Guerre commerciale : Trump accuse la Chine d'influencer les élections américaines

 |   |  956  mots
La Chine a riposté aux mesures américaines en surtaxant à son tour pour 60 milliards de dollars de produits américains.
La Chine a riposté aux mesures américaines en surtaxant à son tour pour 60 milliards de dollars de produits américains. (Crédits : Leah Millis)
Donald Trump a accusé, ce mardi 18 septembre, la Chine d'essayer d'influer sur les élections américaines de mi-mandat à travers la décision de l'Empire du Milieu d'imposer de nouvelles taxes sur les produits américains.

La tension monte entre les Etats-Unis et la Chine. Donald Trump a accusé, ce mardi 18 septembre, la Chine d'essayer d'influencer les élections américaines par ses sanctions commerciales marquant une nouvelle escalade dans la guerre commerciale qui oppose les deux nations.

Lire aussi : Guerre commerciale avec la Chine : Trump torpille... Apple

« La Chine a ouvertement indiqué qu'ils tentaient activement d'influencer et de changer notre élection en attaquant nos agriculteurs, nos éleveurs et nos ouvriers de l'industrie parce qu'ils sont loyaux à mon égard", a tweeté le locataire de la Maison-Blanche.

A moins de deux mois avant les élections législatives de mi-mandat, des responsables américains ont indiqué avoir observé des tentatives d'ingérence, de la part de la Russie mais aussi de la Chine et d'autres pays. Cette attaque du président américain sonne également comme une réponse à Pékin qui, plus tôt dans la journée, a décidé l'instauration de droits de douane punitifs sur des biens américains représentant 60 milliards de dollars d'importations annuelle en Chine, à compter du 24 septembre, en signe de protestation contre la mise en place par Washington de taxes sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises.

« Si les Etats-Unis s'obstinent à augmenter encore davantage les taux de leurs droits de douane, la Chine répliquera en fonction », a prévenu le gouvernement chinois dans un communiqué diffusé par le ministère des Finances.

Les biens de consommation courants dans le viseur

En effet, lundi 17 septembre, Donald Trump a annoncé l'instauration d'une surtaxe de 10 % sur les importations chinoises et critiqué les pratiques commerciales du géant asiatique qui, selon lui, « constituent une menace grave contre la santé et la prospérité de l'économie américaine à long terme ». Donald Trump a averti également que si la Chine ripostait - ce qui est le cas depuis ce mardi 18 septembre - en visant l'agriculture ou l'industrie américaine, il passera à « la phase trois » et taxera, cette fois-ci, 267 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires.

Lire aussi : Guerre commerciale : vu d'Allemagne, Trump est "en train de détruire la croissance"

Contrairement aux mesures entrées en vigueur jusqu'à présent, qui ciblaient pour l'essentiel des produits industriels, les surtaxes américaine contre la Chine frappent cette fois des milliers de produits de consommation courants : aspirateurs, sacs à main, meubles, fruits de mer, ainsi que des produits et composants électroniques entrant dans la fabrication de nombreux appareils, comme les circuits imprimés, ou les équipements faisant fonctionner le Wi-Fi.

Baisse de croissance en Chine, renforcement de l'Europe

L'administration Trump a toutefois tenu compte des préoccupations des industriels, appelés à donner leur avis pendant l'été, et retiré quelque 300 produits de la liste initiale, comme les montres intelligentes, les équipements Bluetooth, les casques de vélos, les chaises hautes et sièges auto. Cette mesure de rétorsion pourrait faire les affaires  de l'Europe. En effet, les tarifs supplémentaires annoncés par le gouvernement américain freineront la croissance économique en Chine de 0,1 à 0,2 point de pourcentage, a calculé de l'IFO Institute. Dans le même temps, les tarifs américains pourraient améliorer la position de négociation de l'Europe.

« Si les tarifs montaient de 10 % à 25 % vers la fin de l'année, l'effet de ralentissement de la croissance atteindrait 0,3-0,5 point de pourcentage. Cet effet serait perceptible, mais globalement modéré compte tenu de la croissance annuelle actuelle de la Chine d'environ 6,5 % », note le directeur du Centre d'économie internationale ifo, Gabriel Felbermayr.

« La Chine a réduit sa dépendance aux exportations au cours des dernières années et cela va maintenant porter ses fruits. Mais la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine augmente considérablement les risques économiques mondiaux », ajoute-t-il. Cela pourrait créer une pression sur le dollar américain, qui pèserait sur les économies émergentes. Certaines sociétés surendettées en Chine seront également soumises à des pressions supplémentaires.

Lire aussi : Trump menace le Canada de l'exclure de l'Alena

« Dans le même temps,  la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine crée une opportunité pour l'Europe de promouvoir ses propres intérêts. L'Europe pourrait devenir le grand vainqueur si la Chine pouvait être contrainte à faire des concessions dans le cadre de l'OMC. Cela renforcerait beaucoup plus la compétitivité des fabricants allemands que celle de leurs homologues américains. La période d'attaque de Trump contre tous les partenaires commerciaux a, espérons-le, déjà pris fin. Tant que la guerre commerciale se poursuivra entre Washington et Pékin, l'Europe est relativement sûre », note Gabriel Felbermayr.

Depuis début juillet, les Etats-Unis ont, déjà, imposé en deux étapes, des droits de douane de 25 % sur 50 milliards de dollars de produits chinois pour contraindre Pékin à modifier radicalement sa politique en matière de commerce, de transferts de technologie et de subventions aux industries de haute technologie. « La Chine a profité des Etats-Unis sur le terrain commerciale pendant de nombreuses années. Ils savent aussi que je suis celui qui sait comment arrêter ça », a tweeté ce mardi le président américain.

 (Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2018 à 14:59 :
C'est vrai que Trump perturbe le Ron-ron ambiant et gène certaine entreprises qui doivent remettre en cause leur business-model! C'est si facile de se faire du fric avec la globalisation, une fois installé!
a écrit le 19/09/2018 à 13:27 :
Englué dans sa sénilité, ses inconhérences et sa paranoïa, trump oublie une petite chose : les usa ont plus besoin du monde que le monde a besoin des usa. Personne n'a vraiment besoin d'eux, ni de leurs produits (pour ce qu'ils valent, de toute manière...). Les usa ne survivent vaille que vaille que parce que certains pays un tantinet arriérés restent à leur botte (à ce niveau, l'"exemple" français est tout à fait emblématique) et que parce qu'un dernier carré de con-citoyens pensent encore que "les usa, c'est bien". Comme trump "oublie" qu'il est en train de couler son propre pays (mais il n'"oublie" pas de continuer à faire des affaires personnelles avec les Chinois, pas si fou que ça, le mec), ces pauvres hères "oublient" qu'ils sont les dociles victimes de la dictature de la pensée unique et d'une certaine presse qui a depuis longtemps vendu son indépendance. Peu importe ! Que trump continue ainsi : comme le dit fort justement un autre intervenant, la Russie et la Chine, notamment, ont tout à gagner dans l'histoire. Ils ne doivent pas se faire de mourron : trump travaille d'arrache-pied pour eux !
a écrit le 19/09/2018 à 12:12 :
...L'arroseur arrosé!...
a écrit le 19/09/2018 à 12:10 :
C'est bien vrai, ce sont bientôt les élections mi-mandat, quand à savoir qui les influence et dans quel sens, je crois que c’est surtout aux américains de répondre, puisque ce sont surtout eux qui risquent d’être touchés par la hausse de prix. Ce peut aussi être un choix que de se concentrer uniquement sur la production interne, mais il ne faut pas s’étonner que d’autres fassent pareil et bloquent l’importation de produits made in USA. Une guerre économique mondiale, c’est ce dont tous les économistes ont peur, comme toutes les guerres, une fois la surenchère enclenchée, le risque est que cela échappe à tout contrôle.
Risque inconsidéré ou conjonction de coordination ?
Le problème principal est dans le risque inconsidéré pris par le président américain de paralyser l’économie mondiale. Avec comme premier effet et comme c’est indiqué dans l’article, de pénaliser les pays émergents, pays dont la conjoncture est dépendante du dollar, ratio dette et risque de change. Ce n’est pas non plus le bon moment pour l’UE, le populisme Italien risquant de creuser la dette, les banques Espagnoles entre autres autres étant investies dans les pays émergents, et autres risques liés : https://www.ft.com/content/51311230-9be7-11e8-9702-5946bae86e6d.
Sur les banques de l’UE, la BCE et l’EBA : https://www.eba.europa.eu/documents/10180/1280458/2015+EU-wide+Transparency+Exercise+Report+FINAL.pdf
Sans compter la hausse du prix du baril de pétrole, certains pays producteurs étant bloqués par un embargo et la demande continuant à croitre.
En tous cas, si tout cela est uniquement fait pour gagner des élections, la méthode perdant/perdant parait absurde.
D'autant que déstabiliser la Chine peut autant être salutaire, que catastrophique. Pour doper la croissance intérieure, il semblerait qu'ils risquent d’ouvrir les vannes du crédit (https://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRKCN1LU0E3-OFRBS)
Doper la croissance intérieure, c'est aussi ce que semble préconiser certains économistes pour l'UE, où il semblerait que le marché ne soit pas si ouvert que cela.
a écrit le 19/09/2018 à 10:46 :
... pas trump de continuer à développer des projets immobiliers avec... les Chinois. Ni à faire imprimer ses banderoles électorales... en Chine. Au moins, à titre personnel, trump sait où trouver main-d'oeuvre efficace, prix compétitifs et produits de qualité. Et ce n'est pas aux usa !
a écrit le 19/09/2018 à 10:45 :
... que, alors que tous ses conseillers lui conseillent juste l'inverse, Trump va s'obstiner sans sa gueguerre commerciale avec la Chine. Qu'il n'hésite surtout pas à continuer : il suffira de quelques mois à peine pour mettre l'économie américaine à genoux. Déjà qu'elle ne tient qu'avec des faux-semblant et avec un déficit abyssal qui ne cesse de se creuser chaque jour davantage... Et que le taux de chômage annoncé n'est qu'un miroir aux alouettes; les emplois soi-disant créés n'étant que des sous-emplois précaires ne permettant pas aux travailleurs de boucler décemment leur mois. Trump, roi des fake-news, est aussi l'empereur du faux-semblant. Mais comme ils 'adresse à un public et à un lectorat de bouseux de l'amérique profonde, il tient finalement bien son rôle. Continuez donc à saboter l'éconmie américaine, Donald : ce sont la Chine, la Russie et, dans une moindre part, la vieille europe déglioguée qui n'a encore rien compris et qui s'accroche toujours désespérément aux basques des usa, "tigres de papier", qui tireront leurs marrons du feu
Réponse de le 19/09/2018 à 12:28 :
Effectivement , même si le taux de chômage annoncé aux states a rarement été aussi bas, c'est un vaste bluff. jamais, le taux d'emplois précaires, avec des salaires d'une totale indécence, n'a été aussi élevé. Ce n'est pas le taux de chômage (manipulé par les gouvernements aux états-unis comme en france et ailleurs), c'est plutôt le taux réel de la pauvreté. Et le taux de travailleurs pauvres qui ne gagnent pas de quoi vivre correctement et doivent se rabattre sur les aides sociales pour pouvoir bouffer jusqu'à la fin du mois. Grâce à trump, les usa s'enfoncent de plus en plus dans la médiocrité et le moyen-âge économico-social. Les européens t avec la france en tête - s'ingénient à se raccrocher avec une rare stupidité au grand frère (et surtout au faux frère) d'Outre-Atlantique. On voit le résultat ! La france notamment s'enfonce sans cesse davantage dans la médiocrité et la nullité à tous les niveaux. Y compris au plus haut niveau (enfin, quand je dis "haut"...) de l'état. La politique socio-économique de trump, comme celle de son petit valet élyséen, c'est avant tout le nivellement par le bas et l'esclavagisme.
a écrit le 19/09/2018 à 8:35 :
"L'Europe pourrait devenir le grand vainqueur si la Chine pouvait être contrainte à faire des concessions dans le cadre de l'OMC. "

Il est malin ce Trump c'est incroyable. Mais encore une fois l'europe va bénéficier de l'effort des autres car en déclin ses dirigeants économiques et politiques étant bien trop dégénérés pour être capables de quoi que ce soit de productif.

Mais bon Juncker lève son verre pour l'Amérique ! Tout va bien...

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :