec ces horreurs de régimes spéciaux qui nous coutent 7 milliards d'impots fait partie de ces urgences.
a écrit le 19/12/2019 à 10:42 :
Et pendant ce temps le ministère du travail "autorise " les chauffeurs de bus "Macron" et similaires à rouler 2 h de plus par jour (en plus des 10 h possibles )etc ..sans toutefois dépasser 56 h par semaine ou 90 h par quinzaine .
"Autorise " veut dire en fait " contraint " car ces chauffeur ne pourrons se soustraire aux sollicitations de leur employeurs .
Nous revoilà donc revenu au 19ième siècle avec des journées de 12 h ou au milieu du 20ième avec des semaines de 45 h .C'est inhumain et cela augure bien de ce qui nous attend avec ces soit disant s accords qui seront contournés allégrement .
Ecoeurant .

Tout ceci sans parler des risques d'accidents du à la fatigue . Accidents qui frapperont chauffeurs , passagers , autres usagers de la route etc...
a écrit le 19/12/2019 à 10:27 :
On ne parle jamais de l'Agirc/Arcco mais le gouvernement a bien l'intention de ponctionner la caisse des cadres et salariés pour financer son régime universel. 71 milliards qui sont économisés pour assurer une pension correcte aux cotisants.
Ce régime universel ressemblera à la sécu, un gouffre toujours en déficit et mal géré.
Une chose est certaine, les jeunes doivent abandonner l'idée qu'ils auront des pensions
correctes et vont devoir financer leur retraite.
a écrit le 19/12/2019 à 10:07 :
Pourquoi appliquer cette réforme a des générations qui payent ou vont payer des prestations de retraites dont eux mêles ne bénéficierons pas?
Quelle en est la légitimité ?
Silence assourdissant des journalistes qui devraient ourvrir le sujet ...
Quelle légitimité peut annihiler le contrat de travail qui prévoit des dispositifs de retraite ( RATP SNCF etc..)
Les salariés concernés devront ils poursuivre l état et leur société respective pour non respect de leur contrat de travail? Encore une question passée sous silence ... à suivre
Réponse de le 19/12/2019 à 10:39 :
J'ai une petite question toute bête à vous poser.
Quand je suis rentré sur le marché du travail les retraites étaient calculées dans le privé sur la moyennes des dix meilleures années.
Sous Balladur je suis passé à vingt cinq ans sans que cela dérange les salariés du public.
Alors pourquoi le privé devrait-il se bouger le c...pour des gugusses qui en plus ont la sécurité de l'emploi ?
a écrit le 19/12/2019 à 10:06 :
Pourquoi appliquer cette réforme a des générations qui payent ou vont payer des prestations de retraites dont eux mêles ne bénéficierons pas?
Quelle en est la légitimité ?
Silence assourdissant des journalistes qui devraient ourvrir le sujet ...
Quelle légitimité peut annihiler le contrat de travail qui prévoit des dispositifs de retraite ( RATP SNCF etc..)
Les salariés concernés devront ils poursuivre l état et leur société respective pour non respect de leur contrat de travail? Encore une question passée sous silence ... à suivre
a écrit le 19/12/2019 à 9:57 :
Ce conflit est un grand exercice des syndicats qui n'ont pas beaucoup brillé ces dernières années. Pour eux c'est un problème de leadership entre eux sur le dos des citoyens. Les régimes de retraites évolueront aussi bien dans leur mode calcul que dans les taux de cotisation, pas la peine de faire des calculs à 20 ans d'échéance, cela ne vaut rien.
a écrit le 19/12/2019 à 9:54 :
Pas d'inquiétude chacun auras pris ses dispositions pour éviter d'être pris de cours, seul le gouvernement et surtout son président pensent a leur "congés" sur les pentes enneigées!
Réponse de le 19/12/2019 à 10:15 :
Des millions de français vont partir en vacances de Noël sur les pentes enneigées !
Réponse de le 19/12/2019 à 10:41 :
AURA ira aussi. Il n'y pas que les pentes qui sont .........
a écrit le 19/12/2019 à 9:49 :
la rue prend fait et cause et soutient les grèves pour avoir laissé pourrir la situation.. sur faux prétexte la division n a pas fonctionnée ! personne n est dupe et tous concernés. les urnes se souviendront pour eux le sens commun n existe pas toute supériorité devient un exil

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :