Guerre commerciale : vu d'Allemagne, Trump est "en train de détruire la croissance"

 |   |  481  mots
En réponse à la politique protectionniste de Donald Trump, le ministre allemand de l’Économie Peter Altmaier prône, à terme, des droits de douane faibles, avec moins de protectionnisme et avec des marchés ouverts.
En réponse à la politique protectionniste de Donald Trump, le ministre allemand de l’Économie Peter Altmaier prône, à terme, des "droits de douane faibles, avec moins de protectionnisme et avec des marchés ouverts". (Crédits : Axel Schmidt)
Le ministre allemand de l’Économie Peter Altmaier a ouvertement critiqué la politique protectionniste de Donald Trump, dans les colonnes du quotidien allemand Bild am Sonntag, dimanche. Il y a dénoncé les efforts et les provocations du président américain en matière de commerce mondial pour "imposer" à l'Europe ses marchés avec l'Iran à travers les sanctions américaines.

Nouvelle passe d'armes germano-américaine. Dans une interview accordée au quotidien allemand Bild am Sonntag dimanche, le ministre allemand de l'Économie Peter Altmaier a averti des conséquences néfastes d'une guerre commerciale totale sino-américaine et s'est déclaré inquiet de la décision de Donald Trump d'imposer des taxes douanières sur l'acier contre la Turquie, dans le cadre d'une escalade du conflit diplomatique.

"Cette guerre commerciale est en train de ralentir et de détruire la croissance économique, et de créer de nouvelles incertitudes", a dit Peter Altmaier. "Le passé nous a montré que ce sont les consommateurs qui souffrent le plus pendant les guerres commerciales, car les biens de consommation deviennent plus chers".

Apaisement des tensions entre l'UE et les États-Unis : un "premier pas"

Le locataire de la Maison Blanche a déjà imposé des droits de douane punitifs sur 34 milliards de dollars de produits chinois importés. Des importations chinoises supplémentaires d'une valeur de 16 milliards seront frappées de taxes au courant de ce mois, et Pékin a menacé de riposter.

De plus, le 10 août dernier, Donald Trump a en effet annoncé qu'il allait doubler les droits de douane sur l'acier et l'aluminium en provenance de Turquie, ce qui a entraîné la chute de la livre turque à son plus bas face au dollar.

Toutefois, le ministre allemand a accueilli avec satisfaction l'apaisement des tensions entre l'Europe et les États-Unis, après l'accord conclu entre le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et Donald Trump pour éviter (pour l'instant) toute hausse des taxes douanières sur l'acier.

Cet accord a "garanti des centaines de milliers d'emplois en Allemagne et en Europe", mais c'est seulement "un premier pas", a-t-il dit au Bild. "À la fin, nous avons besoin d'un commerce mondial avec des droits de douane faibles, avec moins de protectionnisme et avec des marchés ouverts."

Lire aussi : Rencontre Trump-Juncker : une trêve dans les tensions commerciales

Des désaccords sur l'Iran

Évoquant la décision américaine de réimposer des sanctions américaines contre l'Iran après le retrait unilatéral de Donald Trump de l'accord nucléaire de 2015, Peter Altmaier a souligné l'importance de préserver les contrats d'affaires conclus en Iran.

Un grand nombre de groupes, dont le constructeur allemand Daimler, numéro un mondial de la voiture haut de gamme et des camions, ont déjà annoncé leur retrait d'Iran à la suite de ces sanctions qui interdisent toute transaction faite en dollars.

"Nous ne laisserons pas Washington nous dicter nos relations commerciales avec d'autres pays. C'est pour cette raison que nous soutenons l'accord nucléaire de Vienne qui empêche l'Iran de fabriquer une arme atomique", a dit le ministre allemand. "Que ce soit en Allemagne ou en Europe, nous examinons les moyens de garder les canaux financiers ouverts", a-t-il dit.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2018 à 14:48 :
....au lieu de larmoyer quelles mesures de rétorsion CREDIBLES contre les USA ???
a écrit le 14/08/2018 à 13:47 :
Si cela était vrai, ce serait une preuve que M Trump s'attaque à sa façon au défi du siècle : moins de PIB => moins de consommation d'énergies/ressources => moins de pollutions diverses et variées.
a écrit le 14/08/2018 à 9:51 :
Les multiples guerres commerciales sont interconnectées et volatiles , La chine n'achete plus de Soja US, le prix baisse, et les européens, augmentent leurs importations de Soja US de 300%, ce qui aidera les exportations Allemandes 20 Mds€ et Italiennes 5 Mds€ Il est aussi évident que les alliances en matière d’antiterrorisme imposent des limites au renseignement économique. Comme l’écrit l'expert géoéconomique @bernard_jomard, Il est difficile pour beaucoup de pays de gérer cette dichotomie entre les alliés dans la guerre contre le terrorisme, alliés qui deviennent des ennemis dans la guerre commerciale. https://bernard-jomard.com/2018/07/20/cest-la-guerre-economique-reveillons-nous/
a écrit le 14/08/2018 à 6:11 :
Dire que le protectionnisme américain détruit la croissance, oui, je veux bien le croire. Mais il ne détruit pas la croissance de tous.

Il ne détruit la croissance que de pays qui ont très largement profité de l'exil d'industries occidentales comme la Chine, les pays d'Asie, les pays d'Europe de l'Est, ou tous autres pays sans charges sociales équivalentes à celles des pays occidentaux très développés.

Outre ces pays à bas coût social, la RFA est un cas à part dont l'expansion hégémonique à fait exagérément basculer les balances commerciales à son profit au détriment de tous ses partenaires. C'est le résultat du libéralisme contre les règles simples de la réciprocité.
Alors lorsque je découvre que le ministre allemand Peter Atmaïer se plaint du protectionnisme américain je me dis que cette Allemagne voudrait tout gober et peut être se hisser au rang le plus haut de l'hégémonie industrielle à l'instar de la Chine en inondant la planète de ses fabrications pas toujours réalisées sur son sol. Je me dis aussi que la croissance allemande va bien devoir se stabiliser compte-tenu de ses structures et problèmes démographiques internes. Elle n'est pas un cadeau pour ses voisins.
A cours de main d'oeuvre, je me souviens qu'elle a accueilli plus d'un million de migrants il y a peu de temps et que ces vagues ressemblent à celle des turcs d'il y a plus de trente ans qui ont fini par être expulsés et ont essaimé dans tous les pays européens voisins en y apportant nombre de problèmes inextricables au lieu de rentrer en Turquie. Je ne doute pas qu'une grande partie de ceux qu'elle a accueillis va finir par déborder de ses frontières en y étant insidieusement poussés comme ce fut le cas avec les turcs.

Mais je me dis aussi que tout pays a le droit et le devoir de se protéger contre cette hégémonie permise par la mondialisation et le libéralisme outranciers.
Enfin, je me dis que ce n'est pas à un visiteur extérieur de dicter sa loi dans un pays étranger où il n'est toléré qu'en tant que visiteur ou partenaire commercial.
Les allemands et leur hégémonie n'ont pas été invités en 1939 et ils ont bien dû finir par rentrer et vivre chez eux.
Je conclurai donc avec cette maxime : chacun chez soi et les moutons seront bien gardés.
Réponse de le 14/08/2018 à 10:01 :
Commentaire peu inspiré, les turcs sont resté massivement en Allemagne. Quant à la RFA, elle date d'une autre époque.
a écrit le 13/08/2018 à 22:07 :
L'Allemagne est-elle le meilleur ennemi de l'Europe ?
a écrit le 13/08/2018 à 20:54 :
Il y a comme un pb de crédibilité. Je ne sais pas ce qu'est le projet européen selon les dirigeants français. Je ne suis pas sur qu'il y en ai vraiment un. Et si les dirigeants français ont un projet, je ne sais pas en quoi il est proche de celui des allemands. Il me semble que nos intérêts sont en Afrique et que ceux des Allemands sont à l'est.
a écrit le 13/08/2018 à 19:18 :
Bof. Il a jamais travaille
a écrit le 13/08/2018 à 18:46 :
Disons plutôt que Trump risque d' affaiblir l expansionniste économique allemand.
Ce qui n' est pas la même chose.
Mme Merkel a fait de l' Allemagne un pays qui ne regarde que ces intêrêts économiques et se "fiche" du reste; Exemple : budget militaire indigne d' une puissance mondiale, écologie de façade avec 50% d'énergie au charbon et lignite. Accueil d' un million d immigrés pour faire tourner les usines puis refoulé au premier pretexte. Accord bilatéraux avec la Chine pour favoriser leur pénétration en Europe, crise grecque....
Réponse de le 13/08/2018 à 20:19 :
Excellente analyse "disons plutôt" !!! qu'ils se débrouillent maintenant !!
Réponse de le 14/08/2018 à 1:55 :
n'avoir aucun budget militaire montre une gestion saine des finances publiques : les ponctionnaires peuvent disparaitre les impôts baisseront d'autant - enfin pour ceux qui en paient - pour ceux qui vivent dessus ils n'ont qu'à bosser !!!
a écrit le 13/08/2018 à 16:37 :
Monsieur Peter Altmaier a beau parler mais toutes les grandes sociétés européennes se barrent, même avec le "système de protection européen", qui n'a jamais été appliqué d'ailleurs. L'autre problème réside dans les transactions financières des sociétés avec l'Iran et pour cela, il faut des banques. Je doute que des banques européennes prennent le risque de faire des transactions avec l'Iran. Les risques sont les amendes et surtout de perdre la licence de négocier en USD et dans ce dernier cas, c'est la clef sous la porte.
Cordialement
a écrit le 13/08/2018 à 16:21 :
c est vrai que l Allemagne a un talent particulier pour faire produire et sous traiter. l est, et vendre tres cher a l ouest......confère Skoda...qui produit deux fois plus de moteur que de voiture.....l espagne devenu pays a presque bas coûts.....et les Audi Q7, WV TOUAREG, etPROSCHE CAYENNE montés en Slovaquie.....
sans parler de la myriade de sous traitant dans les meilleurs ex pays de l Union soviétique
on évite de parler des Bulgares et roumains dans les abattoirs géant est allemands.....
Réponse de le 14/08/2018 à 10:08 :
Non les allemands ne sont pas champions des délocalisations, la preuve: ils ont conservé leurs emplois industriels tandis que la France et les USA ont laissé leurs usines partir.
a écrit le 13/08/2018 à 15:54 :
C'était un communiqué du consortium financier européen.

Ok mais sinon un discours du représentant des intérêts du peuple européen svp ?

Ah ben mince c'est Juncker qui a exactement et curieusement le même discours...

Vite un frexit

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :