Retraites : le gouvernement retire provisoirement l'âge pivot

 |   |  783  mots
La volonté de compromis affichée par le gouvernement sur l'âge pivot ne se traduira pas forcément par l'arrêt des perturbations dans les transports car la CGT, FO et Solidaires réclament toujours le retrait pur et simple du projet.
La volonté de compromis affichée par le gouvernement sur l'âge pivot ne se traduira pas forcément par l'arrêt des perturbations dans les transports car la CGT, FO et Solidaires réclament toujours le retrait pur et simple du projet. (Crédits : Reuters)
Dans un courrier adressé samedi aux organisations syndicales et patronales, le Premier ministre Edouard Philippe indique être "disposé à retirer du projet de loi la mesure". La CFDT a salué la décision.

Le gouvernement est "disposé à retirer" provisoirement l'âge-pivot de 64 ans du projet de loi sur la réforme des retraites tout en conservant le principe d'un âge d'équilibre, a indiqué le Premier ministre Edouard Philippe dans un courrier adressé samedi aux organisations syndicales et patronales et dont l'AFP a obtenu copie.

"Pour démontrer ma confiance envers les partenaires sociaux, et ne pas préjuger de l'issue de leurs travaux concernant les mesures à prendre pour atteindre l'équilibre en 2027, je suis disposé à retirer du projet de loi la mesure de court terme que j'avais proposée, consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d'équilibre de 64 ans en 2027", a écrit le chef du gouvernement dans sa lettre, au 38e jour de la mobilisation contre cette réforme.

L'accord remis à une "conférence de financement"

Ce retrait est sous conditions: le Premier ministre propose qu'une "conférence de financement" soit réunie avec les partenaires sociaux pour "proposer les mesures permettant d'atteindre l'équilibre financier en 2027". Faute d'accord de cette conférence d'ici "la fin du mois d'avril 2020", le gouvernement prendra par ordonnance les mesures nécessaires pour atteindre cet équilibre en 2027, indique la lettre.

"Je veux être parfaitement clair sur ce point: je prendrai mes responsabilités", a insisté le Premier ministre.

Le chef du gouvernement propose par ailleurs que cette conférence, réclamée par la CFDT, soit animée par Jean-Jacques Marette, ancien directeur général de l'Agirc-Arrco.

Une "volonté de compromis" selon la CFDT

En estimant dans un communiqué qu'elle "marque la volonté de compromis du gouvernement", la CFDT a salué la décision. La centrale de Laurent Berger, favorable à la retraite par points mais fermement opposée à un âge pivot à 64 ans assorti de bonus-malus, "va poursuivre les discussions dans le cadre proposé pour répondre aux interrogations qui demeurent sur le futur régime universel", écrit-elle. La CFDT, premier syndicat en France et favorable au système universel par points, avait fait une "ligne rouge" de cet âge pivot incitant les Français à partir à 64 ans en 2027 sous peine de se voir infliger un malus.

"Le retrait de l'âge pivot est une bonne chose qui permet de discuter sereinement de l'équilibre", a abondé le secrétaire général de l'Unsa, Laurent Escure. "Cela va permettre d'avancer sur le reste de la réforme, pour obtenir des compensations, des garanties, des avancées", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le Medef s'est dit satisfait et prêt à participer "pleinement" à la conférence de financement des retraites pour "trouver les mesures d'âge justes".

Pour la CGT, "l'âge pivot est un leurre"

Mais pour le leader de la CGT Philippe Martinez, interrogé samedi en tête de la manifestation parisienne avant la publication du courrier du Premier ministre, "l'âge pivot est un leurre" qui "ne change rien à notre opposition à la réforme". Plus mesuré, son homologue de FO, Yves Veyrier, observait que "si on nous annonce un recul en tout ou partie sur l'âge pivot, ce sera le produit de la mobilisation".

La volonté de compromis affichée par le gouvernement sur l'âge pivot ne se traduira pas forcément par l'arrêt des perturbations dans les transports car la CGT, FO et Solidaires réclament toujours le retrait pur et simple du projet. Le Premier ministre avait en effet redit vendredi "la détermination du gouvernement" à présenter ce projet de système universel de retraite le 24 janvier en Conseil des ministres et de le soumettre à l'examen en séance publique à l'Assemblée nationale à compter du 17 février pour qu'il puisse être adopté avant l'été.

150.000 manifestants à Paris selon la CGT

Au 38e jour de mobilisation contre le projet de réforme, plusieurs dizaines de milliers de manifestants - 150.000 selon la CGT - défilaient samedi après-midi dans la capitale entre Nation et République. Tandis que selon le décompte du ministère de l'Intérieur, les manifestations contre la réforme des retraites ont mobilisé samedi 149.000 personnes dans toute la France, dont 21.000 à Paris.

Devant le cortège syndical bon enfant, plusieurs centaines de manifestants, dont certains masqués ou cagoulés, ont brisé des vitrines, saccagé une banque, incendié du mobilier urbain et jeté des projectiles en direction des forces de l'ordre, qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène. La police faisait part de sept interpellations à 17H30. D'autres manifestations avaient lieu partout en France.

L'intersyndicale, qui a appelé à poursuivre le mouvement avec une "journée de grève et de convergence interprofessionnelle" mardi, et des "initiatives déclinées sous toutes les formes" mercredi et jeudi, doit se réunir samedi après la manifestation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2020 à 13:14 :
Demande de démission du premier Ministre :
Suite à la polémique du micro ouvert , il devrait poser sa démission : ça serait plus sage et «  éthique « pour la continuité de sa carrière...
d’ailleurs il faudrait supprimer toutes cotisations rembourser les populations et l’état ne se mêle plus de nos retraites : c’est ça le bon plan .
a écrit le 13/01/2020 à 9:49 :
et si on parlait du sénat ou une employée qui travaille 2 ans et touche 1100 euros retraite voir capital hier soir et les questeurs les sénateurs 6 ans de travail 2700 de retraite ou est l'universalité la dedans et eux gardent leurs regimes
a écrit le 13/01/2020 à 9:45 :
Macron commence à coûter une fortune aux contribuables. Ce gouvernement vient de réaliser la prouesse de pérenniser les régimes spéciaux et de faire baisser les pensions à terme avec les 42 ans de cotisations. Sur les plateaux de TV , les affidés d'En Marche
prétendent que la réforme est un progrès. Décidément, faire parti d'un groupe majoritaire rend les individus aveugles, soumis et sans intérêt.
Réponse de le 14/01/2020 à 11:22 :
Le génial Macron est extrêmement brouillon :
- il ne travaille pas, il survole les dossiers,
- il n'aura pas mener 1 seule réforme à son terme avec une efficacité durable (ouverture à la concurrence du rail, réforme des retraites etc)

Ah si, "elles" ont eu la PMA !
a écrit le 13/01/2020 à 8:45 :
Si rien n’est fait notre système de répartition aura un déficit énorme pendant des décennies, il est évident que repousser l’âge de départ à la retraite est une évidence compte tenu qu’il n’est pas possible de demander plus aux jeunes générations .
Sinon les retraites vont baisser. La meilleure solution serait de mettre en place une part de retraite par capitalisation, beaucoup de français le font en économisant et en se privant aujourd’hui pour assurer leurs vieux jours
a écrit le 12/01/2020 à 19:41 :
Au regard des critiques comme celles de Gérard Larcher, la droite n'est pas prête de revenir aux affaires, incapable qu'elle est de proposer quoi que ce soit et se limitant à critiquer aussi stérilement "tout et n'importe quoi" que le RN. La démocratie souffre vraiment face au populisme démagogue de ses élus...
Réponse de le 13/01/2020 à 11:42 :
La démocratie souffre surtout de vouloir être sans le peuple. Voir contre lui.
En particulier dans une démocratie représentative il faut que les élus assurent le devoir de représenter le peuple et n'oublient par qui ils ont légitimité.
a écrit le 12/01/2020 à 15:48 :
Le gouvernement fait comme les apiculteurs,à la différence que les apiculteurs enfument les abeilles pour travailler et le gouvernement enfume les français pour les ba....
a écrit le 12/01/2020 à 11:15 :
ou comment rouler les gens dans la farine.A la finale cfdt unsa seront les dindons de cette farce.Les jounaleux de LCI et autre BFM ont plus de considération pour la recyclerie en marche que pour les opposants à macron il n'y a qu'à voir les questions posées en faveur ou defaveur des interlocuteurs en faces d'eux.
a écrit le 12/01/2020 à 10:55 :
Rien n'a changé. c'est de la poudre aux yeux !
On calcule les retraites sur 42 au lieu de 25 ans = perte de pouvoir d'achat
On pique l'argent des réserves du privé pour financer le public = SPOLIATION/VOL !
On ne supprime pas les régimes spéciaux puisqu'ils deviennent Spécifiques !
Alors qu'universel (définition du dictionnaire) est quelque chose qui s'applique à tous sans exceptions ni spécificités !
Et le pipeau de l'age pivot retiré provisoirement mais qu'on va nous refiler dans 3 mois, personne n'y croit !!! Souvenons nous de la réforme de l'UNEDIC où on massacre les cadres alors qu'on laisse des privilèges éhontés aux intermittents du spectacle !!!
Cerise sur le gâteau : la CFDT (son chef) est contente. L.Berger devrait faire attention à ne pas signer n'importe quoi, il va perdre beaucoup beaucoup d'adhérents !!!
a écrit le 12/01/2020 à 10:48 :
Tout ça pour ça! que de temps perdu! Emmanuel "Micron" c'et du Tatcher à la petite semaine!
a écrit le 12/01/2020 à 10:40 :
il est grand temps de renomer ce gouvernement
non seulement il devient le fossoyeur de la nation
mais en plus nous avons au pouvoir les deux plus grand illusionisme
car parler de retrait lorsque qu'il s'agit que d(un report.ces ce moquer des Français.l
a écrit le 12/01/2020 à 10:19 :
En tout cas LREM met le paquet ce matin ,rien que sur LCI, trois ministres à la file dont Penicaud avec surement un traducteur pour saisir ces propos.
a écrit le 12/01/2020 à 10:08 :
38 jours de grèves pour obtenir une sémantique des mots ! Âge pivot supprimé remplacé par PROVISOIRE et SPÉCIFIQUE les syndicats dits réformistes sont tombés dans le piège grossier tendu par ce GVT qui leur refile la patate chaude il devront aller à la pêche pour trouver 12 Milliards € ? Dans cette réforme régressive il y a beaucoup plus de perdants que de gagnants pas besoin d’avoir bac + 12 pour comprendre cela !
Réponse de le 12/01/2020 à 10:52 :
Les syndicats doivent avoir reçus un bagchiche du gouvernement pour dire "oui oui allez y mettez la nous..."
a écrit le 12/01/2020 à 9:58 :
je rigole la cfdt se gargarise d’avoir gagner et bien non il y a juste provisoire d'ajouter à l"age pivot on sait ce que provisoire veut dire dans 3 mois ce sera terminé quand cette conférence qui va amuser la galerie un temps ne rebouchera sur rien le patronat ne veut rien entendre donc c'est classé mais macron a tellement accumulé de rancœur il va le payer un jour ou l'autre dans les urnes il faut que les grévistes ne cèdent pas il faut les soutenirs
a écrit le 12/01/2020 à 9:38 :
unité syndical !!! vous avez dit unité ; la balle est dans leur camp avec une cgt buté et borné difficile de trouvé un compromis mais ils sont prevenus sans accord retour par ordonnance normale on ne va pas encore perdre son temps en discution sterile
a écrit le 12/01/2020 à 9:31 :
L'âge pivot n'a aucun sens , en revanche, 42 ans de cotisations au lieu de 25, c'est l'assurance d'avoir des pensions de retraite qui vont baisser significativement.
42 ans , c'est aussi la certitude de ne pas partir avec une pension pleine avant 67 ans.
a écrit le 12/01/2020 à 9:30 :
Provisoire !!!!!!!!tout est dit

il fera comme avec les 90 km h un decret inapplicable ;;;

comme pour l'assurance chomage il a pris soin de garder les privileges des intermittants

comment lui faire confiance ? le financement devrait etre assure puisque en arrivant )IL FAUT LE RAPPELER °) ILS ont augmente la CSG ;bien entendu il faut quand meme supprimer les privileges de régimes spéciaux mais comme avec les intermittants rien ne sera fait ils vont devenir REGIMES SPECIFIQUES
a écrit le 12/01/2020 à 8:59 :
suspension provisoire :! quel mépris apres tout ce gachis un test pour la réaction des concernés les jeunes sacrifiés et dupés
a écrit le 12/01/2020 à 7:54 :
Je ne comprend pas tous ces gens qui n'ont dans la vie qu'un idéal : être à la retraite.
Jeune et après je pensait au travail jamais à la retraite ni combien j'allais toucher à la retraite. de toutes façons personne ne peut le prévoir. Je pensait si peu à la retraite que je pensait que je serait mort avant.
Réponse de le 12/01/2020 à 10:15 :
C'est marrant ,mais j'en ai pas l'impression surtout quand je vois des pubs sur les sénoriales ou l'on nous montre des peaces and love préparer leur retraite dès les années 70 ,ils y pensaient eux, non ?
a écrit le 12/01/2020 à 1:58 :
Il faut annuler l’âge pivot et laisser libre les populations
Mettre juste un taquet : à partir de 60 ans pour tous et toutes.( un socle = une base )
Et après chacun chacune construit son projet de retraite.
Réponse de le 12/01/2020 à 11:15 :
Certes ,ce serait le top dans l'idéal.Mais trop de gens touchent une retraite trop importante par rapport a leurs cotisations,et il est délicat de corriger les déviances passées.La bete va se défendre.
a écrit le 12/01/2020 à 0:58 :
Un peu de pub pour un ancien de La Tribune: Romaric Godin.
Son dernier livre à lire absolument.
J'ai toujours été "raccord" avec les idées, les thèses, les arguments parfaitement documentés qu'il exposait. Par exemple que Macron a 40 ans de retard sur sa révolution Thatcherienne...et qu'il l'a fait à un moment où le néo libéralisme et le capitalisme triomphant arrivent à leur terme. La suite, c'est plus de pauvreté, de précarité, creusement des inégalités, mettre la pression sur les sans grades pour préserver les classes moyennes (les riches, merci, ils sont déjà servis à milliards). Résultat, des affrontements de plus en plus violents, d'où une répression plus violente, des lois liberticides, une demande de sécurité plus importante...et les regards qui se portent naturellement vers l'extrême droite. Ceci sera le résultat de la politique de Macron et du gouvernement Philippe.
Et le pire, c'est qu'ils connaissent ces conséquences, mais rien ne les arrête, soumis et inféodés aux forces qui les ont mises en place.
Ils trahissent la France et les Français... comme Pétain...et comme Pétain ils devraient comparaître pour trahison, forfaiture, jugés et reconnus coupables de leurs malversations.
a écrit le 11/01/2020 à 22:31 :
Que penser d'un gouvernement qui 2 années de suite est capable de faire descendre dans les rues les français, pendant plusieurs semaines , sont ils trop jeunes? sont ils trop sur d'eux et s'arc boute sur leurs décisions sans penser aux conséquences? En fait , je pense qu'ils sont anti personnes âgées ou retraités
Réponse de le 12/01/2020 à 7:51 :
Faire descendre dans la rue ? Personne n'oblige personne à descendre dans rue. Si les pavloviens de Martinez y descendent c'est leur affaire. Le Président candidat avait promis cette réforme, il s'y tient. C'est tout à son honneur.
a écrit le 11/01/2020 à 21:49 :
Les syndicats font partie de la Confédération Européenne des Syndicats (CGT-FO-CFDT-CFCT-UNSA), et ils reçoivent tous des subventions. Pour toucher des subventions il faut que cette confédération soutienne la construction européenne donc la politique de Macron.
Voilà qui sont les "défenseurs des travailleurs", des briseurs de grèves qui se couchent au moment opportun.
a écrit le 11/01/2020 à 21:45 :
Les plus grosses ficelles sont les meilleures : dès demain sur tous les plateaux de télé, les éditorialistes vont se relayer pour dire "les syndicats ont gagné, Macron a reculé. Bravo au grand homme d'état pour avoir su prendre cette décision courageuse !!!".
Pour enchaîner aussitôt par "il n'y a plus aucune justification à cette grève qui ruine le pays.
S' ils continuent c'est des terroristes !!!".
a écrit le 11/01/2020 à 21:18 :
Cette réforme des retraites gonfle...tout le monde.
Bâtir des raisonnements économiques et sociaux sur la fin de vie est peu enthousiasmant.
Il y aurait bien d'autres sujets d'avenir beaucoup intéressants à aborder et traiter.
Comment faire en sorte que tout le monde puisse travailler peu importe l'âge, le revenu étant soumis aux cotisations diverses et impôts ?
Comment concilier développement économique et contraintes imposées par le changement climatique et la mondialisation des échanges ?
Bref comment faire fonctionner une société au regard des véritables défis qui s'imposent désormais à elle ? That is the question.
a écrit le 11/01/2020 à 21:08 :
VICTOIRE ! L’âge pivot de 64 ans a été (provisoirement) retiré, les syndicats vont donc pouvoir « signer » et la réforme de la retraite par points va pouvoir être adoptée et ce n’est seulement quand cette réforme sera adoptée que les Français vont commencer à comprendre que le problème n’était pas seulement l’âge pivot mais le système de la retraite par points en lui-même, du moins ses particularités, et donc qu’ils se sont fait « couillonner ».
a écrit le 11/01/2020 à 21:06 :
Le gouvernement ne retire pas l'age pivot, il le renomme en age d"équilibre et accepte d'en repousser éventuellement la date de mise en œuvre de 5 années.

Ensuite, le courrier qu'il a adressé aux syndicats n'est pas une offre de négociation, c'est une lettre de cadrage qui bloque tout ce qui est contraire aux vœux de l'actuel gouvernement.
A savoir que l'équilibre financier doit être atteint obligatoirement et qu'il ne devra pas être réalisé en augmentant les cotisations. Ce qui ne laisse qu'une possibilité: repousser l'age effectif de la retraite...

Et qu'en cas d'échec des négociations, le gouvernement prendra autoritairement et arbitrairement la décision d'imposer un age pivot.

C'est un remake de la négociation du régime de retraite. Les syndicats sont priés de négocier avec un révolver sur la tempe. J'espère que Bergé va se réveiller, sinon c'est la fin de la CFDT.
a écrit le 11/01/2020 à 21:05 :
Le retrait provisoire de l’âge pivot est LA grosse ficelle, qui avait été concoctée depuis longtemps avec la CFDT, pour faire croire à un recul du gouvernement. Une sorte d’abcès de fixation bidon et prémédité, dont l’abandon permettrait de faire accepter la réforme en démobilisant les Français.
La mobilisation doit continuer jusqu’au retrait de TOUTE la réforme des retraites. Car cette réforme est injuste, inutile, inopportune, et rejetée par la grande majorité des Français. Elle ne vise qu’à démolir le système de solidarité nationale à la française, appauvrir les retraités, promouvoir les retraites par capitalisation et enrichir les fonds de pension.
F Aselineau président de l' UPR rappelle ce soir que ce n’est pas aux Français d’obéir à Macron mais à Macron d’obéir aux Français !
a écrit le 11/01/2020 à 20:58 :
Un projet de retraite universel bancal autour d'un pivot, c'est ce que proposait le gouvernement après avoir affamé pedant 5 semaine les partenaires sociaux pris dans une nasse placée sous la menaces d'une loi voilée. Le pivot disparaît et le projet s'effondre. Ce que les retraités du secteur privé du baby boom ont eu, c'est un malus de 50% pour prendre retraite à 60 ans au lieu de 65. La retraite devait récompenser une vie de labeur passée à reconstruire la France et à gravir les échelons de l'ascenseur social. Les retraités sont aujourd'hui mal considérés bien qu'ils soient nombreux à être investis dans le bénévolat : la retraite est le début de la mort.
L'age pivot fut aussi la permission des organisations pour se débarasser des personnels plus agés frappés d'obsolescence physique ou mentale. Mitterand l'avait mis à 54 ans. Toute cette histoire est complètement hors d'age.
Les actifs d'aujourd'hui ne s'imaginent pas commencer a mourir à 64 ans pour un vie dont l'espérance sera sous peu de 125 ans.
L'age de la retraite est une décision individuelle qui doit être opposable à l'employeur et à la caisse de retraite. Chaque année pourra être calculé l'age pivot moyen statistique des points de retraite en circulation afin de prévoir l'équilibre financier et le prix d'achat des points. Ce n'est pas sorcier de gérer un fonds Ponzi libellé en points. Les entreprises doivent apprendre à valoriser le travail des employés les plus agés avec des accomodements des conditions de travail, et la caisse de retraite permettre l'usage partiel des points retraite pour assurer un complément de salaire.
a écrit le 11/01/2020 à 20:36 :
Depuis 20 ans, l'on nous a seriné les oreilles en nous expliquant que nous sommes en guerre économique,

l'adversaire c'est la finance ...!

Depuis le début des manifestations pour la retraite, ca a commencé avec les groupes des gilets jaunes, puis c'est toujours en cours après 1mois et demi de grèves ...

La France a connu des conséquences dramatiques, du jamais vu depuis le dernière guerre mondiale de 39-45

les policiers hyper protégés ont tiré à tirs tendus sur des citoyens sans défense et sans protection,

des Français ont été délibérément tués, par armes ou par des moyens physiques qui relèvent de tortures,

les membres du gouvernement Philippe qui ont soutenus la répression meurtrière du ministre de l'intérieur Castaner, les Préfets qui ont donné les ordres, et les commandants qui ont exécutés ces ordres contre le Peuple,

ces précités connaîtront tôt ou tard des poursuites devant des Coures d'Assises Ad Hoc et devront répondre de leurs actes, de leur soutient aux actes des pires, et pour certains d'avoir nier les réalités et participer en générer et entretenir une guerre des classes au profit de l'ennemi

l'ennemi, c'est la finance ...!

comme Maurice Papon, Préfet, maire, député, ministre,
comme Paul Touvier
comme Pierre Laval
comme Klaus Barbie

René Bousquet lui a connu un tout autre sort...
a écrit le 11/01/2020 à 19:40 :
L'âge pivot est l'arbre qui cache la forêt, le chiffon rouge que l'on agite et que l'on retire au dernier moment devant la charge syndicale. Le but de cette réforme, comme des autres, est de rétablir les profits des entreprises pour augmenter les profits pour mieux rémunérer les actionnaires, principalement les 1% les + riches, dans la continuité du Cice et de la suppression du volet financier de l'ISF. Le coût de la retraite par points, en Suède a été fixé à 14% du PIB et s'est traduit par une perte de 30% en moyenne des revenus des retraités. Le prix du point est déterminé sur cette base comptable. C'est une exigence de ceux qui détiennent le vrai pouvoir, celui de l'argent. C'est le projet de Macron et de Philippe. C'est pour cette raison que le mode de calcul du point n'est pas dévoilé. Ce n'est pas de la détermination, c'est de l'obéissance.
a écrit le 11/01/2020 à 19:16 :
le seul pb qui se pose, c'est l'argent
il se trouve que les syndicats ont les poches pleines, et qu'il faut les faire contribuer d'urgence pour remplir les caisses
ca n'a rien de complique; un ou deux controles fiscaux, des petites lois de solidarite sociale, et le tour est joue pour reprendre l'argent vole par les syndicats sur le dos exploite des travailleurs laborieux voles sur leur dos
a écrit le 11/01/2020 à 19:05 :
Aujourd'hui c'est la facture d'eau, privée bien entendu, 11m3 d'eau consommée en moins pour 19 euros plus chers.

On sera tous à sec bien avant la retraite...
a écrit le 11/01/2020 à 18:38 :
Le 1er ministre PHILIPPE a fait du PHILIPPE, des blasblas, du baratin, des désordres,

sur France 2 le ministre de l'éducation nationale parlait de 2 ans 1/2 de discussions, et de hausse de traitement des salaires des enseignants qui ont des salaires minables,

mais après 2 ans et demi de discussion, le ministre n'avait aucun chiffre de revalorisation à annoncer ...! ca en dit long sur l'incurie de ce piètre ministre de l'éducation nationale,

il mériterai qu'on lui retire tous les points de ses diplomes mal acquis.

S'agissant de PHILIPPE Edouard, la faillite d'Areva ou il a sévit es qualité de haut cadre, ca suffit sans contestation possible à comprendre ou mènent ses méthodes désordonnées, et ses idées foutraques additionnées à ses manipulations malsaines.

Vivement les municipales pour que les LREM et et le MODEM soient obligés de rester chez eux tant ils vont être conspués ...
a écrit le 11/01/2020 à 18:13 :
Une concession qui n'en n'est pas une puisqu'à tout moment je gouvernement peut reprendre la main et légiférer par ordonnance pour"équilibrer" le système.L'age pivot permet d'équilibrer le systeme....Sur le fond, par rapport aux syndicats, c'est du pur Thatcherisme, avec les conséquences que connaissent bien les ressortissants de sa gracieuse (et coûteuse) Majesté.
Le point positif des felonies de ce gouvernement et du président, c'est qu'ils vont "gicler" avec leurs députés godillots aux prochaines votations.
La CGT et FO ont raison de demander le retrait total d'un projet mal ficelé, mal présenté pour la bonne raison que sur le fond, c'est une réforme idéologique, néo liberale Thatchero/Reaganienne.
a écrit le 11/01/2020 à 18:08 :
Les syndicats vont être incapables de se mettre d'accord (comme lors de la révision de l'assurance chômage) et ne feront aucune proposition réaliste...et Philippe remettra l'âge pivot, peut-être en, le différant un peu si ça braille de trop
a écrit le 11/01/2020 à 18:07 :
Et voilà, un juppéiste se dérobe à nouveau, comme en 1995... Comment leur faire confiance ? Si le gauchisme se porte si bien en France, c'est surtout parce qu'on le laisse occuper la rue, mais aussi le terrain des idées... Tout le monde peut constater qu'il suffit maintenant d'organiser des manifestations violentes et des blocages des transports pour obtenir satisfaction. Pourquoi voter désormais ? D'autant que la démocratie nous coûte cher et qu'elle est constamment bafouée (Sivens, Notre-Dame des Landes, l'éco-taxe, les gilets jaunes, le statut SNCF, les retraites...). Pourvu qu'on ne la regrette pas plus tard...
Réponse de le 11/01/2020 à 21:34 :
vous avez raison, un chef, un peuple, le travail pour liberté, aucune nécessité d'organiser des élections car trop coûteuses et y compris que des opposants pourraient s'y exprimer etc etc......
a écrit le 11/01/2020 à 18:01 :
Quand un économiste sérieux fera le calcul de l'impact de l'intégration des primes sur les plus hauts fonctionnaires et de certains de catégorie A, on s'apercevra de la perversité de cette intégration des primes .Cette catégorie qui va être la plus grande bénéficiaire de la réforme des retraite ne doit pas souhaiter l'abandon de la réforme.
a écrit le 11/01/2020 à 17:42 :
Je crois que ce n'est pas uniquement un problème d'âge pivot, mais plus généralement de gestion économique de la région parisienne. Les parisiens ne payent que le tiers de leurs transports en commun, ce qui n'est pas normal. Et maintenant, Anne Hidalgo qui veut la gratuité des transports pour les mineurs ... Les politiques sont dans une fuite en avant.
a écrit le 11/01/2020 à 17:39 :
"le gouvernement retire provisoirement l'âge pivot"

Tiens, le bandeau sur une chaine de télé dit :La CFDT " salue le retrait de l'âge pivot",puis "CFDT et UNSA saluent le retrait" . Le provisoirement a disparu ? .Enfin, tout cela m'a l'air quand même bien orchestré ,un Philippe qui sort son âge pivot de son chapeau pour "braquer" quelques syndicats dit "réformiste" (si quelqu'un se rappel une réforme positive pour les salariés depuis des années qu'il me fasse signe) et le retirer pour surtout faire passer le reste,comme le calcul sur la carrière entière avec baisse de pension prévisible d'environ 20 à 30%,la fameuse décote à vie qu'est-ce qu'elle va devenir ? et le calcul par point,ou les 4 critères de pénibilité retiré sur demande du patronat dès le début des palabres sur cette réforme bref,c'est pas fini.
a écrit le 11/01/2020 à 17:39 :
Avec ce gouvernement et France Stratégie, s'il y a un tracteur sur la route on ne change rien!
a écrit le 11/01/2020 à 17:33 :
Sage décision...qui va permettre de poursuivre les négo avec les syndicats réformistes.
Qt aux autres, ils vont se retrouver progressivement marginalisés.
a écrit le 11/01/2020 à 17:27 :
qui peut avoir confiance dans ce premier ministre? il passe son temps à dire tout et son contraire. stop à la réforme un nouveau 1er ministre et une vraie négociation. sur 2 ans avec des personnes intelligentes et ouvertes d esprit.
a écrit le 11/01/2020 à 17:27 :
Tout ça pour ce résultat final qui se traduit par une retraite en rase campagne et une semaine de grève supplémentaire.
Bravo à ce premier ministre qui comme pour les 80 km/h s'accroche à sa vérité et ne veut rien entendre.
Réponse de le 11/01/2020 à 18:20 :
La seule vérité est factuelle, tout le reste n'est qu'idéologie. Or le factuel est ceci: Nous vivons sur un tas de dette que nous laisserons à nos enfants et nous continuons allègrement à l'augmenter tous les ans de 100 MILLIARDS. Notre système de retraite créé après la guerre de 45, donc selon les perspectives du moment a vécu. Il y avait 7 personnes pour un actif, il n'y a plus actuellement que 1,7 et la perspective est de 1,3 sous peu.Donc quoique l'on fasse, le système de répartition tel qu'il est a des soucis à se faire, car il faudrait plus de cotisation des actifs pour servir les retraites. Ce qui veut dire plus de charges sur salaire et moins de revenu net. La réforme d'une façon ou d'une autre (celle là ou une autre) est irrémédiable sauf à trouver un nouveau messie qui multiplie les pains.
a écrit le 11/01/2020 à 17:22 :
il etait deja "parfaitement clair" et "droit dans ses bottes" sur l'age pivot mais maintenant il navigue en bermuda !
He Raffarin ! c'est pas la rue qui gouverne ?
a écrit le 11/01/2020 à 17:19 :
Les habitants d'ile de france qui subissent la 6 ème semaine de galères , vont certainement apprécier ce retrait fait sur des positions préparées à l'avance !
Quelle galéjade , dit on ici dans le SUD épargné par ces tracas de transport .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :