« Si on continue dans le libre-échange actuel, on ne va pas convaincre les entreprises de relocaliser », Arnaud Montebourg

ENTRETIEN. Prépare-t-il son retour en politique ? Dans son nouveau livre L'Engagement, paru aux éditions Grasset, le bouillant ministre du Redressement productif, devenu entrepreneur du made in France avec le miel de Bleu Blanc Ruche, se livre de façon intime sur ce qu'il a vécu au cœur de l'État. Sa passion, la réindustrialisation. Sa conviction : le coronavirus accélère la démondialisation qu'il appelle de ses vœux et qu'il voit comme une libération.
(Crédits : Jean-Claude Coutausse)

LA TRIBUNE - Vous en avez rêvé, la Covid est en train de le faire. Il y a aujourd'hui un changement complet d'état d'esprit sur les bénéfices du « made in monde ». 2020 marque-t-elle une vraie rupture dans la mondialisation telle que nous l'avons connue ?

ARNAUD MONTEBOURG - Il y a en tout cas une prise de conscience nette, précise et désormais documentée de la part des citoyens qui ont compris que la dépendance est une perte de liberté. Celui qui ne produit pas est dans la main de ceux qui produisent. Ceux qui disposent des brevets tiennent les autres. Et ceux qui ont abandonné leur appareil productif, et donc vendu leur technologie, leurs savoir-faire, leurs brevets, qui ne défendent pas leurs normes, sont condamnés à être asservis aux projets des autres. C'est pourquoi la domination économique est une perte de liberté politique. Nous sommes devenus sans nous en rendre compte une colonie numérique des États-Unis d'Amérique. Avec la domination numérique américaine d'un côté et la domination industrielle de la Chine de l'autre, deux empires nous tiennent en tenaille et vont finir par dérober ce qui nous reste de création de valeur, dont nous sommes pourtant historiquement et concrètement capables.

La Chine produit en violation des règles sociales et environnementales. On achète des produits low cost à ce pays qui piétine notre propre modèle et nos propres valeurs. Cette prise de conscience est sérieuse et générale. Va-t-elle conduire à d'autres choix ? Chez le consommateur, le "made in France" est un mouvement de société très puissant qui s'est emparé des cerveaux.

Tous les jours, les citoyens, autant qu'ils le peuvent, selon leurs moyens, votent avec leur carte bleue. Il reste aux pouvoirs publics à obliger à dire ce qu'il y a dans le produit. Car les produits ne sont pas étiquetés de façon loyale et transparente. C'est le prochain combat. Deuxièmement, est-ce que le prix mondial des produits, résultat de la mondialisation est en train de céder le pas à des prix européens, nationaux ou locaux ? La réponse est oui, de plus en plus. Parce que dans les deux cerveaux du consommateur, il y a un cerveau qui protège son pouvoir d'achat, qui veut des prix peu élevés, et il y a un cerveau citoyen qui veut des PME près de chez lui, des emplois pour ses enfants, des lois sociales généreuses et des lois environnementales d'avant-garde.

Ces deux cerveaux sont en train de se reconnecter. Les choix des consommateurs sont de plus en plus déconnectés des prix mondiaux, dès lors qu'ils y trouvent un profit symbolique, comme le circuit court, la PME qu'on connaît, la fierté d'une marque nationale... Le consommateur est prêt à l'acheter et à le payer. C'est ce qu'il fait de plus en plus.

On a laissé partir la matière productive. Comment on la relocalise ?

Pour moi, l'exemple du bon gouvernement en la matière n'est pas le nôtre, mais celui du gouvernement japonais. Il a décidé de faire fermer le plus possible  d'usines sur le sol chinois et de les rapatrier au Japon. Il a dit :

« Je mets 2 milliards sur la table et je paie les trois quarts du prix du déménagement et du réinvestissement sur le sol japonais. »

Conséquence, selon le site du ministère de l'Industrie japonais, il y a eu 1.674 projets, pour un montant de 14 milliards d'euros. Les entreprises proposent au gouvernement 14 milliards d'euros de réinvestissements industriels sur le sol japonais ! Ce que fait la troisième puissance économique, la cinquième ou la sixième seraient parfaitement capables de le faire aussi. Je demande au gouvernement de faire selon le modèle japonais. C'est-à-dire, on enlève les multi-critères budgétaires, les multi-intervenants bureautiques, on ouvre le plan de relance aux relocalisations et, en retour, on bénéficiera d'investissements massifs.

Deuxième solution concrète, monter le prix de la taxe carbone sur tous les produits d'importation. Les Allemands ont proposé de passer de 50 à 60 euros. Avec une taxe carbone à 700 euros, l'affaire serait réglée depuis longtemps. Il faut aller vers cette trajectoire. À 50 euros, cela n'a pas de sens. Par ailleurs, il nous faudra bien trouver des recettes pour rembourser le plan de relance. Pour une fois, prenons l'argent sur les autres et pas sur nous.

Le plan de relance est-il à la hauteur du discours du gouvernement sur les relocalisations ?

 J'ai pris le temps d'éplucher le plan de relance. Un document intéressant de 296 pages. Je les ai lues et fait deux colonnes. Une colonne opérationnelle, l'autre non opérationnelle. Ce qui est opérationnel, c'est ce qui sera investi de suite, en 2020 et 2021. Ce qui est non opérationnel, c'est ce qui sera investi à la saint-glinglin, on ne sait pas quand, ni comment. On a des chiffres astronomiques. Mais quand on regarde la colonne non opérationnelle, c'est-à-dire les financements assujettis à des appels à projets, des appels à manifestation d'intérêt, des autorisations administratives, des enquêtes publiques, des permis de construire, on doit amplement relativiser. Il y a l'équivalent de 60 milliards non opérationnels. Par exemple, les friches urbaines à réhabiliter, 300 millions : on sait qu'il n'y aura rien avant trois ans. La modernisation des centres de tri et de déchets, 274 millions, on sait qu'il n'y aura rien avant très longtemps. La sécurisation des infrastructures d'eau potable et l'assainissement de pluie est à 300 millions, mais selon les spécialistes de l'eau, cela nécessiterait 25 milliards d'investissement...

Or là, seuls 300 millions sont donc prévus, et comme les collectivités locales n'ont pas d'argent, il faut compter trois ou quatre ans... On nous parle de 3 milliards pour le programme d'investissement d'avenir, le PIA 3. Je sais com- ment cela fonctionne, c'est le grand emprunt, il y en a pour cinq ans. En 2025, on en parlera encore. Donc, dans les 100 milliards d'euros de la relance, il y en a réellement 40, dont 20 qui sont des baisses d'impôts, sans aucune contrepartie. Ce n'est pas un plan de relance, mais une politique de compétitivité : 10 milliards en 2021 et 10 autres en 2022, cela fait 0,4 point de PIB. Donc il n'y a pas de plan de relance. La seule chose positive bien qu'insuffisante, ce sont les 6,6 milliards de chômage partiel de longue durée et les 800 millions pour les associations de lutte contre la pauvreté. En réalité, pour le chômage partiel, on passe de 25 milliards à 6 milliards.

Et pour toutes les entreprises qui ont eu accès au prêt garanti par l'État (PGE), soit 120 milliards d'euros de dettes, il n'y a pas de processus de conversion en fonds propres. Or, il faudra rembourser. On a créé des entreprises zombies qui vont s'échouer dans le surendettement et mourir à petit feu, au fil du temps. On abandonne l'outil productif à sa dette. C'est donc un plan qui contient déjà en germe de futurs plans d'austérité. Car on n'a toujours pas trouvé la solution pour rembourser. La dette est mutualisée au niveau européen, mais on ne sait pas comment sera alimenté le budget du remboursement européen.

Qu'aurait-il fallu faire pour enclencher le plus rapidement possible ce mouvement de réindustrialisation du pays ?

Permettez-moi de reprendre l'exemple japonais. Vous prenez les 1.000 plus grosses entreprises françaises, vous les convoquez à Bercy et vous leur dites :

« Je supprime les impôts de production et je finance vos investissements de relocalisation, si vous relocalisez. »

Et là, on passe un accord : baisse d'impôt contre relocalisation.

La relocalisation, elle, passe par la direction des achats, la sous-traitance, la reconstruction d'usine. Et chaque entreprise apporte au gouvernement une proposition de relocalisation à prix compétitif, avec de la robotique. Car il est possible d'être compétitif face aux Chinois avec l'apport de la robotique. Je crois que ça vaudrait tous les plans machine-outil du général de Gaulle. Moi j'aurais fait ça. C'est simple, massif et contractuel. Pas règlementaire, mais contractuel.

On ne va pas ramener toutes les usines en France...

Tous les pays puissants contrôlent leurs besoins. Je ne vois pas pourquoi on ne ramènerait pas chez nous tout ce dont nous avons besoin. On peut être dépendant dans un ou deux secteurs, excédentaire dans d'autres. Mais pour nos besoins vitaux : santé, alimentation, mobilité et transport, énergie, nous dépendons des autres. Les démantèlements d'Alstom, Technip, Alcatel, ce sont là les œuvres complètes du président actuel. Car il faut rappeler qu'il est au pouvoir depuis 2014, date à laquelle il m'a succédé à Bercy. Cela fait six ans révolus qu'il a participé au démantèlement de nos outils industriels de souveraineté dans des domaines stratégiques. J'en suis navré. Mais mieux vaut le dire. Les discours n'ont pas de valeur, les actes en ont, puisque ce sont eux qui restent.

Comment on invente le « Yuka » du made in France. Est-ce qu'on prend en compte le dernier lieu de transformation, ou la chaîne de valeur ?

Il faut prendre en compte ce qu'il y a dans la boîte. Ce qu'il y a réellement dedans et le lieu de fabrication. Il faut donc obliger les producteurs à dire ils fabriquent. Pas uniquement ils assemblent. Lorsqu'il y a 5.000 pièces, comme dans une voiture, c'est difficile. Dans ce cas, on communique le lieu d'assemblage. Mais il est possible d'obliger à dire s'il y a 40% ou 10% de made in France... Cela se calcule. Les organismes de certification Afnor ou Veritas le font avec le label Origine France Garantie.

Mes entreprises y sont abonnées. L'organisme indépendant calcule la part de made in France réel dans le produit et le certifie. Je voudrais que la certification soit obligatoire pour toutes les entreprises. Y compris celles importatrices. L'Union européenne, la Commission européenne, dans son idéologie libérale obstinée, considère que c'est un obstacle au commerce. Pour moi, l'obstacle au commerce, c'est l'opacité. Il faut combattre la Commission européenne et résister à sa bêtise dogmatique. Quand j'ai voulu imposer une loi sur le « made in », mon homologue allemand m'a répondu :

« On ne veut pas que le monde entier sache que nos Porsche sont fabriquées à Bratislava. »

La transparence dans le commerce, c'est un progrès pour le citoyen et le consommateur qui peut ainsi choisir ce qu'il veut consommer.

Le consommateur peut reprendre le pouvoir ?

Il vote avec sa carte bleue et il peut, selon ses moyens, exercer le contrôle.

Comment identifier les vrais coûts du « made in monde » ? Vous dites qu'on peut les effacer avec l'innovation technologique, la robotisation, mais pas dans tous les domaines...

Si on continue dans l'univers du libre-échange actuel, on a en effet peu de chances de convaincre des entreprises de relocaliser. C'est vrai qu'elles pourront difficilement supporter un double coût de leur investissement : celui qu'elles ont investi et qui n'est pas amorti et qu'il faut abandonner, et celui nouveau du réinvestissement à domicile. Il faut démontrer qu'avec une combinaison productive différente, plus automatisée, elles sont en mesure de soutenir la concurrence et de s'adapter. Beaucoup d'industriels font en ce moment le calcul. Il faudra revenir à des économies continentales les taxes douanières vont égaliser la concurrence mondiale.

La guerre Chine-Amérique déclenchée par le président Trump accélère cette évolution positive. Je n'ai aucune sympathie pour Donald Trump et souhaite sa défaite cuisante (cette interview a été réalie avant le 4 novembre, NDLR), mais sa politique, qui avait été déjà enclenchée par les démocrates avec Obama, et qui pourraient être pro- longée par Biden, est une politique de rétrécissement de la mondialisation qui nous sera à terme profitable. L'Europe doit se protéger. Elle doit instaurer des droits de douane sur ses besoins fondamentaux, déclencher une taxe carbone sur l'ensemble des importations dédouanées, et assumer les risques de représailles sur ses propres productions. On doit donc se recentrer sur nos économies. Si on ne le fait pas, c'est par crainte pour l'automobile allemande et les vins et spiritueux français. La peur est mauvaise conseillère.

A retrouver dans la Revue T de La Tribune du 15 décembre : Fabriquer tout français, le nouveau rêve de l'Hexagone.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 27/12/2020 à 19:26
Signaler
A.Montebourg a raison que ne l'a-t'il fait quand il était aux affaires ???Le pays ne s'en sortira pas sans retour à une relocalisation de notre industrie, la volonté politique de le faire est absente, les responsables ont abandonné ect ect

à écrit le 27/12/2020 à 11:52
Signaler
On se planque après les lourds échecs de son parti, et ses lourds échecs politiques, on soi-disant, se reconvertit, dans le miel, ce que c'est doux. On n'abîme pas son image avec le miel entre deux échéances électorales, on fait juste ce qu'il faut...

à écrit le 25/12/2020 à 13:03
Signaler
Incroyable, le petit clown écervelé est encore là. Vraiment, le ridicule ne tue pas.

à écrit le 25/12/2020 à 9:26
Signaler
pour apporter des mesures correctives il faut dans un premier temps définir les responsables de cette gabegie non pas pour les juger mais bien pour les empêcher de continuer a detruire comme le president de france chine qui a une part énorme de re...

à écrit le 24/12/2020 à 20:43
Signaler
Orange gagne des milliards sur le dos des français contribuables qui ont payé avec leurs impôts depuis 3 générations les tuyaux qui font sa fortune aujourd’hui. Les dirigeants d’orange cupides et cyniques ne font aucun effort pour venir en aide aux f...

à écrit le 24/12/2020 à 17:48
Signaler
Le début de l'analyse tombe ss le sens, tellement l'énorme MU de 450 millions d'habitants ( hors RU) au PA largement supérieur à celui du 1.400 millions hab de la Chine , attise les convoitises du reste de la planète. Avec les déboires de souveraine...

à écrit le 24/12/2020 à 10:59
Signaler
Très mal placé pour donner des leçons celui-là !!!

le 24/12/2020 à 15:17
Signaler
Tout ce qu'il dénonçait à l'époque du quinquennat de Hollande est encore valable. C'est d'ailleurs maintenant repris par bon nombre de responsables économiques et politiques de droite comme de gauche. Et s'il avait eu le soutien du gouvernement au...

le 27/12/2020 à 11:34
Signaler
D'accord avec la réponse précédente : la crise sanitaire a donné raison à A. Montebourg et beaucoup d'économistes se rallient à ces idées, mais c'est trop tard ! "A ce titre il fait partie des rares à qui je re-confierai un mandat le cas échéant" , M...

à écrit le 24/12/2020 à 9:25
Signaler
Les avantages des délocalisations sont énormes : défiscalisation, subventions d'état, évasion fiscale, rétrocommission via des entreprises intermédiaires, réduction des coût et augmentation des marges, corruption (voir les enquêtes US sur les entrepr...

à écrit le 24/12/2020 à 8:39
Signaler
Convaincre les entreprises? Voilà où nous en sommes avec la confusion entre Communication et Décision politique! Il ne s'agit pas de "convaincre", mais de s'assurer que l'environnement se prête à la relocalisation!

à écrit le 24/12/2020 à 3:46
Signaler
Montebourg, le socialisme triomphant. L'ancien monde revient par la fenetre.

à écrit le 23/12/2020 à 19:43
Signaler
Libre échange oui MAIS harmonisation des contraintes, plus de dumping à la main d'oeuvre, ni aux contraintes écologiques; tout le monde doit respecter les règles, si importation taxe si les contraintes ne sont pas respectées...........les US le font ...

à écrit le 23/12/2020 à 19:12
Signaler
Tant que les producteurs ne seront pas contraints de payer les externalités liées à leur production, nous n'arriverons pas à faire changer les choses. Le développement durable, c'est du bon-sens, mais encore faut-il appliquer ce que l'on sait depuis ...

à écrit le 23/12/2020 à 17:50
Signaler
Le personnel politique a une mission: définir des limites. La gauche et la droite sont discrédités parce qu’ils n’en veulent aucunes. La perte de leur crédibilité vient du fait qu’ils sont totalement d’accord avec leur impuissance. Le mieux serait qu...

à écrit le 23/12/2020 à 17:04
Signaler
Le patriotisme européen ne peut pas naître

à écrit le 23/12/2020 à 15:37
Signaler
Il suffirait de transférer les charges sociales sur la TVA ! On serait plus compétitif a l'export, cela créer naturellement une taxe sur les imports et tout le monde paye la TVA, surtout les plus riches qui consomment plus !

le 23/12/2020 à 17:56
Signaler
Ils en sont conscient mais l'administration qu'est l'UE de Bruxelles ne désire pas d'une concurrence sous subvention!

le 24/12/2020 à 18:44
Signaler
on a deja 20% de tva! vous voulez la monter a 40 ? et dans ce cas, quid des gens qui paieront la tva mais n auront aucune prestation (ex pas de pension retraite)

le 24/12/2020 à 19:08
Signaler
taxe = impot = redistribution On craint tous un changement de modèle de peur de se retrouver parmi les perdants Mais un changement de modèle (réforme systémique) doit être fait correctement (ajustement des paramètres, le diable se cache dans les dé...

à écrit le 23/12/2020 à 11:31
Signaler
Notre système social nous ruine , les salaires supportent trop de charges ainsi que les entreprises, la fiscalité est surréaliste. Nous gérons très mal notre économie, le libre échange n'est pas responsable de tous nos déboires.

le 23/12/2020 à 15:48
Signaler
Les GOPE ou feuille de route de l' ue si, vous connaissez les GOPE, vous connaissez Asselineau, vous connaissez le Frexit, voulez-vous vraiment changer les choses ou faire comme les autres, cumuler les impuissances de toujours ?

le 23/12/2020 à 16:33
Signaler
" les salaires supportent trop de charges" Tu veux surement évoquer les cotisations sociales (charges sociales étant le nom donné par le patronat a partir des années 90 et reprisent allégrement aujourd’hui dans les médias) qui participent à la par...

le 24/12/2020 à 7:52
Signaler
Votre systeme est a l'agonie. Trop de fonctionnaires payes a regarder l'horloge. D'assistes toutes categories, mais surtout un etat obese de privileges, de castes, de corps scleroses et autres nantis. A moins d'un cataclysme sociale, rien ne change...

à écrit le 23/12/2020 à 9:55
Signaler
C'est le genre de personnage qui arrive pour le dessert sans porter le gâteau et semer sa zizanie par mégaphone médiatique!

à écrit le 23/12/2020 à 9:37
Signaler
Oui les gens, la classe productrice est prête aux changements et nombreux même, maintenant eux les dirigeants ne montrent aucun signe de ce genre et comme ils possèdent tout il n'y a qu'eux qui peuvent effectuer ce virage vital.

à écrit le 23/12/2020 à 9:22
Signaler
Exact, la définition de libre échange est à géométrie variable.. Redécouvrons les idées de Maurice Allais " il faut ouvrir les frontières qu'avec les pays socialement comparables... Produire de la richesse puis capter la part illégitime de cette rich...

à écrit le 23/12/2020 à 9:08
Signaler
Oui mais toujours incapable de sortir de l' UE et de l' article 63 qui créé le ..libre échange unilatéral entre chine usa et l' ue, par exemple. Encore une prise de position inutile qui ne va pas comme d' habitude au fond des choses ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.