A Saint-Pétersbourg, la Russie place la Chine au coeur de son système d'alliances économiques

Autrefois vitrine de l'ouverture sur le monde de la Russie, et sur l'Europe, le forum économique international de Saint-Pétersbourg a rouvert ses portes mercredi. Alors que le pays est sous le coup des sanctions occidentales suite à l'invasion de l'Ukraine, l'administration Poutine profite de l'événement pour tisser de nouvelles relations clés. L'époque où Emmanuel Macron et Christine Lagarde venaient en invités d'honneur, comme en 2018, semble bien révolue. Déjà à l'époque, Vladimir Poutine livrait une vision révélatrice de sa stratégie... et annonciatrice sur son projet de déstabiliser l'Ukraine et ses alliés.
(Crédits : Reuters /Maxim Shemetov)

L'événement fut jadis l'un des plus grands raouts économiques courus par les chefs d'Etat du monde entier, dont Emmanuel Macron, accompagné de son épouse et de dirigeants du Medef, lors d'une visite officielle en Russie en 2018. Près de quatre mois après le déclenchement de la guerre en Ukraine par Moscou, le forum économique international de Saint-Pétersbourg 2022, autrefois symbole de l'ouverture sur le monde de la Russie et de l'intégration européenne, se tient désormais en pleine rupture avec l'Occident.

En pleine menace de troisième guerre mondiale entre la Russie et l'Otan, quelle ouverture internationale la vitrine du monde économique russe ou "SPIEF", en anglais, va-t-il pouvoir afficher ?

A propos de l'édition 2021, le Forum revendique sur son site 13.5000 participants - dont l'Émir du Qatar Al Thani et le président brésilien Jair Bolsonaro - venant de 141 pays du monde. Il avait aussi provoqué "270 événements d'affaires" et "890 accords d'investissement générant 4,2 milliards de roubles" (environ 68 millions d'euros), vante le SPIEF. L'an passé, on pouvait aussi y croiser des dirigeants de "la Croix-Rouge, des pays exportateurs de gaz, l'UNICEF..." et même l'Organisation des Nations Unies, rappelle le forum organisé par la Roscongress Foundation, une agence d'Etat chargée du rayonnement de la Russie à l'international.

Du développement durable en plein bombardements

Dans sa brochure de présentation, traduite en douze langues, et alors que les bombardements font rage à l'est de l'Ukraine, l'événement promet de faire bouger les lignes en matière de "développement durable". Le "Davos russe" se déroule aussi cette année sous le slogan "Nouvelles opportunités dans un nouveau monde", selon le forum créé en 1997, et mis sous le patronage du Kremlin depuis 2005.

L'an dernier aussi, le président Poutine, dont le portrait s'affiche en première page, prenait position dans un monde ébranlé par le Covid-19 : "nous pouvons déjà affirmer avec assurance que l'économie mondiale revient à la normale", pronostiquait-il. Autre ironie du sort, son invité spécial du Qatar, Al Thani - dont le pays est aujourd'hui sollicité pour trouver une alternative au gaz russe - flattait les actions de son hôte : "C'est également un exemple pour toute la société internationale concernant le lancement d'initiatives permettant de créer des conditions favorables à la croissance économique régionale et internationale."

Mais depuis le déclenchement de la guerre et des sanctions, l'économie russe aurait fait un bond en arrière de 15 ans en termes de progrès, avec une inflation à plus de de 17% en mai. "La situation n'est pas facile, on peut dire qu'elle est difficile à cause de cette guerre économique sans précédent", a admis récemment le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Nouveau jeu d'alliances

"Mais à quelque chose malheur est bon. Cette situation nous pousse vers des pays amis à la recherche de nouvelles voies de coopération", a-t-il ajouté.

A contrario, en 2022, le SPIEF se déroulera "sans présence de personnalités des pays inamicaux", a précisé mardi Iouri Ouchakov, conseiller diplomatique du Kremlin. Aussi, les convives sont à l'image des nouveaux partenaires de la Russie : 40 délégations venant notamment de Chine, de Turquie, d'Égypte, d'Amérique latine et d'Afrique.

Lors de son allocution traditionnelle vendredi, le président Vladimir Poutine sera entouré de son homologue kazakh Kassym-Jomart Tokaïev ainsi que, par lien vidéo, du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, dont le pays est à l'honneur au forum cette année. Selon le Kremlin, Vladimir Poutine parlera des "tâches auxquelles la Russie est confrontée aujourd'hui", ainsi que de "la concurrence déloyale, des sanctions, des guerres économiques".

Selon cette même source, le président russe y aura des rencontres bilatérales avec le nouveau président arménien Vahagn Khatchatourian, avec le président kazakh Tokaïev ainsi qu'avec l'ex-président de la République serbe de Bosnie Milorad Dodik.

La Chine, nouvelle alliée en matière de sécurité

Point d'orgue du forum, une allocution vidéo du président chinois Xi Jinping est également prévue. D'ores et déjà, le leader chinois a assuré mercredi son homologue russe du soutien de Pékin en matière de "souveraineté" et de "sécurité".

"La Chine est disposée à poursuivre avec la Russie le soutien mutuel sur les questions de souveraineté, de sécurité, ainsi que sur d'autres questions d'intérêt fondamental et préoccupations majeures", a indiqué le chef de l'Etat chinois, selon des propos cités par l'agence de presse Chine nouvelle.

De son côté, le Kremlin a indiqué que les deux dirigeants étaient convenus d'"élargir la coopération dans les domaines énergétique, financier, industriel, des transports et autres, en tenant compte de la situation économique mondiale qui s'est compliquée en raison des sanctions illégitimes de l'Occident".

Les dirigeants russe et chinois ont discuté du "développement des relations militaires et militaro-techniques", a poursuivi la présidence russe, affirmant que leur échange avait été "chaleureux et amical".

Le SPIEF comme miroir des nouvelles alliances : depuis le début de la guerre, le Kremlin veut aussi se tourner davantage vers l'Asie et le Moyen-Orient.

Un stand pour les républiques indépendantistes d'Ukraine

Vladimir Poutine devrait par ailleurs croiser en marge du forum les dirigeants des deux entités séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine. Ces deux territoires disposent d'un stand au forum, qui se termine samedi.

Enfin, un représentant de la Chambre du Commerce d'Afghanistan et le chef de la mission diplomatique de ce pays "pourraient discuter avec leurs partenaires russes de la livraison de blé", ont ainsi indiqué les agences russes.

Les pays occidentaux ont imposé de lourdes sanctions à la Russie depuis le début de son offensive en Ukraine le 24 février, interdisant les exportations dans de nombreux secteurs tandis que la perturbation des chaînes d'approvisionnement complique le commerce avec des partenaires alternatifs.

En 2018, Vladimir Poutine annonçait "poursuivre nos intérêts particuliers"

Autre particularité de l'édition 2022, après avoir été annulé en 2020 pour cause de Covid, le SPIEF entend lutter cette année contre le virus avec des caméras thermiques braquées sur les participants, explique-t-il dans sa brochure.

Autres temps, autres moeurs. En 2018, une table-ronde réunissait Christine Lagarde, à l'époque patronne du Fonds monétaire international (FMI), Emmanuel Macron, le président japonais Abe, et le Chinois Li Wang. Lors de la présentation des invités politiques, le modérateur plaisante alors sur la capacité "unique" de Donald Trump, à l'époque président des Etats-Unis, à réunir des personnes sur des enjeux énergétiques (sous-entendu contre lui). Sur YouTube, la vidéo de Bloomberg montre Vladimir Poutine souriant mais ne riant pas. Devant une salle comble, il annonce : "nous allons poursuivre selon nos intérêts particuliers (...) nous comprenons que le monde est très interconnecté et que chacun dépend de l'autre". Et de souligner que, malgré le libre-échange, "les sanctions font désormais partie des stratégies commerciales des pays", prélude d'un nouveau protectionnisme de guerre.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 16/06/2022 à 7:59
Signaler
ca tombe bien, la chine va placer la russie coupee du monde parmi ses prochaines provinces corveables a loisirs, donc ils vont bien s'entendre

le 16/06/2022 à 18:20
Signaler
Votre commentaire n'honore pas votre pseudo nom! Très ras des pâquerettes. mais de quoi vous préoccupez-vous. Vous vivez dans la sphère occidentale, peu reluisante.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.