Autrefois dépendante des importations, la Chine est devenue le 2e plus grand producteur d'armes au monde

 |   |  551  mots
Photo d'illustration. Tank construit par Norinco, une entreprise publique chinoise qui exporte, entre autres, de l'armement.
Photo d'illustration. Tank construit par Norinco, une entreprise publique chinoise qui exporte, entre autres, de l'armement. (Crédits : Reuters)
Le pays, dont les données restent difficilement accessibles, devance la Russie, troisième, mais reste derrière les États-Unis.

La Chine, qui dépendait encore des importations d'armes il y a dix ans, se place désormais au deuxième rang des pays producteurs d'armement, selon un rapport de l'Institut de recherche sur la paix internationale de Stockholm (Sipri) publié lundi.

Le pays, dont les données restent difficilement accessibles, devance la Russie, troisième, mais reste derrière les États-Unis.

L'opacité entourant "les chiffres de vente d'armes des entreprises chinoises continue d'entraver une compréhension complète" de l'industrie dans le pays, prévient dans son rapport le Sipri.

Toutefois, "nous pouvons, de façon certaine, dire que la Chine est le deuxième plus grand producteur au monde derrière les États-Unis et devant la Russie", a déclaré à l'AFP, Nan Tian, co-auteur du rapport.

Lire aussi : Les sept armes imparables qui permettent aux Etats-Unis de dominer le monde

Trois groupes d'armement chinois figurent dans le classement des dix premiers producteurs mondiaux, d'après les données de l'institut.

La majorité des armes chinoises vendues chaque année - dont la valeur est estimée entre 70 et 80 milliards de dollars (63 à 72 milliards d'euros) - est acquise par les différentes branches de l'Armée populaire de libération (APL).

Il y a dix ans, l'Empire du Milieu dépendait encore largement des importations de Russie et d'Ukraine.

"Ils n'ont plus besoin de compter sur d'autres pays pour leurs armes", ajoute Nan Tian.

Les entreprises d'armement chinoises sont également beaucoup plus spécialisées que leurs homologues à l'étranger: le constructeur public Aviation Industry Corp of China (Avic), la plus grande entreprise d'armement du pays, produit des avions et des produits avioniques, tandis que la plupart des grands producteurs internationaux couvrent une large gamme de produits militaires.

"Tout est verrouillé"

Les chercheurs du Sipri disent avoir eu des difficultés à obtenir des données fiables sur la taille de l'industrie chinoise de l'armement, les entreprises étant toutes des entités appartenant à l'État.

"Tout est verrouillé sous le terme de sécurité nationale", déplore M. Tian.

Dans le rapport, les chercheurs ont examiné quatre entreprises chinoises spécifiques, qui se classent toutes parmi les 20 premières mondiales, et affirment qu'avec une augmentation des données disponibles sur ces entreprises, "il est maintenant possible de développer des estimations raisonnablement fiables de l'ampleur de l'industrie de l'armement chinoise".

Bien qu'il n'existe pas de statistiques officielles sur les exportations chinoises d'armes, le Sipri note que l'industrie locale de l'armement "s'est développée à un point tel qu'il existe une demande accrue pour ses armes à l'étranger".

D'après les estimations de l'institut de Stockholm, la Chine occupe actuellement la cinquième place des pays exportateurs d'armes.

L'augmentation des exportations d'armes accroît le risque de prolifération, mais l'entrée de la Chine sur la scène mondiale préoccupe particulièrement les chercheurs, car le pays n'a signé que peu de règlementations sur le contrôle des armes.

Le pays n'est pas signataire du Traité sur le commerce des armes (ATT), texte adopté en 2013 par l'ONU et visant à moraliser le commerce international des armes.

"Il n'y a pas de système contraignant qui puisse tenir la Chine et ces exportateurs responsables", rappelle M. Tian.

Lire aussi : Les Etats-Unis ont livré pour 55,4 milliards de dollars d'armes dans le monde en 2019

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2020 à 9:59 :
Toujours 2eme. Enlevez ce syndrome usa.
Depuis la 2eme GM. Les usa importent plus qu'ils exportent.
Usa 3 eme voire 4ème derrière les russes la chine et l'Inde.
Cqfd.
a écrit le 28/01/2020 à 7:01 :
Pour équiper correctement leur grande Armée, ils faut une production importante ....
La question est de savoir pourquoi , faut îls donner du travail ou sont îls en péril ... Ou îls nous préparent la prochaine guerre calmement ... Je crainds que çela se termine bien mal. Le réarmement de 1933 s'est terminer en catastrophe .
a écrit le 28/01/2020 à 2:35 :
Le mepris du peuple chinois est une habitude sur ce blog. Navrant....
a écrit le 27/01/2020 à 13:07 :
merci Mitterrand !, nous étions 3ème avant l'ordre de désarmer les avions au Bourget en juin 1981 (à peine un mois après son installation à l’Élysée) coût 80 milliards de francs + toutes les années suivantes, dégâts collatéraux inouïs, inchiffrables (Creusot-Loire 120 000 personnes liquidée plus tous les sous traitants)
- l'année dernière nous sommes revenus un court instant à la troisième place !

L'armement est aussi un formidable appel pour l'innovation . . .
a écrit le 27/01/2020 à 12:59 :
Qui s'y frotte s'y pique ! Les rodomontades de Trump doit faire rigoler les chinois..
a écrit le 27/01/2020 à 11:40 :
On connait le matériel chinois en général qui vous en donne pour le prix donné, lol! Est-ce que la qualité est au rendez-vous ou c'est rapidement inutilisable?
On n'a pas trop de retour d'aides des Chinois dans des conflits ou ils participeraient, nous on a rien à prouver, notre matos est très cher mais efficace, on a l'habitude depuis toujours.
Réponse de le 27/01/2020 à 13:08 :
Votre commentaire aurait été juste il y a une dizaine d’années… à l’époque où les produits « made in china » étaient synonymes de camelote à bas prix… mais ce n’est absolument plus le cas aujourd’hui… non seulement ils sont présents dans tous les secteurs de pointe (et même premiers dans certains), mais ils fournissent désormais aussi du produit haut de gamme… Même leur produit bas coût est d’un excellent rapport qualité/prix, à tel point que nombre de secteurs commencent à s’en inquiéter. Bref, le « made in china » en toc c’est déjà de l'histoire ancienne.
a écrit le 27/01/2020 à 10:08 :
Le rechauffement de la planete pollution Chine 28 % France 0.9 % tout est dit !
Réponse de le 27/01/2020 à 12:43 :
En émission de CO2, la "pollution" a plusieurs facettes (réchauffement / Particules et gaz irritant (NOx) pour la respiration).
On devrait ajouter à nos 0,9% tout ce que la Chine dégage pour produire ce qu'on lui achète en France (comme la Norvège avec ses très nombreuses voitures électriques qui vend du pétrole aux autres (et surtaxe l'essence pour pénaliser ses méchants utilisateurs, nous c'est le gazole qui est mal vu), ont un vrai bilan CO2 catastrophique mais déporté hors ses frontières :-) )
Réponse de le 27/01/2020 à 13:02 :
Et le ratio par rapport au nombre d'habitants ? Encore une grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf !
Réponse de le 27/01/2020 à 13:43 :
Vertueuse, la France, en matière d’émission de gaz à effet de serre ? Oui si l’on s’en tient au seul inventaire national. Beaucoup moins si l’on considère « l’empreinte carbone » globale, qui intègre les rejets carbonés générés, à l’étranger, par les biens et les services importés.
Vérifiez, c’est accessible !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :