Carlos Ghosn : "C'est moi seul qui ai organisé mon départ" du Japon au Liban

 |   |  251  mots
C'est moi seul qui ai organisé mon départ. Ma famille n'a joué aucun rôle, martèle t-il dans un communiqué reçu par l'AFP.
"C'est moi seul qui ai organisé mon départ. Ma famille n'a joué aucun rôle", martèle t-il dans un communiqué reçu par l'AFP. (Crédits : Regis Duvignau)
C'est la deuxième fois que l'ex-patron de l'alliance Renault-Nissan prend la parole depuis le Liban, pays où il s'est enfui.

L'ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn a affirmé, jeudi, avoir organisé "seul" son départ du Japon où un procès l'attendait pour malversations financières, vers le Liban, niant toute implication de sa famille.

"Les allégations dans les médias selon lesquelles mon épouse Carole et d'autres membres de ma famille auraient joué un rôle dans mon départ du Japon sont fausses et mensongères", explique M. Ghosn, dans un court communiqué reçu par l'AFP.

"C'est moi seul qui ai organisé mon départ. Ma famille n'a joué aucun rôle", martèle t-il.

Des conditions de départ qui restent floues

Carlos Ghosn est arrivé lundi au Liban, pays dont il a la nationalité, mais son lieu de résidence reste inconnu.

Les conditions de ce départ surprise du Japon où il était assigné à résidence sans autorisation de quitter le territoire, restent floues.

Lire aussi : Carlos Ghosn, une fuite et beaucoup de questions

Des perquisitions ont été menées à Tokyo et sept personnes arrêtées en Turquie, soupçonnées d'avoir aidé M. Ghosn lors d'un transit par Istanbul.

Selon une source à la présidence libanaise, le patron déchu est entré dans le pays, en provenance de Turquie, avec un passeport français et sa carte d'identité libanaise.

En outre, pour sa fuite, M. Ghosn est soupçonné d'avoir emprunté un jet privé parti de l'aéroport du Kansai (ouest).

Le Liban a reçu une demande d'arrestation d'Interpol pour Carlos Ghosn.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2020 à 18:03 :
Bravo aux services secrets français pour cette opération rondement menée.Merci a l'ancien président venu en Octobre en visite préparatoire.Pour une fois notre pays est uni dans l'adversité.Pourvu que ça continue.
a écrit le 03/01/2020 à 12:29 :
Qui peut croire une telle ânerie ?
Qui peut croire que lui, son téléphone, ses communications n'étaient pas surveillées ?
Pipeau et foutage de gueule.
Goshn est un pion embarrassant pour les États. Cette histoire est une affaire d'Etat sur fond de guerre industrielle.
a écrit le 03/01/2020 à 9:16 :
aïe, aïe, aïe, j'aimerai pas être à la place de ceux qui l'ont aidé à s'enfuir
ce sont eux qui risquent de prendre cher
le Japon ne laissera pas facilement passer ça
et la Turquie d'erdogan ne se fait pas prier pour aider à l'enquête, normal après le camouflet infligé par macron à la Turquie à-propos de l'OTAN (à tord ou à raison mais certaines choses se disent dans les coulisses diplomatiques et pas dans les journaux, un 1er de cordée devrait savoir cela)
Ghosn à bien fait de choisir le Liban plutôt que le Brésil car je suis pas sur que bolsonaro l'aurait bien reçu suite au comportement de macron (encore lui) vis-à-vis de bolsonaro l'été dernier

Que vous soyez coupable ou non de malversations, M. Ghosn je n'en sait rien, mais je voie quand même que Nissan a réussi son coup, vous faire partir :)
a écrit le 03/01/2020 à 6:12 :
Que de commentaires peu élogieux pour un grand patron. Mais la haine du riche est une constante de .. la populace moyenne ...en France.
En tout cas cette histoire rocambolesque
a très certainement amusé beaucoup la jeunesse pendant la Saint-Sylvestre.
Je souhaite à Monsieur Ghosn de revenir en France où il sera très bien accueilli, même chez les gilets jaunes. Que dire!
S'il y devient président il aura l'immunité diplomatique et pourra alors tranquillement revenir au Japon pour de nouvelles aventures.
a écrit le 03/01/2020 à 3:22 :
Mauvais calcul pour un soit disant grand stratege.
Le voila carbonise et coupable puisqu'il evite un jugement et enferme volontaire ad vitam au Liban.
a écrit le 02/01/2020 à 22:04 :
Bravo Carlos,premier patron automobile au monde.combien d'industriel automobile à t Il redressé.nissan le premier.
La presse les journalistes veulent sa mort.
Il est normal de bénéficier d'un statut spécial en entreprise lorsque l On sauve Nissan par ex.
Que des millions de personnes ont été sauvés du chômage grâce à sa vision industriel.
La presse c Rome d'y il y a 2000a aucun article en sa faveur. Il est coupable.regardons un peu les résultats financiers qu'il a acquis
a écrit le 02/01/2020 à 19:59 :
La belle image du preu chevalier d'industrie occidentale fuyant les mechantes prisons asiatiques. Ou l'occident sous un jour bien peu élogieux. .. l'Asie doit bien se marrer ....
Réponse de le 02/01/2020 à 21:41 :
Preuchevalier ? J'ai pas souvenir qu'un chevalier detruisait une industrie poir les profits boursiers. Tout le monde prend cet homme pour un hrand homme pourtant il a vire combien d'employes ? Et aujoutd'hui il fuit la justice ?
Réponse de le 03/01/2020 à 17:39 :
"Réponse de @dibergences"

Environ 100.000 salariés et 300 millions de détourné à des fins personnels
a écrit le 02/01/2020 à 19:53 :
Il devrait se dépêcher de parler avant que certains ne parviennent à trouver un moyen de le faire taire. Très vite. Parce que là, il perd du temps
Réponse de le 03/01/2020 à 1:11 :
Arretez de lire des romans.
CG est tres bien protege.
a écrit le 02/01/2020 à 19:45 :
Mais bien sûr t'as qu'à croire... faut pas nous prendre pour des jambons ! ce sont ses millions qui ont servit à payer les organisateurs de sa fuite. Curieux de savoir combien lui a coûté sa honteuse fuite de la justice. Selon que vous soyez riche ou pauvre...
Réponse de le 03/01/2020 à 3:26 :
Tout a fait d'accord. Sans evoquer la perte de sa caution, a savoir environ 10 millions d'euros.
Ceci pose, pas de souci a se faire pour lui, il a du en mettre bcp de cote.
Bonne annee.
a écrit le 02/01/2020 à 19:09 :
Tout seul...mais bien sûr qu'on y croit, billet réservé sur booking avec sa carte bleue...
Il protège ceux qui l'ont aidé et c'est bien normal.
a écrit le 02/01/2020 à 18:02 :
Quel intérêt pour la Turquie de faire l'objet d'autant de célérité pour interpeller des soi disant exécutants de l''évasion Ghosn. Les mystères des relations internationales sont parfois impénétrables.
Réponse de le 03/01/2020 à 12:32 :
@mats
L'éternelle question de celui qui regarde le doigt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :