Alena : l'accord AEUMC veut empêcher la Chine de faire du commerce

 |  | 347 mots
Lecture 2 min.
Selon une clause de l'AEUMC, le Mexique, le Canada et les Etats-Unis ne sont pas autorisés à conclure des accords commerciaux avec des pays ne disposant pas du statut d'économie de marché. C'est notamment le cas de la Chine.
Selon une clause de l'AEUMC, le Mexique, le Canada et les Etats-Unis ne sont pas autorisés à conclure des accords commerciaux avec des pays ne disposant pas du statut d'économie de marché. C'est notamment le cas de la Chine. (Crédits : Rebecca Cook)
Une disposition du nouvel accord commercial tripartite Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) tend à rendre impossible tout accord de libre-échange entre ces trois nations et des pays n'ayant pas acquis le statut d'économie de marché. Une disposition qui cible particulièrement la Chine analyse Derek Scissors, membre de l'Institut de l'entreprise américaine de Washington.

Serait-ce une énième offensive américaine dans la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à la Chine ? C'est ce que peut laisser penser une disposition du nouvel accord commercial tripartite Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) conclu dimanche 30 septembre. L'article entend dissuader les membres de l'AEUMC de commercer avec Pékin, selon Derek Scissors, membre de l'Institut de l'entreprise américaine de Washington.

Lire aussi : Guerre commerciale avec la Chine : Trump torpille... Apple

Cette clause stipule que si l'une des parties veut négocier un accord de libre-échange avec un pays n'ayant pas le statut d'économie de marché, elle doit prévenir les autres parties trois mois avant d'entamer de telles discussions. Si ces négociations aboutissent, les autres parties prenantes de l'AEUMC peuvent alors se détacher de l'accord sous six mois et conclure leur propre accord bilatéral.

Droit de veto

Cette mesure contraignante cible particulièrement la Chine qui ne jouit pas du statut d'économie de marché - les Etats-Unis refusent qu'elle y accède - plus de 16 ans après son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), estime Derek Scissors. Selon lui, cette clause confère à l'administration Trump une forme de veto sur tout accord commercial que le Canada et le Mexique pourraient vouloir conclure avec la Chine, ce qui représente une source de nuisance certaine pour l'Empire du Milieu.

Lire aussi : Guerre commerciale : Trump accuse la Chine d'influencer les élections américaines

Le président américain souhaite isoler Pékin et empêcher les compagnies chinoises d'utiliser le Canada et le Mexique comme des « portes dérobées » pour acheminer des produits libres de droits de douane aux Etats-Unis, poursuit Derek Scissors. Il s'agirait de toute manière d'un maigre bénéfice pour le Canada et le Mexique pour qui « aucun accord avec la Chine ne vaut de perdre un AEUMC ratifié », précise l'analyste. Si Washington établit la même clause dans ses négociations avec l'Union européenne et le Japon, il pourrait alors isoler davantage Pékin au sein du commerce mondial, avance Scissors.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2018 à 14:40 :
cette nouvelle est vraiment terrible.
Il aurait pu penser au vivre ensemble et au commerce mystico-philosopho-équitable.
Il ne pourra pas faire pareil avec l’union europenne car nous avons des valeurs nous en France. Oui des valeurs.
a écrit le 04/10/2018 à 11:42 :
Les Chinois savaient parfaitement qu'en concurrençant les américains sur leur terrain ils n'avaient aucune chance, du coup ils ont joué sur les deux tableaux pendant des décennies imposant un puissant dumping social aux salariés du monde, avec la bénédiction interessée de nos propriétaires de capitaux et de leurs politiciens.

Il fallait juste un président américain non soumis aux marchés financiers pour effacer cette anomalie majeur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :