Retraites : les syndicats divisés, une nouvelle semaine de mobilisation en vue

 |   |  665  mots
Le leader de la CFDT, Laurent Berger estime que le retrait de l'âge pivot à 64 ans de la réforme des retraites est une victoire mais comporte une part de risque.
Le leader de la CFDT, Laurent Berger estime que le retrait de l'âge pivot à 64 ans de la réforme des retraites est "une victoire" mais comporte "une part de risque". (Crédits : Charles Platiau)
Alors que les syndicats réformistes saluent la main tendue par le gouvernement, qui s'est dit disposé à retirer, sous conditions, l'âge pivot de 64 ans du projet de réforme des retraites, les membres de l'intersyndicale continuent à réclamer le retrait de ce projet et appellent à la poursuite de la mobilisation.

L'intersyndicale opposée à la réforme des retraites du gouvernement appelle à une nouvelle journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations le 16 janvier, la 6e depuis le début du mouvement le 5 décembre.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, s'est dit samedi "disposé à retirer", sous conditions, l'âge pivot de 64 ans du projet de réforme des retraites dans un courrier aux partenaires sociaux, un geste bien accueilli par les syndicats réformistes, l'Unsa et la CFDT.  Mais les membres de l'intersyndicale formée de la CGT, FO, la FSU, Solidaires, la CFE-CGC et trois organisations de jeunesse continuent à réclamer "le retrait de ce projet".

"Suite aux annonces d'aujourd'hui, non seulement l'âge pivot n'est pas retiré, mais en plus le Premier ministre confirme sa détermination à reculer l'âge de départ à la retraite en refusant toute augmentation de cotisation sociale", écrivent-ils dans un communiqué.

L'intersyndicale appelle à manifester le jeudi 16 janvier

En conséquence, l'intersyndicale appelle à "organiser des actions de grève, de convergences interprofessionnelles sur tout le territoire, en rejoignant massivement par la grève le mouvement le 14 janvier".

Elle appelle également à "poursuivre les actions et la mobilisation le 15 et à faire du 16 une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grèves et de manifestations". Ce sera la 6e après celles des 5, 10 et 17 décembre, 9 et 11 janvier, qui a réuni 149.000 manifestants selon le ministère de l'Intérieur et 500.000 personnes selon le décompte de la CGT.

Dans une interview au Journal du dimanche, le leader de la CFDT, Laurent Berger a pour sa part estimé que le retrait de l'âge pivot à 64 ans de la réforme des retraites est "une victoire" mais comporte "une part de risque" et il va falloir "passer aux travaux pratiques" pour assurer l'équilibre financier du régime, a-t-il souligné.

"Une victoire" pour la CFDT, qui veut passer "aux travaux pratiques"

"Le gouvernement a fait un geste, et nul ne peut le contester. Mais ce retrait n'est pas un chèque en blanc. Pour la CFDT, le retrait de l'âge pivot est une victoire, mais c'est aussi une part de risque", avertit Laurent Berger dans le JDD"Maintenant, le travail commence et il va falloir poursuivre notre action pour faire valoir nos propositions et revendications. On a perdu un temps précieux depuis un mois", regrette-t-il.

Les partenaires sociaux devront trouver un accord d'ici fin avril sur l'équilibre financier du système, sans quoi l'exécutif reprendrait la main. Un délai jugé "ambitieux" par Laurent Berger, pour qui "il va falloir passer aux travaux pratiques" et qui en appelle "à tous ceux qui seront autour de la table pour garantir l'équilibre à long terme du système de retraite".

"Nous sommes passés d'une logique d'affrontement à une logique de dialogue avec le gouvernement. L'approche comptable et court-termiste a été abandonnée", se réjouit-il, estimant qu'il s'agit d'une "victoire de la CFDT, mais aussi de l'Unsa et de la CFTC".

Le Medef participera "pleinement" à la conférence de financement

Du côté du patronat, le Medef s'est dit satisfait et prêt à participer "pleinement" à la conférence de financement des retraites pour "trouver les mesures d'âge justes".

"Le Medef s'engagera pleinement dans la conférence de financement afin de trouver les mesures d'âge justes assurant l'équilibre financier du système de retraites à court, moyen et long terme", a réagi l'organisation patronale dans un communiqué, après l'envoi du courrier du Premier ministre Edouard Philippe aux partenaires sociaux.

"J'ai reçu la lettre de @EPhilippePM sur le financement des retraites. Il exclut clairement la hausse du coût du travail comme solution de financement. Nous participerons donc à cette conférence dans un esprit de responsabilité", a aussi réagi sur Twitter le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.

Dans un entretien au Journal du dimanche, le patron des patrons réclame aussi la fin des grèves: "Il est temps que ça s'arrête".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2020 à 9:41 :
Rien n'a changé. c'est de la poudre aux yeux !
On calcule les retraites sur 42 au lieu de 25 ans = perte de pouvoir d'achat
On pique l'argent des réserves du privé pour financer le public = SPOLIATION/VOL !
On ne supprime pas les régimes spéciaux puisqu'ils deviennent Spécifiques !
Alors qu'universel (définition du dictionnaire) est quelque chose qui s'applique à tous sans exceptions ni spécificités !
Et le pipeau de l'age pivot retiré provisoirement mais qu'on va nous refiler dans 3 mois, personne n'y croit !!! Souvenons nous de la réforme de l'UNEDIC où on massacre les cadres alors qu'on laisse des privilèges éhontés aux intermittents du spectacle !!!
Cerise sur le gâteau : la CFDT (son chef) est contente. L.Berger devrait faire attention à ne pas signer n'importe quoi, il va perdre beaucoup beaucoup d'adhérents !!!
a écrit le 13/01/2020 à 9:19 :
En parlant de retraite.


Carlos Ghosn poursuit sa contre-attaque. Dans un entretien accordé au Figaro depuis Beyrouth, l’homme d’affaires a confirmé une information relayée par plusieurs médias ces derniers jours : il va bien attaquer Renault en justice. Le but : réclamer ses droits à la retraite. "Je réclame mes droits à la retraite ainsi qu’à tous les droits qui me sont acquis. J’ai d’abord voulu que cela se règle de façon amiable. Chacun connaît les conditions dans lesquelles j’ai dû quitter Renault : j’étais emprisonné ! Mais, que je sache, il existe un droit en France, il existe une justice. La façon dont tout cela s’est déroulé à ce moment-là sera connue", assène Carlos Ghosn dans les colonnes du journal, ajoutant concernant sa démission de Renault, qui remonte à janvier 2019 : "C’est une farce !"
L’homme d’affaires réclame sa retraite chapeau de 774.774 euros par an. Une retraite à laquelle il ne pourrait pas prétendre en raison de sa démission, selon la loi française. Une démission qu’il conteste donc : il avait déjà déclaré lors de sa conférence de presse du 8 janvier qu’il s’agissait d’un "travestissement de la réalité". "Je défendrai mes droits en tant que personne qui a travaillé autant d’années, qui a rendu autant de services et qui a droit à une retraite", avait-il déclaré devant les médias. Du côté de Renault, l’attitude de Carlos Ghosn, avec qui les échanges se sont multipliés ces derniers mois, "ne passe pas", selon Le Figaro.Les deux parties pourront bientôt s’expliquer devant la justice. Le journal assure que l’ancien PDG du groupe automobile a saisi en référé les prud’hommes de Boulogne pour le paiement de son indemnité de départ à la retraite, estimée à 249.999,99 euros : une audience serait prévue fin février à ce sujet.
a écrit le 13/01/2020 à 8:36 :
En 2017, pendant sa campagne, Emmanuel Macron avait fait la promotion du modèle de retraite suédois avec son système par points mis en place en 2001. En Suède, plus on travaille longtemps, plus on s'assure une meilleure retraite et ce système incite les travailleurs à ne jamais s’arrêter en ne sachant pas quand il le faut vraiment. En Suède le taux de pauvreté des plus de 66 ans depuis le milieu des années 90 jusqu'à 2016 a augmenté de +7,1% contre -0,8% pour la France. Enfin, un ancien Premier ministre suédois aurait déclaré : « C’est le meilleur système de retraites au monde. Mais son seul petit défaut, c’est qu’il fait baisser les pensions ! ».
Réponse de le 13/01/2020 à 12:46 :
Et les quelques retraités suédois interviewés nous ont conseillé de ne surtout pas commencer à mettre le doigt dans l'engrenage de la retraite à points, c'est tout dire ... !
a écrit le 13/01/2020 à 7:55 :
Les salariés du privé sont quasiment absents des grèves. Les usines ne sont pas occupées comme en mai68. Seuls les fonctionnaires se retrouvent dans la rue. C'est la vieille opposition public- privé. La CFDT et L' UNSA qui ont une forte représentativité dans le privé ont pris leur responsabilité en conformité avec leurs mandats. Les fonctionnaires CGT-FO .e représentent nullement les salariés majoritaires du secteur privé.
a écrit le 13/01/2020 à 7:37 :
Ce gouvernent est composés de "bonimenteurs" Retrait provisoire de l'âge pivot. Alors qu'il est demandé sa suppression. C'est comme pour le rétablissement de la vitesse à 90km/heure sur nos route. Oui, mais je ne suis pas responsable et si un tracteur se trouve sur la chaussée , on reste à 80km/heure etc Les Présidents des conseils Généraux seront mis en prison s'il y a des blessés et des morts dans leur département. C'est cela le LREM!
a écrit le 12/01/2020 à 22:53 :
La CFDT va encore vendre les salariés pour une poignée de cacahuètes comme à son habitude. Franchement crier victoire suite au retrait provisoire de l'age pivot c'est prender les français pour des c... pour ne pas dire plus.
a écrit le 12/01/2020 à 22:49 :
La CFDT va encore vendre les salariés pour une poignée de cacahuètes comme à son habitude. Franchement crier victoire suite au retrait provisoire de l'age pivot c'est prender les français pour des c... pour ne pas dire plus.
a écrit le 12/01/2020 à 22:23 :
Un conflit qui tourne au ridicule, des pseudo négociations.. Les responsables syndicaux n'ont-ils rien de plus intelligents pour le Pays à faire?
a écrit le 12/01/2020 à 18:30 :
Une rumeur fait écho de l'utilisation 49.3 pour imposer sa loi rapidement, il semblerai qu'annuler les élections des "maires", faute de trêve, soit plus intéressant pour cacher l'échec complet!
a écrit le 12/01/2020 à 18:20 :
Un mouvement qui part en vrille , des syndicats ayant peu d'adhérents ne peuvent pas organiser une riposte digne de ce nom . Faible pourcentage de grévistes que ce soit dans l'EN ou à la SNCF , des manifs peu imposantes , en somme un manque d'ardeur , les Français pensent à autre chose mis à part les engagés . Lorsque ce sont toujours les mêmes qui passent à l'action celle ci est vouée à l'échec .
a écrit le 12/01/2020 à 18:05 :
pas de division a avoir
qu'on confisque leurs chateaux et leur sale fric, et les retraites sont financees pour un certains temps encore sans que ca coute rien a personne, vu que leur fric est vole sur le dos laborieux des salaries exploites sur leur dos volé par des syndicats qui profitent a leur plus grand profit ultracapitaliste de ceux qui n'ont pas de CE, et s'en fourrent plein leurs fouilles profondes avec la fromation
a écrit le 12/01/2020 à 17:45 :
Alors que les syndicats réformistes saluent la main tendue par le gouvernement,

il n'y a pas de syndicat réformiste, ce qu'il y a ce sont des officines chambres noires CFDT UNSA CFTC, chambres obscures avec lumière tamisée macronique.
a écrit le 12/01/2020 à 16:36 :
Les néo libéraux voudraient voir le retour de la lutte des classes qu'ils ne s'y prendraient pas autrement.
La façon dont les syndicats, les classes populaires sont traitées par ce gouvernement, tellement violente et manichéenne, qu'il ne faudra plus s'étonner si les désordres, la contestation, la violence s'amplifient en plus de faire le jeu des extrêmes, particulièrement de droite.
Réponse de le 12/01/2020 à 17:26 :
Le clivage qui doit subsister va se traduire par l' opposition des partisans du maintien dans l' UE contre les partisans du Frexit comme au RU.

Il n' est plus temps de perdre son temps dans des débats stériles. Pour ma part l' absence de résultat de la France et de la France dans l' UE est à relier à la perte de souveraineté tant l' UE autoritaire des 27 est un boulet pour l' économique et le social, qui a échoué pour les multiples raisons qu' analyse et développe l' UPR et qu' il convient de quitter par l' article 50 et le Frexit.
Réponse de le 13/01/2020 à 11:14 :
@reponse de Bouli
Le Frexit est peut-être ce qui arrivera. Personnellement, je n'y suis pas favorable.
L'union fait la force quand il y a une vraie union et je pense qu'il faut persévérer à créer une vraie Union.
Seule une Europe forte, unie pourra résister face à la Chine, la Russie, les US. Le RU a renoncé à l' Europe parce qu'il est depuis longtemps vassalise par les US.
a écrit le 12/01/2020 à 16:28 :
de toutes les crises que j'ai traversé dans ma période active, il y a toujours eu un syndicat qui approuve le gouvernement, alors les grévistes perdent toujours à ce petit jeu. La CFDT n'est pas fière, quittée une manifestation dès le début et se réfugier dans ses locaux veut tout dire
a écrit le 12/01/2020 à 16:27 :
de toutes les crises que j'ai traversé dans ma période active, il y a toujours eu un syndicat qui approuve le gouvernement, alors les grévistes perdent toujours à ce petit jeu. La CFDT n'est pas fière, quittée une manifestation dès le début et se réfugier dans ses locaux veut tout dire
Réponse de le 12/01/2020 à 17:20 :
Ce syndicat est le retour de l'église, c'est un syndicat religieux, l'église qui a toujours été de droite, ce sont nos mollah d'hier qui tentent de revenir par la fenêtre, au grand jour meme si je pense que les judeo chretiens se partagent le pouvoir dans ce pays et la loi de 1905 était une innovation, un changement pour que rien ne change en vérité... dans les coulisses.

Les prêtres Chrétiens ont toujours été les oratorés du pouvoir en place, des succes boules du pouvoir pour en récolter les ors... nements...
Ils sont chargés de rendre le peuple soumis, des veaux disaient de gaulle, dévots disent les cathos zombies de retour d'outre tombe !
a écrit le 12/01/2020 à 15:47 :
Encore une réforme mal faite, inadéquate, inapplicable, très coûteuse, qu'il faudra refaire à court terme si elle est imposée par ordonnance. Mal faite pour qatre raisons : 1. la vieillesse n'est pas la même pour tous. 2. le projet n'est pas connu suffisamment en détail à l'avance pour faire des simulations. 3. il n'est pas en l'état d'être discuté avec les intéressés pour en comprendre toutes les implications pratiques qu'ils sont seuls à pouvoir détecter dans la diversité. 3. le gouvernement entretient l'agitation populaire avec des rumeurs pour épuiser la résistance. Nous somme loin de la démocratie, gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple. La méthode de gouvernement Macron apparaît totalement immature et ne donne pas l'impression d'être mise en oeuvre dans l'intérêt du peuple, mais seulement pour honnorer une vague promesse électorale qui ne sert qu'à être élu, bien à lui ou ses yeux ou à son clan. Quelle que soit sa fortune, aucun actif ne souhaite prendre en charge directement ses vieux parents en plus de payer des cotisations de prévoyance vieillesse, et ne souhaite devenir à charge de ses enfants dans ses vieux jours. Il lui faut des garanties réposant sur l'autonomie de la caisse de retraite, sa solvabilité, et sa gouvernance démocratique spécifique. Il est tellement facile pour ceux qui collectent des fonds à répartir, de prélever de belles rémunérations, en nombre et en montant.
a écrit le 12/01/2020 à 15:42 :
augmentation des complémentaires au premier novembre ( 3 euros ) de la provocation de nos hauts fonctionnaires !!!! toutes les erreurs faites quand ont monte un dossier CARSAT ) mal calculer à notre perte en permanence !!! aucun droit de faire une rectification toutes ses pensions perdu retourne bien dans les caisses de l' état !!!!
a écrit le 12/01/2020 à 14:59 :
Certains refusent de voir que bientôt il y aura un actif pour deux retraités , le système fondé dans les années 50 n' est plus viable , sauf pour les lobotomisés....La solution passe par la création d' emplois donc plus de cotisants si l' on ne veut touché aux cotisations, pensions et age de départ , le y a qu' a faut qu' on n' a pas sa place dans le débat . Lepen/ Mélenchon mettent de l' huile sur le feu a des fin s électorales les retraites ils s' en foutent .
a écrit le 12/01/2020 à 14:33 :
L'ETAT qui consomme 56 % du PIB ET a augmente la CSG ,devrait etre capable de financer les retraites sans augmenter les charges!!!!!!les autres pays ont mis la retraite en moyenne à 65 ans MAIS ils ne consomment pas 56 % DU PIB ;Le terme PROVISOIRE N'est pas acceptable il faut que l'etat fasse des économies, suppression elus ,fonctionnaires, voitures de fonction et leurs chauffeurs , comites Théodule ,nombre de ministres, régimes spéciaux; sans les transformer en régimes particuliers sous prefecture, la nouvelle agence bidon de l'ecologie ETC
a écrit le 12/01/2020 à 14:21 :
nos responsables de la politique non pas le sens du commun ! préfèrent ils de périr par abus de pouvoir ?
a écrit le 12/01/2020 à 14:09 :
François Asselineau était ce 11 janvier 2020 après-midi à la manifestation parisienne démarrant place de la Nation contre la réforme des retraites. Tous les syndicats de salariés avaient appelé à manifester, de même que le Conseil national des barreaux représentant les avocats que le président de l'UPR est allé soutenir. De nombreux Gilets jaunes étaient également présents.

Comme le matin à Saint-Maur-des-Fossés, l'accueil qu'il a rencontré a été non seulement très bon mais souvent très chaleureux. Nombreux ont été des manifestants affichant leur appartenance à des syndicats très variés (CGT, FO, SUD, CFTC, UNSA...) qui sont venus le saluer pour le remercier des analyses développées par l'UPR qui leur ont permis de comprendre les raisons profondes de la situation.

Aussi l'idée du Frexit progresse-t-elle vivement dans les esprits, d'autant que l'exemple britannique est suivi de près. Parmi les manifestants, François Asselineau n'a pas résisté à acheter un exemplaire d'un petit journal trotskyste ("le bolchevik") vantant les mérites.... du Brexit, images reprises sur UPR.fr ! Chose impensable il y a encore quelques mois. Comme quoi les mentalités évoluent très rapidement actuellement...
Réponse de le 12/01/2020 à 21:55 :
Asselineau et sa petite secte de farfelus n'a rien à envier aux sectes trotskystes.
a écrit le 12/01/2020 à 13:48 :
La retraite , ce sont les chinois qui en fixeront l'âge et le montant .
a écrit le 12/01/2020 à 13:42 :
je rigole la cfdt se gargarise d’avoir gagner et bien non il y a juste provisoire d'ajouter à l"age pivot on sait ce que provisoire veut dire dans 3 mois ce sera terminé quand cette conférence qui va amuser la galerie un temps ne debouchera sur rien ,le patronat ne veut rien entendre donc c'est classé mais macron a tellement accumulé de rancœur il va le payer un jour ou l'autre dans les urnes il faut que les grévistes ne cèdent pas il faut les soutenir
a écrit le 12/01/2020 à 13:20 :
Berger a gagné!On va tout droit vers une cotisation retraite en augmentation pour tous les corps de métier.C'est un jeu a somme nulle:ce que les cotisants perdent,les retraités le redistribuent en surplus de consommation.En vérité personne n'est gagnant,personne n'est perdant.
a écrit le 12/01/2020 à 13:15 :
Pour le financement des retraites notre premier ministre et donc son gouvernement dit: Pas touche aux pensions de retraite, pas touche à l'augmentation des charges sur le travail. Moi, je dis alors monsieur le Premier Ministre TAXONS LES ŒUVRES D ART pour financer le tout.
a écrit le 12/01/2020 à 12:31 :
C'est la première phase de l'opération division, on connait la chanson. Syndicats et gouvernement, les deux faces d'une même pièce oligarchique.

Nous manipuler est habituel et ne serait pas un problème si cela nous menait quelque part mais rien à l'horizon, que du sacrifice pour engraisser les paradis fiscaux de quelques uns.
a écrit le 12/01/2020 à 12:29 :
Le gouvernement voudraient faire croire qu'il y a des syndicats réformistes,

NUANCE, les Français ils constatent que le terme réformiste est une fake news, la CFDT CFTC UNSA sont plutôt des syndicats Déformistes, Régressistes.

quelles sont les professions qui manifestent contre le projet de déforme des retraites :

les Gilets jaunes toutes professions confondues
les salariés du privé
les salariés du public,
les services fiscaux,
les hôpitaux,
les maisons de personnes âgées,
les avocats
les comptables

bref la liste est infinie

donc la contestation n'est pas que de la sncf ou de la ratp, faut pas tout leur mettre sur le dos, certes ils sont soutenus massivement, même par les usagers qui sont gênés...

c'est cette écrasante majorité contestataire des Français qui justifie le retrait du projet Philippe Delevoye

pour le reste, faire croire qu'il s'agit d'un projet "universel" alors que Delevoye PHilippe remplacent régimes spéciaux par spécifiques ou particuliers, c'est prendre les Français pour des imbéciles ... les Français ne le pardonneront pas aux LREM et au MODEM qui abusent de leur pouvoir
Réponse de le 12/01/2020 à 21:59 :
Vous avez oublié dans votre liste les plombiers, les maçons, les boulangers, les bouchers, les postiers , les livreurs de pizza, les chauves et les hurluberlus .
a écrit le 12/01/2020 à 12:15 :
L'âge pivot est un leurre du gouvernement avec la complicité de la CFDT pour nous faire avaler tout le reste qui est bien pire !
N'oubliez pas que Laurent Berger a été nommé par ce gouvernement "Président de la Confédération Européenne des Syndicats !!!
Il a été donc mis à ce poste pour servir Macron et ľUE !!!
a écrit le 12/01/2020 à 12:13 :
Berger a joué la radicalisation pendant un mois. Qu'il aille au diable, il a perdu sa crédibilité à frayer ainsi avec les gauchistes de la CGT et de Sud...
a écrit le 12/01/2020 à 12:08 :
Berger va se déculotter et comme on s' y attendait à l' UPR pour ce président du moment de la CES -confederation européenne des syndicats- à ce poste pour lâcher au coup de sifflet du gouvernement et in fine, finir par cautionner une politique appétente à Bruxelles et donc à Macron, Cf Asselineau,"les syndicats Jaunes".. Le retrait provisoire de l’âge pivot est LA grosse ficelle, qui avait été concoctée depuis longtemps avec la CFDT, pour faire croire à un recul du gouvernement. Une sorte d’abcès de fixation bidon et prémédité, dont l’abandon permettrait de faire accepter la réforme en démobilisant les Français. La mobilisation doit continuer jusqu’au retrait de TOUTE la réforme des retraites. Car cette réforme est injuste, inutile, inopportune, et rejetée par la grande majorité des Français. Elle ne vise qu’à démolir le système de solidarité nationale à la française, appauvrir les retraités, promouvoir les retraites par capitalisation et enrichir les fonds de pension.
F Asselineau président de l' UPR rappellait hier soir que ce n’est pas aux Français d’obéir à Macron mais à Macron d’obéir aux Français !
a écrit le 12/01/2020 à 11:56 :
Vous définissez comme réformistes les syndicats qui jouent le jeux de la concertation et de la reformulation du projet; comment définissez-vous les autres car tout est affaire de mots: révolutionnaires? La CGT, la FSU animée par le courant Unité et Action, simple succursale de la CGT? Appelez donc un chat, un chat! Les Français dans leur grand majorité se reconnaissent-ils dans des organisations révolutionnaires? Il faut être clair!
a écrit le 12/01/2020 à 11:38 :
souvenez vous nicole notat maintenant berger c'est un syndicat à la botte de l’état il va le payer aux élections c'est un traitre
Réponse de le 12/01/2020 à 11:59 :
le peloton d’exécution? c'est ça que vous voulez? La CFDT joue son rôle de confédération indépendante des partis. Ce n'est pas le cas de la CGT qui signe des tribunes avec l'extrême-gauche Insoumis, PC et j'en passe
a écrit le 12/01/2020 à 10:54 :
Le Medef est le principal syndicat qui participera à cette réforme et qui cherchera bien évidement le plus a réduire les droits et retraites des travailleurs. Dans tout les cas les patrons pourront toujours cotiser comme ils le font déjà à l'étranger... Croyez vous que Ghon a cotisé le plus dans notre pays au risque de perdre sa retraite?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :