Wauquiez veut reconstruire à droite, loin des "opportunistes"

 |   |  719  mots
Laurent Wauquiez a qualifié l'équipe plurielle dirigée par Edouard Philippe de ramassis d'opportunistes.
Laurent Wauquiez a qualifié l'équipe plurielle dirigée par Edouard Philippe de "ramassis d'opportunistes". (Crédits : Philippe Wojazer)
A l'approche de sa probable élection à la présidence des Républicains (LR), le mois prochain, Laurent Wauquiez a dénoncé dimanche les "opportunistes" et "les esprits chagrins" ayant rejoint le "marigot" du camp d'Emmanuel Macron.

Invité du Grand rendez-vous ce dimanche,  l'ancien ministre a dénoncé le choix des membres du gouvernement Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu et du député Thierry Solère d'adhérer au parti présidentiel, La République en marche (LREM).

> Lire aussi : Darmanin, Lecornu et Solère rejoignent LREM

"Une trahison" dénoncée

Laurent Wauquiez a cité à leur sujet l'ancien président François Mitterrand : "'Sur le chemin de la trahison, il n'y a que le fleuve de la honte à traverser'. Eh bien, ils ont fini par traverser ce fleuve." De l'avis du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, la démarche des trois dirigeants récemment exclus des Républicains "n'a été dictée que par des petits calculs".

"Ils partent à En Marche parce qu'ils ont échoué, parce que plus personne ne veut d'eux et qu'ils n'ont pas réussi à torpiller la droite. Moi j'avance, je laisse les esprits chagrins dans le rétroviseur", a-t-il lancé.

"Soit on va dans le marigot central, le petit marais autour d'Emmanuel Macron. Soit on construit autre chose (...) avec des gens qui sont unis par des convictions et des valeurs. Qui ne sont pas là parce qu'on a mis un bol de soupe sur la table", a poursuivi Laurent Wauquiez.

"Ramassis d'opportunistes"

Sur BFMTV, le député Thierry Solère a expliqué son choix de rejoindre le parti présidentiel. "Je ne suis pas une marionnette qui appartient à un parti pour cocher des cases", a-t-il déclaré. "Ce gouvernement est en train de mettre en place les réformes dont la France a besoin."

L'ancien Premier ministre Manuel Valls, passé du parti socialiste au camp présidentiel, a expliqué pour sa part sur RTL pourquoi il n'avait pas adhéré à LREM. "Je ne l'ai pas encore décidé parce que je pense qu'il faut prendre du temps", a dit le député de l'Essonne, évoquant la "recomposition politique" en cours et les débats à venir dans la perspective des élections européennes de 2019.

Deux jours après le remaniement qui a installé Benjamin Griveaux au poste de porte-parole et marqué l'entrée au gouvernement du socialiste Olivier Dussopt - aussitôt exclu du parti -, Laurent Wauquiez a qualifié l'équipe plurielle dirigée par Edouard Philippe de "ramassis d'opportunistes".

Il a aussi fait remarquer qu'avec l'adhésion de Thierry Solère à LREM, les trois questeurs de l'Assemblée nationale appartiennent désormais au même parti - ce qu'il juge "pas acceptable" dans la mesure où la tradition veut que l'un des questeurs soit issu de l'opposition. "Je n'ai aucune raison de démissionner", a dit sur BFMTV Thierry Solère, élu à la questure l'automne dernier pour un an. "Les postes n'appartiennent pas aux partis politiques."

"Alternative républicaine"

Dans un paysage politique en pleine mue, une vingtaine d'élus "constructifs" - issus de la droite et favorables au gouvernement - ont lancé un nouveau parti, "Agir, la droite constructive" via une tribune publiée ce dimanche par le Figaro.

Dans ce texte notamment signé par le député Franck Riester, les sénateurs Fabienne Keller et Claude Malhuret et par l'ancien ministre Frédéric Lefebvre, les élus en appellent à "ceux qui partagent volonté d'agir et se sentent orphelins d'une droite moderne, réformatrice et modérée".

Considéré comme le représentant d'une droite dure, Laurent Wauquiez veut maintenir une "alternative républicaine" en France en dehors des partis "extrêmes" que sont le Front national de Marine Le Pen et La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Une idée partagée selon lui par l'ancien Premier ministre Alain Juppé, qu'il a rencontré lundi dernier.

"Si jamais il n'y a plus qu'un marais central et qu'Emmanuel Macron échoue, les Français n'auraient plus le choix qu'entre Marine Le Pen d'un côté et Jean-Luc Mélenchon de l'autre ? Moi je ne veux pas de ça. Et Alain Juppé ne veut pas de ça non plus", a-t-il dit. "Il a bien conscience qu'il faut, à l'intérieur du champ de la République, qu'il y ait une alternative républicaine." L'élection à la présidence de LR, qui oppose Laurent Wauquiez au "juppéiste" Maël de Calan et à l'ex-"filloniste" Florence Portelli, est prévue les 10 et 17 décembre.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2017 à 18:48 :
Parce que Wauquier n'est pas un vrai opportuniste ??
Il a bien eu les habitants de RA .... son élection régionale n"était que pour lui servir de tremplin et porte voix.... heu ... porte crus et agressivité... Merci pour la reconstruction et le dialogue! Il ne reste qu'une trahison et profonde déception!!!!
a écrit le 27/11/2017 à 18:17 :
Macron est quand même un sacré fouteur de m.... et dans tous les bord politique.

On pourrait s'en amuser mais l’élection est passée et le job d'un Président de le République Française qui est un vrai homme d'état, c'est de conserver et conforter l'unité du pays, pas de créer de la zizanie dans tous les camps.

Ça va mal se terminer.
a écrit le 27/11/2017 à 15:53 :
Wauquiez veut reconstruire à droite, loin des "actifs"
A l'approche de sa probable élection à la présidence des Républicains (LR), le mois prochain, Laurent Wauquiez a annoncé dimanche les adhérents LR "retraités majoritaires " et "les esprits + 70 ans " ayant rejoint le "marigot" de l'Epadh Wauquiez.
a écrit le 27/11/2017 à 11:25 :
Laurent Wauquiez se met au coin tout seul. Et c'est très bien ainsi, tant son absence de réflexion sur les aspects économiques est manifeste. Quel électeur préoccupé de l'efficacité de notre économie peut suivre un tel programme?
a écrit le 27/11/2017 à 11:22 :
Pour l'heure Wauquiez s'en tient à une posture mais une fois élu il ne pourra pas ignorer les aspirations des jeunes générations aux quelles il appartient d'ailleurs et se contenter de satisfaire les quelques rares( vieux) qui auront contribué à son élection !!
a écrit le 27/11/2017 à 9:12 :
Les centristes et pseudo droite "humaniste" ( parce que les autres ne doivent pas aimer les humains ) ne sont pas la réponse adaptée à l'europe actuelle et à la situation d'une France qui vit toujours très largement à crédit.
Ils vont aller à la gamelle tant qu'ils peuvent et à coup de formules lénifiantes.
Wauquiez a raison de remettre les pendules à l'heure, pourvu qu'il ait plus de constance que Sarlozy dont les convictions chancelaient bien vite.
a écrit le 27/11/2017 à 9:08 :
Tant qu'il est dans l'opposition il est de droite, dès qu'il est au pouvoir il fait une politique du centre gauche comme Macron, donc rien que des paroles sans lendemain, même pas besoin de perdre son temps à écouter.
a écrit le 26/11/2017 à 23:28 :
Européennes Dans 18 mois LREM-Constructifs-Modem, en tete, Mélenchon Extreme Gauche Deuxième, Droite troisième, à égalité avec FN Extrème tout.
Réponse de le 27/11/2017 à 9:04 :
"LREM-Constructifs-Modem"

Ce qui en gros regroupe le PS, les LR et les centristes tout de même. Bientôt ça va commencer à manquer de troupe dans les partis de l'oligarchie en place.
a écrit le 26/11/2017 à 20:53 :
Il parait que le prochain congrès des LR va se tenir dans une cabine téléphonique....L. Wauquiez a sollicité Orange pour lui preciser où sont les dernières cabines encore en place😂😂
a écrit le 26/11/2017 à 18:25 :
Merci Audiard.
a écrit le 26/11/2017 à 16:40 :
Wauquiez, Youg Leader comme ses illustres prédécesseurs mais pour quoi faire après tant d' autres échecs depuis Maastricht puisque les ..dirigeants français se contentent une fois l' an de signer les GOPE en direct de Bruxelles et sans jamais les contester ..?

Il est donc du plus haut intérêt d’analyser quelles sont ces recommandations que les membres non élus de la Commission européenne – et dont 96,4% ne sont pas Français (27 commissaires sur 28) – ont décidées pour la France. Puisque ces « recommandations » vont constituer la politique économique de la République française mise sous tutelle, il est assurément beaucoup plus important d’en prendre connaissance que de s’enquérir des résultats de telle ou telle de nos élections pour rire.
https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
a écrit le 26/11/2017 à 15:39 :
le seul crédible actuellement dans le panier de la politique ..! au regard des autres flibustiers de la politique qui soigne leur apanage perso

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :