Social : les mobilisations mises en veilleuse

 |   |  565  mots
Les syndicats d'Air France ont annulé la manifestation prévue le 19
Les syndicats d'Air France ont annulé la manifestation prévue le 19 (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Etat d'urgence oblige, les syndicats repoussent leurs mobilisations

L'état d'urgence en France, décrété après les attentats, va entraîner de facto la suppression de manifestations sociales prévues cette semaine, de médecins, buralistes ou salariés d'Air France, dont beaucoup ont spontanément choisi de mettre fin à des mobilisations "face à la gravité de la situation".

Les syndicats d'Air France annulent leur manifestation

"Le président de la République a décrété l'état d'urgence, ce qui se traduit par +aucune manifestation+ durant cette période, qui peut aller jusqu'à 12 jours", a souligné Mehdi Kemoune, responsable de la CGT d'Air France, interrogé par l'AFP sur la mobilisation initialement prévue jeudi. "Nous sommes donc dans l'obligation d'annuler la manifestation du 19 novembre", a-t-il ajouté. De son côté, Christophe Malloggi (FO) a déclaré "ne pas imaginer continuer" sur la mobilisation initialement prévue: "il y a un temps pour tout, et là, ce n'est pas le moment..."

Une large intersyndicale avait appelé à se rassembler le 19 novembre devant le siège de la compagnie à Roissy, à l'occasion d'un comité central d'entreprise. L'intersyndicale doit se réunir lundi à 13H30 pour définir une nouvelle position, selon la CGT et FO. L'annulation du rassemblement n'exclut toutefois pas d'autres formes d'action: "Certaines sections sont toujours sur un appel à la grève illimitée", selon M. Kemoune.

Des appels à la grève ont déjà été lancés pour jeudi dans certains secteurs au sol par la CGT, l'UNSA, SUD et Force ouvrière.

L'intersyndicale réclame notamment la réintégration des salariés licenciés pour motif disciplinaire après les incidents du 5 octobre.

Les aiguilleurs du ciels suspendent leur préavis de grève

Côté ciel aussi, le SNCTA, premier syndicat des contrôleurs aériens, a suspendu samedi un préavis de grève, face "à la gravité de la situation". Les contrôleurs étaient appelés à cesser le travail à partir de mardi, entre 05H30 et 08H30, pour des revendications salariales et sur les conditions de travail.

Les médecins libéraux cessent leur grève

Autre mouvement compromis: celui des médecins libéraux qui, dès vendredi soir, par solidarité et responsabilité, ont cessé un mouvement de grève entamé le jour même pour protester contre la généralisation du tiers payant prévu par le projet de loi santé.

Les médecins auraient dû être les premiers, avec les buralistes, à faire la démonstration de leur mécontentement (les buralistes contre le paquet neutre) en se rassemblant chacun de leur côté lundi aux abords de l'Assemblée.

L'examen du projet de loi de Marisol Touraine en nouvelle lecture, initialement prévu lundi à l'Assemblée nationale, a, lui, été repoussé à mardi, en raison de la réunion lundi du Congrès à Versailles.

La CGT de l'AP-HP renonce à la grève de mardi

Dans le secteur médical encore, la CGT de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (majoritaire) a suspendu samedi l'appel à la grève lancé pour mardi avec d'autres syndicats sur l'aménagement du temps de travail dans les 39 établissements de l'AP-HP.

L'intersyndicale (CGT, SUD santé, FO, Unsa, CFE-CGC et CFTC) avait lancé un appel à la grève et à manifester le 17 novembre pour "riposter" au protocole d'accord signé par la direction et la CFDT sur l'organisation du travail dans les 39 établissements de l'AP-HP.

Les autres syndicats n'ont pas encore communiqué leur décision.

AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2015 à 12:11 :
Concernant le social, aura-t-on une indemnisation des victimes, par exemple les trains feraient des déraille-et-ment, sommes-nous sous l’Occupa-fion, on ferait des réseaux souterrains de terroristes ? Ne devrait-on simples citoyens surveiller les abus de type maltraitances et dysFIONction puBIQUES ? On publie en ligne chez des experts de grande apertise indépendants des données administratives et sans enfumage d’organisations financières que nous aurions des toxiques et donc encore des impôts à venir, fait-on un APOCALYPSE par la dette ? On ferait une politique de demande sans offre, sommes-nous dans un asile ou un goulag géant ? Pouvez-vous commenter que on trouve en ligne des informations sur la masse monétaire qui est le triple des usa pour une croissance égale à la moitié. N’avons-nous pas un souci de compétence dans la relance avec des records de faillite. L’Etat ne détruit-il pas la croissance et l’emploi ? Sommes-nous dans un régime esclavagiste des jeunes générations avec des emplois non rémunérés à indemniser ? Le PIB par habitant aurait baissé depuis 2007, que fait l’Etat ? L’Etat ne fait-il pas sur la société ? On aurait une resussée d’impôts après les régionales, sommes-nous en dictature de caste de type mandarin et janissaires de déprédation, les impôts on aime ? A défaut de politique de plein emploi et d’augmentation du niveau de vie, une saine politique de croissance et des mesures sociales appliquées, on pourrait imaginer un BOOMSTER EN CAMP SOCIAL avec des dentistes ou une révolution nationale avec un petit rasage en place publique pour le rasage de nombreux foyers et le chômage français, avec des myrrhes à or et des barbe-les, on écrirait mes lombaires et pas mein lampf, on aurait un Etat qui serait un tas pondéreux ? qu’est-ce que le Tiers ?
a écrit le 15/11/2015 à 19:25 :
Je m'interroge, Macron, les directions d'air france ou de l'AP-HP,... suspendent-ils, eux, leurs attaques contre les salariés??
L'union sacrée, comme à son habitude, utiliserait-elle l'émotion justifiée des peuples pour les enfumer un peu plus??
On peut dénoncer la plus abject des barbarie et les exactions de ces ignobles fous obscurantistes, ...sans pour autant oublier tout ce qui nous sépare et qui fait nos divergences.
C'est insulter la mémoire des victimes que de les utiliser à des fins bassement politique...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :